Se dire à la fois hédoniste ET épicurien est impossible

Publié le par imagiter.over-blog.com

 

 

4942636225_6ae32bb074.jpg

Vouloir se faire croire à la fois hédoniste ET épicurien est impossible. Incompatibilité absolue. Hédonisme c'est l'écervelée gloutonnerie grossière qui "aime" tant le capitalisme pour les "quantités" qu'il déverse. Et que l'enflé hédoniste va s'enfiler. IL NE CONNAIT RIEN AUX QUALITES. Et donc à l'épicurisme. Qui est une modération extatique, une joie par la distillation, la décantation, la raréfaction. Un clair raffinement parce qu'il raffine tout. Epure et filtre tout (est pour la pauvreté non miséreuse qui "réunit" bien toutes ces qualités)****.

 

***voir le blog du 14 avril 2011 "Pour une pauvreté non miséreuse"

 

Donc l'épicurisme est le plus tranquille mais le plus coriace ennemi du capitalisme qui tue l'air donc le nez donc les extases les plus primitives (selon Freud, le nez, qui "entre" profondément dans le cerveau, est l'organe "le plus sauvage"). Le capitalisme souille l'eau donc les capacités gustatives les plus puissantes. Donc toute possibilité de bon goût. Il nous empêche de nous envoler comme des oiseaux*** en polluant toutes les voies aériennes et les courants telluriques de trop d'ondes malsaines. Il nous prive, trop largement, de notre peau qui ne peut plus claquer au vent collectif mais se réfugie dans le petit nid individuel. Il fracasse nos oreilles de ses vacarmes publicitaires et transperce nos yeux de trop d'effractions intruses (et plus qu'illégales: si un "vrai" juriste peut "prouver" que la publicité c'est légal nous lui offrons des "secrets", okay ?).

 

*** voir le blog du 14 avril 2011 Pour une pauvreté non miséreuse

 

**** voir nos 12 blogs sur S'envoler comme des oiseaux

 

Pratiquement, le capitalisme est l'assassin de toutes les sensualités. L'hédoniste hyper stressé doit s'entourer de tellement d'objets afin de "calmer" ses pulsions qu'il se fait bouffer par eux. Il ne reste pas grande humanité à partager pour les autres…L'épicurien cherche l'essentiel donc se dépouille de toute consommation superficielle. Epicurisme et société de consommation ne vont pas du tout ensembles. Au point que d'être pour le capitalisme prouve que vous n'avez jamais UTILISE les sensualités réelles. Aussi, que vous ne "savez" pas "comment monter plus haut": simple, il "sait" que le niveau collectif doit s'élever, qu'il y ai assez de paix et de sécurité dans autrui (sinon les ondes nerveuses trépidantes vous nique votre "lâcher prise"!), que la curiosité fasse encore cure, que l'attente, et l'attention qui va avec, demeure dans assez d'individus pour que vous "décolliez"…etc. Et pour tout cela il faut que vous DONNIEZ de vous-même, de votre meilleur, de votre beauté. A fond !!! 

 

Et, à part Mother, qui l'a fait ? au lieu de la/le  diffamer, pour une fois offrez tout !!! Pour vérifier.

 

Normal que Mother ai pu s'envoler (y'en a même qui l'ont vu voler ce trop libre Max qui ne "peut pas" entrer dans ces paniers de crabes) et pas vous…L'enthousiasme c'est"ce qui soulève" et sans un cœur pur, une grande attention aux autres et un désintéressement sans limites – expliquez- nous ce qui peut soulever ?

 

Et tant, tant de nos textes qui vous OFFRENT les recettes de l'extase absolue et c'est pour ça que vous n'y "croyez pas" or seul ce qui a de la valeur est gratuit, soit "hors des prix" ! Et puis "être heureux avec rien" est- ce qu'un hédoniste qui "s'ennuie dans la Nature" peut en être capable ? Clair que non. D'autant plus que sa "capacité d'accueil", son exubérance à l'hospitalité paraissent tellement absentes. Sa voracité aveugle, sa rapacité sur l'argent des autres, son avidité en tout le condamne. L'épicurien, par contre, trie beaucoup, ne se précipite pas, n'a pas de convoitise monopolisatrice mais une certitude que le meilleur existe. Que plus on y "croit" plus ce meilleur "croit". Contrairement à l'hédoniste collabo, l'épicurien refuse beaucoup de ce qui est frelaté, balourd, sans honneur, sans grandeur, sans panache, etc. Bref demeure antagonique avec la déchéance extrémiste de la société de consommation.

 

Normal, l'épicurien "recueille" avec attention et délicatesse le moindre détail de la création. L'hédoniste brutal piétine tout et écrase le reste d'inattentions redoublées. Rien en lui qui recueille patiemment et qui accueille avec ferveur.

 

Certain que ne plus croire en rien c'est se faire niquer grave.

 

Puisque les mots qui vont avec foi c'est ardeur (ce qui vous fout le feu à l'intérieur), ferveur (ce qui permet à ce feu de continuer à brûler), chaleur (ce qui crée l'Humanité qui est sentiment et non pensée), cordialité (le cordial tel la corde qui noue les cœurs entre eux)…oui oui la flamme. Vous savez tous ces mots qui ont disparu du rabougrissement capitaliste. Cet étiolement qui nous PRIVE de tant de réel puisque le capitalisme, qui INTERDIT tant et tant de choses, ressemble à la course à toujours plus de stupidités.

 

Chaque mot ouvre une émotion différente. Refuser le mot c'est se fermer à l'émotion, au sentiment et à la sensation qui se trouvent dedans. Pour des individus qui se prétendent sensuels nous n'y voyons que des êtres desséchés d'abstractions et de sécheresses affectives. Aucune hospitalité de cœur donc aucunes abondances sensuelles.

 

Adoration vous rend si solaire, tout doré de cette offrande. Adoré comme se voir doré des autres.  La sensualité vraie (en général discrète au départ) se "remarque" par le fait qu'elle ai TOUTES les agilités corporelles dans l'usage des mots. Donné (doré) reçu (adoré) - chaque mot retrouve la sphère entière qui le fait tourner sous toutes les facettes. Telles que nous l'a fait ressentir le so WISE DIAMOND (comment un diamant pourrait être crazy ? c'est incompatible !). Devenir "diamant " comme lui c'est avoir le sens COMPLET du réel…les jalousies "maladives" (qui provoquent donc nombre de dégâts!) représentent les attitudes les plus irréalistes jamais vu. Tout le monde a été privé de la fantastique vie du shine on you wise diamond car tout le monde s'est foutu à shiner sur lui.

 

C'est malin: comme moyen de piétiner et l'être et l'expérience y'avait pas pire. Quel grossier gâchis digne du dernier hédoniste à la mode !!!

 

Hédonisme vulgairement pro- capitalo et épicurisme subtilement anti- capitalo – s'affirmer les deux à la fois c'est faire entrer la schize du schizo dans ses implosives incohérences. Se dire à la fois hédoniste ET épicurien vient de devenir encore plus impossible.

 

Y avait-il un vrai épicurien dans la salle ? Que le capitalisme serait DEJA franchement aboli !!!

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4 "Assentiments aux sentiments" – Premiers pas vers une paix mondiale, onglet 1  "Les mamelles du repos" et  "Remue- ménage",  onglet 2 "La star des stars" et, aussi, "Présent !", onglet 4 oui   "Nul n'est  nul".

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Publié dans sentez la santé

Commenter cet article