Un brûlant d'as ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

336087053_0810b55f2b.jpg

Et autres breloques…pourquoi tu piques ta crise ? Evidemment tu as toujours tellement triché que même ta crise tu la piques. Mais nous on s'en tape de ton brelan d'as. Tous tes jeux de gamins attardé s'écroulent. Tous. Ton esprit dictatorial hurlait toujours faut jouer le jeu. Mais si il n'y a plus de jeu ? Tous confisqués, par le fisc – évidemment, tous les truands même les tonitruants tombent : le fisc est effiscace !!!

 

Voilà que c'est de braire "faut respecter les règles du jeu" – lorsqu'il n'y a aucune règle à tous les jeux que tu joues. Jamais et que s'il y en ait une seule tu ne la suivrais jamais. Qui voudrait se consumer dans cette stupidité ? Jouer, c'en est magique, ça se dé-joue !! Plus de jeu si plus d'enjeu…Nul ne sait comment ton règne de hideux financier a pu durer – jamais nous ne l'avons accepté. Même d'un millimètre. Donc jamais nous n'y avons participé. A peine subi puisque notre force colossale ce sont tes limites. Franchement plus restreint, rétréci, petit, serré, étroit, réduit, court, crispé, minime, éphémère, enfermé, raide, oui limité que toi- impossible  trouver !!! Strictement incapable de piger qu'on puisse être et rester désintéressés. Que l'argent n'a pas assez de valeur pour s'abaisser à ce point. Que si tu as du cœur tu te faufileras toujours entre les prix. Et gagnera, sur la distance, bien plus que tout l'argent du monde ne le pourra jamais… voir le blog "Supériorité radicale de l'honnêteté"

 

Alors ton brûlant d'as on s'en bat les biscottes. Toi qui ne respecte rien ni personne – tu sembles si friable dès que l'on se contrefout de tes lubies minuscules. Franchement, flamber pour des jeux dérisoires…mais, enfin, où t'as coulé ton bon sens…on ne joue à aucun jeu, donc on ne respecte que les règles de ce qui s'affirme ne pas être un jeu !!! nous ne jouerons jamais au capitalisme, le jeu est truqué – ce "jeu" qui concentre le plus de fraudes jamais détectée sur Terre…un des fanatiques cramés de cette histrionerie ne va-t-il pas jusqu'à dégoiser "trop d'intégrité tue le profit"…comme s'il y avait jamais eu un seul gramme d'intégrité dans ce marécage qu'on encage ?

 

Non non, ton brelan d'as c'est plus que de la breloque qui branle. Jouer ça vaudra jamais dé-jouer…t'as tout perdu depuis que t'es devenu escroc…et on s'en bat la semoule de tes " absences d'états d'âme " ( "qu'y a-t-il de pire que les états d'âme ? " rugit l'humour du cosmos …"eh bien ! Les absences d'états d'âme ! Puisqu'elles voudraient tant se faire remarquer, qu'on les cajole et dorlote, mais t'as trop éteint la lumière, pauvre brûlant d'as!")…

 

Tu pigeras jamais – non non, brûlant d'as qui joue pas le feu ! – pourquoi, plutôt que de jouer minablement, nous préférons être oui si enjoué(e)s…

 

                                   Enjoué(e)s c'est le jeu qui dure éternellement !!!

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans le ridicule qui tue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article