Selon les récents critères universitaires, nos dirigeants sont très inintelligents !

Publié le par imagiter.over-blog.com

5366963_17aac00dd9.jpg

Ce qui se voit dans les crises qu'ils provoquent directement sans cesse. Toutes les catastrophes qui surviennent, depuis 25 ans, ne peuvent que leur être imputables, puisqu'il n'y a plus d'ascenseur social, mais un illégal monopole oligarchique de toutes les postes et fonctions. Les sommets, pollués de tant d'arriérations mentales vont-ils détruire la vie ? .

 

Monique Canto-Sperber qui avait osé que le conformisme est une maladie*** nous explique "quel genre d'intelligence voulons-nous ?" puisque "si l'esprit n'est pas libre, il n'invente rien"…pas de chance pour lui, dans la régression capitalisme, tout est interdit, la seule liberté (sans choix) c'est de consommer jusqu'à la destruction de la planète…d'autant plus que le bouillon de culture des pseudos élites est dangereusement moutonnier…et stoppe toute évolution intellectuelle réelle !!! Qui a détaché la jeunesse du savoir ? Ce serait si utile de le savoir !

 

*** comme le blog " Ils ont "avoué": oui le conformisme tue !!!" du 5 mai 2011 l'avait détecté…"Trop de conformisme" ose déplorer la présidente du jury du concours d'entrée à l'E.N.A." Une absence de courage et de force d'âme ", continue t-elle. Lorsque nous savons que nous sommes là au royaume de l'euphémisme (où une tempête se voit nommée brise) – nous pigeons que cela hurle bien "Catastrophe conformiste !", danger conformiste, toxicités extrêmes lorsque trop de conformismes. Plus personne de "formé" n'en sort. Y'a plus d'adulte à l'E.N.A. ?

 

Cependant, le déroulement des qualités requises pour cet esprit (capacité de réflexion, passion d'apprendre, expression maîtrisée, construction de soi, travail rapide et fiable, communes aux lettres et sciences, bonne post doc, etc) prouve qu'une bonne partie des dirigeants en sont vraiment dépourvus et que qui en est pourvu (n'ayant pas le profil bestial de consommer n'importe comment) ne peut exercer tous ses talents pour le plus grand bien de tous (nous nous situons à une époque de telle barbarie que la vraie intelligence est si brutalement interdite !)…ainsi donc, sommes- nous privés d'une partie des meilleurs esprits. Est- ce si intelligent ?

 

"Les étudiants ungraduate étasuniens ne sont pas très savants, mais ils ont appris à être inventifs, ils posent des questions approfondies, contestent, argumentent. En France, c'est trop de bachotage, de formatage des esprits, d'apparence des choses (produire les trompeurs aspects externes du savoir y compte plus que de vraiment vivre ce savoir)", répondait Monique Canto-Sperber à un entretien en Juillet 2010, suite au regroupement de 5 grandes écoles (normale supérieure, Collège de France, nationale supérieure de chimie, supérieure de physique et chimie industrielles et l'Observatoire de Paris). En somme, les dirigeants de l'éducation n'ont pas du tout, eux- mêmes, l'esprit qu'ils devraient inculquer aux étudiants ?

 

"L'école est un lieu où l'on apprend ce qu'on ne sait pas [selon aussi Krisnamurti], non un lieu où l'on exprime ce que l'on croit savoir", poursuit-elle avec impertinence. Puisque se voit, ainsi, évacué "le caractère progressif et prescriptif des apprentissages afin qu'ils offrent des connaissances sûres"…Résultats ? Autant de preuves flagrantes de ces crises financières catastrophiques provoquées par des esprits si mal formés et bien trop homogènes. Les moutons de Panurge sont tous de mous tons – pas une seule autre voix pour leur rappeler que "toutes les crises sont temporaires que les mêmes mécanismes qui avaient permis de sortir des crises précédentes ne tarderaient pas, une fois encore, à aboutir au même résultat (p. 4 – Robert Reich – Le jour d’après – sans réduction des inégalités, pas de sortie de crise, janvier 2011)… …" or moi, qui travaillais depuis 17 ans dans le monde de la finance et de la production, si j'en connaissais les techniques, "je ne savais rien, moins que rien de leurs effets économiques et sociaux"…autant de chaos éducatifs réunis ne sont pas excusables :

