QUI GERE LA CRISE FINANCIERE 2007-2010 EN EST LA CAUSE PREMIERE

Publié le par imagiter.over-blog.com

5312783897_07fa9174e4.jpg

Les dernières infos économiques font, clairement, comprendre que pour la gestion des crises 2007-2008- 2009 c'est LA GESTION MÊME DE LA CRISE qui est la crise. Le parasitisme des voleurs financiers est tel que, chaque nouvelle spoliation qu'ils pratiquent sur "l'argent des autres" (nous croyions que la "propriété" leur est sacrée – nous nous apercevons que ces louangeurs louent, ailleurs, la valeur réelle des choses bien sous leurs réelles valeurs !!! leurs indignités s'avèrent bien complètes…), nous recevons des miasmes décisifs et de visibles impacts.

Qu'avons- nous entraperçu ?

 

Le secret et la dissimulation des faits dépassent, de loin, le fiasco médiatique des guerres du Koweit ou d'Irak. L'économie si peu "sérieuse" supplante la souveraineté des états, la salubrité publique, la sécurité des nations et l'avenir de la planète…faut le faire…TUER LE REEL pour des abstractions non scientifiques (les concepts bidons de la finance) ou le pire des idéalismes n'ayant jamais existé (la régression barbare du capitalisme)…

 

Toutes les décisions prises en 2008- 2009 l'ont été CONTRE l'intérêt général (qui a dû payer la lourde factures des sales gosses des Bourses et des cancres inconscients des banques…comme si "dépenser" aveuglément restait, seul, adulte et "payer" débilo-gogo?)…et, uniquement, dans l'intérêt trop particulier (trop indéfendable) des marginaux antisociaux des finances …toutes les mesures n'ont bénéficiées qu'à ce petit nombre devenu ultra confidentiel …leur complète mauvaise foi, leur prévarication, leur malversation, la fibre vénale qui constituent leur ultime "reste" social – les mettent bien aux centres de toutes les accusations.

 

Nous percevons franchement la maladie mentale grave de ces marginaux devenus dangereusement antisociaux: "l'ignorance" du reste du monde, la volonté de ne rien savoir d'eux et de fuir la confrontation avec toutes les conséquences dramatiques de ces inconduites au sommet. Parades : "médicaliser" certains circuits de décisions ? garantir sur avoirs personnels les décisions impliquant "l'argent des autres ? y faire intervenir les délits de désinformations, de mensonges cherchant à spolier et léser, d'abus de faiblesses, de non respects de l'égalité devant la loi, de nuisances extrêmes portées à l'intérêt général souverain ? et tant d'autres actions si aisées à mettre en place…

 

Les crises 2007-2008- 2009 ont, limpidement, montré que les "dirigeants" de tous domaines sont devenus les ennemis de l'Humanité, comme de ses peuples, qu'ils ont perdu tout sens de gestion des biens communs, tout sens des mesures, toutes rationalités…etc. donc tout droit à diriger autrui…puisqu'ils ne sont pas "incompétents" ils sont clairement "irresponsables" et la procédure des incapables majeurs demeure présente afin que nous le leur appliquions. Autisme, refus du réel, psychologie réduite aux caprices, inhumanité, insensibilité, irrationalisme complet, rejet de toutes responsabilités, avidités non contrôlées et bestialité générale – quel que soit le nom de la maladie – c'est devenu un DEVOIR d'agir. La rébellion et son insurrection restent des "devoirs sacrés" des peuples, précise même 1793 lorsque l'intérêt général se voir spolié, dévalisé, irrespecté ou insulté par une mince coterie délinquante de la société…la constitution d'insister "nulle partie du Corps social ne peut se monopoliser la souveraineté nationale"…partout, nous nous trouvons dans cette situation où des marginaux minoritaires se sont insurgés devant la constitution, ont pris d'assaut la société de droit…

 

