LA BOURSE REM- BOURSE TOUT(3) !!! et 10 textes

Punir les banques

devient de les faire admettre qu'elles ont généré un réel chaos, qu'elles alourdissent par ce trop très braquages des populations que représentent les spéculations. Qu'elles doivent donc CESSER immédiatement tous les TROUBLES SOCIAUX qu'elles provoquent. Et pour lesquels elles doivent être "traduites" en Justice. Et tout de suite. La panoplie des REPARATIONS que les banques doivent impérativement  opérer s'est mise en place devant nos yeux:

1 -     Avouer si   "les dépôts font les crédits" ou si "ces prêts sont scripturaires"…

2 -     Désigner, si le billet de 500 euros rapporte 62 500 sa mise : coût de production réel de 0,08 € pour 500 €, oui « de l’argent créé vraiment à partir de rien », qui « touche » le pactole des 600 000 % de bénéf sur chaque billet ? En réalité ? Les banques centrales - c’est du virulent commerce alors ? Les profits générés vont où ? à qui ? comment ? qu’est ce ? Aucun état ne peut être "endetté" s'il récupère tout « de l’argent créé à partir de rien », qui « rapporte » le pactole des 600 000 % de bénéf . CQFD. Ne sommes nous pas au centre brûlant de notre société ?

3 -    Une fois ces éclaircissements torrides obtenus – CHANGER. "Les dépôts font les crédits" …A l'unique condition que ces crédits rémunèrent ces dépôts…Si le prêt est scripturaire - ne faire rembourser que l'ensemble des "services" rendus et pas l'inexistant capital…avec effet immédiat sur tous les prêts en cours…

4 -  Enfin, s'interdire toute SPECULATION…en commençant d'expliquer, par exemple, comment  les 100 € de « sa fille » peuvent « devenir » 5000 € ? Par quelle magie sinon structurelle et collective: si 1 obtient tant c'est qu'il "détournerait" tout le circuit social et collectif vers lui seul, non ? On ne perçoit pas quel intérêt a la société à permettre ce genre de culs de sac antisociaux? La finance spéculatrice, Bourses et banques comprises, est bien l'ennemie n° 1 de la société !!!?Et pas WikiLraks ni Eric Cantona !!!

 

Punir les banques c'est bien éradiquer ce fléau antisocial qui représente l'acte le plus anarchiste réel (refus de toute réglementation, n'est-ce pas ?) qui soit. Et qui parvient à faire que les banques, dans certains domaines, se comportent comme LES PIRES ENNEMIES visibles de la société !!!

 

( à suivre)

 

***************************************************

Nous séquestrons mentalement les banques

 

Les médias dominants semblent avoir égaré, en route, tous leurs commentateurs. Leur inconsistant charabia n'est digne que d'adolescents attardés pas d'adultes fiables. Aucun n'est à la hauteur de la situation. Le 7 décembre les banques (versus spéculation illégale s'entend!) viennent de subir un magistral coup de fouet. Les discours pré-écrits du "capitalisme vainqueur absolu, y'a plus à regarder, y'a plus à réfléchir, juste à se conduire en déshonorés gardes chiourme ou en visqueux matons" ne se sont même pas rendu compte de la marque rouge d'infamie. A quoi servent de tels commentateurs ? Ah oui! à garnir les poubelles de l'Histoire!!! Déchets déchus !!!

 

Un commentateur doit posséder l'esprit tranchant afin, à travers le flot des paroles et des faits non rattachés à du réel et à du segmenté (vérifiable et démontable), de "transpercer" toutes les apparences. Et de trouver le chaud mécanisme: là où tu peux faire tourner le cœur nucléaire de la mégamachine…Apparemment, les ex commentateurs du mainstream pigent plus queue dalle. Même pas la caudale d'un poisson. Yes Jerrycan ? Big scoops? Many many ! ouuouais ouais, les"coins" sont définitivement plantés dans l'esprit des gens. Il ne nous reste qu'à cogner dessus jusqu'à la rémission obligée des banques. Nous séquestrons mentalement les banques …Pour toujours…

 

Oui l'inconscient collectif (et ses décrypteurs) ou autre nom plus caché – ont enfoncé les étaux mentaux, les "coins" du double bind – que voici:

1 -  Les banques sont nécessaires à l'économie et à l'emploi – or la SPECULATION  représente un chiffre astronomique allant de 5 000 milliards de dollars, parfois,  à      1 500 milliards, d'autres. Par jour. Oui par jour. 2 fois plus, en moyenne, le budget annuel de la France. Par jour/ pas annuelle la spéculation…Disons que c'est le prédateur number one. L'ENNEMI ABSOLU de l'Humanité. Donc toute banque qui use de la spéculation TUE L'économie et DETRUIT l'emploi. On ne peut prétendre qu'elles fassent l'inverse. Pas les deux à la fois. L'alibi ne tient pas le crime est reconnu. Leur "spéculation" irrégulière en fait bien des braqueuses de banques ces banques…Coincées – soit elles dénoncent la spéculation comme grand banditisme. Soit nous séquestrons mentalement les banques.