 

1 -  un expert sans culture générale devrait être signalé comme un danger social

2 - tout décideur devrait se voir refusé de favoriser toute situation qui enfonce ses participants à persister dans la copie ahurie du passé (l'imagination doit être au pouvoir)

3 - aucune grande école ou université ne devrait éviter le QE (quotient émotionnel) puisqu'un esprit abstrait allié à une crétinerie émotionnelle est un danger public (l'humain doit être au pouvoir)

4 - un savoir qui ne se préoccupe pas des conséquences de ses pensées et des résultats de ses actions et décisions devrait restituer, à l'instant, tous ses diplômes quitte à tout "réapprendre"…etc puisque sa "valeur intelligente" visible se montre plus que nulle !!!

5 – aucune grande école ou université ne garantit la "durabilité" de l'intelligence qu'elle forme son S.A.V. (service après valorisation) est plus que déficient !!!

 

D'où nous pouvons (dans cet unique contexte) les accuser de fautes professionnelles face à l'effondrement intellectuel (proche de l'hébétude) de se dire "risquons tout l'argent des autres" de toute façon "l'Etat renflouera tout" (non respect des 1, 2, 3, 4)…voyez cette perle de stupidité due à la "folie de confinement"…oui oui "les investisseurs rationnels, représentant des intérêts privés, ne sauraient être menacés par des crises financières car ils sont suffisamment intelligents pour évaluer sagement toutes les informations pertinentes et bien peser les risques(p. 35.- ibid)...et les banquiers sauvent leurs banques au dépens de la société…et la Bourse spécule contre les intérêt du pus grand nombre…tout cela parce que les inexcusables (revoir le 5) instances culturelles ont laissé pulluler tant d'irrationalités, tant de bulles intellectuelles d'auto- prophéties et la mauvaise monnaie de l'intelligence nous prive de la bonne monnaie (les solutions pour en sortir !!!)…franchement, est- ce qu'un prétendu primitif dirait de telles âneries ? "Tout le marché étant auto-équilibré, omniscient par nature, il faut le laisser faire**" : lui, a le droit à tous les monopoles, à toutes les interventions, d'user de tous les déséquilibres mais…d'y toucher ne provoquerait que des déséquilibres (dont il semble déjà pourvu en abondance !!!)…c'est de quel âge mental ?

 

***"les plus riches utilisent leurs gigantesques fortunes pour spéculer – rendant du même coup l'économie plus vulnérable aux cycles de prospérité et de crise" (p. 22 - ibid)…pourquoi tenter de chercher les vraies causes des crises ailleurs ? Après tous les dénis du réel, tous les dénis de solutions ?

 

A quoi servent les universités et les grandes écoles sil y a tant de bêtises hébétées favorisées aux sommets, si elles n'empêchent pas ces intelligences détraquées de détruire le tissu social ? "peu de FICTIONS de la vie économique sont défendues avec autant d'ardeur que l'importance vitale de Wall Street pour le bien être de l'ensemble de la population (p. 34 - ibid)…ce genre de fiction qui se fait passer pour du "réel" est-ce preuve 'intelligence ou de stupidité ? La réponse nous presse de partout !!! Puisque nous "savons" que plus vite Wall Street sera abolie plus l'intelligence collective reviendra comme dans les années 1960- 1970…

 

