Un esprit collectif c'est comment ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

5474295325_df7f725a7b.jpg

Nos blogs évite le je non par principe mais par fonctionnement. Seules des expériences individuelles peuvent atteindre à l'honnêteté requise pour une réponse utile à la question – nous aurons donc des "je"…

 

2 en fait, tissé pat un seul rédacteur et signé par des guillemets. "Depuis que je suis né je me suis toujours senti collectif. Avant même que les adultes signalent de fermer le robinet d'eau , de veiller à ci et ça, je le faisais déjà. Et débordais même la surface de leurs préoccupations". Le collectif serait donc autant inné qu'acquis. "La plus grande des réussites me semblait de me mettre à la place des autres. La place des femmes remuait beaucoup et je me suis investie dans le féminisme. Mais ai trouvé que d'opposer, ainsi, sommairement, hommes et femmes ressemblait trop aux luttes de pouvoirs et donc divaguait dans les délires du haut de la société, si nocif pour celle- ci. aujourd'hui, je préfère affronter chaque individu"…Après l'enfance d'un homme collectif nous obtenons, ici, la maturation d'une femme devenue collective…

 

"A le décrire cela peut sembler trop méticuleux, pourtant, à chaque fois que j'agis, achète, prévoit, le déplace ou pense – je pense à mon impact sur les autres. Et cela à toujours été spontané en moi. lorsque j'ai lu des textes là dessus cela m'a semblé trop coupant, trop blessant et trop dirigiste que ces "empreintes carbones" ou ces "surfaces humaines idéales". Les possibilités des dérives en "ventes d'indulgences" par les trop ignobles "droits de polluer" ou le comptage malveillant des "empreintes" me semblent, plutôt, nous séparer du tissage du collectif. Pour moi le collectif ne peut qu'être spontané, sincère et sans aucun calcul intéressé, à la base."…si l'ion s'en réfère au sens des mots, "collectif" provient du verbe "collecter" et, effectivement, si vous ne collectez pas d'eau pure et réparatrice mais de l'eau de mauvaise foi,  vous ne pourrez que souillez le collectif. !!! En faire juste une collection (la plus que stupide société du spectacle) c'est bien tout tuer pour ne vivre qu'au milieu d'images mortes. Et, irréalistement, divorcer d'avec le réel complet !!!

 

Les 2 témoignages ne dialoguent pas. Nous les avons choisi pour le fait qu'ils surgissent de 2 expériences et ressentis différents et la mise en page peut faire croire qu'ils se dialoguent. Disons qu'ils se complètent !!!

 

 "Penser aux autres est devenu une seconde nature, vous me contraignez à faire un effort certain afin de retrouver les circuits en moi. Cela fonctionne sans besoin d'y mettre de la volonté. Je me sens un peu mère de la réalité à couvrir ses potentiels, un peu mère de la Terre à tenter de la protéger. Et c'est là qu'on rencontre les concepts. Vous les parcourez et vous vous convainquez de certains. Mais, alors, en voulant les propager, vous rencontrez des entrées radicalement différentes en chaque personne. Certaines enroulées autour de leur égoïsme fermé, s'en foutant des autres – vous les voyez étaler au-delà du raisonnable leur cercle à bouches avides qui avalent tout et n'importe quoi, les poisons comme les baumes. L'égoïsme vous semble, alors, comme se couper un bras et une jambe – pas très efficace. Toujours, globalement, perdant. Et puis d'autres parlent pour les autres mais sans jamais les avoir vraiment entendu ni compris dans leurs différences mêmes. Des toxiques anti- débats circulent partout dont le plus extravagant reste la parole "dirigée" (prétendue autogestionnaire). Cela repose sur l'incompréhension majeure qui interdit toute interactivité, des interventions coupées afin d'en étoffer l'argument ou de rediriger vers la plus efficace percée, bref, des mises en valeurs utiles. Là, chaque personne se voit allouée, par un(e) régulateur/ trice, une stalle de mots, silence, l'autre lève le doigt et intervient, tout le monde séparé de tout le monde. Débats inefficaces au possible. Or, une fois de plus, c'est la parole morte qui circule le plus. Le vif argent unifie toutes les interventions. Ici, c'est comme l'arriérée société du spectacle : plutôt qu'une parole vive qui collecte du collectif, des paroles désactivées, dévitalisées, juxtaposées et assassinées et où le "débat" n'est plus que mots infertiles qui ne "joignent" et rejoignent plus personne.

 

Les débats où l'on se débat, ne peuvent qu'être physiques, mouvementés, une espèce de corps à corps, des interventions émotionnelles fortes, des percussions appuyées sur les tambours des corps, des impacts et des réponses, etc. En aucun cas, il ne faut forcer cette abondance charnelle des mots dans des machines carrées préfabriquées. L'autogestion des biens commence par l'autogestion de la parole: laisser chacune ou chacun gérer sa parole est le préalable nécessaire. Sans confiance et respect montré "à la foule" pas d'émergence possible du collectif !". Les conformistes, ces traîtres absolus qui piétinent bestialement toute créativité, en répétant sans comprendre ni penser jamais par eux-mêmes, des paroles entendues, et qui leur semblent, sans d'ailleurs aucune vérification préalable, "dominante" – osent monopoliser des débats "collectifs". Nous savons pourquoi tant de débats de "déboulent sur rien, ne donnent suite à rien…Tant de germes vivants de paroles collectives meurent sous le coups de ces mots desséchés d'égoïsmes insensés et insensibles, tant comportés par les aliénés conformistes !!!

