Plus votre individualisme est fort, plus votre champ d'action politique est restreint

Publié le par imagiter.over-blog.com

5212066222_db9552aeea.jpg

Individualisme fort = champ d'action politique très restreint !!! La majorité de ces "réalistes" (que vous venez d'apprendre à vérifier "complètement irréalistes"!) viralisent la civilisation de leurs flagrantes impossibilités. Ainsi, osent-ils que plus on est divisé-e-s, plus on est forts. Gonflant les chiffres de leur parti jusqu'à leur faire croire qu'il est plus "important" que tout. Première aliénation: ils prennent la partie pour le tout, le détail pour l'essentiel, la périphérie pour le centre. Contrepoison: tout ce qui est unitaire, unifiant, réunissant, ouvrant, englobant, incluant. Ensuite, donnez-leur n'importe quelle série de chiffres, ils gaspilleront, stupidement, le potentiel. Voyons les chiffres des élections: des journaux assez fantaisistes (comme Le Monde) en fournissent de bons tableaux (mais, jamais, un seul commentaire sérieux, qui tienne la route). 2009: un peu plus de 45 millions d'adultes (+ 18 ans) prenez les chiffes du "parti majoritaire" (sic) vous obtenez –  9,62 % - Les autres à l'avenant: P.S. un peu plus de 7 %, verts plus de 4 %…vous trouvez que c'est "sérieux" cette minorisation inquiétante, célébrée par les "médias fous" comme des "victoires". Manquée la prise de conscience que, plus de 55 % des adultes rejettent l'offre politique, que le plus grand parti de France (non inscrits, abstentions et votes blancs) n'est jamais "écouté", ni même, visibilisé. Ce qui se montre franchement anti-démocratique.

 

Seconde aliénation: quelle que soit la réalité présentée, ils seront toujours à côté, hors du coup ; ils s'auto-excluent déjà de tout ce qui reste adulte. Contrepoison: ouvrir au maximum tous les débats, diffuser les textes pas les auteurs, parler avec "tout le monde", n'essayer de convaincre que les non convaincus (le tribalisme intellectuel ne représente qu'un enfantillage- manipuler les symboles n'est pas penser!)…

 

      L'inversion totalitaire peut donner une fermeture qui est déjà, manifestement, en cours. Tout ce qu'il y a de plus difficile, de plus sérieux, de plus adulte, de plus responsable, de plus collectif, se voit étouffé par les puérilités irréalistes: une gauche non unitaire c'est de la haute fantaisie, c'est suicidaire tout comme un net refus de succès. Ces délires ne sont jamais traités comme tels. Ce qui ouvriraient des questions comme ces exaltés refus d'unités qui avantagent-ils, ces "marginalisés" politiques (hallucinés comme "majoritaires" par les médias fous) pour qui roulent-ils etc.? Préférer n'importe quel minuscule parti (le P.S. ne dépassera plus jamais 10 % de la population adulte totale: s'entêter dans cette marginalité, en se croyant "hégémonique", signe la perte de toutes les facultés intellectuelles – les médias forment de l'anti-pensée non?) à l'immense unité (la vraie gauche c'est plus ou moins de 75 % de la population adulte totale oui ou non?) – nécessite un changement de mentalité.

Ainsi, les unitaires, les penseurs, les vrais écrivains, les bénévoles etc. qui représentent le meilleur de la Société, se voient calomniés et asservis par les "financiers". Or financiers c'est activité très facile, à la portée de quasiment n'importe qui: ça ne demande pas de grandes qualités plutôt beaucoup de défauts tels incompétences au collectif, inaptitudes à la perception des conséquences systémiques de ses actes et décisions, insensibilités aux autres, grandes cruautés, pensées très néoténiques…etc.). Le "réalisme" du financier se montre comme une fuite permanente devant le réel, un collier d'irresponsabilités, une inaptitude à répondre de ses actes: une posture infantile qu'un adulte (le service public, le contribuable, le penseur…etc) doit toujours réparer, couvrir. Sacrifier pensée, collectivité pour un tel échec individuel (financier= vie ratée!) c'est trop!

         

Plus votre individualisme est fort, plus votre champ d'action politique est restreint. Vous vous préférez au réalisme globalisant. Et, si vous aviez une "réussite individuelle" ce serait un échec collectif. Mettant des murs partout là où devraient se trouver des ponts. Vous prenez "toute la place " du nous. Le Je mets le nous à genoux. Vous vous rendez perdant. Faisant peu de place, dans votre cœur, aux autres, vous ne pouvez impulser aucune action rassembleuse. Laissant peu d'espace au réalisme unitaire, vous aidez les pouvoirs illégitimes (archi minoritaires) à agir comme s'ils étaient majoritaires. Vous agrandissez tellement votre "importance" qu'elle n'importe plus rien et c'est le n'importe quoi! Si vous propagez le tous-des-rois actuels au lieu du égalité-en-pratique, sûr que vous créer des espaces "privatisés" (vous-même privé de tous les autres!) qui ne permet plus aucune place au Public. Plus traître que vous à la réPublique on ne trouvera pas. Et si "l'air du temps" était aux privatisations c'est bien que vos espaces intérieurs accumulés y incitent. Les impostures se démasquent d'elles-mêmes (se dire de gauche et "être" à droite).

 

Si le Public (collectifs, biens communs, partages, mutualisations, unités etc.) se voient illégitimement (pour une pensée réaliste adulte) grignotés par des privatisations insensées (car sans visions ni buts communs et collectifs, justement!) – c'est bien que cela se passe ainsi en chacun de nous. Rejet insensé du collectif et repli, sans issue et sans but, sur soi. L'individualisme exagéré prend bien la place de la Raison. La raison représente l'espace du partage des idées. Avec des blockhaus à la place des têtes où peut se "construire" cet espace des idées. Et dans une ville, montrez nous les "espaces publics". Vous êtes devenus tellement inaptes au réel que vous ne savez plus que les infrastructures reflètent les superstructures.

 

Que donc la ville du tout privatisé nous "prive", nous dépossède et nous confisque ce tout "public". Les mentalités tendent à refléter ce qui les entoure: n'est-ce pas ce que nous venons d'expérimenter. Seuls les arriérés médiatiques ne "reconnaissent" plus le réel, non? Pour eux, plus aucune phrase sage ne se partage: pour "sortie" regardez les jeux télévisés, ne pensez plus, laissez-vous immobiliser par les spectacles, empêchez tout large débat public, plus vous dites des banalités inutiles et impraticables plus vous seriez "intelligents"…etc. Soyez comme cela (toujours plus frivoles!) et "tout" se résoudra. Et dire qu'ils se postulent élites ces escrocs au coaching! Le naufrage moral et mental des classes moyennes étale sa généralisation. Si vous ne voulez pas régner pourquoi vous diviser? Si vous ne désirez qu'abolir ce système pourquoi vous perdez-vous dans des labyrinthes inutiles de "différences" (1 seule devient, alors, plus "importante" que 100 ressemblances!!!) rendant "ennemis" qui vous ressemble et "ami" qui vous désignez comme "ennemi" dans votre action routinière.  Nous nous n'avions pas quitté la route!

 

( à suivre)

 

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet freethewords.org,   onglet 4  " L'anti-communication comment ça fonctionne ?"

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article