Il nous faut réagir contre ces insurgés toujours plus illégaux…NOUS SAVONS QUE C'EST EUX LA CRISE. Dessaisissons, de leurs peu recommandables mains, tout pouvoir et ils ne "vivront plus sur notre dos", appliquons les lois existantes contre leur détournements des biens collectifs et faisons des crimes économiques les pires après les "crimes de guerre" (au lieu d'illégalement les "dépénaliser" ) …barrons leurs circuits "fermés" et se voient taries tous les barrages qui empêchaient l'équitable répartition des richesses

 

Très peu d'actions, si peu de décisions oui oui – du simple…lorsque vous vous situez à la racine vous êtes dans le lieu précis où les solutions opèrent le plus profondément et le plus efficacement…

 

Si peu de décisions et TOUT change…

 

Ainsi, persistons à toujours plus séparer politiques et finances: qu'une complète indépendance du politique lui permette de déraciner le "mal financier", de prévenir ses épidémies chroniques et le refus délirant de cette caste de SE SOIGNER…cette partie de la société qui nuit le plus à toute la société se voit scindée (pour le plaisir de tous !) en plusieurs centres de décisions. Ceci, afin que plus aucune spéculation ne passe, plus de tripatouillages mal famés des changes, plus de manips peu reluisantes des nourritures et matières premières, plus de causes non imputables de ses effets, plus de résultats et conséquences non "responsabilisés"…tels troubles, telles pollutions, tels détournements légaux ou non des biens publics, etc – le tout bien assaini…

 

ON NE PASSE PLUS…le fric est placé sous haute surveillance (comme les stupéfiants ?)…l'étape de la direction des prix, des prix décrétés semble nécessaire…le "marché" n'existant décidément pas (sinon dans l'unique versant de destruction, spoliation, vol du public et escroquerie à l socialisation des pertes) - déterminer les prix ne peut être que bénéfique pour toutes et tous (plus de spéculations, plus de monopoles, plus de jeux possibles avec les taux…etc)…que du bien pour le Public…

 

Ils sont la Crise et ils font tout afin d'empêcher la fin de cette Crise qui, apparemment, existe, sans interruption depuis 1975. L'aveu vérifié et certifié que c'est EUX LA CRISE: depuis 1975 il y a eu rupture radicale de la répartition des richesses par les insurgés nommés marginaux capitalistes…et les volumes de leurs richesses ont explosé jusqu'aux délires de la destruction e la civilisation – relations si nettes de causes à effets…

 

Si vous voulez entrer dans une situation de post crise véridique (depuis 1975 cette affaire traîne par trop non ?), ôtez des mains de qui ont géré ces prétendues crises (en langage courant ces illégales razzias des financiers! ) tout pouvoir de persister et de continuer…

 

Pendant qu'ils nous déversaient des tombereaux de culpabilisations (sur les manifestants stopper le progrès et prendre les autres en otages – sur les pauvres oser "peser" sur les budgets collectifs, pour l'écologie pas faire les bons gestes et, intellectuellement, ne pas piger ce qu'il faudrait "penser", etc), médias et financiers se montrent tellement plus COUPABLES de tous ces dysfonctionnements…Carrément, qu'ils font dix mille fois pires…

prenant acte de leur anti-socialité radicale, de leurs nocifs parasitismes et de leurs autismes politiques graves – oui nous sommes obligés de diriger tous les circuits de réprobations contre eux

 

Que les hauts parleurs du bon sens et de la morale égrènent toutes leurs illégales prédations….

 

Qui "gère" la sortie de la crise doit juste affronter la crise de sa sortie. Ils sont la crise – toutes leurs mentalités et pensées amplifient cette crise…

 

quittons donc  ces mentalités, automatiquement, nous quitterons la crise !!!!

 

 

( à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet freethewords.org,   onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou, encore,  onglet 3  "Légalité de l'égalité".

Publié dans economie et politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article