POUR QUI SE PREND-IL/ ELLE ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

ForestPour qui se prend elle/il ? Si vous avez l'habitude de converser vous avez déjà rencontré cette phrase. Mais, puisque votre intention intérieure n'avait strictement rien à voir avec cette "prétention à l'envers" (c'est l'autre qui se montre omniscient comme sachant tout de vous jusqu'à sembler lire dans vos pensées!) – vous n'aviez pas été plus loin. Quant à nous, plusieurs connaissances nous ayant signalé ce fait, nous avons entamé une petite recherche (dans le cadre d'un document que nous espérons finaliser sur tous "Les coupes conversations"). En voici, en première avant (petit-e-s veinard-e-s!), quelques bribes.

Pour qui se prend elle/il ? appartient bien aux erreurs massives de destinataires qui sous-tendent le chaos humain actuel. C'est à dire que vous reprochez ce qu'il ne faut pas à qui il ne faut pas et que vous ne reprochez rien à qui il faut. Qu'en est-il de cette "observation" (sic) le pour qui se prend-il, qui surgit, la plupart du temps, lorsqu'une personne brille dans les conversations, les réparties, les postures, les trouvailles, les nouveautés etc. (bref dans les moyens d'expression!). En quoi ces enthousiasmes exubérants, ces passions de convaincre, ces verves soniques et physiques etc. seraient disqualifiant pour les autres? Sagace ça agace ? Et, si nous voulions répondre quantitativement à la question, au pire, cela offrirait "deux fois plus que vous". Mais, comme derrière l'attitude existent bien des réflexions, des recherches, des entraînements, cela se monterait, en chiffres pondérés, à 1,3 %, maximum 1,7 %. Pourquoi donc bloquer le fonctionnement global de la civilisation (puisque c'est de cela dont il s'agit) pour de telles brindilles?

Par contre, l'erreur de destinataire flamboie, dans deux directions principales. Devant le riche exagéré est-il spécifié "Pour qui se prend elle/il" ? Devant les médias péremptoires, et qui ne semblent jamais pratiquer la loyauté, est-il tonné "Pour qui se prennent-ils" ? Donc vous prenez, lâchement, qui vous tombe sous la main? Vous usez de vos rencontres et de vos entourages comme de punching-ball ? Belle mentalité: votre façon même de récriminer prouve que c'est vous qui méritez toutes les réprimandes. Résultat des courses ?

Vous qui usez du" Pour qui se prend elle/il ?", participez, en réalité, à la destruction de la civilisation. Tout comme en 1900, nous rions, en moyenne, 30 minutes par jour, et, de nos jours, quelques secondes – les conversations et les rapports humains sont au plus bas, aujourd'hui. Il y faut donc un entêtement et une sournoiserie de chacune et chacun afin de parvenir à un tel assassinat des dialogues. Pour qui vous prenez-vous à la fin avec vos postures omniscientes genre "rien ne changera jamais" ? Pour oser ceci, il faut, en effet, tout savoir du passé, vivre ubiquistement le présent, et, enfin, avoir la totale divination du future. Rien que ça! Vous vous prenez donc pour dieu et vous vous vautrez dans les pour qui vous prenez vous? Quelles incohérences! Vous qui arguer, d'être "simples" que vous voilà compliqués, surchargés, tortueux, pas clairs, bardés de prétentions cachées. Vous tuez les conversations parce que vous n'auriez pas fait d'études mais c'est en vous posant sur l'air de tout savoir. Le "Pour qui se prend elle/il ?" nous apprend donc tout sur vous et rien sur qui, stupidement, vous tirez vos flèches.

Oui, pour qui vous prenez vous, à ne pas écouter ces êtres plus brillants, chaleureux, enthousiastes, vives, perspicaces, passionnés, créatifs ? Oui, pour qui vous prenez vous à trancher en 2 secondes d'écoute superficielle des années de travail ? Oui, pour qui vous prenez-vous à imposer votre style de vie destructeur de la planète ? Etc. Malheureusement etc. Vous savez, désormais, qu'à vous tromper de destinataires, vous ouvrez les vannes du monceau de reproches à vous destinés. Stop!

