PUNIR LES BANQUES

Publié le par imagiter.over-blog.com

5196403945_497b172000.jpg

Les "débats pour noyer le poisson" vont-ils parvenir, au final, à ce que les banques ne soient pas punies ? Punir les banques radicalement c'est juste dire la vérité sur leurs activités (!). Ainsi faut-il opter pour la version "les dépôts font les crédits" ou "les prêts sont scripturaires" (juste une ligne écrite sur un registre, de l'argent "virtuel" que vous remboursez en argent bien réel!)? Les deux ne peuvent être vrais à la fois…

 

"Les dépôts font les crédits" ?

Oui, c'est on prend ce que vous déposez en banque de votre argent et on le prête (sans votre avis) à d'autres. "Votre argent m'intéresse" au sens cynique et vénal de "il me rapporte beaucoup d'intérêts" – mais "sans" vous du tout !!! Déjà, peut être remarqué que "votre" argent sert à enrichir unilatéralement les banques. Ils prennent tout votre "positif" crédit et vous chargent de trop chers agios sur vous débits…Punir les banques devient de les contraindre à REMUNERER VOTRE COMPTE d'une partie des intérêts générés par le prêt (sur votre dos). Comme cela vérification scientifique de la véracité du "les dépôts font les crédits" …A condition que ces crédits rémunèrent ces dépôts. Sinon ce n'est ni honnête, ni correct, ni civilisé, ni économique, ni juridiquement défendable. Sinon "les dépôts ne font plus les crédits"…Punir les banques s'augmente en faire vite passer ces banques devant la Justice. Les banques ennemies n° 1 de la société ?  Tant qu'il n'y aura pas eu ces procès (d'une façon ou d'une autre!) et tant que la scabreuse escroquerie nommée "les dépôts font les crédits" – oui !

Puisque les banques financeraient (?) 75 % de l'activité – donc 75 % du chômage leur est imputable ? Logique non ! Rien que pour cela elles doivent passer au tribunal…Par exemple, pour répondre à la question "est-ce que la spéculation œuvre pour ou contre l'activité humaine ?"…Trop d'éléments semblent tirer la réponse vers CONTRE.  Comment peut-on financer 75 % de l'activité sociale si, en même temps, on la spolie de …combien déjà ? Beaucoup trop ? Punir les banques c'est, aussi, leur offrir un procès afin qu'elles puissent tout éclaircir et apporter leur défense en plein jour…

Parce que l'affaire "les dépôts font les crédits" représente un sac de nœuds plus extravagant que vous pouvez imaginer… Afin d'amener ceci, en pleine lumière, prenons le livre « L’économie expliquée à ma fille" – on se dit que la nécessaire simplicité d’exposition rendra tout sera clair. Or les contradictions majeures, les non dits et les impossibilités logiques (ne serait- ce que par rapport au corpus dominant) pullulent…Voyons à "monnaie et banque". Monnaie comme création de billets (dits de banque, si vous vouliez vivre un peu plus dans le réel vous auriez capté – les ennemis n° 2 de la société sont bien les conformistes, non ?) et monnaie comme dépôt que "vous" faites. Déjà, vous tombez sur un exemple « illustratif » : les 100 € de « sa fille » qui « deviennent » 5000 € (p. 55). Soit 50 fois plus. Le « coefficient multiplicateur"  (ce que « rapporte » à la banque chaque euros déposé) était supposé toucher maximum à 7 (2 en 1960) soit chacun de vos euros "devient" 7 € pour la finance…et là c’est « la multiplication des pains", un sacré miracle, non ? personne n'était au courant ?…"coefficient multiplicateur" 50 - mais pas plus d'une allusion floue…N'est-ce pas exagérément désinvolte ? Comment "respecter" un tel ramassis d'inconséquences ? Ce fait essentiel (que vos 100 € "deviennent" 5 000 €) ne MERITE QU’UNE PHRASE. Mais les conséquences réalistes, concrètes, non.