 

2 -  Nous avons été largement "abondés" du fait que nos dépôts soient prêtés. Or la PREUVE peut en être donnée et tout de suite. Comme 98 % de ce que je dépose "serait" objet de prêts - NORMAL que je participe aux bénéfs et cartes sur table tout à plat et plus vite que ça. Les banques ne veulent pas ? Nous séquestrons mentalement les banques.. Oui nous sommes OBLIGES de "comprendre", alors, que les prêts bancaires ne viennent pas du tout des dépôts mais du néant, créés à partir de rien, d'une ligne écrite sur du papier. Frédéric Lordon ose que c'est une "banalité tellement courante qu'on trouve depuis toujours dans tous les livres d'étudiants que ces prêts scripturaires"..Il en amènera, si facilement, la preuve noir sur blanc, n'est- ce pas ? Double bind vous connaissez ? Et étaux mentaux? depuis une petite 20 d'années nombre de nos concitoyens ont été broyé par tous ces " étaux mentaux" – la personne en face a tort à 85 % , elle ne fait que mentir, elle ondule dans la mauvaise volonté, etc – mais couic étaux mentaux vous "paraissez" avoir tort, n'être pas sûr de ces flagrants faits, vaciller un peu, etc  – c'est que, en moins de 40 secondes (la PREUVE juridique que les médias fonctionnent à la perversion et au mensonge- avant-tout!), vous ne pouvez le démontrer, démonter et mettre en pièces, puis vérifier le fonctionnement. Là, les  étaux mentaux sont de notre côté Nous séquestrons mentalement les banques. Elles sont archi coincées dans le dilemme soit elles "partagent", enfin, les bénéfices de vos dépôts qui font des prêts, soit, si elles ne le font pas, elles AVOUENT que tous les prêts sont scripturaires. C'est pas beau ça! Quoi qu'elles fassent nous sommes GAGNANTS. Et archi gagnants, depuis le 7 décembre. Y'a un commentateur de leurs déshonorés médias qu'a pigé ? Déchus déchets !!!

 

3 -  Ce n'est pas fini (voir, pour d'autres étaux mentaux, entre autres, notre texte "Punir les banques" sur ce blog mais le aussi le site internet freethewords.org). Un peu que nous séquestrons mentalement les banques. Albert Jacquard avait dit "les dettes des états ne peuvent exister puisque c'est comme s'ils étaient endettés envers eux- mêmes", mais sans vraiment étayer ni développer. La tourbe qui empêche les vrais journalistes de faire leur boulot escamote beaucoup trop de gestes et paroles d'un être public. Pour Jacquard ce que l'on peut évacuer de son discours pourtant sans ambiguïté…Mais là quick de chez couic – coincés vous êtes…La monnaie elle est créée "à partir de rien" tout le monde l'avoue. Un billet de 500 € coûte 0,08 € donc 600 000 % de super bénéfs. Seuls les états ont le droit légal de créer de la monnaie à partir de rien. S'ils TOUCHENT tant, impossible, en effet, qu'ils soient en dette (voir le blog la plume dans l'kawa)

QUI TOUCHE donc ces 600 000 % ? Si ce sont des banques c'est carrément illégal, anti-constitutionnel, haute trahison à la République, sauvagement anti- préambule 1789 de la Vème (for France)…qu'elles recrachent donc l'argent public et tout de suite…Sinon "open market" "création monétaire" et "dette des états", etc – clair que les "coins" viennent d'être bien solidement enfoncés. Les étaux mentaux commencent à pousser les banques dans les cordes. Elles sont définitivement en position défensive et on va cogner. C'est le COGNITIF, hé con ! Jusqu'à ce que ça plie… Pour le plaisir de tous veuillez respecter L'ARGENT DES AUTRES !!! Tant que vous ne le ferez pas (responsable sur VOTRE patrimoine cela fait "sérieux", honnête, fiable, non ?) – soit tu garanties avec ton blé soit tu touches plus au fric des autres, t'as compris, ex braqueur de banques, maintenant tu n'est plus QUE banquier, pigé "juridiquement responsable sur tes biens" ? purée, vous avez l'air d'avoir du mal avec tous ces voyous et ces cancres au sommet !!! C'est y vrai que ça y pullule !!!

 

4 – notre réserve d'autres étaux mentaux…

 

Vous voyez le tableau - la dette des états n'existerait pas (mais les salariés "remboursent réellement" ce non existant) et les banques ne prêteraient que du néant surgi de rien d'une écriture sur du papier (mais nous "remboursons en vrai"!)

 

Que s'est-il passé le 7 décembre ? Toutes les études sérieuses sur qui influence ? comment fonctionnent les influences ? les trajets et les trucs, etc on ne trouve cela qu'en…Suisse. Yes jerrican ? Le 7 décembre les cerveaux des individus ont été injectés de tout ceci "y'a anguille sous roche, y'a un truc là, pas de fumée sans feu, on se fait baiser, c'est tous des arnaqueurs…etc". Vous croyez que ceci ne va pas laisser de traces. Cela a été labouré large et profond. C'est fait c'est plus à faire. Avec vos arrogances bornées, sourdes et aveugles, de soi-disant vainqueurs, vous ne voyez plus ce réel constitué de milliards de "détails"….Belle entreprise, beau résultat et en grand (grâce, il faut le dire, aux évaporés des médias qui "gagnent" toujours soi-disant (sauf entre les repas ? en circuit fermé ? hors tout vrai débat ? en auto-fécondation? en prophétie auto-réalisatrice?) mais sans jamais examiner le très concret des batailles…). Là tu l'as dans le c..

 

Cette fois-ci l'esprit collectif vous a berné et dans les grandes largeurs. Quoi que vous fassiez (étaux mentaux) NOUS GAGNONS. Le monopole illégal des banques (et leurs inavouables secrets) tous vautrés sur la place publique. Nous séquestrons mentalement les banques. Et nous ne lâcherons plus le morceau. Nos crocs sont bien plantés dedans et nos esprits sont devenus des fauves (grâce aux médias fous, faut le dire !). De toute façon il en va de la survie de l'Humanité ET de la planète. Les banques (versus illégales spéculations) ne peuvent que CEDER…Notre socle moral est tellement  tellement plus solide et notre volonté d'acier !!!

