Qui dirige le monde ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

3630915919_803736ba30.jpg

Après le pire que scandaleux échec de la finance en 2007- 2009,  qui a obtenu la clarté d'un "comment la théorie financière a produit le krach"*** oui la certitude que l'auto enfermement monologué de la finance dans sa bulle hors de tout réel prouve qu'elle ne doit surtout jamais diriger le monde. Elle ne sait RIEN, elle ne sait pas, non plus, comment savoir et son fonctionnement mental étant plus que primaire (l'avidité spéculative n'est pas sérieuse ni adulte!) ne sait pas comment articuler les segments du réel afin de le maîtriser. En bref, sa posture est parasitaire, puérile (les autres doivent toujours réparer ses catastrophes), dépendante, mineure et pas autonome. Elle reste un poids mort que la société doit traîner comme un fardeau…

 

*** le sous-titre du livre "L'arrogance de la finance" (plus ils se trompent plus ils s'aigrissent à l'autoritarisme !) de Henri Bourguinat et Eric Blies

 

Surtout pas la finance qui doive dirige le monde !!! Or que voyons- nous ? Des gouvernements délirer qu'il faudrait "calmer les marchés" (ou la capitulation honteuse de toute politique), oui oui en plus ces marchés sont de grands malades hystériques, dérégulés, plus réguliers, incapables de se contrôler, ne "pensant" qu'à coups d'humeurs et de lubies aléatoires, etc…Bref, le profil type de qui ne doit jamais diriger mais être "régulé" (hors des crises de nerfs!)…Plus étrange : qu'il faut avoir une bonne notation (superficialité absolue d'une telle rengaine où les apparences supplantent tout réel!) or ces organismes de notation ont nettement fait le lit de la crise. Leurs "notes" ne peuvent  sûrement pas être considérées comme fi       ables du tout, jamais rien de sérieux dans ces conformismes suivistes…Et ce n'est pas fini : nous devrions resté collés au moindre des mots des marchés spéculatifs (ces grande délinquance ?) puisqu'il faut "apprendre les leçons qu'ils nous donnent" (depuis 2007 il semblerait que ce soit le marché qui – toutes affaires cessantes - en toute propriété, doivent apprendre les leçons du réel !!!)…bref, médicalement, ces mots gouvernementaux ressemblent à de grandes bouffées délirantes. Et une attitude aussi stupide, contre productive, suicidaire, anti-politique en diable (aucune politique ne peut se faire à la corbeille !!!), couarde et de capitulation sans conditions…ne peut qu'amener un flot de questions: sont-ils bien hypnotisés pour agir contre leur propre fonction ? sont-ils psychologiquement atteints pour ouvrir, ainsi les portes, aux pires ennemis de la société (les spéculateurs) , sont- ils devenus détraqués de conformismes au point de prendre pour "réalité" ce qui est le plus souvent rabâché ? sont ils de ces impuissants "à diriger" puisque "suivre" une supposée opinion majoritaire (lost in management traduit que marketing et management ne sont que leurres qui éloignent de tout réel)…etc (et tant d'autres questions plus ou moins résolues dans d'autres de nos blogs)…

 

Et tout cas (délire ou non des gouvernements !), en aucun cas les marchés ne doivent diriger le monde. Service public veut bien dire au service d'absolument tout le monde. Marchés donc au déservice du plus grand nombre: son orbe de préoccupation est bien trop restreint pour être pris au sérieux. Crédit uniquement comme service public, investissement (avec reconnaissance de toute spéculation comme grand banditisme) au réel service des entreprises (surtout PME- PMI si desservies par la stupidité boursière alors qu'elles seules créent des emplois pérennes). Et puis investissement à moyen et long terme afin que plus aucun intérêt privé ne puisse plus saccager la mise en visibilité des besoins collectifs. Etc. Tous les contre feux sont déjà présents. Suffit de les activer. Ce sont les priorités qu'il s'agit d'inverser. Les Trente Glorieuses n'ont connu strictement aucunes activités boursières d'où prospérité collective…Les Bourses ne représente que des intérêts irrecevables d'une irresponsable minorité qui ne "sait" que ruiner la collectivité. CQFD ? Ce sont les priorités qu'il s'agit d'inverser : les finances passent donc en tout dernier des activités sociales. Rien n'est sérieux ni fondé dans ses concepts: le profit est un "coût" comme un autre, que vous osiez le "transférer" sur autrui en braillant, démentiellement, que vous "gagnez" voici qui jette un doute définitif sur vos facultés mentales et l'état de votre raison. Et tout le reste à l'avenant: la finance s'est définitivement décrédibilisée: rien n'y tient l'analyse. S'il y a donc bien une mentalité qu'il faille "réguler" c'est bien celle- là…incapable de se diriger elle- même comment voulez- vous qu'elle nous dirige ?

