Qui est encore ambitieux pour les autres? (1)

Publié le par imagiter.over-blog.com

MG 8794

Normalement, les "élites" ce sont des personnages qui se distinguent par le fait d'être très ambitieux pour les autres. Or, le simple feuilletage de l'actualité, montre la décrue impressionnante de ce prodige. Y'a plus que leurs culs qui les intéresse. Ce qui rejaillit, direct, sur le niveau de l'intelligence collective – dont leur petitesse de cœur (à ces ex- élites) provoque la multiplication anormale des problèmes irrésolus…

Tous comme les flux financiers persistent à aller du Sud vers le Nord: ce qui traduit que "l'aide" réelle vient des pays trop pauvres et va vers les pays trop riches – le flux des problèmes provient, massivement, du sommet de la société. Des dirigeants de tous domaines d'activités. Non seulement, ils (sans généralisations hâtives!)  se montrent incapables de résoudre le moindre problème d'envergure puisque leurs "étourderies méthodologiques" (selon Descartes) en provoquent de tout neufs. Mais, en plus, leur fonctionnement mental se met à en multiplier le nombre florissant…

Un exemple concret va nous faire ressentir ceci: Arnaud Montebourg, pour Pierre Carles avait judicieusement souligné que une chaîne de télé représentait le modèle "de l'individualisme et du fric", soit de l'incitation au suicide collectif et à l'assassinat de la Terre. Un journal régional, reprenant cette info, s'autorise à étaler son immoralisme habituel (allié à l'irréalisme complet tous azimuts – si nous tombions aussi bas que la déchéance intellectuelle de la presse régionale, nous serions tous déjà morts !) "Montebourg n'assume pas et recule (à la une!), sans doute parce qu'il a des ambitions très fortes ". Nul doute qu'il n'a pas d'ambitions très fortes – est le bon phrasé. Pour nous, qui n'est pas, encore, entièrement ambitieux pour les autres N'A AUCUNE AMBITION. Que de la mesquinerie, de l'étroitesse de cœur, de l'avilissement envers le futur, de l'arrivisme pitoyable ou de l'impossibilité mentale.

La déchéance morale absolue, nommée aussi USA, disait dans ses coulisses (que nous connaissons par "confidences" d'icelles et icelui "in-to": sinon pourquoi un blog, hé, con ! vérifier sur le site  freethewords.org, onglet 2, au titre "la star des stars") "nous votons toujours pour le plus pourri PARCE QU'IL NE POURRA RIEN EXIGER DE NOUS". Tandis qu'un plus honnête, un léger incorruptible pourrait faire changer les styles de vie. Quand vous aviez, aussi, entendu chez les démocrates "plutôt Bush que le peuple!" – faisant référence à la convention de Chicago de 1968 (combien de tombeaux, ainsi, nous gouvernent?), vous "savez" jusqu'où la déchéance des ex- élites se poursuit. Yes, jerrican ?…

Recadrage possible? Ouf! pas de nouvelle civilisation sans revisiter ce qui la précéda… le cynisme est enfantillage, puisqu'il ne repose que sur la nécessité que la plupart demeurassent naïfs …la convoitise chute, ainsi, dans l'indignité de "vivre sur l'argent des autres " (le glissement de regard peut aller très vite: hier on vous voyait "héros de la finance", aujourd'hui vil "parasite répugnant de l'argent des autres, collé comme un morbac ")…L'on pourrait, de la sorte, poursuivre le tableau de ces "passions tristes" (dites aussi "sans qualités") vous ne trouverez que DEPENDANCES,  besoins, appétits,  soumissions, servilités ou déchéances…Bref des success stories archi minable !!!

Alors ?

Nous nous avions préféré pratiquer "l'autonomie (l'indépendance) de l'esprit" selon la méthodologie 1789. Aussi, nous ressentons-nous, encore, considérablement ambitieux pour les autres: nous voudrions qu'ils accèdent à notre vie extatique. Partager avec eux tous les trésors. Semer l'abondance sociale. Faire connaître les qualités. Qui vous ouvrent au complet "cerveau sensualisé". La joie infinie. La paix intérieure. La réussite intégrale…

Tout autant que d'offrir les bonnes méthodes de pensée (comment économiser l'économie, comment vivre, physiquement, les totaux têtus de la globalité, comment tout résoudre sans perdant, comment diffuser les meilleures pratiques collectives…etc et tant d'etc…pour qui restera toujours infiniment ambitieux pour tous les autres…)

