Pourquoi le futur ne soulèverait –t-il pas plus d'élans collectifs que tout le passé ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

5159935799_a65898b947.jpg

Pourquoi n'arriverait-il pas que quelqu'un sache écouter tout le monde et sache faire la synthèse de ces diversités respectées ?

Pourquoi est-ce que les possibles iraient en diminuant et que des profils d'êtres qui nous soulevèrent d'enthousiasme et d'admiration, dans nos passés, ne pourraient plus jamais émerger ? dans le futur ou aujourd'hui même ?

Pourquoi n'existeraient-ils plus de grands hommes ? de femmes exceptionnelles?

Pourquoi n'y auraient-il nulles lueurs d'espoirs ?

Pourquoi le futur serait- il pire que le passé ?

Pourquoi n'y auraient-il plus de fêtes encore plus somptueuses de convictions collectives ?

Pourquoi le niveau commun ne s'élèverait- il plus du tout ?

Pourquoi n'y aurait-il pas des humains qui, fonctionnant tout à fait hors des conformismes, auraient atteint une certaine objectivité, une intelligence impersonnelle, et se soient ouverts à de nouvelles techniques et deviennent, ainsi, capables d'un rendu du collectif crédible ?

Pourquoi le surprenant ne nous parviendrait-il plus jamais ?

Pourquoi y auraient-il plus d'impossibilités que de possibilités ?

Pourquoi n'y aurait-il pas de modestie simple qui sache dire rarement: oui réellement ce que je fais c'est important !

 

Ce qu'il s'agit d'ajuster c'est que de nombreuses expériences ont aiguisé sensibilité et fonctionnement mental de façon non habituelle…

 

Alors ce monde qui conclut sans cesse avant de même commencer NE NOUS PARAIT PLUS CREDIBLE. Plus rien n'y servirait à rien. A quoi sert d'occuper un espace pout y dire qu'il ne s'y passera plus jamais rien. Ecrire, parler, réfléchir, organiser, et une pincée de fantaisie, tout ceci ne seraient que pures conneries: que oui oui point, la sagesse trop grande boude ah là rien ça rien à plus rien de rien. Plus rien. Sauf ? Sauf (alors là trop bizarre!) de tomber dans la vulgarité absolue de dicter la vie des autres: faut te macquer hey, au trot ! T'es obligé(e), contraint(e) de te foutre à la colle! Marida, plus vite que ça! Y'a que ça de vrai. Le cul doit prendre toute la place…Il y a comme un flagrant paternalisme (maternalisme) lourd là dedans: censurer, par exemple, n'est pas empêcher les écrits au niveau des écrivain(e)s mais les dérober (oui oui les chouraver, les escamoter, les soustraire) à la vue du plus grand nombre. Prouvez que censurer c'est censurer "juste" un auteur et pas tout le monde, interdit avéré d'accès à ces œuvres que de mégalos personnages s'enflent à se croire autorisé(e)s de nous empêcher de connaître…Identiquement tous les idéaux de vie ? Très sûr que faire l'amour c'est très bon…nous faisons même des enfants avec…MAIS IL N'Y A PAS QUE CELA !!! Réduire sans cesse le nombre de débats et leurs thèmes "autorisés" ne peut convenir à aucun(e) vrai(e) amoureux(se)…

 

Un peu !!! Pourquoi donc tenter de faire tomber tout le monde dans le niveau bassiste de ces seules  pré-occupations là ? Si vous vous rapetissez à ne voir le monde que comme ça, peu de chances que vous puissiez avoir raison. Le monde est si vaste et il contient tant d'expériences que vous ne tentez même pas d'en devinez l'ampleur: vous ne convainquez jamais les esprits et les cœurs (puisque, même sous les dictatures, personne ne peut entrer en leurs intimes secrets...). Vous ne faites vacarme que pour vous abasourdir: jamais le point exigeant sur vos réels impacts. Qui influence vraiment ? Comment se fait-il que vous n'ayez comme réponses que de bien inutiles généralités ? Qui influence vraiment ? Et comment ce flux d'influences se tisse-t-il: quoi de plus intensément passionnant que de parcourir toutes les pistes copistes !!!

