Sinon le profond fond ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

5093461954_1215531ed4.jpg

Sur quoi approfondir ? Qui s'est ainsi interrogé d'aller au fond des choses peut, ainsi, entrer dans le tout magma de l'univers. Oui où le fond fond. Le fond est donc ce qui a fondu ou bien ce qui sera en train de fondre, à chaque fois que nous chercherons à le saisir et l'agripper. Fondé ou fondu ? Ce qui pose le fondamental ou reste toujours fondant ? N'est-ce pas une image plutôt adaptée à ce qu'est la réalité quantique?

 

Qui a produit lasers, ordinateurs et tant d'autres objets matériels. Eux, bien sûrs d'exister. Mais qui, dans sa théorie, la réalité quantique ne sert que les principes d'incertitudes. Vous ne pouvez empoigner qu'une partie du réel et l'autre vous échappe totalement. Si vous avez la vitesse de la particule vous n'aurez pas la localisation : en pleine possibilité d'être partout à la fois. Si vous la localisation vous ne pourrez pas connaître la vitesse : du vite lent ou de la lenteur à la vitesse de la lumière ?

 

Ne venons- nous pas d'approfondir la question...et, en toute sincérité, ne venons-nous- pas de sentir à quel point le fond des choses restera, à jamais, insaisissable. Si le fond fond où peut donc bien se situer le fond ? Se contenter de se laisser battre par les pensées, et abandonner, ainsi, en cours de route - c'est ne pas voir que dans le débat l'on se débat…mais, tout le corps mis en vigilance, sent à quel point le processus complet contient plusieurs étapes…après les lieux où l'on se débat – un fois débattu, nous nous retirons de la possibilité même d'être battu…débattre se montre comme une immense simulation. Où l'on peut essayer toutes les hypothèses sans engager la "flèche du temps". Et donc l'irréversibilité. Nous pouvons vivre tellement plus d'une vie dans une seule…et pouvons essayer tant de pensées pour un réel développement "durable"…celui- là vraiment sans pollution et autres dégâts collatéraux externalisés (tels que la barbarie abêtie du capitalisme la pratique !!!)…DE- battre participe donc de la lutte mais court vers sa "résolution" vers la fin des combats…

 

Par le métissage de toutes les façons de penser ET de ressentir, par le mélange de toutes les disciplines intellectuelles et celles du l'usage du corps, par l'inclusion des émotions et des sentiments, oui nous parviendrons toujours à tout approfondir Soit aller jusqu'au plus profond fond !!!

 

Puisque si le profond fond des choses fond – le bout lui-même bout !!! N'y aurait-il aucun stade terminal de la réalité…toujours, elle, en processus de magma ? Elle ne sera jamais "achevée"….L'avantage – une fois que la "pensé journaliste"sera remise à sa place – celle d'une inconnaissance du réel – c'est que nous allons entrer dans un nouveau paradigme du savoir. La "pensé journaliste" c'est une histoire très inobjective plaquée, artificiellement, sur le réel – soit Comment les riches et les puissants voient le réel – et pas du tout comment l'universalité de la réalité est réellement constituée…Bon, ces faits ne sont pas gravissimes sauf à vouloir évincer et exclure de la société toutes les autres formes de pensées. Elles, vraiment objectives

 

Il faudra bien le "marteler" (comme ils disent) sans cesse…La réalité n'est pas une histoire – elle ne peut se raconter comme une histoire. Jamais. Aucun "récit" ne sera honnête à son égard…Elle ne peut, donc, se couler dans les catégories simplistes des journalistes par exemple ? Non non la réalité n'existe pas, non plus, pour nous rendre service !!! Elle n'est pas linéaire : soit la pensée abrégée, d'abord a puis b puis c – avec soi- disant des liens de causalités unilatéraux…tout "s'y tient" tout est (trop) facile à expliquer…non, tout y est plurifactoriel, multi causal – tout arrive en même temps – le réel est intriqué dans tout à la fois. Impossible de "démêler" ce réel enchevêtré etimbriqué par du linéaire (a et puis b et puis c) et du discursif (la "traduction" si écourtée du réel)… Et il est scandaleux que le "récit" journalistique veuille se faire passer pour une "pensée"…ce n'en est pas une - c'est une élémentarisation du réel !!! Dont il faut, au minimum, un livre entier ainsi d'élucider chacune de ses phrases collées, arbitrairement, sur le réel…

