Tiens la croissance a un coût ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

2584646263_7172390f2c.jpg

Mais alors ? La croissance est tirée par la consommation mais la dette ne sera jamais remboursée tant que la consommation dominera. Mais alo...Que reste-t-il de solide dans la gadoue idéologique du capitalisme ? Rien, si l'on songe que tous leurs mots ne sont destinés qu'à tromper, tricher, abuser, duper, escroquer, mystifier, leurrer, arnaquer. 

 

La croissance chinoise est annulée par le coût exorbitant de cette croissance. Cette seule phrase annule toute la crédibilité de la "croissance". Il faut de la "croissance pour l'économie" s'acharnent de peu rationnels hurluberlus. En fin de compte ils ne signent là qu'une inexcusable paresse mentale. A quoi sert n'importe quelle croissance si 1 % de la population s'en approprie, dès le départ, plus de la moitié ?

 

Oui ce sont les têtus totaux. De ces totaux têtus qui tètent tous les taux. Une croissance dont le coût réel (chiffres et faits) surpasse tous les bénéfices peut-elle être, encore, nommée croissance ? Et si plus de la moitié est niquée, avant tout usage collectif, où est l'avantage pour CHACUN-E ? La croissance juste le déguisement idéologique qui permet à une minuscule poignée de s'attribuer tous les gains de la valeur ajoutée collective, les bienfaits de la productivité, les apports de la "valeur travail" ?

 

Trouvez-vous quoi que ce soit de sérieux et de sensé dans l'insistance obsessionnelle sur le mot "croissance" isolé de tout contexte ? Vraiment les voyous de la croissance causent bien trop de dégâts pour les laisser encore faire n'importe quoi !!! Vouloir une croissance à n'importe quel prix crée toutes les conditions d'une acroissance, d'une inversion de la croissance, d'un effet pervers inattendu. D'une franche anti-croissance (avoir tué la poule aux œufs d'or). Puisque là, strictement impossible de mettre tout sur le dos des pauvres ou des salariés. Les salaires n'ont pas (en valeurs corrigées) bougé depuis 30 ans, les pauvres sont plus pauvres aujourd'hui  qu'il y a 20 ans. Leur "poids" social diminue fortement tandis que leurs apports à la société augmentent. Mais ils en sont, illégalement, spoliés... Clair ?

 

Tandis que, aussi, les dividendes se voient multipliés par 3. Les inégalités passent d'un écart de 10 en 1983 à 62,7 en 2009. A quoi s'ajoutent des gains exorbitants et ne reposant sur aucune "compétences " montrables ou "performances" bien isolables du travail collectif…De clair grands bandits sans aucune légitimité ni argument afin de justifier la moindre de ces prédations barbares. Aussi de revenir à du raisonnable en déclarant que le capitalisme est un extrémisme à classer près des terrorismes – peut, enfin, nous placer dans le vrai "durable"…

 

De plus, l'inexcusable lâcheté (ni responsables ni coupables) de personnages s'octroyant tous les avantages, et au delà, d'une fonction sans jamais assumer DE RENDRE DES COMPTES (responsables et coupables) fait qu'ils se monopolisent le chiffre absolument détraqué, erroné, ne représentant plus le réel, déphasé, obsolète, inadapté, etc du P.I.B. afin de se planquer (piteusement) derrière la mécanicité de ce chiffre. Et de se conduire d'inhumaine façon en traitant très indignement 1 français sur 4,8 (les 13 millions de pauvres) et assez indignement 1 français sur 2 (qui, se trouvant sous le revenu médian, vraiment mènent une vie indigne d'une société prétendue hyper  civilisée. Taux de pension, de cotisations, de remboursements, de revenus sociaux, de prélèvements, de SMIC, de gel UNIQUE des salaires du bas –(et pas de ceux du haut ?) disqualifie absolument qui l'emploie…

 

Dans ce contexte, la croissance-qui-a-un-coût salit complètement qui emploie le mot. Pour le moins, peut- il/ elle se trouver astreint à expliciter QUEL USAGE VEUT-IL/ ELLE FAIRE DE LA CROISSANCE ?

 

Initier tous les débats c'est savoir les poser là où ils se montreront utiles, les centrer là où ils dévideront tous les anciens mensonges et leurres et aboutiront à du véridique "socialement utile"…

 

Donc les escrocs à crocs capitalistes sont privés du mot "croissance – ils devront (loi d'airain de la réalité) dire, à chaque fois, de quelle croissance ils parlent, de la croissance pourquoi, oui oui de la croissance POUR QUI, et de la croissance comment etc. Plus beaucoup de marges de manœuvres pour tricher, spolier, arnaquer, tronquer ou manipuler, n'est- ce pas ?

 

Au point que, devant de tels croissants, ils risquent de préférer les madeleines de la mémoire !!!

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 700 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

Publié dans economie et politique

Commenter cet article