 

Appuyez là où ça "fonctionne" : les "coins" tous biens plantés et enfoncés dans leurs mensonges. Ne baissez plus jamais mes yeux, le droit appartient aux yeux droits. Si les braqueurs de banques étaient les banquiers – ça ne peut plus que se savoir à donf. Le 7 décembre il avait zzzété parlé de RETOURNEMENT de situation, en agitant la muleta "reprendre Votre argent aux pas jolies jolies banques". Cela a fonctionné à plein. Retournement de situation il y a eu (apparition des étaux mentaux!)…

.

Nous séquestrons mentalement les banques !!! Et il reste tellement plus judicieux de penser qui n'y participe pas que l'inverse. CQFD ?

 

( à suivre)

 

********************************************************

Les riches vivent bien au-dessus des moyens des pauvres

 

Tout comme 2009 a, définitivement, prouvé que les riches vivent aux crochets des pauvres. Après la crise des subprimes de 2008, que nous savons causée, uniquement, par l'injustifiable et indéfendable avidité de ces trop riches (prétendus "supérieurs" !), 2009 a vu le miracle de devoir aider massivement les "créateurs de richesses" – s'ils la créent réellement pourquoi les aider ? impossibilité logique et mathématique ! – qui se sont avérés ne créer aucune richesse du tout mais vivre en parasites sur le dos des plus pauvres.

Ceci appartient aux têtus totaux et tout le reste n'aligne que mensonges de citoyens déshonorés.

En Grande Bretagne, pays ultra libéral où l'état ne doit pas intervenir dans la propriété d'autrui – nous voyons, ce 20 octobre 2010, l'irruption massive de cet état pour extorquer, pas très légalement (symboliquement, quelques avocat(e)s pourraient le démontrer, afin de relancer la machine de l'intelligence réelle !!!) la perpétuation d'un système béant de stupidités. Que des libéraux impose un tel interventionnisme étatique – devrait ouvrir le délit d'incohérence théorique. En effet, ils ont toujours violemment empêché les plans de relance vers les pauvres. L'assistanat persiste mais uniquement vers les plus riches – les seuls "assistés" actuels…

Si le pays vit au- dessus de ses moyens ce ne sont pas toutes les classes sociales qui participent de ces extravagances excessives. Depuis 1975, une incroyablement énorme part des avoirs "publics" a été livrée au tout privé. Et sans aucun bénéfice collectif !!! Le coût du privé, en toutes activités, demeure bien supérieur au coût du public: vu les extravagances de revenus, les circulations inter-nationales des bénéfices donc non assujettis,  et les externalisations excessives, etc, etc – ceci devrait sonner comme l'évidence de base. Le riche coûte une fortune à la société. Pas le pauvre: il "rapporte" !!!

Identiquement, pour les retraites, en France, c'est la spoliation majeure de faire fiancer la plus grande partie de leurs retraites par les cotisants mêmes. Cette injustifiable avarice n'existe que pour AMPLIFIER les vols de grands chemins qui se commettent toujours plus au nom du plus stupide (puisque jamais un seul argument VALABLE en soutien de la folie achevée de toute une organisation sociale gaspillée que pour l'unique service des trop riches  !!!)- oui du plus stupide système jamais vu sur cette Terre…

 

Quoi qu'il se passe, le clair hypnotisme sur l'obsession irrecevable de n'enrichir que les marginaux archi minoritaires de trop riches A N'IMPORTE QUEL PRIX – persiste !!! Quitte à détruire une civilisation, des pays entiers ou des peuples complets…Ce qui semble bien trop le cas actuellement…

 

Avec la persistante certitude que ces si peu dirigeants nous ont, déjà, abandonnés à notre triste sort…Que des avantages à nous passer d'eux…

 

A priori, rien ne peut être pire que ce stupide, minable, avide et irresponsable capitalisme. Toujours la rémanente impression que quelque chose ne tourne pas rond du tout dans les cerveaux déséquilibrés de ce système NON DURABLE…Pour le réel, toujours aux abonnés absents…Semblerait, ainsi, qu'eux-mêmes "se passent", déjà, d'eux- mêmes !!!

 

(à suivre)

 

vous pouvez trouver une suite sur le site internet  freethewords.org

 

*****************************************************

 

Maurice NADEAU a écrit, en réponse à la lecture du tapuscrit, "texte de grande érudition pour une bonne démonstration. A ne surtout pas faire lire par des commerçants". Je me demande encore pourquoi. Et vous ?

 

**********************************************

 

L’humilité monétaire

 

 

Le piège pour gogos (par bobos interposés) de l'humilité qui ne serait qu'intellectuelle - et pas du tout monétaire - vient d'être éventé…Ah oui! est matraqué l'impératif d'humilité sur les seuls moyens d'expressions. Et usage de ceux- ci. Jamais au grand jamais d’humilité monétaire, d’humilité financière ou d’humilité de revenus …Or ne pas utiliser son talent pour faire beaucoup de fric sur le dos des autres – c'est cela l'humilité vraie…Donc qu'on ne vous reprenne plus jamais à vous vautrer d'acharnements illégaux sur l'humilité unique et obligatoire de l'artiste ou de l'écrivain…Votre déchéance nous est devenue pestilentielle…Par contre, vous concentrez sur l’humilité monétaire, l’humilité financière ou l’humilité de revenus – nous paraît tout à fait adéquat et voué à la pleine efficacité…Comme dit un des commentaires " l’humilité monétaire c'est pas pour demain" !!! Excellente nouvelle c'est donc pour après demain !!! Oui oui nous n'arrêterons plus de rire des collabos "du fric pour quasiment personne" et "d'aucun droit d'expression pour tous" (humilité oblige)…Ces collabos et complices 'conformistes" (autant dire le bas de l'échelle de la dignité) deviennent synonymes de M.D.R, J : -)…Vive, absolument, l’humilité financière ou d’humilité de revenus…Le retour de la joie la pure…

 

