Vie quotidienne d’un cœur ouvert aux autres

Publié le par imagiter.over-blog.com

3752046074_4d078b93a2.jpg

CE qui amène à deux points – afin de mieux saisir que je sois, en permanence, un cœur grand ouvert, qu’on a brisé des milliers de fois - mais je ne symétrise point – et que je sois, de ce fait, obligé d’un peu protéger :

 

1 - Baudelaire se faisait, sans cesse, engueuler par ses soi- disant amis parce « qu’il parlait à n’importe qui »…Déambulant, il s’asseyait face à un clodo (selon ses impulsions) parlait oui bien deux- trois heures avec lui. N’importe qui, alors là c'est une « perte de temps » tandis que de ne parler qu’avec eux olalalala… ces soi- disant amis à Baudelaire le considérait, un peu, « comme leur chose », séquestrée dans la prison de leurs préjugés …mais le fait de sentir qu’il « appartienne à tout le monde » nourrissait sa poésie. Je suis exactement comme lui  et j’ai dû quitter quelques femmes à cause de cela : ce refus glacial de l’ouverture à tout le monde. Evidemment, il y a une relation privilégiée mais on peut y intégrer le goût et l’envie de rencontres tous azimuts (rien de sexuel que de l’affectif, dans ce cas)…Il y a un peu de caricature dans ce petit croquis, mais c'est afin d'en marquer les traits saillants…qui n'a pas vécu "l'amour social" dans sa chair a du mal à ressentir à quel point la vulgarité anti-gratuité peut s'avérer meurtrissante !!!

 

2 –  Pour moi, aussi naturel que de respirer, y’a pas d’inférieur ou de supérieur, y’a pas de vie banale et de vie non banale, y’a jamais RIEN dans ce si grossier binarisme (l’un ou l’autre – en général, c’est l’un ET l’autre, pour moi !)…Tant qu’on ne comprend pas ce désir persistant d'ouvrir son cœur et d'élargir ses pensées, de toujours vivre comme une offrande, de goûter (et d'offrir) toujours le meilleur – sûr qu’on me rate…et que je ne puis n'avoir que RIEN A VOIR avec les racontars sur mon dos (c’est leur truc pas le mien !)…

 

Impossible, ainsi, de bien parler d’autrui avec l’esprit DOMINANT- on place de fausses interprétations sur le moindre acte, on tord tout pour faire entrer, de force, dans des idées fausses, on utilise autrui comme un objet qu’on peut manipuler sans précautions, etc….Je vous avais dit « n’avoir aucune psychologie » c’est parce que c’est si difficile d’attirer l’attention là-dessus. Très jeune « j’ai jeté par-dessus bord » tout ce qui me semblait malsain dans l’éducation de la société et trop inapproprié chez mes parents…Le hasard m’a mis en contact avec les vraies techniques orientales…je suis donc très fluide (tout change sauf le fait que le changement domine tout) et très très cosmique (immense à l’intérieur)…ce qu’un esprit occidental semble très peu « apte » à saisir. Tilt ! ça me ramène à une de vos erreurs d’interprétation : en tant que formateur à « l’écoute » j’ai découvert que la majorité des gens sont terrorisés à l’idée de devoir avoir la « charge » d’une personne, qu’ils ont tellement peur de la douleur et de la détresse des autres – qu’ils se croient « incapables d’y répondre », donc qu’ils fuient (en se donnant le beau « rôle » - en général en piétinant autrui)…Donc lorsque je dis que votre vie secrète (si vous le voulez) me passionne plus que tous ces « rôles » nocifs – c’est que j’aime les gens en direct, pas besoin de leurs blockhaus, je peux assumer…Vous, vous décrétez  que je vous trouve banale (j’aurai pas répondu à votre percutant texte sur les cœurs tintent si c‘était vrai – vous avez remarqué que peu de commentaires en fait – les gens n’aiment pas de tels élans surdimensionnés d’amour – moi OUI !)

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet freethewords.org,  onglet 4  " Où trouver encore du sérieux ?, onglet 2  " Le roman de l'économie",   ou onglet 3   " Rien de plus solide que le solidaire".

 

Publié dans méthodes de pensée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article