Pourquoi n'y a-t-il plus d’esprits de noblesse ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

3224746010_227bf255a8.jpg

Oui noble ! Ce sentiment de désintéressement et d'oubli de soi, d'adulte complet qui se sent responsable des autres et qui, si de l'argent inattendu lui parvenait, l'utiliserait, sans hésiter, afin de nourrir les faibles, de munir les démunis et de faire hériter les déshérités, et de provoquer les plus gigantesques des fêtes servant à rendre tout le monde heureux – existe bien encore ?

 

La mentalité précède-telle le comportement ou celui- ci l'engendre –telle ? Qui reste la poule et l'œuf ? ce serait quoi la base sociologique d'une mentalité ? etc…Lorsque s'effondre, sur nous, que… "Nous devions adorer l'économie de marché, parce que ceux qui l'a font peuvent être aussi incompétents qu'ils le souhaitent" (p. 242 - Nassim N. Taleb "Le Cygne Noir – La puissance de l'imprévisible", septembre 2010) – nous savons que la solution est dans le problème !!!

 

Tant que votre esprit admet que "votre" profit VAUT plus que la planète et l'Humanité, que la vie et le futur – qui croyez-vous qui soit le plus détraqué : qui court, inconscient et frivole, après le profit ou qui le refuse, réfléchi et modéré ?  Penser aux autres vous rend déjà bien plus grand que la racaille des sommets actuels. Puisque, eux, donnent des "mois de prison" à un adolescent qui a "volé" une bouteille d'eau (Londres août 2011) et félicite les émeutiers boursiers, excitant leurs incompétences, nobélisant ces théories qui provoquent des krachs boursiers, et privilégiant les spéculateurs dont, bizarrement, les gains illicites se calquent exactement sur tous les déficits connus...

 

Appartenir un petit au dévouement, à ce qui place le "vous" au centre de vos préoccupations, qui le déplie, le déploie, le c'est bien juste d'avoir accepté le petit effort de laisser son corps ressentir ce que cela émeut d'être spolié, volé, obligé de subventionner les délires bancaires ou boursiers. Et puis licenciés à causes de leurs irresponsabilités immatures, de leurs monologues permanents qui vous assènent de l'indiscutable c'est comme ça lorsque, justement, tout doit être REMIS EN DISCUSSION. Et puis, fiscalisés, dupé, grugés, essorés – juste à cause du profit à sens unique (le profit "n'appartient" qu'à une petite partie des individus !) – PREUVE juridique recevable que tout gain (profit) se fait, obligatoirement, au détriment de quelqu'un. Et que si vous avez la moindre grandeur (être collectif et partageur c'est se montrer tellement plus grand que profiteur et parasite, oui ou non) vous préférez la fin des dissymétries, des unilatéralités, des déséquilibres, des effets cumulatifs genre le gagnant rafle tout (ou bien on prend aux pauvres pour donner aux riches, selon l'image de Robert K. Rosen), de la concentration de réussire accrue …bref, tous ces enfantillages si puérils, ingénus, crédules qui ne sont que restes de cruautés barbares et d'arriérations culturelles.

 

Comment peut-on appeler "réussites" ces abus d'inégalités où vous n'acceptez de courir qu'avec des bébés de 2 ans ou moins. Il court le Décathlon avec vous, mais uniquement s'il y avec les yeux bandés et les jambes entravées, en plus. Un tel désordre malsain de symétries et d'équilibres (que le capitalisme est voué, soi- disant, à représenter) ne disqualifie-t-il pas complètement qui en permet la continuation. Ne serait- ce qu'une seconde de plus ? Ne représente-t-on pas la lie de l'Humanité à refuser que les émeutes boursières et la gangrène spéculative ne soient pas abolies ? N'est- ce pas un motif d'exclusion radicale de tout circuit de décisions (donc de tout "droit" à diriger autrui) que ne pas être désintéressé-e ? Le clair soupçon (100 000 vérifié) que vous ferez passer "votre" intérêt avant celui des autres – et, pire, avant celui de la société globale et suffisant pour vous éloigner de tout ce qui tourne autour du mot PUBLIC (biens publics, Trésor public, domaine public, voix publique, télévisions publiques, argent public, voies publiques, services publics, etc )…plus aucun esprit privatisé ne devrait approcher de ce mot !!!

 

Pourquoi n'y a-t-il plus de noblesse ? Sinon parce que la noblesse reste d'abolir ce système d'effondrements, de souillures morales, de gaspillages matériels insensés, d'incompétences prenant la place des vrais talents et de maniaqueries idéologiques (ne pas avoir le droit de faire autre chose qu'acheter n'est- ce pas là une vrai dictature, dictature du sordide ?)…et que, qui se voue et dévoue à abolir cette régression capitaliste n'a guère le temps de déployer les beautés de son joyeux caractère…

 

Si bien que la noblesse continue mais qu'elle est devenue "confidentielle". Parfois, vous croisez un(e) individu(e) et vous en êtes remué-e jusqu'au tréfonds de vous.

Qu'y croyez- vous avoir croisé ? ,

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

            tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L'Economie, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

 

Publié dans méthodes de pensée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article