La servitude volontaire est une des pollutions les plus pénibles puisque ce sont vos voisins qui s'excitent à votre servitude. Plus du tout volontaire, alors. Montrant qu'ils trahissent, dès leur premier mot, la "servitude". Il ne faut, en effet, pas se prétendre vivre en "servitude" si l'on s'acharne à y mettre de force les autres…C'est vivre en matons, alors ? Sans mesquin plus de pouvoirs aussi unilatéraux, déséquilibrés et inégaux…Oh oui! que le mesquin m’esquinte ; m'esquinte le mesquin… genre ces clairs inquisiteurs de la beauté, de l'intelligence ou du talent…qui vous amènent à vous (déjà bien en-dessous des légaux 1 500 €) oui oui à vous, sans cesse, et dans un non sens absolu, de telles exigences barbelées et de coupantes prescriptions. Genre d'incessantes humiliations. Oui l’humilité obligatoire : cette ultra violence qui vous tape sur la tête pour vous empêcher d’exister. Ah oui ! on vous tolère comme spectateur mais pas plus…

 

Au royaume de la servitude non volontaire – puisque imposée – les prescriptions de permanentes humilités se montrent, barbarement, évitées, esquivées,  éludées pour le show biz, les banques bizarres, les Bourses, la télé trash et buzz ou les gains exagérés, etc…Deux poids deux mesures – traitements très inégalitaires du problème d'humilité: que dans un seul sens pour matraquer de blessantes manières le bas – afin qu'il ne relève pas la tête devant toutes les prédations illégales du sommet de la société et cesse, ainsi, tout net de les refuser ? Sans doute: très douteux ces prescripteurs si meurtrissants de l'humilité…des autres…Faut être sacrément imbu(e)s de soi-même pour exiger, ainsi, des autres…la ruine de leur vie…En les culpabilisant à mort en plus…Quel manque d’humilité chez qui décrète l’humilité à deux vitesses…Pas pour eux - que pour vous…Quel démesuré orgueil que ces Tartuffes, déguisés en humbles, mais, rassurez- vous, juste afin d'obliger les autres à une humilité d'humidité aussi frigorifiante…

 

Alors que la modération ou l'auto restriction (autre mot pour l'humilité) serait le plus utile au sommet de la société - non, ces acharnés prescripteurs…des autres (les poux du pouvoir ?) ne s'abattent (courageusement ?) que sur le bas de la société…Vous êtes déjà, illégalement, écrasés et, en plus, vous devriez vous écraser…Ainsi devant le fait trop avéré et béant d’un manque flagrant d’humilité, que les 2 plus riches du monde aient la "même chose" que toute l'Afrique noire, qui a tort ? Pour le moment, les médias dominants disent que c'est l'Afrique noire…Les conformistes aussi puisqu'ils n'affirment pas l'inverse…Ah oui! beau piège ! belle arnaque – l'humilité n'est qu'intellectuelle mais pas du tout monétaire…

 

Vous avez le droit d’avoir 220 000 fois plus que les autres. Mais vous ne pouvez pas avoir le droit (même après un entrainement acharné !) de parler 2 fois mieux qu’eux. Incohérence radicale des matons de l’humilité…des autres ? Pas la bonne piste, la piste fertile…Non plutôt la "haine de l'intelligence", haine légale et haine largement diffusée…Lors de la prise de connaissance de cette abjection – nous (assos et collectifs) pensions que beaucoup allaient se dresser face à cette régression barbaresque, et se battre, pied à pied, contre cette haine si déloyale de l’intelligence. Pas du tout, alors que les rapports de force sont, mondialement, en faveur de la vraie gauche – que de collabos, que de sournois complices de la haine de l’intelligence, se sont démasqués…que leur mesquin m’esquinte…Yes, ô yes, de clairs "collabos" du fric-pour-très-peu à dévaliser; de multiples façons, aux multiples autres… La "haine de l'intelligence" est, définitivement, devenue suspecte. Limpide que qui veut répandre la "haine de l'intelligence" est, définitivement, un ennemi du plus grand nombre et des…humbles.

 

Faut le faire, n'est-ce pas ? Bassiner tant l'humilité obligatoire pour se révéler le pratiquer si peu, en fait…Nous voyons, ici, à quel point les "complices" conformistes font tout le sale boulot. Et que, de dégonfler ces vraies baudruches prétentieuses (se donner le droit de détruite tous les talents – n'est-ce pas s'enfler d'une extrême importance ?), reste le vrai travail des "humbles" réels  comme moi…

 

Et donc la triomphante conclusion claque au vent: ne pas utiliser son talent pour faire beaucoup de fric sur le dos des autres – c'est cela l'humilité vraie…Par contre, de faire briller les résultats de votre talent (et du travail acharné qui va avec !) non ceci n'est pas du tout de l'orgueil. Juste de la joie immense, de l'amour de la vie, de la beauté et du partage que vous voulez "diffuser" le plus largement. Gratuitement. Bénévolement. Donc carrément UN OBJET DE FIERTE légitime…A exhiber sans retenue !!!

 

Qui veut vous obliger à "l'humilité" ne présente, de la sorte, aucun des signes extérieurs de l'humilité intérieure. Cette humilité à sens unique (juste contre vous et pas du tout contre les marginaux du sommet!) n'est qu'une marque de déloyauté perverse. Alors que la probité (ni humble ni non humble – mais juste "Juste" !!!) se montre, majestueusement, parvenue à disqualifier qui l'emploie…

 

Ne vous torturez plus, pauvres artistes et écrivains si largement spolié (e) s par toute la société, la plus grande de vos impulsions de fiertés n'atteindra jamais la plus infimes traces de leurs non humilités émasculantes…D'autant plus, qu'ils vivent, indignement, sur votre dos !!! Et sur le nôtre !!! que le mesquin m’esquinte !!! A quand l’humilité monétaire ? A quand l’humilité financière ? A quand l’humilité de revenus ?

