S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs

Publié le par imagiter.over-blog.com

3368086664_236e6461c5.jpg

La faim n’étant pas un virus ni une maladie, non, la Nature n'y est pour rien. Mais bien le résultat d’un ensemble d’activités humaines très conscientes. Et du plus monstrueux des égoïsmes (celui qui tue !)…Nous pouvons découvrir derrière tout cela : des affameurs !!! Ce sont eux qui commencent tous les cycles de la faim. Tout comme sans endetteurs, pas d’endettés, sans capital au noir pas de travail au noir, sans capital clandestin pas de travailleur clandestin, etc – les causes premières peuvent être délogées de la bonne conscience que tentent de leurs offrir les médias mercenaires. Qui, contre beaucoup d’argent, ne vont plus parler que des travailleurs clandestins, du travail au noir, des endettés ou des affamés, etc. Et…que de la faim…absolument pas des affameurs, des accapareurs, oui, des semeurs de famines !

 

Des effets qui flottent, magiquement, sans cause…Comme s’ils étaient, miraculeusement, autonomes, monades nomades n’obéissant qu’à leur seule volonté, comme isolés de toutes interactions sociales. Ayant des initiatives qui dépassent largement leurs formations et tout le cadre de la description…

 

Oui dans une métaphysique hallucinée qui joint, la magie d’avoir des travailleurs clandestins sans capital clandestin pour les faire œuvrer, du travail au noir sans finances derrière pour le payer, des endettés qui ne feraient des dettes qu’avec le vent invisible ou des affamés qui se supplicieraient ainsi eux-mêmes afin de ne pas écorner "le dogme sacro-saint du commerce". Oui oui c'est pour rendre service à la société. Ces acausalités qui font tout voleter dans les contes de fées où il n’existe nulle cause - que des effets. Et où le doigt qui montre le travail au noir, par exemple, n’a, à l’évidence, pas de tête du tout. Tiens, pas de cœur, non plus. L'amputé social complet !!! Où plus vous gagnez d'argent, plus vous managez, plus vous utilisez l'argent des autres sans leur avis – toc toc, et moins vous êtes responsable et imputables de quoi que ce soi. Moins vous provoquez de catastrophes et de préjudices, etc…oui oui, j'te dis c'est par là leur monde sans pesanteurs, sans causalité, où tout s'égare – et sans beaucoup de sens à vrai dire – où TOUTES les douleurs, misères ou ruines du monde actuel naissent, grandissent  nous harcèlent…

 

Monde où les pauvres sont causes de tout, responsables de tout, oui vous savez bien, qu'est-ce qu'ils sont voleurs – la preuve, ils s'appauvrissent toujours plus de tant voler. Ne dites surtout pas ils sont appauvris…surtout pas, dites encore moins - qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? Etc. Ils sont responsables de tout (comme s'ils dirigeaient tout, en fait) mais dès qu'il s'agit de passer à la caisse (oui dans les têtes plus que détraquées des trop riches, il n'y a plus que sordide, mesquin, encrassé, piteux, avide, miteux, étroit, cupide, ténébreux, sans grandeur et sans noblesse…le rat rapace et rien d'autre…quelle soustraction de tout ce qui faut les "vraies" qualités humaines pour qui croit additionner les gains (nous le percevons en pertes sèches partout où l'humain est !!!) …oui, effondrement central autour de l'argent malade – pas celui qui "échange", "partage", rend "bénéfiques les bénéfices", etc – que l'argent pour l'argent  ( l'autisme solipsiste complet !!!)…le fric si malsain, si insalubre, oui celui qui rend absolument bête et bestial…la "valeur" c'est tellement plus essentiel que le prix (qui ne donne aucune information importante) !!! Au point – qu'il ne vivrons pas une seule seconde de leur existence, un moment de "vraie" vie…quel gâchis…la contagion inacceptable c'est lorsque qu'ils veulent souiller les autres de ces minables lubies…

 

Comme ces esprits détraqués voudraient nous faire revenir aux cavernes préhistoriques de la pensée prélogique – je vois donc je sais, vous êtes donc votre proximité est seule cause de tout, un blessé est près de vous, si c'est vous – lorsque le regard prélogique voit – si vous vous trouvez au plus proche, vous êtes le coupable indiscutable… Vous lui montrez, donc, l’image du clandestin, il reste donc tout ce que je peux lire dans cette image…rien derrière, l'image n'est ni un montage, ni un cliché, ni un fragment du monde (à replacer dans l'ensemble !), ni une trame à déchiffre, ni le lieu le plus complexe qui soit (tant de savoirs demeurent nécessaire pour savoir voir !), etc…et c'est cet effondrement intellectuel qui voudrait diriger le monde ? Alors qu'il ne sait même pas s'orienter et se diriger dans le plus simple raisonnement…

 

"Entre 1980 et 2004, la part de l'investissement agricole dans l'aide publique au développement - multilatérale  et bilatérale – a chuté de 18 % à 4 % (p. 82 – Jean Ziegler – Destruction massive, Géopolitique de la faim, octobre 2011)."

