Qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

2616144737_47ca291ac1.jpgAinsi serait volée, sous nos yeux, la nécessité des nécessiteux. Elle est transportée, vite fait, sur les trop riches. Là ça ne peut attendre, ceci brûle d’urgences, cela martèle une exigence de priorité absolutiste !!! Que risque le nécessiteux sinon sa vie - cela peut bien attendre le prochain tour de la « main invisible des marchés »…mais ne pas pouvoir gagner 1 789 millions tout de suite lorsque vous avez déjà 75 000 milliards ça pue la nécessité obligatoire, impérative ; oui despotique !!!

Vauban, pourrait nous fortifier, lui qui fut un des peu nombreux à être accablé, dans sa chair, du trop de misères du peuple de louis XIV. D’où la nécessité, incluse, d’y remédier fissa. Il a donc inventé, sous cet Ancien Régime des trop d’inégalités –(on ne verrait pas ça en 2012 !) – un impôt vraiment payé par tous. Qu’arriva-t-il à cette idée sensée qui ne quitta plus certaines têtes ? Son livre fut passé au pilon. Martelé comme les médias mercenaires nous le martèlent sans cesse. Les trop riches et trop nobles lui firent un complet barrage à l’époque. Mais cela n’arriverait pas en 2012, voyons ?

En 2012, nous savons que l’urgence impérative c’est la nécessité des nécessiteux. Et pas de la dérober pour la déposer sur la Bourse usuraire (dont il est prouvé qu’elle ne créée aucune richesse,- mais vit, parasitairement, sur « l’argent des autres – donc se montre d’une redoutable inutilité !!!)...Oui de soustraire aux nécessiteux leur nécessité pour la détourner sur les banques braqueuses de leurs clients, ou l’escamoter vers les trop riches toujours moins nombreux (1 226 milliardaires c’est une trop nette régression vu l’augmentation de la population !!! où ont-ils donc la tête ?)…maraudée aux nécessiteux leur nécessité dérivée vers tous les trop riches qui, s’engoncent toujours plus dans l’Ancien Régime où ils ne paient plus vraiment d’impôts. Hoy ? En 1781, alors qu’ils auraient pu lâcher un peu pour garder l’essentiel, ils se sont obstinés à accélérer leur chute. Augmentant, à contre courant, qui pourrait le croire oui les charges féodales, oui oui en faisant appel à des archivistes pour exhumer des terriers (vieux livres où étaient ensevelis, séculairement, des droits anciens) des hallucinations . Ne captant plus rien de l’époque –ils veulent toujours plus (malgré l’air du temps), toujours plus de privilèges fatals. L’édit de Ségur ferme la porte à aux nez de ceux qui paient tous les impôts en « martelant », puérilement lalère, lalère lalère, que seuls les nobles le justifiant peuvent devenir officiers. Inutile édit sinon pour humilier tout le monde.

Qui va excuser, 231 ans après, qui continue à dérobé aux nécessiteux leur nécessité?

Qui serait, en 2012, vraiment trop à contre-courant ?

Si vous vouliez en savoir toujours plus, adressez- vous au livre LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? etc), onglet 2.

…que vous pouvez télécharger gatuitement sur le site internet gratuit freethewords.org,   onglet 2 "La queste des questions"-!!!

à rapprocher, évidemment, du fait que "Tous les chiffres sont bien contre le capitalisme" (blog du 23 février 2012)…les expertises du réel, dont font état ce texte, surgissent-elles d'avoir consulté, aussi, les blogs "une société, institutionnellement, organisée pour voler les pauvres" du 23 septembre 2011, "Tout l'argent gratuit pour les seuls capitalistes" du 25 septembre 2011 ou  "Les banques doivent faire leur travail" du 25 septembre 2011… en écho le 21 janvier 2012 d’André Orléan « Que les banques fassent leur métier », Le Monde, p. 6 « culture & idées »…,"L'angle mort de la finance", " Chiffres de l'occupation de l'armée étrangère de la finance" (blog du 17 février 2012), "Les crises sont causées par les excès d'inégalités ?", "Principe de précaution massif envers la finance ?", "Désindustrialisation : à qui la faute ?", "Plus ça va plus c'est vulgaire d'être trop riche","Gains collectifs partout", "La spéculation désocialisée", "Les émeutiers ce sont les trop riches ?", "Peut-on vraiment se dire "objectif" lorsque intéressé et profiteur ?","Le coût d’une non intervention publique ?", "Hontes du néolibéralisme", "Banques, plus rien ne va !!!", "Plus tu prends aux autres plus tu les enrichis !!!", "Les élus ne sont pas les propriétaires de ce qu'ils gèrent", "Plus con qu'un banquier ?", "L'infantilisme du "circuit intégré de la finance internationale"""Ce que représente l'argent des banques ?", "Collectif/ individuel", "Privatecity" – Publicity", "L'autorégulation étatique est prouvée …", "Donner l'apparence de la solidarité à un simple courant d'air (1 et 2)", "Du suffrage universel "libre et non faussé"", "au mieux des intérêts de tout le monde", "Qui on valorise ?", " La finance - une fraude systémique ?", "Comment le capitalisme se met à dos tous les génies ?", "Si la nouvelle génération de penseurs ne vient pas vite", "Le bon détour ne ment…" ou "POURQUOI LES MARCHES CA NE MARCHE PLUS ?"
Gains collectifs à la place des gains individuels, Fête sociale permanente, Service public du crédit, retour massif des services publics autogérés, et tant d'autres filons du futur etc – toute une nouvelle civilisation est bien, complètement, en place !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif
 (à suivre)

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme".Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances
Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 800 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

Publié dans grandes engueulades

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article