Remettre les choses à l’endroit (1)

Publié le par imagiter.over-blog.com

3819835021_23fcc1d313.jpg

La réflexion sur « pour qui se prend-il ? » qui démasque le « pour qui le prennent-ils » - se poursuit en tous lieux d’expression…

Tu te crois supérieur, au-dessus des autres, tu les prends pour des cons….convient, évidemment, à une personne vraiment égalitaire ? Remis à l’endroit, qui ne peut voir, partout, que supérieur ou inférieur ne classe inéluctablement, les autres qu’entre la limitation de ces deux choix. Sa psychorigidité le rend incapable de ressentir comment c’est (en mode sensuel) que d’être égal (égal à soi-même, égal aux autres, égal d’humeur,  et, face çà tout pouvoir ou gloire, à qui cela reste égal !).Qui se disproportionne dans les reproches surdimensionnés  aux autres, en fait, par son acidité à tout « décréter » supérieur ou inférieur INTERDIT à tout le monde l’égalité réelle. Pour le fanatique (qui se fait croire très réaliste) « on ne peut que » se sentir supérieur ou inférieur. Remis à l’endroit : qui ne sait que classer de cette unique façon se doit de se faire soigner. Afin qu’il RESSENTE à quel point le troisième (troisième, dans la résolution des conflits, représente l’étape qui « résout » les deux autres…troisième, là où il n’y a nul gagnant DONC pas de perdant…) est sa faute extrême. C’est lui qui bloque notre civilisation au stade supérieur ou inférieur (qu’il reproche, sans cesse, gag ou tag, aux autres !). Pas l’égalitaire.

Quelle extraordinaire expérience que si peu, encore, ont vécu que d’être égal (égal à soi-même, égal aux autres, égal d’humeur,  et, face çà tout pouvoir ou gloire, à qui cela reste carrément égal !).

 

Vous ne pouvez être privé de ce que d’autres semblent incapables d’éprouver : égal forme une qualité aux très rares sensualités. Qu’on peut dire supérieures à tout supérieur ?

 

(à suivre) 

 

Aussi le site freethewords.org à suivre de près notamment le livre « Légalité de l’égalité »  onglet 3

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article