Pourquoi les gestionnaires nous enlèvent la santé ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

3130705569_d7b43af4ae.jpg

Non pas les ressources uniquement d’argent et de techniques mais les ressources humaines…avec tous ces éléments nous pouvons désormais accuser les esprits uniquement gestionnaires de se trouver à la source de nos problèmes dans tous les domaines qu’ils veulent diriger sans discussions…un politique qui ne serait que gestionnaire ne devrait pas avoir le droit de diriger…

Ainsi, l’aveuglement collectif est grand appelant« un système de santé », un système produisant « des malades », en fait…où, seuls les coûts de maladies sont pris en compte, enfonçant sa perversion jusqu’au plus profond des consciences….ainsi plus il y de malades souffrants, plus règnent les maladies, hé bé !  plus le « système de santé » fonctionne bien…alors qu’un« système de santé » c’est un système avec zéro maladies…où lorsqu’il y a, encore, des malades c’est qu’il n’a pas réussi !!!

Déjà parce que la médecine passive coûte très cher, et ne « sait » fournir que de la technique. Ce qui est (dit sans fioritures !) augmenter par 2 ou 3 tous les coûts…une personne qui a des maladies dues au fait que jamais elle n’a pris en compte sa prévention, sera remboursée. Pas du tout un individu qui excellera dans sa propre prévention. Et qui aura donc fait « économiser » énormément…Chacun- e est compétent(e) sur la connaissance de lui- même. Certain-e-s ont même développé cette compétence plus que la moyenne…et sur les moyens d’être à 2 contre la maladie (médecin+malade), en place de, parfois, les 2 divisés « face » à la maladie trop avantagée, alors

La perversité provient de l’esprit gestionnaire. C’est lui qui empêche de guérir, qui répand du malaise, qui oblige à « s’évader » à chaque fois qu’on veut « un peu de bien- être », etc..incapable du moindre dialogue, de la plus infime pluri-vision, il ne fait que monologuer dans son aveuglement prenant pour des « coûts » les seuls résultats de ses intrusions dans nombres de domaines où l’on déchiffre. Et où on ne chiffre pas, en tout premier. Et, où les comptages sont, d’ailleurs, très différents…la preuve ? Dès que l’esprit gestionnaire disparaît tous les coûts aussi…

Totalement incapable de reconnaître la nouveauté qui peut économiser, qui va faire faire des bénéfices puisqu’il lui faudrait un esprit tout autre. Pas du tout cette mécanique auto-satisfaite tournée vers un passé périmé, obsolète, désuet. Plus formé à de nombreuses théories biologiques, géographiques ou de la nature. Afin d’évacuer le fait que l’économie soit plus qu’idéaliste, entièrement enfermée dans l’idée d’une intemporalité de sa théorie, calquée sur le temps éternel de la mécanique de Laplace (181)…impuissante à s’adapter aux lois de la thermodynamique que l’économie est entièrement mue par une évolution irrévocable à sens unique… et que, de ce fait , il faille beaucoup plus « écologiser » les techniques de gestions…

Ce pourquoi les gestionnaires nous enlèvent la santé…ils regardent dans la mauvaise direction. Ils sont phagocytés par une économie plus qu’irrationnelle, qui ne sait rien de la réalité mouvante. Et donc ne peut s’adapter et trouver les techniques innovantes de future gestion. Faute d’avoir un esprit qui pense, apprend, s’adapte ! Mais une forme d’esprit figé, qui ne remet rien en question (d’où les catastrophes actuelles surgies toutes droites de la rigidité mentale des dirigeants, oui ou non ?)…Et qui donc impose et inflige, n’importe comment, sa technique (ici gestionnaire)  sur des situations hétérogène….sans même avoir appris à connaître cette situation…etc…

Alors que nous devons aller vers une « bioéconomie » (une économie qui répondent aux lois du réel) nous nous en éloignons pour ces pratiques factices très inadaptées…Et nous aboutissons bien à « un système de maladies », faussement nommé « système de santé » qui coûte 2 à 3 fois plus cher qu’un vrai « système de santé »…oui oui, au lieu d’un système qui « marche bien » s’il produit toujours plus de malades et de soins « réactifs » – inverser la réflexion et parvenir à un  vrai  «système de santé ». Non plus un système produisant « des malades » mais se tournant bers tout ce qui crée de la santé…

Dans le monde de 2011, le fait d’une gestion, rigidifiée dans une économie toujours plus inadaptée, qui coûte à notre santé 2 à 3 fois plus cher – voici qui est une base de changement implacable…Gérer la gestion, en somme !

Pas très « rationnelle » cette gestion, pas sérieuse sur le fond. Sûrement pas réaliste ou pouvant servir de modèle. Plus vite nous quitterons cette mentalité arriérée plus la santé deviendra une science (empêchée encore par la gestion aveugle)…

Pour lez moment, ce sont les gestionnaires qui nous enlèvent la santé !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme".Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 400 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans sentez la santé

Commenter cet article