Un système extrémiste de déséquilibres qui cherche à faire gober un « équilibre général » ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

2715821521_309f712fc1.jpg

"Dans le modèle de l'équilibre général, les prix changent de statut selon le niveau logique où on les considère : exogènes pour les acteurs sociaux, ils deviennent endogènes pour le modélisateur (...)  On connait aujourd'hui le lien profond qui unit le concept de point fixe (...) à celui d'autoréférence, et par là d'auto organisation." (Jean Pierre Dupuy) (...)

 

La « main invisible » des marchés omniscients et leur autorégulation magique juste des problèmes d’accommodations visuelles ? on le dirait bien ! Puisque ces métaphores farfelues (main invisible, autorégulation omnisciente) vraiment ça ne sonne pas très sérieux, ni rationnel ni scientifique…et c’est « ça » qui tient notre sort entre ses mains sans que jamais notre avis ne soit demandé !: a-t-on vu quoi que ce soir de plus anti- démocratique ?

 

La culture, les idées, les sciences, le capitalisme, cet extrémisme tendu entre la régression barbare et les manipulations sordides, s’en fout.  Dans son foutoir verbal, tout semble accepté d'avance, dans le va et vient des idées – idées vidées et modes toutes équivalentes dans son grand Tout SANS VALEUR, la grande indifférence de l'indifférencié ; plus de direction (plus DE SENS!), plus de pensées claires et distinctes. Rien n'est vrai parce que tout est vrai ! (...). Il pense qu’à « l’usure » (et son double sens « spéculatif » n’est pas anodin !) les idées les plus lisses laisseront rouler le fric dessus. Sinon intelligence,, réflexion et argumentaire – noir absolu, ses oreilles resteront fermées…Très étourdi de confier son avenir à de tels individus…

 

Les savoirs localisés opérationnels NON EXPLICATIFS, dits d'intelligence instrumentale, ne sont que des savoirs stratégiques limités qui indiquent les opérations à faire en vue d'un but défini. Ces savoirs localisés le reconnaissent tous. Sauf l'économie qui, débarrassée de tout fanatisme, ne pourra guère devenir plus qu'un savoir empirico-rationnel, surtout pas une science. L'économie c'est une pensée instrumentale NON EXPLICATIVE dont l'actuelle dictature (une pensée de la petitesse et de la mesquinerie) ne peut cacher cette double illégitimité.(...) qui met, clairement, l’avenir de la planète en danger. Paer bestialité de sa bêtise. Le capitalisme est un système qui n’a rien à voir avec l’intelligence ni la pensée : uniquement une précipitation gloutonne, avide et cupide. Rien de sensé au-delà de ces compulsions impulsives…C’est pour cela que la pensée peut le vaincre plus radicalement que toute autre faculté.

 

L'économie admise à 60%  ou 70% comme une psychologie éviterait de se pencher sur la matérialité de celle-ci ? Or, rien ne pourra être résolu tant que l'économie ne sera perçue comme une psychologie ET SES MALADIES appliquée avec...(...)...lorsqu'une soi-disant science s'arroge le droit de se fonder elle-même! - quand, par extension isotrope, par extrapolation tous azimuts, on aboutit au paradoxe de Simiand où...(...) Comme si "pour étudier les caractéristiques démographiques d'un pays il fallait partir d'une population qui n'est celle d'aucun pays." (Desrosiéres. La loi des grands nombres)(...)

 

Le capitalisme tel des erreurs de comportements ?

 

L'enseignement officiel perpétue cette erreur de comportement, offrant des faits et des chiffres sous forme de bouchées "d'histoire", de "géographie", "d'économie", "d'astronomie" comme si chacune de ces disciplines était distincte, et non reliées aux autres, pouvant être comprise indépendamment des autres. Et c'est ainsi que les gouvernements fonctionnent d'une façon aussi SCOLAIRES dans le même découpage irréfléchi du réel. (...) Alors, nous congratule Robert Reich, dans "L'économie mondialisée :"Ne vous parlez pas! N'échangez pas vos notes! N'aidez pas votre voisin! Ici encore on pense que le plus important et le plus efficace est de pouvoir évaluer les performances individuelles." (...) Le miroir a remplacé la connaissance.(...)

 

Tout simplement par le refus entêté de reconnaitre que l'Economie n'est pas le marché mais le circuit complet dont la majorité écrasée reste créditrice sans jamais pouvoir intervenir,...(...) Le travail seul travaille, le profit, au contraire, c'est "profiter" d'un circuit complet(...) pour capter les "résultats" du circuit complet. (...) Pourquoi ignorer à ce point ce que coûte, chaque jour, à la planète, les mots ?(...) L'économie sans topologie, tout autant que l'économie qui n'est pas une psychologie appliquée - ne sert strictement à rien.(...)

 

 

Vous pouvez télécharger gratuit sur le site internet à but non lucratif freethewords.org,   le livre entier dont sont extraites ces pages voyez l’onglet 2,  LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s’est emparé des désemparés ? etc), onglet 2.

   Résistance au changement      Implique changement de la résistance .

 

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à but non lucratif freethewords.org ,  onglet 3  "Why do we left the left wings ?", onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". Et, surtout, LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s’est emparé des désemparés ? etc), onglet 2.

Résistance au changement      Implique changement de la résistance

 

Publié dans sociéte

Commenter cet article