Sources réelles de la crise qui se prolonge ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

2696084246_288b678239.jpg

Jusqu'à 2005, des chimères comme "l'ennemi extérieur" passaient…C'est à cause des banlieues, des manifestants, des contestataires, des fonctionnaires…etc…la crise…depuis nous savons que "ces nantis, corporatistes crispés sur leurs droits archaïques acquis, qui empêchent toute évolution de la société***" eh bien! ce sont les spéculateurs, les boursiers, les banquiers, les stars ou les imposteurs médiatiques, hyper corporatistes, aveuglés par leurs seuls intérêts si "locaux" et bien incapables de penser pour les autres !!!

Ce sont bien eux en (spéculateurs, boursiers, banquiers, stars ou imposteurs médiatiques) les sources de la crise prolongée. Et ce ne sont pas les avoirs banquiers les "produits toxiques" mais bien leurs façons de penser. C'est PARCE QU ILS pensent comme ils pensent que la crise est survenue et se perpétue. Toute prolongation de leurs pensées trop "toxiques" met l'Humanité en grand danger…

C'est donc que les pensées alternatives doivent, pour le moment, passer AVANT la pensée dominante qui nous a dirigé tout droit à l'échec mondial actuel…

Qui dit pensée, dit ensembles de sensations, d'émotions, de sentiments…

Qui dit pensée dit ensembles de comportements, d'attitudes, de réflexes et de mentalités…

 

C'est donc bien à un changement radical de style de vie que nous sommes confrontés…un peu comme à la Renaissance où toutes les manières de ressentir, d'être émus ou d'user de ses sensations ont été modifiées par les artistes…ou tous les rapports au réel ont évolué grâce aux penseurs… ou nombre de comportements se sont convertis en d'autres etc… (avec des réserves, évidemment, sur le devenir de ces changements)…preuve supplémentaire à quel point le monde de l'édition "est" si peu "sérieux" : à part des constats surabondants (et décrire n'est pas expliquer), stricteme,nt rien sur les potentiels du futur, ces segments de réel cartésiens qui nous permettent (à partir des plus proches de nous, d'abord) de nous de faire muter toute la réalité sociale entière…cette superficialité par trop d'abstractions faciles, ce manque criant "d'esprit sensualisé", ces inconséquences immatures, etc…non non tout plaide pour l'incompétence radicale de l'édition !!! avec elle seule aucun futur "durable" n'est possible…

 

Nous devons donc traîner le fardeau mort qu'elle est devenue, faire tout le travail qu'elle n'a pas fait, tout, en tarissant les sources de la crise prolongée…

 

La pensée dominante s'extériorise en tous les échecs actuels…oui oui c'est à cause d'elle que nous ne sen sortons pas…elle s'avoue telle une des sources principales de la crise prolongée…et de notre enfoncement possible dans des impasses toujours plus douloureuses…qu'est- ce qui peut donc encore plaider en sa faveur ? Sinon un tonitruant "remboursez!!!" tous les dégâts irresponsables commis dans nos vies ?

 

Ne pas sortir de la toxicité dominante devient suicidaire…

 

Aussi, si vous vouliez vous désincarcérer de l'accident actuel – lisez plus les blogs ici même ou téléchargez gratos les nombreux livres de "la bibliothèque du futur" (celle qui avait bien prévu la faillite dans la réalité complète de l'édition sclérosée et si passéiste) sur freethewords.org

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 1  "Les mamelles du repos" et  "Remue- ménage",  onglet 2 "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques, et  Rien de plus solide que le solidaire , sinon,  onglet 4  "Nul n'est nul" ou, encore,  "Je ne parle plus à qui a raison".

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

Publié dans sociéte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article