2011 ? Les dirigeants "ne veulent plus voir l'économie réelle, ils préfèrent considérer la crise comme la conséquence de l'octroi de crédits trop risqués et de consommateurs peu raisonnables" (p. 36  - ibidem)… tant de simplismes et d'erreurs graves d'analyses est-ce excusable lorsque l'on se prétend gouvernants ? Non évidemment…alors que, dès 1999, nous signalions que la crise de la dette risquait de balayer la civilisation, vérifier, à ce point, que, depuis, les gouvernements recherchaient surtout la bêtise à n'importe quel prix, obtient d'être sûr-e-s qu'ils ne sont pas "les bonnes personnes à la bonne place"…des analyses si fausses…plutôt que d'affronter le gigantisme des dettes, le dérèglement spéculatif intense ou la claire stupidité bancaire – comme causes massives derrière les crises. D'où DECISIONS INAPPROPRIEES : "le ruineux sauvetage de Wall Street , les prêts massifs aux banques ne sont que la version la plus importante et la plus récente de la réaction désormais habituelle des politiques face aux séismes financiers (p. 35 - ibid)…plu de réflexions que de paresseux réflexes ? oh oui il y tellement plus "sérieux" comme se vanter de ce que l'on ne fait jamais, mentir sur les autres et surtout surtout s'amuser youpie s'amuser tels des adolescents incongrus***, qu'ils déploient si peu d'inventivité, un conformisme si maladifs, et un comportement aussi rétrograde (à l'opposé des fameux critères d'intelligences vu plus haut ) !!! Voir bafouer toutes les règles qu'elles apprennent dans leurs mirs nous contraint à penser mais que font grandes écoles ou universités devant tant de stupidités régnantes ?

 

*** si, comme nous, vous aviez fait l'effort de connaître des politiques, des médiatiques ou des stars vous le sauriez déjà !!!

 

Et l'horreur continue !!! "Les hauts fonctionnaires du Trésor et de la Fed ont aujourd'hui le réflexe (sans réflexion) de balancer des capitaux pour voler au secours des actifs financiers. Ils affirment bouffonnement qu'il est important de "stabiliser" et de "recapitaliser" le système "(p. 35   - ibidem)…est- ce cela travailler dur, montrer les compétences requises, mériter de se faire payer aussi cher ? tant d'arriérations mentales liée à tant d'aveuglements et de puérilités c'est trop …ce langage qui est sous- jacent des manœuvres frauduleuses contre les banques européennes (leur soustraire le maximum c'est cela "recapitaliser" ) JUSTE pour sauver le job des banquiers étasuniens c'est excès d'inintelligences non ?

 

"L'un des postulats farfelus de base du capitalisme consiste à penser que toute personne qui se fait payer très cher mérite forcément son argent (p. 35   - ibidem)". Tant de primarisme mental et de naïveté inexpérimentée laissent pantois (d'autant que les politiques sont aussi sujets à ces insidieuses paresses mentales)…toute intelligence est vraiment INTERDITE au sein du capitalisme…au point que le luxe tape à l'œil des financiers n'est "qu'une mascarade" (selon Robert Reich qui a exercé 3 mandats ministériels et connaît bien ce milieu)… autant de pitres et de bouffons qui détruisent la vie, le futur de la planète et toute la société contraint à penser mais que font grandes écoles ou universités ?

 

Ces graves défauts d'analyses placent, en conséquence, ces gouvernants du côté des inintelligents pour ne pas avoir l'exigeant devoir de le dire en face de tous ? Leur décadence est un peu comme s'ils étaient juste les patrons de maisons de jeux qui conservent un pourcentage des gains (hors résultats et conséquences sur la société) et se défaussent des pertes sur les autres …le manque de sérieux radical des dirigeants actuels oblige à faire intervenir toutes grandes écoles ou universités afin qu'elles prennent nette position …

 

…laisser, en effet, de tels cerveaux détraqués (et limpidement si inintelligents) ne se vouer qu'à l'infantilisme emprisonnable des "paris financiers" – comme ce qu'il y aurait de plus "sérieux" au monde - va-t-il disqualifier aussi universités et grandes écoles actuelles ?

 

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité", onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans sociéte

Commenter cet article