 

"Si je n'avais pas eu d'enfants j'aurai pu donner jusqu'à ma dernière chemise. Vrai, plutôt que de sombrer, comme trop d'autres hommes, dans la fainéantise et l'irresponsabilité, se donnant, en plus, toutes les excuses et les beaux rôles – je préfère mettre les mains dans la merde, affronter sans garanties le réel et travailler en direct sur les concepts, les faits, les souffrances et les idées. Parfois, j'ai l'impression que je fais le travail de 200 personnes. Pour l'écologie, je pollue si peu, que j'ai la sensation de réparer, ainsi, les dommages des autres. Ma modestie polluante et financière (gagner de l'argent au détriment cruel des autres me paraît une aberration d'imbéciles!) se permet, dans ce cadre, de vouloir faire connaître un long travail de réflexion et d'écriture. Et – ça fait pas un pli – l'immense hypocrisie bourgeoise qui peut englober autant un punk, un rocker, qu'un écrivain stipendié, etc va hurler "au manque de modestie littéraire". Qui a la vivacité mentale pour démasquer le système devrait, ainsi, se taire, grâce aux brailleurs à l'immodestie d'écriture (qui elles/ eu pourront persister dans l'étalage de leur égoïsme économique et leur dépassements journaliers de pollutions et de monnaies). Le vrai collectif c'est bien celui qui refuse de s'enrichir tout seul, de réussir sans les autres, d'avoir du succès no partageable". En fin de compte, d'entrer dans le cœur et les pensées d'un esprit collectif paraît tellement plus passionnant que de se taper les éteints sordides et petits de la télé !!!

 

"Je cherche à toujours ne pas prendre trop de place quitte à diminuer ma place. A ne pas déranger les autres, à ne pas paraître fardeau pour eux. Aussi, discrètement, j'aime prendre soin des biens communs, à laisser, aux bons endroits, des objets qui vont se révéler si utiles à la personne qui viendra après et à qui je pense déjà. Il m'est inconcevable de ne penser qu'à moi et mon mouvement naturel c'est de faire passer les autres avant moi. Evidemment, dans la nécessité de survie dans un monde suicidaire "où tout le monde veut passer avant tout le monde", je dois rester limitée…" Le monde du chacun pour soi, de ces vices qui soi-disant se muent (magiquement) en vertus collectives alors que nous voyons, chaque jour, les nuisances rester des nuisances – semble celui du chaos, du nihilisme, des dysfonctionnements, de la déraison, du manque total de sérieux. Qu'il se déguise en capitalisme ne peut plus rien pour lui. Le capitalisme se montre, d'ailleurs, porté par de tels personnages, comme une des lubies pires que toutes les frivolités des modes connues. C'est dire. Des individus déguisés de sérieux ne peuvent absolument pas garder la moindre dignité dans ce monde ennemi du collectif…

 

Et jusqu'à l'extrême répulsion, jusqu'à l'épais dégoût, la perte de toute confiance et respect, etc – nous pouvons continuer de comparer l'esprit égoïste non durable à l'esprit collectif qui génère tout, sans obtenir plus de bénéfices que ce surgissement du refoulé, du non- dit, du dissimulé. L'émerveillement c'est de vivre que ce qui nous était présenté comme immondices (le collectivisme), comme absurdités glauques (penser aux autres), comme maladies psychiatriques (s'oublier soi- même) sont, de fait, de purs joyaux, des bijoux rutilants de beauté et de bonheur. Ce qui devrait bien devenir la saine ambition de la plupart d'ente nous, non ?

 

D'autant plus que la "valeur" de l'esprit collectif risque d'atteindre des sommets qu'aucun égoïsme n'a jamais pu atteindre…

 

Cette époque gangrenée par les imposteurs médiatiques qui, entre autres, vous font perdre le fil entre les vrais gagnants et les faux perdants – vous ont leurrés à mort. Les milliardaires de la vie intérieure restent les archi gagnants et les stupides milliardaires du seul argent volé à la collectivité (alors que l'argent n'achète jamais l'essentiel de la paix intérieure!) sont, de fait, de grands perdants qui "se sont déjà mis eux- mêmes en prison" (les "villes privées" de…toute liberté !).

Aussi – la position la plus avantageuse face à l'avenir, celle qui ouvre au plus grand votre angle de compréhension, et, donc, vous permet de prédire au mieux le futur commun – c'est celle de l'esprit collectif.

Qui s'est forgé une grande attention aux autres rencontrera, avec le plus d'intensité et de bénéfices, le vrai futur !!!

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité", onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

Publié dans sentez la santé

Commenter cet article

clovis simard 19/02/2012 17:02

Mon Blog(fermaton.over-blog.com),No-9, THÉORÈME INNOCENCE. - SPIRIT LAND/ZÊTA RIEMANN.