Plus de projets que des projos

Publié le par imagiter.over-blog.com

4773936981_555023147e.jpg

Il est tant d'époques où l'enthousiasme, l'optimisme et l'ardeur vrombissaient…Ne serait- ce que l'après –guerre où la vie était très inconfortable mais où fusaient les projets d'existence…Aujourd'hui il n'y a plus UN SEUL projet collectif – comme si vivre en société ne servait à rien, n'amenait rien ou ne débouchait sur rien ?

 Et tilt! boum! crac! fiiiisss! en plein dans la cible! Ça ne rate pas: 61% des individus s'exhibent pessimistes – ce malaise de l'inaction et du manque de projets. Ce pas la pression sociale qui contraint à se montrer toujours pessimiste qui peut expliquer cet IRREALISME farfelu…

 

Comme le démaillote très bien Michel Lejoyeux, ce psychiatre au nom symbolique: "le regard porté sur une situation par un optimiste peut suffire à lui donner les moyens de la changer." L'optimiste représente donc le réaliste, l'homme d'action, le décideur, le responsable. Puisque, a contrario, le pessimiste inactivé se rétrécit et se restreint, malignement, à ne vivre que dans des malaises faute de piger qu'il peut modifier la situation…

 

Le regard porté sur le monde vous permet d'agir ou non, de vous offrir des sensualités ou non, de trouver la qualité ou non….etc, ainsi, que d'améliorer la santé "les optimistes vivant plus longtemps et en meilleure santé que les pessimistes qui sont plus souvent victimes des maladies de l'inaction, cancers et maladies cardio-vasculaires"", ajoute Michel Lejoyeux…Toutes informations nouvelles est sujet d'anxiété, d'où l'on refuse, frénétiquement et aveuglément, tout ce qui est nouveau, croyant que ça va s'évaporer en route, l'on se ferme à l'inconnu, l'on se prive de quasiment toutes les rencontres. En fait, ça ne fait que retarder des processus inéluctables…

 

Se prétendre intelligents ( l'optimiste est décrété niais ou naïf – alors que nous l'avons observé à la pointe du réel, entreprenant et décidé!) et stagner dans la paresse mentale et l'hibernation morale, ou la lâcheté à s'engager ou agir…ceci n'offre pas des résultats bien reluisants ou séduisants…Et donc 61 % de français se dorlotant trop, s'autorisent exagérément le droit d'être pessimistes – simples dérélictions…résultats des courses: la société n'existe plus. Puisqu'il n'y a plus de projets collectifs il n'y a plus de société…

 

Normal avec des cerveaux qui savent tout à l'avance sur tout. Et donc refusent de vivre complètement…ces divinations usées radotant que ça finira mal que ça finira mal et, à force d'inactions et d'inerties, effectivement, les situations se dégradent…Devant les prédations suicidaires des pessimistes – nous sommes bien obligés de chercher qui œuvre aux projets et qui est le plus apte à agir…

 

Et c'est plutôt l'optimiste qui ne néglige aucune piste, qui prévoit tout, se soucie de tout (mais sans s'en rendre soucieux), à qui rien n'indiffère, qui n'oublie rien ni personne…tout au contraire du pessimiste si indolent de ses inactions (pour les bons motifs, se ridiculise-t-il !)…qui ne prévoit rien hors son pessimisme, insouciant des autres, indifférent à leurs besoins de projets grégarisants et, affectivement, nourriciers. Négligent à tout ce qui n'est pas leur esthétisme et oublieux de l'essentiel (la survie e la planète et de l'espèce!)…

Non, vraiment, le pessimiste plane dans les frivolités…Aucune confiance ne peut lui être accordé ni dans l'action ni dans la réflexion: faute de pondération, de sens des mesures, d'équilibre ou de modération…  

 

Voyez- le prendre la pause qui frivolise, rend au futile, au superficiel, au vain ou au puéril le "Plus de projets que des projos"…pendant moi le déluge: pourvu que j'ai des projos des projos des projos des projos des projos sur moi…pour que j'y dise que c'est vain, qu'il n'y aura pas de demain, que c'est pas la peine d'y réfléchir, de mettre la main à la pâte, d'aider les autres, de monter des projets globaux où tout le monde à son espace et sa place….etc. Ce qui n'est pas constructif ni réfléchi, responsable ni conscient, rationnel ni courageux !!!

 

Et donc prend (illégitimement) la place du vrai porteur de projet, porteur d'avenir et soutien des autres: le si fiable homme d'action – l'optimisme !!!

 

N'est-ce pas comme miraculeux ce renversement des choses ? et ce retour à la vraie hiérarchie du réel ?…

 

Il est plus difficile, plus exigeant et plus courageux d'être optimiste. C'est lui le passeur d'avenirs, le guide efficace qui nous mènera toutes et tous vers les rivages sûrs du futur.

Le pessimiste n'aura été qu'une solution de facilité, un élan antisocial, un déficit du partage, etc – qui n'aurait pas eu à être signalé s'il n'avait pris abusibement la place d'un autre.

 

Désormais impossible de paraître sérieux, adulte, accompli, valeureux, responsable, solide, cohérent, fiable, réaliste, sage, rationnel ou plein d'avenir – si vous vous déclarez pessimistes…Oh la ringue !!!  

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet freethewords.org,   onglet 1  "Les mamelles du repos" et  "Remue- ménage",  onglet 2 "Présent !", onglet 4  "Nul n'est nul" ou, encore,  "Je ne parle plus à qui a raison".

 

Publié dans sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article