 

Dans leur absurde et si spoliateur donnant-donnant – disons, alors, que la non humilité intellectuelle ne s'arrêtera qu'après la mise en place (bien visible) de la réelle humilité monétaire…Le clair levier, qui va faire basculer cette montagne, demeure nécessaire jusqu'à l'aboutissement de la besogne, non ?… Le piège pour gogos (par bobos interposés) de l'humilité qui ne serait qu'intellectuelle - et pas du tout monétaire - vient d'être éventé. Nul qui ne boira ce jus saumâtre, désormais, sans faire la grimace …

 

Amis absolus – oui vous avez le droit d’être immensément fiers de vous – si vous pratiquez l’auto-restriction de revenus…tout le lyrisme vous appartient…Et vous obtenez le droit de virer qui vient vous prêcher, comme un cheveu sur la soupe, l’humilité à sens unique !!!

 

(à suivre)

 

Tag 4 rags

 

Le sordide le minable siègent au sommet – l'humilité qu’on vous prêche n'est qu'intellectuelle mais pas du tout monétaire : faut que ça devienne tout l’inverse – le mesquin m’esquinte…ce fric là se montre tellement  laid et tellement sale et surtout pas surtout pas l’amour…le capitalisme ne supporte pas du tout l’amour pourquoi ? pourquoi laisse-t-on ce grand malade sans soins ? et bien, si on ne mélange pas les sentiments et les affaires c’est parce que les affaires sont sûres de perdre …

 

 

 

 

Un résumé de l’économie actuelle pour une bloggeuse

 

Voici vous aviez abordé le conformisme en Economie…Qu'il est donc terrifiant : au point que l'Humanité pourrait périr à cause de ses gamineries inexcusables…Oui, merry pal, ils NIENT LE REEL, radotent des phrases du 18 ème, sans en « comprendre » un traitre mot, écartent TOUTES LES CAUSES (que les 40 trop riches aient la même chose que 3 milliards 4 d’humains , que le C.a du commerce dépasse largement celui de l’état, que les Bourses ne créent « aucune » richesse et que donc qu'il n'existe pas d’argent « métaphysique », extraterrestre, en « génération spontanée » (votre cher Pasteur en a montré l’impossibilité) etc)…

 

Ce qui démasque que c’est eux les destructeurs de la Société (et des gens comme moi ses vrais défenseurs), eux ceux qui créent tous les troubles et toujours plus de pauvreté :

1 )   La spéculation. qui est 2 FOIS le budget annuel de la France chaque jour, ne sert à personne, n'apporte rien à la communauté, vole toute la société – on en parle pas, on ne l’interdit pas (alors que la Constitution dit que c’est de la délinquance)…ahurissant de bêtise. C’est la cause principale de tous les malheurs / point barre…

2 )  Les trop riches – comme la monnaie est une quantité finie (seul le travail crée de la Valeur et les Bourses du fait d’avoir été « aidées» viennet de "prouver" que eh bien ! non…Si vous êtes le top qui « crée » de la richesse on ne PEUT PAS vous aider – sinon vous avouez votre « parasitisme…Essayez de vous centrez - la monnaie c’est un gâteau,  si je prends, moi, 90 %  je gomme, ainsi, 90 % des autres qui n'auront plus qu'un minuscule 10% à répartir envers leur énorme nombre…c’est bien moi le problème…Les riches « coûtent » donc beaucoup trop cher à la Société …

 

Si vous ôtez donc ces 2 causes essentielles à la crise – vous ne faites plus que dire de sinistres absurdités, comme les médias (si vous êtes crispés sur vos acquis vous le manifestant à 1 000 - 1500 € - les crispations des trop riches sur leurs droits »acquis » (sic) et des journalistes semblent 1000 fois pires, non ?) - en conséquence…

 

A la recherche du comment ça peut bien marcher ? à écouter les délires pervers des médias ET des conformistes (complices de cette folie – on les a vu à la télé prêt( e)s à torturer leurs voisins – si on leur en donne l’ordre – et j’ai décrit tout cela dans « Comment devenir un( e) athée du capitalisme »…

 

Vous voyez, enfin,  l’ampleur des résistibles dégâts :

*** Lorsqu’ils disent « c’est toujours les petits qui trinquent » c’est pour que ça continue en pire…et pour tenter (ignoblement) d'ôter, des mains des vrais défenseurs des petits, la légitimité de le faire…

**** Lorsqu’ils AVOUENT que le système spolient, en priorité, les salariés et vit, amplement, sur leur dos (à travers les banques et ce que j’ai relu chez Marx comme « le système des rotations »)…

 

On voit que les deux « accusés des médias » (les pauvres et les salariés « causes de la crise » alors qu’ils la subissent, de plein fouet, représente une escroquerie légale)…En effet, les trop « assistés » ce sont la spéculation et les Trop riches -  puisque les mouvements d’argent c’est ENCORE du Sud vers le Nord donc, seuls, les pays pauvres « aident » les riches. A ajouter, que, depuis 1975 , 15 % des avoirs publics ont été "volé" (aspiré ?) par le Privé, donc les trop riches sont bien « trop » assistés…CQFD

 

Vous voyez que si on ne connaît pas la réalité (et le conformiste NIE le réel même le plus évident) – pas de solutions possibles…

 

Dans votre petit commentaire VOUS N’AVEZ PAS PARLE DES SOLUTIONS à ce système du texte sur l’économie…Notre ambition reste d’être les plus scientifiques et simples possible – nous n’y pouvons rien si les sujets semblent difficiles, lardés de 1000 de mensonges et si les gens ne fournissent d’efforts que pour s’auto-entuber, se faire arnaquer toujours plus, n’aider que leurs ennemis jamais leurs amis…

 

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet freethewords.org,  onglet 4  " Où trouver encore du sérieux ?, onglet 2  " Le roman de l'économie",   ou onglet 3   " Rien de plus solide que le solidaire".

