Pour servir à l'histoire de la contre- culture

Publié le par imagiter.over-blog.com

 

 

3306053806_afb929768a.jpg

La musique qui va avec l'inculture c'est, déjà, la groooooosssse trahison. La contre culture est encore plus cultivée que l'officielle, oui ou non ? C’est aussi exclure de l’attention tout ce qui constituait une contre société ? Combien de témoignages tus de qui n’a vécu que dans les circuits freeshops (magasins gratuits) tant d’années – ne permet que d’avoir une vision commerciale du…non commercial. Les freeshops comme des lieux où vous pouviez manger et boire gratuitement. Changer de vêtements. Et trouver d’autres lieux pour dormir. Une grosse partie des besoins essentiels couverts juste dans une freeshop ? Qui n’a jamais connu ou entendu parler de ces circuits freeshops (de villes en villes en dehors d’une société monomaniaque à l’argent !) ne peut rien comprendre au passé. Vous arriviez en une ville inconnue, mettiez vos annonces et, pendant que vous mangiez, vous laviez et changé – un lieu d’hébergement venait à vous…

 

La certitude qu’où vous alliez vous trouveriez les bases matérielles suffisantes de votre vie incitait, fantastiquement, au voyage. L’accueil comme première préoccupation semble à des années lumière des mentalités dominantes actuelles – n’empêche que c’est 2011 qui se trompe. Très rétrograde, arriérée, ringarde, refusant les progrès, figée dans le passéisme et l‘anti- évolution époque ? Ce en quoi, quelque part la contre culture triomphe absolument aujourd’hui !!! en creux, en vide, par l’absurde, par les flots de carences par le manque béant qui constituent le cœur de notre anti- société à tellement de vitesses qu’on ne peut plus embrayer !!! Elle ne remplit plus notre société les conditions de base afin de pouvoir être classée dans la rubrique « société » ! C’est quoi alors ? Honte radicale sur les soi- disant élites en état de trahisons maximales !!!

 

Donc beaucoup de lieux voués à VOUS accueillir, sans conditions et sans explications préalable. Une contre culture COMPLETE qui, partie de la désobéissance culturelle la plus déterminée, couvrit tous les domaines de la pensée. Des sciences les plus dures aux arts et artisanats les plus quotidiens. L’ampleur du phénomène vous demeure bien caché. Rien que d’arriver au niveau de ce passé – tous les désœuvrés (par exclusions à répétitions) actuels n’y suffiraient pas (un commentaire nous a totalisé au moins 30 millions de jeunes rien qu’en Europe). C’est dessiner les pertes gigantesques qui constituent le socle du retour aux barbaries qui constitue cette époque. Ainsi que les responsabilités indiscutables des anti-élites actuelles (sans préoccupation d’accueil de tous pouvez- vous oser vous dire élites ?) dans la barbarie inadmissible contemporaine. Nul n’a le droit d’exclure, d’évincer du partage des valeurs ajoutées – et encore moins aujourd’hui.

 

Si vous vouliez remettre ces dominants à leur sordide place, à la visibilité massive du fait qu’ils ne sont plus que pitoyables de petitesses tous azimuts, allez donc voir dans CE QUI LEUR FAIT LE PLUS PEUR. La contre- culture en fait partie. Free – se libérer de la société de consommation, sortir de cette déplorable mentalité, refuser l’infantilisme qui tient lieu de mainstream, etc – ça ils en ont une pétoche toute bleue. Qu’ils ont bien du mal à cacher. Et aider, en plus, au tout gratuit- de quoi transformer leurs jours en cauchemars. Alors avoir, en mains, tous les ingrédients de transformations et ne pas entrer dans la cuisine du changement total – c’est s’avouer comme complices du si piteux système actuel.

 

Parce qu’il faut encore comprendre à que point la contre-culture avait investie absolument tous les recoins de la civilisation. Une nouvelle société absolument prête à devenir nôtre dans les moindres détails Et que les efforts désordonnés afin de masquer cette évidence prouve la puissance des vérités de la contre-culture. Moins ce système attaque directement, plus il biaise, il viscose visqueux, oui plus il tente de dévier, d’obliquer, de rendre tortueux les accès – plus il montre ce qui est, pour lui, crucial. Donc plus le silence sur la contre-culture s’est fait épais, plus elle a acquis une valeur exponentielle. Puisque NON UTILISEE. Aujourd’hui, les indignatos pourraient réactiver une complète contre culture. Bouleverser l’ordre établi, dans la fermeté non violente la plus puissante : tout transformer en social. Tout faire redevenir accueil. Que chaque porte, chaque fenêtre devienne supposée comme un accès à un monde free (libre et gratuit) voici qui peut devenir un taraudant et lancinant cauchemar. D’autant plus vrillant, qu’en face, vous verriez tant de joies et tant de bonheurs QUI NE SE CACHENT PLUS.

 

Le fait que la contre culture (ou la désobéissance culturelle) couvre tous les aspects de la civilisation – vous permet de voir tout sous un regard nouveau. Ainsi, la musique le lieu de la densité des trahisons maximales des musicos vous permet de trouver les bonnes parades. Comment niquer les stars en giclant de la vraie good music. Il y a, en 2011, tellement de talents musicaux presque inconnus que le vertige vous gagne. Vertige devant ce que va être ce déferlement DE SONS NOUVEAUX et toute la nouvelle ambiance collective que ça va créer. La comparaison entre ce qu’on quitte (le système très policier des stars) et ce vers quoi nous allons courir de plus en plus vite (la super bonne musique hors tout cadre, l’invention la plus neuve depuis 30 ans) – voici qui fait pas un pli. Tout désir quitte le système étable. La puissance de la contre-culture peut devenir rapidement COLOSSALE.

 

"Je déteste la politique et la propagande***, c'est pour ça que le rythme des mes chansons est irrégulier***," nous devançait le Captain Beefheart. Il n'y a donc aucun format standard surgissant d'une nécessité cosmique, mais des routines, des habitudes, des conforts mentaux et des inertes paresses face au futur. Chaque nouvelle beauté musicale s'est faite par l'irruption très agressive d'un nouveau style. Qui paraissait toujours anti- musical. Comme quoi l'oreille domestiquée n'entend plus grand chose !!! Pourquoi ? Parce la musique se crée tout en bas et jamais ne découle de l'imposition par les soi- disant dirigeants de formats standards. Est- ce si difficile à comprendre ?

 

*** les rythmes "trop" réguliers il les nommait the papa heartbeat

 

Conclusion présente: vous ne savez pas bien jouer de la musique, face aux enfermés des cadres rigides, vous êtes, actuellement, avantagés. Tout nouveau mouvement secrète son propre beat et groove : vous pourriez en être…Tout, absolument tout,  fut entièrement nouveau aux jours de la contre- culture.

 

A la croisée des routes, vous pouvez pulvériser tous les blocages du vieux monde par ce mot d’ordre « tout doit être nouveau partout et dans tout » !!! A nos « marques », PRETS , partons !!!

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 1  "Les mamelles du repos" et  "Remue- ménage",  onglet 2 "Présent !", onglet 4  "Nul n'est nul" ou, encore,  "Je ne parle plus à qui a raison".

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 700 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Commenter cet article