Sans le tiers exclu nous ne nous en sortirons jamais…comment faire ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

5378719050_f5abdbb19d.jpg

Oui le tiers exclu – largement sous-estimé – est plus que nécessaire pour notre survie…Comment pourquoi qu'est-ce, tout qui se bouscule…voyons voir…

Depuis 2 500 ans, où Aristote a gravé des constantes logiques, l'Humanité n'a pas avancé d'un seul centimètre dans cette direction. Cette obstination à toujours trop souffrir alors que les solutions se trouvent tout à côté (para) de vous et de votre discours (doxa), qui ne sert à rien d'autre qu'à vous marteler vous-mêmes. L'inconvénient c'est que vous vouliez, aussi, marteler les autres. Donc, l'approche paradoxale nous offre que c'est le "tiers exclu" (1/3) qui constitue la base de la logique (exactement le même dessin que l'identité). Le hors cadre, le non à l'intérieur de la forteresse enkystée, sclérosée ou pétrifiée, celle/celui que vous excluez toujours détient les clés (métaphores des solutions). La preuve de vos erreurs massives sur les méthodes (nous parlons à l'égard des humains non des choses: d'exporter les recettes utilisées pour les objets sur les humains n'aurait pas dû tenir plus de quelques secondes, cela fait des millénaires que cet instrument de torture sert à …résoudre les problèmes sociaux (sic)), oui, la preuve de vos erreurs massives sur les méthodes – c'est que plus aucun problème ne trouve sa solution. Ils s'accumulent jusqu'aux catastrophes systémiques…Jacques Lacan avait bien tenté avec son "treizième chameau" (13) de montrer que les solutions, les dénouements, les aboutissements, les résultats, oui les issues – n'appartiennent qu'aux hors champ, à ceux que vous chassez, renvoyez, expulsez et écartez…C'est comme ça. Les violences symboliques (très BCBG) sont, en fait, les plus dévastatrices qui soit, et qui en use va, très bientôt, avoir beaucoup de mal à cacher sa barbarie…

Notre quête longue nous a permis, ainsi, de récolter auprès de ces tiers exclus (pierres d'angles "ignorées" de tous les édifices de notre civilisation) vos solutions…Cadeau !

La civilisation repose principalement sur les épaules des "grandes âmes". Ces grands esprits, ces êtres à la générosité sans limite, ces cœurs purs, bref ces âmes vraiment collectives…La perversion de la hiérarchie sociale repose, pour un regard "exercé", sur la certitude de l'honnêteté sans faille de ces "grandes âmes". Bref, dans les couloirs des pouvoirs, on se refile le "on peut absolument compter dessus, c'est du solide et du costaud. Fiable à 100 % (ensuite, on ne se posera plus jamais ces questions check up)"…L'enfer du décor se dénude, bon c'est eux la souche première, le soubassement, la fondation, la racine – maintenant, on va "profiter" à fond d'eux. Ils sont "encerclés" par toute "notre" organisation sociale – nous allons tout pomper, sans interruption, de leurs génies particuliers. 

D'abord, disqualifier, salir, opacifier, le pouvoir de la pensée et de la logique (que nul-le ne pige que c'est eux les grands de ce monde!). Circuits de désinformations et de diffamations, docteurs spins, et des dizaines d'autres ustensiles – de connaissance bien inutile pour qui n'est pas "dans "le cœur" de l'action"…Voici, cela représente la stricte vérité fonctionnelle de cette civilisation: plus nous déchirerons le cœur des grandes âmes plus ça continuera pareil (subliminalités) , plus l'escroquerie collective d'une société "inégalitaire" peut se faire croire "réaliste"…

Cadeau…

cadeau…qui se cherche dans l'identité (et se perdra dans ses permanents ricochets identiques) montre son infinie plainte. Cette lamentation d'être re-connue oublie que les "tiers exclus" seuls "savent" les reconnaître…Ils forment l'esprit et votre complainte c'est de se blottir dans leur sécurité chaude. Identité: ce gémissement à être aimé(e) pour "soi-même" (donc identifiable, différent et singulier) qui refuse d'admettre qu'il claque la porte aux nez de celles/ceux qui "savent" aimer. Cette civilisation qui tue journellement l'amour (mais qui, structurellement, se montre, déjà, piégée : angle aveugle, lorsque l'on piétine les '"grandes âmes" on ne se soucie pas de tout de ce qu'elles apprennent – entre temps - et des dispositifs implosifs qu'elles ont mis, ainsi, en place…) – yes jerrican, cette civilisation qui tue journellement l'amour se ferme, elle-même, toutes les issues. Issues bien de quelque part. Qui a les clés ? La boucle est bouclée. Des "grandes âmes" sont issues les issues. Elles détiennent toutes les clés. C'est, clairement, aux cinglés de la civilisation vivant sur le dos des grandes âmes de changer à 100 %. Aucun autre "réalisme" n'existe. Ils ont créé une telle pagaille, ces étourdis, un tel chaos, ces arrogants sans munitions existentielles  - que seul(e) qui n'a AUCUN EGO peut démêler, sans mettre sa survie en péril, cet écheveau borroméen. Bref, l'inconscient collectif ne s'était jamais trompé: celles/ceux qui ont pu vivre sous la ligne de flottaison des foules restent "les seuls sur qui nous puissions compter". Il ne reste qu'à le dire à très haute et intelligible voix…Les seul(e)s aptes à diriger les humains (pas les objets) sont les grandes âmes.

 

 

 

( à suivre)

 

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à but non lucratif freethewords.org,   onglet 3 « Rien de plus solide que le solidaire », onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou, encore,  onglet 3  "Légalité de l'égalité".

 

 

Publié dans sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article