Record the records

Publié le par imagiter.over-blog.com

5293317378_67d5bb0c20.jpg

Il demeure impossible de ne pas ajouter areuhh areuhh lorsque l'on proclame que l'on va battre un record…Tellement la puérilité du propos affleure à gros bouillons…

Devant cela nous rappelons que "record" vient de l'anglais to record rappeler, enregistrer…

Ce n'est donc point le fait enthousiasmant, la prouesse qui soulève ou la beauté émouvante de ce surpassement – le vécu tout entier de l'exploit – qui intéresse. C'est juste son "enregistrement" écrit et comme administratif qui compte… play it again: to record the records…passer, écouter  les… "enregistrements"…Inscrire ou immatriculer afin d'identifier, de reconnaître: pour qui exactement archivons-nous ce genre de faits ? pour quelle éternité ou regard panoptique ?

 

Le record se définit par ce que sa formulation nous fait ressentir. Etablir, détenir, améliorer, atteindre ou battre un record…toujours le travers d'objectiviser toute chose…de trop transformer en objet maniable, une chose rétrécie à tenir en notre main, si malléable, souple ou flexible…Une sorte de recordage ? L'homologuer pour le rendre homo, semblable à quoi ?

 

Ainsi reprofilé, le record n'existe pas. Lui qui doit attendre d'être rejoué "après" pour s'affirmer …bien exister…

 

Le record futur devient, ainsi, de pouvoir vivre, pleinement sereins, sans plus aucun record…

 

 

( à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à but non lucratif freethewords.org,   onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 2 "L'ardeur sociale",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et "Où trouver encore du sérieux ?" ou, encore,  onglet 3  "Légalité de l'égalité".

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article