 

CLAIE QU'EN AUCUN QUI EST RENDU AVEUGLE PAR SES SEULS INTERÊTS NE PEUT PRENDRE SOIN DES AUTRES…en conséquence de quoi, de laisser encore se détraquer les soi-disant élites dans de telles aberrations n'est plus recevable du tout !!!

 

Ne peuvent participer à diriger le monde que des individus très désintéressés, embrassant tout l'intérêt collectif et devenus très ambitieux pour les autres (avec donc de "vrais" projets "sociaux" d'envergure !!!!). "Participer" à diriger le monde ?Effectivement, tous les "biens communs" (eau, alimentation, culture, énergie, médias, recherche ou enseignement) doivent se diriger vers une structure d'autogestion très décentralisée. Combattre les gaspillages (ces soi-disant économies d'échelles du gigantisme!) et pollutions par les activités renforcées de proximité. Afin d'y parvenir renforcer la démocratie généralisée donc limiter l'impact d'une représentativité politique où la grande majorité ne sent plus du tout représentée et où l'autisme forcené des minorités dirigeantes REFUSE de reconnaître le bien fondé des abstentionnistes et des votes blancs (en nombre supérieur aux votants du FN par exemple) définitivement majoritaires !!! "Participer" à diriger le monde ce n'est plus le diriger "contre" les autres mais "avec" les autres: elles/ ils entrent, aussi dans la mise en forme collective (cahiers de doléances mais cahiers, symétriques, de projets) de l'auto élucidation permanente de la société par elle même. Diriger c'est encore PLUS savoir faire remonter les circuits de bas en haut que de se placer dans la fainéantise minable de tout matraquer (et de quel vrai droit ?)  par le haut. Un "corps" social c'est le dépassement de tous les savoirs de développements personnels et des merveilles des expériences des "intelligences sensualisées" dans une matrice commune, etc…

 

Que vous le vouliez ou non – de tels êtres existent déjà. Il est trop évident que l'époque ne peut que conduire a de grandes MUTATIONS. Plus chacun-e participera entièrement (et avec connaissance des enjeux réels et alternatives potentielles) plus le fardeau individuel diminuera. Des individus ont déjà vécu la mutation et aucune mesquinerie, manipulation des renommées, aucun voile porté sur la hiérarchie réelle des intelligences actuelles, aucune déformation par les toxiques marketing ou management, etc – n'y pourront rien changer…les transformations globales sont déjà en action.

 

Et il semble plus rationnel de comprendre qui en détient comme les clés et les modes d'emplois – que de tenter (si puérilement) de retarder ceux- ci…puisque, dans le domaine de la pensée, ce qui est "bien formé" par un individu devient, irrésistiblement "force" (et inversement). Et que, dans ses conditions, les gesticulations ignorantes ne peuvent en détourner vraiment le cours.

 

Le noyau infracassable du diamant vous connaissez ?

 

Ce n'est donc plus de savoir "qui dirige le monde ?" qui rend sérieux mais bien d'avoir compris , dans les moindres de ses fibres, comment diriger le monde ?

 

Ce qui clarifie que les soi- disant dirigeants actuels ne savent pas du tout comment le monde se dirige !!!

CQFD !!!

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité", onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

Commenter cet article