Promesses tenues c'est tenir la bonne santé, après tout !!! (10)

Publié le par imagiter.over-blog.com

 

 

 

A chaque jour sa promesse…à vous de dire, alors, si elle a bien été tenue…mais vue la diversité des lectrices/ lecteurs, comment voulez-vous, en une phrase, concerner tous les âges, situations géographiques ou potions sociales ? Si si c'est possible…les mots peuvent devenir ponts qui relient…afin d'augmenter "nos" chances de se mettre à promettre, il reste au mieux d'utiliser tous les procédés rhétoriques (pensée en abîme, raccourcis, effets de condensations, etc, nous signalerions d'autres)

 

Blanchi sous le harnais, noirci sous le rabais.

            …c'est bien la bonne phrase…

 

Blanchi sous le harnais, noirci sous le rabais.

Le genre de mots quasi hypnotiques qui vous entrent directement dans la tête…Ayant franchi tous les filtres et barrages immunitaires sans que nous ayons pu prendre vraiment conscience des processus. Surgissant toute modelée de notre casque, de notre cuisse de Jupiter. La phase s'entend…Telle son oxymore de "familière étrangère"…elle nous est si lointaine et pourtant, soudain, brusquement, instantanément, si proche… Blanchi sous le harnais, noirci sous le rabais.

 

La litanie inscrite dedans demande un ressassement des sons… Vous répétez, vous répétez, répétez, mais le charme ne semble absolument pas s'user ni se lasser…l'attraction magnétique de la juxtaposition des sèmes et morphèmes répond, limpidement, à une toute autre logique…à première vue le sens ne saute pas au regard… pourquoi harnais, pourquoi rabais… pourquoi noirci, pourquoi blanchi? Pourquoi harnais correspond à blanchi et rabais à noirci ? Pourquoi la nécessité "évidente" de ces juxtapositions ?

 

Blanchi sous le harnais, noirci sous le rabais. Phrase qui servirait, bien plutôt, de corde au long puits de la vérité, nous en remontant une roche métamorphique qui a fondu, coagulé, distillé, forgé plusieurs sens entre eux. Qui nous place face à l'urgence d'un condensé de ce que devrions comprendre rapidement…en chimie judicieuse, n'y obtient on pas un  "précipité" ?

 

De tout notre corps, de tout notre être remonte tout l'essentiel…ainsi,  blanchi sous le harnais, noirci sous le rabais - serait "essentiel"…en passe de tourner à l'universel !!!

 

Si un-e d'entre vous en aviez l'explication ?

                                                                                              Et son désir de la partager ?

 

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 1  "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre",  onglet 2 "La star des stars", "L'ardeur sociale" et "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques, et  Rien de plus solide que le solidaire , sinon,  onglet 4  "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou, encore "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

3778217646_109d9772aa.jpg

Publié dans littératures

Commenter cet article

JeH 14/12/2011 12:46

Yes! à 8 minutes du début de la journée ! mais c'était plutôt noir.
Cette nuit, j'ai eu une expérience sonore intrigante !
J'étais donc à ma table de travail, lorsque j'entends une sorte de grondement, je me dis tiens, il y a de l'orage dans l'air, ce n'est plus étonnant d'entendre détonner en plein hiver, comme les
orages de chaleur en été, et oui, la nature fait ce qu'elle peut pour évacuer les pressions qu'elle subit chaque jour, sans qu'on la respecte dans ses rythmes ressemblant à une symphonie lorsque
tout va bien. Elle ne peut plus nous offrir ses cadences, sa démarche, ses danses, ses bonnes humeurs, puisqu'on ne lui demande jamais son avis. Elle reste muette à nos désirs, à nos injonctions,
mais devient irascible, désordonnée, imprévisible, ...
Je reviens à mon récit. Ce grondement en fait ressemblait plus à un son de corde vibrante, comme celui que l'on fait avec l'archet d'un violon sur ses cordes. Et je me rappelle alors qu'une nacelle
a été installée sur la façade de ma tour pour lui faire un ravalement, une remise en beauté.
Je m'approche de la vitre et je vois, au balancement violent des branches d'arbres qu'il y a beaucoup de vent.
Je me dis alors, ce doit être le vent qui sert d'archet aux cables-cordes de la nacelle.
Et voilà qu'une musique aléatoire envahit la nuit autour de l'immeuble, j'écoute ces sons, il y a peu de notes, 3 ou 4, mais cela donne quelque chose de magique. Parfois le silence se fait pendant
quelques minutes, et lors d'une poussée de vent, la musique lancinante reprend.
Je pensais à un violon qui joue avec la violence du vent, on pourrait donc classer ce violon dans les instruments à vent !

imagiter.over-blog.com 14/12/2011 19:06



faudrait donner toute la suite de ce récit


ou le mystère restera trop complet..et ce serait trop dommage !!!



JeH 14/12/2011 00:08

serait-ce le jour ? le soleil ?
L'aube est blanche de pureté, le soleil s'élève comme soulevé du sol par une puissante mais lente mécanique, sa lumière est blanche et tout à la fois offre ses couleurs aux choses, puis arrivé à
son zénith, ne se prend pas pour dieu, il s'agenouille lentement, baisse d'intensité puisqu'il a tout donné, et disparaît derrière l'horizon noir de son absence.

imagiter.over-blog.com 14/12/2011 12:12



matinale ?