Reprenons: devant le riche exagéré est-il spécifié "Pour qui se prend elle/il" ? Devant les médias péremptoires, et qui ne semblent jamais pratiquer la loyauté, est-il tonné "Pour qui se prennent-ils"? Pourtant, le premier (nous le savons, depuis l'effondrement financier de 2009, il n'y a pas de création de richesses sinon pourquoi "aider" un milieu aussi auto-fécondant – il n'y a que parasitisme ces trop riches sur les pauvres!) "mérite" pleinement ce genre de réprobation "Pour qui se prend elle/il" ? Parasite complet, il se vautre bien sur les autres – tout en leur reprochant sans cesse d'exister, de respirer ou d'être heureux. N'est-ce pas cumul exagéré? Alors que depuis 1970, 15 % des avoirs publics sont passés au Privé cet imposteur "pour qui se prend elle/il ?" a le culot de mégoter sur le 0,010 % que "coûtent" les nombreux pauvres à la société. Clair que le honteux "sauvetage" des finances les a disqualifié à jamais et ont prouvé que c'est bien le riche sans honneur "qui coûte bien trop cher à la société". Alors pour qui se prend elle/il ? – en effet. Et, vous, si prompts à vous en prendre aux plus faibles, allez-vous user de ces enthousiasmes exubérants, de ces passions de convaincre, de ces verves soniques (qu'auraient pu vous apprendre nos joyeux converseurs!) ? Ah! C'est moins facile. Or, nos joyeux converseurs, toujours en première ligne de l'apprentissage collectif de la mise au pas des trop riches – ne méritent que du soutien et de la diffusion. Allez-vous vous y mettre ou faudra-t-il que nous vous hurlions "Pour qui se prend elle/il" ? Juste retour à l'envoyeur/se? La justice n'est-ce pas aussi de recevoir ce que l'on a semé. Vous avez planté la tuerie des conversations, l'assassinat des dialogues – vous récoltez nos désapprobations.

Quant à chaque média dominant "Pour qui se prend il" ? Le mépris dans lequel il tient la majorité, le plus grand nombre d'entre nous, se vérifie à chaque élection: en totalisant abstentions, votes blancs et non inscrits, vous êtes dans les 60 % qui refusent fermement l'offre politique existante. Croyez-vous que ce média dominant "Pour qui se prend il" ? aille répercuter cette réalité? Pas du tout, totalement anti-démocratique(et pour qui se prend il ?), clair ennemi de la masse, il ne défend que les "marginaux au pouvoir". Traître partout (pour qui se prend il ?) il diffuse principalement mensonges et désinformations (et pour qui se prend il ?). Déloyal en tout, par lui vous ne connaîtrez jamais les meilleurs d'entre nous (et pour qui se prend il ?). Donc inutile de vous signaler qu'il prolifère en diffamations et fausses rumeurs (et pour qui se prend il ?). Et, vous, tirant trop vite et sans clairvoyance le Pour qui se prend elle/il ? – vous vous rendez complices et soutiens actifs de telles horreurs.

Vous vous trompez souvent d'admirations et d'amours: nous qui avons beaucoup vécu, voyagé et humanisé, nous pouvons vous garantir qu'un "bon nombre de gens connu ne méritent pas vraiment d'être connus". Et cela se saurait si vous usiez avec meilleur discernement du Pour qui se prend elle/il ? Rompez avec les cercles vicieux des erreurs massives de destinataires: ne vous trompez plus de cibles !!!

Et surtout surtout reprenez à fond les vraies conversations…Elles ne peuvent, à très moyen terme, n'être que bénéfiques au plus grand nombre.

 

(à suivre) (et pour qui se prend il ?)

Publié dans littératures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article