 

******************************************************

 

La plus grosse dépense du capitalisme ? Vous avez le droit à 3 réponses ? Eh bien, non ! ce sont LES MOTS !!!

 

Des vidéos de moi en train de danser ont été prises sans mon avis…Des stars qui voient ça, flippent, se pulvérisent, virent à la perversion (comme si je leur « appartenais » )…A signaler que c'est l'exact même travers que celui des fous capitalos pour qui « tout leur appartient » ah bon ! prouvez-le donc! Et plus vite que ça !!!

 

D’où LA PLUS GROSSE DEPENSE non subventionnée oui oui carrément de leur poche - c’est les mots (empêcher l’expression libre c’est empêcher les gens de «s’entendre » dans le vacarme – mais, aussi, de noyer tous les chefs d’œuvres dans le flot des m’as-tu-vu)…

 

Donc engrenages – alors que je n’ai rien fait, vis à 10 000 km de leur monde mental, n’ai jamais parlé d’eux – et, une fois qu’on fait une exaction (pour leur image, ma chère !), afin de persister à la « cacher », faut empirer – en conséquence, du fait de la malchance qu’ils m’aient repéré, « les listes noires » (diffamations et déloyaux obstacles) de pleuvoir…Je mettrais en danger leur images, délirent- ils…Pas grave pour moi – à ce moment je n’avais pas compris que les « anomalies » de ma vie venaient bien d’eux (les mêmes qui « s’occupaient » des textes que j’écrivais à 10 ans et comment « me » défendre à 10 ans ?)

 

Mon expérience individuelle ayant un fort impact collectif…J'obtiens de quoi décrypter à grande vitesse. Le '"doctor spin" (utiliser les médias pour des usages très personnels) existe véritablement – mais tant que vous niez une réalité bous vous privez de penser aux moyens de l'annuler – demeure, encore trop impensée…Si ce texte en représente l'amorce…commutateur…ça s'allumera bien sous peu…

 

D’où LA PLUS GROSSE DEPENSE non subventionnée oui oui carrément de leur poche - c’est, encore, et pour longtemps,  les mots (empêcher l’expression libre c’est empêcher les gens de «s’entendre » dans le vacarme – mais, aussi, de noyer tous les chefs d’œuvres dans le flot des m’as-tu-vu)…

 

Incroyable non! comment nous vérifions à quel point les apparences sont TROMPEUSES…et que, donc, vous conservez plus de chances d'être trompés. Que non !

 

(à suivre)

 

 

************************************************************

 

Quand vont- ils distribuer les bénéfices ?

 

Même Frédéric Lordon est d'accord qu'il faille fermer les Bourses. Pour inutilité collective et illégaux détournements des biens communs par une minorité de marginaux très désocialisés. Et dont l'urgence de vie est de se faire soigner. Pour le bien de tous. Ces "biens communs", les biens dont la valeur dépasse tellement chaque individu, dont la nécessaire protection pour la survie collective est si prégnante – que nous sommes contraints de les enlever des circuits commerciaux. Ces circuits commerciaux, dans les inconscients collectifs, se montrant bien comme absolument irresponsables (donc des enfants) et irrationnels (donc plus sujet à la psychiatrie qu'à la science). RIEN ne s'oppose à l'annihilation de l'argent fou et de l'économie casino (la folie vautrée payée par les autres) si ce n'est l'esprit dominant de l'époque: AVANT TOUTE CHOSE CHACUN-E VEUT NUIRE A TOUT LE MONDE. Avant toute autre chose, même la survie de la planète ou de l'Humanité. Et à gauche aussi, et à gauche beaucoup trop: l'attitude de la plupart des gens se prétendant de gauche devient même un modèle de malhonnêteté intellectuelle insupportable. Ainsi, depuis 1975, 15 % des avoirs publics sont passés au privé. Or les avoirs publics, pour le moment, c'est ce qu'il y a de plus proche des "biens communs". Pourquoi, alors, niquer les avoirs publics (et faciliter la route aux marginaux capitalistes qui ne veulent pas redistribuer NOS bénéfices?) – pour la stupidité crasse d'anti-étatisme (amalgame avec service public) sans argument. Bienfait immense que de distribuer les bénéfices – utiliser ce qui existe, maintenant, semble ce qui accélère la concrétisation de répartir universellement les bénéfices. De se montrer un sournois ennemi du plus grand nombre en mélangeant service public et état (plus vous augmentez le premier moins le second existe) n'est, certainement, plus glorieux du tout. Mais répugnant d'inefficacité. Et répugnant tout court !!!

Puisque, impossible que ce système de la plus grande des stupidités possibles puisse continuer sans être, concrètement, relayé, suppléé, secondé, épaulé, appuyé, soutenu, secouru par beaucoup de personnes ; donc obligatoirement à gauche. Dans cette distribution des plus values vers les salariés, Frédéric Lordon estime que le paiement immédiat à ces salariés, à la seconde, aujourd'hui même, se monte à 6,68 % du PIB. Par rapport au 15 % - n'est-ce pas très radin ?

