Sous le capitalisme nous ne pensons pas

Publié le par imagiter.over-blog.com

2249852957_4c7b9833e3.jpg

A moins de faire un pas de côté, le capitalisme nous pense en totalité. Sous le capitalisme nous ne pensons pas en fait, si nous nous laissons faire. Nous sommes comme agi par lui plus que nous agissons.

 

Sans un pas de côté (le premier de l’émancipation, le premier qui exprime une volonté forte) vous lui appartenez totalement. Et croyez que pour les affranchi-e-s de ce système sordide et si inapte au réel ça se voit beaucoup trop.

 

Actuellement, nous voyons derrière extraordinairement limpidement comment le capitalisme « pense » beaucoup trop d’individus encore. Alors que toutes les façons de procéder à un comptage aboutissent au même résultat. Les vraies forces des vraies gauches en France dépassent 60 % de la population adulte totale. Mais l’émiettement des luttes (chacun préfère sa lutte locale à des luttes globales), les abstentions (très explicites – nous ne voulons pas de VOTRE politique – aucun des partis ne nous représente même pas un gramme !), les votes blancs (je viens sur place pour dire la même chose que les abstentionnistes) les non inscrits (et ce secret d’état bien visible qui se dot « comment se fait-il qu’il y ai seulement 20,50 millions d’inscrits lorsque la population adulte de + de 18 ans dépasse les 45 millions ?», pour l’essentiel !!! – ne permettent pas une vision facile du réel.

 

Ar alors ? Vous venez de voir, un peu de jugeote , plusieurs pincées d’insolences dans la tête, des efforts, une rigueur de raisonnement impeccable – et Ops ! des résultats crédibles, bien lisibles. Et que tout le monde peut vérifier….

 

Nous l’avons fait. Oui c’est bien + de 60% de la population qui veut d’immenses changements de la vie. Des rapports sociaux carrément revisités. L’abolition des systèmes financiers spoliateurs. La démocratie sans pouvoir central, donc sans président ni représentants trop éloignés. Les pouvoirs décentralisés (lorsque plus de 80 % de la population est explicitement pout la démocratie – vouloir « imposer » la démocratie atteint le fond du ridicule. Puisqu’elle « avoue » que seule la centralisation devient l’ennemie de la démocratie !!!)

 

Voilà,, vous qui voulez le changement, la vraie force du nombre et des projets est de votre côté mais vous n’en avez pas la totale prise de conscience. Au pouvoir, ils ne sont plus qu’une minorité et vous n’en avez pas la complète prise de conscience. Sans programme crédible, sans projet défendable, juste crispée à ce que tout reste inchangé (d’où les gesticulations que sur les mots) – donc une minorité plus affaiblie que l’on peut croire. Alors que vous n’en avez pas l’intégrale prise de conscience.

 

Mais, là, vous venez d’obtenir l’entière prise de conscience que juste un pas de côté et le capitalisme ne pourra plus vous penser.

 

Le but est si proche ….

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans sociéte

Commenter cet article

clovis simard 15/02/2012 13:11

Blog(fermaton.over-blog.com)Conscience humaine.No-1, THÉORÈME POLITIQUE.- C'est mathématiques ?