Soit :

1 -  A quand la répartition de ce que « rapportent » vos comptes. 50 ça mérite un retour sur utilisation (98 % de vos dépôts sont avoués être « prêtés" à d’autres, sur la même page) – un retour semble platement logique…

2 -   La non nécessité flagrante d’aider les banques. Pourquoi leurs gains sont les plus hauts possibles ? Pensez 5 000 € parce que vous avez déposé 100 €…Ce sont donc ces "100 €" qu'il faut aider pas les  5 000 €…On ne cous entend pas bien- articuuuullleeez. Aucune réponse audible, vous voyez bien que l'affaire "les dépôts font les crédits" est tout sauf claire…Pourquoi aider (en plus) de tels taux multiplicateurs UNILATERAUX ? Ils ruineront tout avant de se ruiner, non ? Pour le moment, les "crises" ne leur ont pas fait perdre un centime. Donc l’aide aux banques n'est pas de l'aide, mais bien du grand banditisme, de l’escroquerie mondiale. Afin qu’elles continuent à tuer la vie quotidienne des gens (la spéculation c’est le braquage de la majorité des gens !) leur refiler du combustible pour augmenter leurs illégalités est- ce si "urgent" et "viable" ?….

L'histoire "les dépôts font les crédits" nous contraint donc à réclamer le reversement de ces "trop perçus", de ces dons si indus. Comme à rectifier l'appellation "les dépôts font les crédits" en "les dépôts permettent les illégales spéculations"…Puisque il faudrait tout de même que vous vous démeniez à expliquer le les 100 € de « sa fille » qui « deviennent » 5000 € (p. 55). Ou 50 fois plus…Ce ne peut être que la SPECULATION (autre mot pour "voler l'argent des autres" !)…Soit 98 % de "votre" argent se voit utilisé CONTRE VOUS pour détruire votre emploi (gains à courts termes) et spolier tout votre futur 'activité "reconnue" des illégales Bourses!)… Punir les banques devient bien une urgence de salut public !!!

 

 

Les prêts sont scripturaires

Le volet du "prêt" stagne carrément dans la confusion la plus extrême. Nous venons de vérifier que, dans la même page, vous obtenez l’illustration de la phrase pour étudiants « les dépôts font les crédits » (98 % de vos dépôts seraient, ainsi, prêchés comme « prêté » à d’autres). Et, en même temps, « l’open market » (les banques centrales qui ont « la planche à billets » et « octroient » (drôle de vocable!) des espèces afin que les banques « créent de la monnaie » en « prêtant ». Ceci « prête » déjà trop largement à confusion avec les apports de "l’Argent- dette" (film qui démontre que les « prêts » ne sont pas fait d’argent réel mais d’une écriture sur du papier - argent scripturaire - que la banque ne fait qu’écrire sur du papier et vous vous remboursez en vrai argent) et Frédéric Lordon. Celui-ci avoue, mystérieusement et de si embarrassée manière dans "La crise de trop", que la banalité ( ?) du film (les prêts ne sont que de l’écriture pas du vrai argent) est déjà étalé dans tous les cours d’étudiants. Mais, il entérine le concept « prêt par écritures", créé à partir de rien, scripturaire, pas d’argent vrai, et propose une nationalisation du crédit (tout en maintenant un remboursement non des seuls frais mais de la somme fictivement prêtée afin « de réguler les convoitises » ???? Trop top n'importe quoi !). Donc le désordre absolu que la « clarté d’exposition » apporte devient, toujours plus, intense…« L’économie expliquée à ma fille" à ne surtout pas recommander de lire par des ados !!!