 

Nous trouvons la même bizarre pingrerie dans "La crise de trop" de 2009, puisque, devant la certitude que les prêts bancaires soient scripturaires, Lordon rétorque, trop vite, que c'est banal, que c'est ce qu'il apprend à ses étudiants. Ca ne doit pas être réussi puisque la majorité des gens ne sont toujours pas au courant (nous avons vérifié!) et que tout va en sens inverse de cette vérité. Que les prêts bancaires soient scripturaires – cela veut dire qu'on ne vous "prête" pas du vrai argent mais que, vous, vous remboursez la monnaie de singe, la fausse monnaie par du vrai argent. Cette "banalité" représente la plus gigantesque escroquerie économique de tous les temps: mais les étudiants l'ont "appris" depuis tant d'années. Soit, ils étaient sourds, soit ailleurs ou inaptes à comprendre – soit ils trahissent, quotidiennement ce savoir.  Scripturaires ça veut dire écrit, les banques vous "prêtent" (!) de l'argent (du non- argent!) qu'elles ne font qu'écrire sur de faux contrats. Et leurs livres de compte. Ensuite, c'est par de l'argent bien réel que vous remboursez ce virtuel. Et il faut voir avec quelle indignité acharnée ils vous harcèlent pour rembourser ce que vous leur devez si peu (frais de gestion: entre 3 à 5 % de la "somme" grand maximum ; le chiffre de 1,15 % nous a été soufflé par certains experts !!!) Il s'agit donc du plus énorme scandale du siècle. Les pages de Frédéric Lordon à ce sujet semblent assez schizophréniques (mais pour qui roule-t-il à la fin, se demande-t-on trop souvent !) pourtant, une clarté en émerge. Il faut nationaliser (publiciser serait plus émancipateur: les nations ces trop nocives coquilles vides qu'il s'agit de quitter) – donc rendre à la gestion publique tous les prêts. A décanter encore l'opacité lordonnienne: les prêts seraient consentis au regard de l'intérêt collectif et les impétrants n'auraient à "rembourser" que les frais de gestion. Disons qu'ils paieraient un service public – ce serait moins tordu.

Tout ceci semble si simple, si facile à mettre en place. Alors pourquoi n'est- ce pas fait illico, urgence planétaire oblige ? D'autant QU'AUCUN argument ne demeure en face. Culturellement, le capitalisme n'existe plus !!! Ainsi l'énigme du passage du "taux multiplicateur" des banques, passant de 2 en 1960 (où la majorité des salaires étaient versés en liquide non virés sur un compte bancaire) et 2010 où il dépasse largement les 5. "Taux multiplicateur" ça veut dire que pour 1 € que vous déposez la banque en "récupère" 2, en 1960 (enfin francs mais le schéma est resté identique), et 5 € en 2010. Ce taux puissant provient bien de ces prêts scripturaires ajoutés à l'énorme spéculation …L'énigme semble mieux encerclée ! La spéculation demeure illégale dans tous les pays: les banquiers semblent donc deux fois braqueurs de banques (prêts scripturaires et spéculations immorales) et méritent la prison à vie. Nous nous voulons "juste" que les bénéfices soient, à la seconde, aujourd'hui même, équitablement répartis.

 

En effet, face à toutes ces données, L'ARGENT PUBLIC (donc l'argent de tous!) qui a été "donné" ou "prêté" à la spéculation (donc aux vrais gangsters) et aux banques (qui pratiquent des prêts scripturaires pas très rationnels ni défendables, de la sorte, même contre les états "séquestrés" – complices ou gogos d'escrocs ?) – a généré des profits (dans les 2 cas illégaux). L'organisation du sauvetage du fric archi voleur en 2009 par VOTRE impôt + votre héroïsme à rembourser de la fausse monnaie       (scripturaire) par votre argent réel – vous fait total CREDITEUR du système. Le fric, depuis 2009, appartient à absolument tout le monde. A vous aussi. Vos débiteurs sont les banques et les bourses. Vous pouvez en exiger un remboursement immédiat.

Tout ceci semble si simple, si facile à mettre en place. Alors pourquoi n'est- ce pas fait illico, urgence planétaire oblige ? D'autant QU'AUCUN argument ne demeure en face. Il faut bien en arriver à penser : parce que plus d'individus qu'on ne pensait (d'après les déclarations externes) soutiennent, en douce, l'aberration insensée du capitalisme (qui ne bénéficie en réalité à fond qu'à 0,0000121 % de l'Humanité). Mais comme c'est le système qui nuit au plus grand nombre. Et que nuire à son voisin ou lointain, semble la préoccupation qui domine la plupart des cœurs et des cerveaux – nous "persistons" et faisons se continuer la barbarie "juste" pour faire chier les autres. Vous croyez que c'est du psychologisme ? Après la présidentielle 2007, nombre d'enquêtes approfondies se décryptent bien ainsi – pour environ 50 % des votants, ils optèrent Sarkozy uniquement pour nuire à autrui (les 50 % autres ce sont en majorité les personnes âgées). Tous les recoupements n'aboutissent qu'à ce constat incontournable.

En conséquence, lorsque que penser c'est voir tout "fait" comme une étoile d'où chaque "branche" apporte une autre information – c'est la soi–disant gauche qui domine, concrètement, en France. Pourquoi soi- disant ? puisque, avec un apport culturel aussi fort, le nombre des citoyen-nes et le poids des arguments, il est si simple, si facile à mettre en place la fin de l'argent "privatisé"…Si ce n'est pas fait ce n'est qu'à l'intérieur de cette soi–disant gauche qu'il faut chercher les blocages et "résistances".