 

Mais encore ? "Il a démontré que la faim procédait des politique conduites par les hommes, qu'elle pouvait donc être vaincue, éliminée par les hommes. Aucune fatalité ne préside au massacre ( p.112 – Jean Ziegler – Destruction massive, Géopolitique de la faim)." Comment ? En apportant les preuves que ce n'est pas la surpopulation des campagnes et des villes qui étaient responsables de la progression de la faim mais bien l'inverse. Les extrêmement pauvres, sans aucune protection sociale(75 % de l'Humanité est dans ce cas), sans accès aux services bancaires ( presque 40 % de l'Humanité est dans ce cas), etc. ne peuvent que multiplier les naissances comme seules garanties sur leur avenir, comme une sorte d'assurance- vie. S'ils survivent, ces enfants, ils pourront aider leurs parents âgés à ne pas mourir de faim (p. 114 – ibidem)."…Très logique en somme. Mais quel est le système monstrueux qui accule à tout cela ? Qui enlève tous les choix possibles ? Et qui, pour sa violence extrémiste, joue au si bestial Moloch à qui il faut sacrifier, sans cesse, des millions d'humains par la faim et l'excès de misères. Les Aztèques ne faisaient pas vraiment pire – et l'Europe unanimement horrifiée les traita de "sauvages" ? Quel nom alors donner au minable capitalisme des sacrifices permanents ? Quel est le système monstrueux qui fait pire en inhumanités que les Aztèques ? Celui qu'il faut abolir d'urgence !!!

 

Les couches et les couches de ces habitudes qui font que tant d'humains sont "pensés" eh oui! ils ne pensent jamais par eux- mêmes…dire que ce n'est pas la surpopulation des campagnes et des villes qui étaient responsables de la progression de la faim mais bien l'inverse - cela vient heurter, de plein front, ce que disait Malthus. Qui essayait de glisser, sournoisement, un simplisme (qui ne peut donc être scientifique !) genre s'ils ont faim c'est qu'ils font trop d'enfants. Strictement faux : qui a "gobé" ces sinistres conneries eh bien devrait arrêter d'avaler la fange avant d'apprendre à penser par lui- même. Malthus a eu complètement tort – cela devrait se savoir !!! La réalité est que c'est parce que tout choix positif leur est enlevé PAR LES PAYS TROP RICHES .Qu'avec un bon sens évident, ils utilisent, juste pour protéger leur vieillesse - les enfants…Vraiment vous voyez une autre attitude adoptée à "leur" situation ? La grave mégalomanie des occidentaux c'est que vous deviez vivre pour "eux". Et que c'est eux qui décrivent "votre" vie qui n'est donc plus la vôtre mais un pur fantasme de leurs cerveaux déloyaux…

 

"En naturalisant les ravages de la faim, en invoquant, pour justifier les hécatombes, la "loi de la nécessité",  Malthus avait cru mettre sa conscience et celle des dominants à l'abri de tous remord ( p.112 – Jean Ziegler – Destruction massive, Géopolitique de la faim)." C'est raté, nous arrivons et leur conscience ne sera plus jamais tranquille, tous les spectres des inhumanités qu'ils auront semé viennent, déjà, les hanter, la répulsion à l'égard de ces déchets déchus s'élève toujours plus haut : les pays trop riches, par l'ensemble de leurs comportements, sont vraiment les causes principales des famines. On s'en fout des sanglots de chochotes hommes blancs –  mourir de faim est autrement plus significatif et poignant.. C'est une urgence que n'est pas du tout celle de donner 1 000 milliards d'euros aux banques…C'est que la sous- alimentation permanente d'un humain sur 7 à cause de la spéculation incessante nommée capitalisme est devenu perturbante, aussi, pour les 6  autres..

 

                        Qui ne savent vraiment plus sur que pied danser…

Indigné-e-s ce n'est pas assez

                                   il s'agit de devenir entièrement soulevé-e-s de répulsions…

                            S'il y a faim c'est parce qu'il y a, d’abord, des affameurs…

                                                 Les premiers ennemis de 1789…

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

En l'honneur du sommet mondial de la Faim

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 900 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

Publié dans gouvernance mondiale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article