Ainsi nous venons d'apprendre que les banques centrales ont « la planche à billets ». Que le billet de 500 euros rapporte 62 500 sa mise : coût de production de 0,08 € pour 500 €, on sait que la planche à billets c’est les banques centrales. « De l’argent créé à partir de rien ». Mais on voit pas du tout  qui « touche » le pactole des 600 000 % de bénéf sur chaque billet ? les banques centrales c’est du virulent commerce ? les profits générés vont où ? à qui ? comment ? qu’est ce ? si vous trouvez une clarté « d’exposition » nous pas . Que des sacs de nœuds. Les « prêts » un coup c’est les dépôts un coup c’est de la création monétaire par ces sommes « octroyées «  (de nouveau, ce  mot « intrus », non ?) par les banques centrales. Qui "créent de la monnaie" par l'open market (pas par vos dépôts alors – les deux sources sont-elles conciliables ?) qui , ensuite, fait que les banques"prêtent"…Donc l’argent est virtuel (des écritures) et ne devient réel (les banques "créent de la monnaie") que lors des prêts aux entreprises et individus ? Que vient faire l’argent scripturaire là dedans ? Qu'au niveau des banques centrales ? Les taux d’intérêt venant payer le « loyer » de l'argent : mais, si les banques obtiennent un taux de    1,2 %, elles vont le répercuter en 6,7 % (plus, moins) non ? Elles ne paient jamais rien en fait…Quoi qu'elles fassent elles récupèrent tellement plus que le "service réel" !!! 

 

Punir les banques

devient de les faire admettre qu'elles ont généré un réel chaos, qu'elles alourdissent par ce trop très braquages des populations que représentent les spéculations. Qu'elles doivent donc CESSER immédiatement tous les TROUBLES SOCIAUX qu'elles provoquent. Et pour lesquels elles doivent être "traduites" en Justice. Et tout de suite. La panoplie des REPARATIONS que les banques doivent impérativement  opérer s'est mise en place devant nos yeux:

1 -     Avouer si   "les dépôts font les crédits" ou si "ces prêts sont scripturaires"…

2 -     Désigner, si le billet de 500 euros rapporte 62 500 sa mise : coût de production réel de 0,08 € pour 500 €, oui « de l’argent créé vraiment à partir de rien », qui « touche » le pactole des 600 000 % de bénéf sur chaque billet ? En réalité ? Les banques centrales - c’est du virulent commerce alors ? Les profits générés vont où ? à qui ? comment ? qu’est ce ? Aucun état ne peut être "endetté" s'il récupère tout « de l’argent créé à partir de rien », qui « rapporte » le pactole des 600 000 % de bénéf . CQFD. Ne sommes nous pas au centre brûlant de notre société ?

3 -    Une fois ces éclaircissements torrides obtenus – CHANGER. "Les dépôts font les crédits" …A l'unique condition que ces crédits rémunèrent ces dépôts…Si le prêt est scripturaire - ne faire rembourser que l'ensemble des "services" rendus et pas l'inexistant capital…avec effet immédiat sur tous les prêts en cours…

4 -  Enfin, s'interdire toute SPECULATION…en commençant d'expliquer, par exemple, comment  les 100 € de « sa fille » peuvent « devenir » 5000 € ? Par quelle magie sinon structurelle et collective: si 1 obtient tant c'est qu'il "détournerait" tout le circuit social et collectif vers lui seul, non ? On ne perçoit pas quel intérêt a la société à permettre ce genre de culs de sac antisociaux? La finance spéculatrice, Bourses et banques comprises, est bien l'ennemie n° 1 de la société !!!?Et pas WikiLraks ni Eric Cantona !!!

 

Punir les banques c'est bien éradiquer ce fléau antisocial qui représente l'acte le plus anarchiste réel (refus de toute réglementation, n'est-ce pas ?) qui soit. Et qui parvient à faire que les banques, dans certains domaines, se comportent comme LES PIRES ENNEMIES visibles de la société !!!

 

( à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet freethewords.org,  onglet 4  " Où trouver encore du sérieux ?, onglet 2  " Le roman de l'économie",  onglet 3     " Rien de plus solide que le solidaire" ou onglet 2  " Comment devenir un(e) athée du capitalisme".

Publié dans economie et politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article