Pourquoi la vulgarité de cœur aurait- elle seule la parole ? Elle ne nous botte pas du tout ? Nous impressionne encore moins !!! mais fait plus que nous lasser. Puisque tout le temps passé à tenter de nuire aux autres est un temps pris sur "votre" temps et que vous ne pouvez utiliser ce temps à vous améliorer (en distillant les extases en vous par exemple!). Pire, vous vous punissez vous- mêmes (le temps "perdu" à blesser est "votre" temps!) en vous privant de l'immensité absolue du réel frémissant. Toujours revenir sur le même coin à piétinements – franchement, quel manque d'imagination tout de même !!! non, vous n'êtes pas du tout réalistes ….vous vous croiriez donc si transparents que personne ne capterait votre petit jeu? Et donc le contourne très aisément. Oui oui, depuis les Töffler nous savons bien ce qu'est le "doctor spin" (pouvoirs ET contre- pouvoirs!): utiliser tous les médias afin d'adresser un message à une, des personnes, beaucoup d'individus…A tenter d'intimider ou croire gâcher la (leurs) vie(s). Ah bon! C'est à "ça" que vous dilapidez votre temps. Quel manque de respect pour vous-mêmes à engloutir, dissiper, gaspiller, ainsi, votre durée !!! Y'a comme quelqu'un qui vous la bouffe la votre de vie: vous pointez dans la sienne et "oubliez" trop la votre, n'est- ce pas très irréaliste que tout ça ? Vous semblez ne vivre "que" pour elle/lui !!! Oui ou non ?

Avec "ces gens là", comme chante Brel, tous les sujets se montrent, par intimidation et pression, "interdits", vous ouïssez bien, bannis, expulsés, exclus, prohibés –avec ces si bizarres personnages. Si ce n'est la minuscule aire de prédilection de ces amoindris qui pigent rien aux trop peu diffusées "sensualités" qui savent, seules, passer de faire l'amour dans les corps, à bâtir l'amour dans les cœurs, à nager comme un merveilleux poisson dans toutes les émotions, où vous mouvoir d'émouvoir grand. Oui toutes: une plénitude que juste l'amour des corps (et "notre" Gainsbourg qui maintient que "l'amour physique est sans issue" et pourquoi donc ? pourquoi aurait-il si tort ?) n'offrira jamais. Pourquoi se priver et vouloir empêcher les autres de vivre l'amour fou, l'amour total, l'amour merveilleux, l'amour archi complet ? Soit donc corps, cœur et tête (le slogan de l'amour mental c'est "je tète ma tête"…toute la tête qu'on tête,  comment pas au courant et vous voudriez tyranniser les autres alors qu'en "amour" laïc et ses trois sites – vous savez queue dalle ???). Jusqu'à vivre des pensées d'amours. Des pensées d'amours bien laïques mais qui se peuvent décrire de multiples façons. Telle une éternelle fontaine qui coulerait tout le temps "le meilleur" en nous…Par exemple, un orangé qui vous inonde de son omniprésent parfum partout. Qui vous vaporise de son nimbe en tout sens, s'enfle et vous inclut dans sa bulle. Vous fermez les yeux et vous vous "sentez", palpité de fraîcheur, au –dessus des nuages (les irréalistes vont perdre leur temps à dire c'est un rêve: désolé! pour le corps ce sont de sensationnelles sensations si tant réelles! point barre!). Cet orangé a le vol si long. Il vous chante des harmoniques (ces notes plus jouées et que l'on entend tout de même puisqu'elles doivent "répondre" à un certain alignement du réel). Et ce toucher duveteux, peau de pêche, cette délectable douceur, qui vous prend tout le regard et vous rend l'image absolument "comestible". Jusqu'à parvenir à vous mettre en bouche des goûts que vous ne retrouvez dans aucune cuisine existante. Les pensées d'amours (et, plus loin encore, l'amour social) représentent une expérience qui magnifie à vie…Comme une moisson ou une récolte des colts !!!

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet freethewords.org,   onglet 2 "l'ardeur sociale" et,   onglet 2 "comment devenir un(e) athée du capitalisme"

 

 

( à suivre)

 

Publié dans méthodes de pensée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article