 

Seulement, la société se rétracte comme une peau de chagrin, ce chagrin qui mine les ex- élites puisque ils savent (dans leurs inconscients) que "nous savons déjà nous passer d'elles" (et qu'elles seront, bientôt, démasquées comme poids mort que nous devons traîner). Des pratiques collectives de rétractation, de racornissement, de ratatinement ou de rétrécissement sont à l'œuvre. L'espace PUBLIC n'a jamais été aussi restreint: trop de privatisation PRIVE de tout. Trop de privatisation tue toute privatisation possible. Parce que ça tue tout futur comme toute vie: économiser l'économie résout tout. Ainsi,  la pensée (le sang du futur) n'a plus que des têtes d'épingle de "communication", d'espaces de liberté, d'agoras communautaires (dans leur monde rabougri – s'entend – pas dans l'univers!!!) – lorsque, même dans les âges dits barbares, elle disposait de centaines de km²…

Préjudices et dommages ?

Tous les êtres prodigieux nous deviennent inaccessibles. Toute la vraie POSITIVITE quotidienne tend à être effacée. Toutes les qualités (telles la fontaine de jouvence) se voient sous- utilisées, voire "ignorées"…etc. Nous (pendant ce temps!) nous regardons en face l'horreur bourgeoise dans sa plus hideuse nudité: tuer l'intelligence, le partage, l'amour et la beauté intérieure – sa seule ambition souterraine, sournoise, obstinée, veule, minable…Son unique maniaque obsession, pour laquelle (pigez le vite pour votre survie!) aucune vie, même la votre, ne compte plus.

 

Découragé(e)s ? En un flash de seconde, nous reconnaissons les vrais "combattants" ; les cadeaux qualitatifs nous pleuvent sans cesse…Nous "faisons", en conséquence, avec ce cadre de "l'horreur culturelle". Le contournons, l'englobons et le subsumons. Tiens, déjà, bien derrière nous…Persistons à offrir, tout le temps, le meilleur, les trésors, l'authentique, les joies extatiques, les qualités hors des prix, l'incommensurable, les réussites intégrales (cœur esprit corps liés dans une effusion sensuelle que JAMAIS aucun film, livre ou discours bourgeois n'aura pu imaginer). C'est cela le dénominateur commun de l'époque: les autos proclamées "élites" se montrent plus qu'incompétentes et incapables de deviner (puis de comprendre) ce que sera le FUTUR !!!

 

Aussi, trop facile de ressentir que "leur" monde fait de décombres mesquines – n'existe plus pour nous. Nous sommes en feu permanent donc demeurons toujours autant ambitieux pour les autres: nous voulons, par exemple, tous les arracher à leurs orbes pitoyables. Et, au minimum, empêcher que leur chute INEVITABLE et inéluctable n'entraîne trop d'humains. Avec elle.

 

Que nous est-il donc arrivé?, vous titillez- vous…Du passé, les génies nous ont transmis, lumineusement, leur infaillibles ambitions pour autrui. Puis, nous percutâmes le privilège (dont les arriérés médiatiques ne comprendront jamais la "chance": tout ce qui est gratuit SURPASSE TOUS LES PRIX, donc le "loser" - celui qui ne croise jamais du "gratuit", du don ou de la générosité…bye bye les ex- tendances !!!). Oui des êtres magnifiques, celles/ ceux dont le cœur déborde de tout le monde, dont le cerveau demeure tout empli des ambitions collectives – existent encore. Quelque part par ici. Les princes de la vie intérieure REUSSIE qui vivent (ça multiplie toutes les "réceptivités") pauvrement (évidemment, par respect des autres et parce que leur claire ambition pour les autres les "franchit" et donc affranchit "d'émancipation permanente"…). De voir des cœurs d'une sublimité incroyable (par rapport à la navrante et importune nullité médiatique)- représente une des plus belles expériences de la vie… Qu'y pouvons- nous si la plus belle des choses, sur Terre, c'est "voir le cœur de quelqu'un" ? Qu'y pouvons- nous, aussi, si les médias FUIENT, sans cesse, cette confrontation ?  Que voudriez- vous donc faire après cela ?.

 

Bingo ! "devenir", aussi, très ambitieux pour les autres….

 

(à suivre)

 

 

 

 

Publié dans méthodes de pensée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article