 

Où TOUS leurs "récits" unilatéraux sont limités à des généralités "impossibles" – genre "rigueur budgétaire" ah oui pour qui, pour quoi, dans quel contexte précisément, les conséquences globales et par sous –groupes, les liens de causalités directes et composées entre eux. "Récits" tellement abrégés, taillés à la machette, raccourcis – la formule répétée sans cesse mais sans jamais de contextualisations…oui oui la "rigueur budgétaire" est la même pour tous. Nous vivons exactement la même vie – d'ailleurs nous sommes un exemplaire unique…Juste un seul élément à l'identique : le même titre de journal englobe tout le monde…d'où tout se voit si condensé ( "rigueur budgétaire" et on ne discute pas !), c'est la fatalité – jamais des entrelacs de causalités croisées qui ont abouti à l'absurde situation actuelle – où qui "impose" ne subit jamais lui- même ce qu'il/ elle impose et donc, au sens fort, N'EN CONNAIT RIEN du tout !!! Ne peut en porter aucun témoignage fiable, ni apporter une seule explication expérimentée…sinon revenir à de si mensongers résumés universels…là où il n'y a que d'"inexcusables intérêts particuliers. Fourmillant de questions genre à qui profite les déficits ? Un déficit devrait ne "profiter" à personne – es pares feux devraient être posés afin que "tout le monde" n'ait qu'un intérêt abolir le déficit. Et non l'augmenter in(dé)finiment à l'augmenter de tous les gains que – si déloyalement et "anormalement" on engrange dessus…où est la "pensée" journaliste ici ? Non, il n'y en a aucune – aussi simpliste que de la propagande "au service de"…

 

Si, au moins, par "principe de précaution" - prouvant qu'ils "respectent" leurs lecteurs/ trices, au lieu de clairement les manipuler – ils/ elles posaient les questions soulignées plus haut…même sans y répondre…mais ce serait soulever le voile, vendre le pots au roses, se démasquer, tout commencer à dire, en fait…

 

Le pire donc c'est la posture si déloyale du "pas même un RAISONNEMENT" revisitable et vérifiable par qui passe après vous – les vrais penseurs ne sont plus du tout "journalistes", cette déchéance morale et mentale qui n'inclut pas les "grands journalistes d'investigation du passé", il va se dire (et le disant c'est Black list de Kristina Borjesson – les grands jounalistes brisent la loi du silence - mai 2004)…

 

Et eux/ elles seul(e)s, dans notre complexité actuelle sont FIABLES – pouvant expérimenter tout aussi bien que le bout bout et le fond fond tout en argumentant avec tous les procédés de la logique et de la raison, etc…etc…le fait incompréhensible que les dirigeants actuels ne se tournent pas vers eux "avoue", limpidement, que ces dirigeants sont bien en fin de cycle

 

…et qu'ils/ elles ne feront absolument pas partie du tout nouveau cycle –

Vu qu'ils ne voient plus qu'en arrière

et sont montés dans le train qui ne fera plus que régresser…

 

                              …jusqu'au si passif passé où il échouera dans l'immobilité totale !!!

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

            tous ces blogs sont bien reliés à une pensée globale ***

 

voir les blogs complémentaires "L'effet Koulechov ?", "La "télé- réalité ?" Ce qui est déconnecté de toute réalité !!!" et, aussi, "Quels sont les angles aveugles de la télé ?"

 

trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L'Economie, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

r

 

 

Publié dans sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lejournaldepersonne 08/12/2012 09:56


que dire de plus - c'est parfait et complet - merci de la plongée...

imagiter.over-blog.com 09/12/2012 09:49



ce n'est qu'un DEBUT - la beauté déboule encore et encore...