 

Nous l'avons fait: nos études sont disponibles sur freethewords.org. Nous ne disons, ici, que les conclusions. C'est cette soi–disant gauche qui CENSURE le plus. Nombre d'ouvrages, études ou recherches de valeur sont niqués par elle. Les circuits de diffamations (et le capitalisme arriéré ne survit que par les diffamations, censures, destructions des intelligences et autres désinformations !!!) y sont anormalement nombreux. Le refus des débats remplacés par le tout slogan bien creux (donc inefficace à plein!) se démasque dans l'absence toujours plus grande de toute structure de raisonnements comme de toute probité argumentaire. L'argumentaire, ce qui garantit que, si quelqu'un vienne après vous, visiter vos raisonnements, articulant les faits à un alignement de sens. Avec paliers de formules vérifiables. La personne trouvera, en gros, le même balisé trajet que vous. Dans la soi–disant gauche tout cela disparaît à trop grande vitesse. Mais ce qui transparaît, limpidement, c'est que ces comportements et mentalités soi–disant de gauche, ne renforcent, dans les faits, que les pouvoirs en place et affaiblissent le vrai peuple de gauche. Ce sont de visibles résultats pas d'une intention préméditée – dont nous faisons état ici. Etat – justement, balle au bond, le fait que les services publics aident et protègent plutôt les pauvres (et que sans eux ce serait le gangstérisme généralisé du privé sans limites!) – n'atteint jamais le cœur de la soi–disant gauche. Service public= état, dit leur tête de linotte, d'un âge mental de 5 ans. Donc tout pour le privé parasite et voleur ? ils ne l'expriment pas franchement mais les résultats sont bien là. Toujours moins de services publics donc plus de trop de privé…Or, de faire du tout services publics enlèverait des mains des minoritaires (illégaux par rapport à la Constitution et 1789) "volant" aussi la publique Ré- publique – TOUTE la gestion de la société. Le blocage inexcusable de ces soi–disant gauches ou soi–disant libertaires (nous en resterons sans cesse scandalisés!) – contre "l'état" – mélange tous les niveaux et pratiques. Tout ceci semble si simple, si facile à mettre en place. Partager les bénéfices. Ôter des mains des marginaux politiques l'état - par le tout service public: vraiment à notre portée. Tout ceci semble si simple, si facile à mettre en place. Trop ANORMAL que ce ne soit même pas entamé.

 

 

************************************************************

 

CHACUN SA PART - C'EST CACHE DEDANS

 

                                                                                                                                

Partager c'est supérieur à être supérieur

 

Le départ c'est chacun quitte sa part

Celle qui le prive de la présence de tous les autres

 

Partager c'est supérieur à être supérieur

 

A peine le départ est-il départagé

Que partager se met à tout répartir

Et voici comment tout se répartit

Equitablement impartialement

Répartir c'est juste d'accepter de partir

De partir de ces préjugés qui

empêchent que la société ne commence

qu'aujourd'hui ne commence

chaque part qui exige liberté égalité frater…***

 

Partager c'est supérieur à être supérieur

 

Partant partout c'est parti

Dès que tu es partant toutes

les parts sont prises en compte

La part des autres t'a fait prendre parti

La participation de ta part,

sans sur l'autre empiéter,

permet que resplendisse la

toute particularité de ta part

que ton plus que trésor

-  toi- même – soit entièrement préservé

lorsque le particulier de la part de chacun

l'est tout autant que la tienne

 

Partager c'est supérieur à être supérieur

 

vouloir ta part plus que la réalité

détruit ta part et celle des autres

au lieu de départager

la partition a pris la place de chaque part

comme de toutes – tout le monde est perdant !

le capitalisme ne connaît rien aux affaires

ne commet que bévues sur bévues

avec lui tout le monde reste perdant !

et ce jusqu'à la fin de son temps

le collectivisme financier et économique

allié à l'individualisme existentiel

lui demeure tellement supérieur

le tout reste plus efficace que

chacune des parties

qui te prennent tant à parti

déchirent le futur et détruisent

trop bêtement chaque individu

soit tu restes partie prenante

de partir de répartir

comme de répartir chaque réparties

- littérature ça s'appelait ! -

soit tu restes partitif des parts

qui tuent l'associé-té

tu es le crétin de l'économie

donc un cinglé capitalo

qui crée la dissociation toute

la séparation achevée des parts

alors qu'il suffit de se départir pour partir

 

Partager c'est supérieur à être supérieur

 

Chacun sa part c'est mieux

que chacun à part

et la dissociété fout tout le monde à part

à part que tout le monde parte

réellement dans l'harmonie sociale

à partir de ré-partir

là où départager de partager

se passe concrètement,

très précisément partout partant c'est parti,

c'est parti partant partout,

où…ceci représente le synopsis du "contrat social"

qui n'a jamais été signé

et surtout jamais dit à haute voix

aux oreilles de tous –

donc n'existe assurément

que dans notre tout proche futur

 

Partager c'est tellement supérieur à être supérieur

 

Chacun sa part c'est mieux

que chacun à part

à part que c'est mieux que à part

que chacun c'est mieux sa part

à part que à part mieux que chacun c'est

c'est …(crotte ! ils ont rayé le disque

à force de l'écouter sans l'entendre…)

 

Partager c'est tellement supérieur à être supérieur

 

c'était vraiment caché dedans…

à nous tout le but, le but c'est le butin

le butin ça se butine

et rien d'autre n'est absolument

le trésor c'est un état intérieur

dont infailliblement te séparent

trop de (non) richesses dites matérielles

or fric et toutes ces bimbeloteries

sans vraie valeur de vie…

 

(le langage n'est pas un arbitraire

il mène vraiment quelque part

- par contre, les billets de banque total arbitraire

n'existent que par seule convention sociale

on fait comme si, on ne dit pas tout aux malades,

hallucination d'irréalité de croire qu'on puisse être

vraiment $riche$ dans un seul désert de pognon,

nul n'est obligé de croire à cette sornette de la monnaie –

le langage est le seul non arbitraire

il mène vraiment quelque part

ces crétins ahuris prétendus dirigeants

sont plus qu'égarés et fourvoyés

puisqu'ils sont fourvoyous

et tout égarages…

n'ayant jamais mis d'arbitraire du signe sur

tout le reste… là où il convenait… 

quelles petites têtes déparées !!!)

 

Partager c'est tellement supérieur à être supérieur

 

  (à suivre)

 

bon sens, énigme résolue, surpasser les enjeux, gains sans spoliés, épargner épargne bien des crimes

Que tout un chacun-e peut, avec une puissance morale et une force argumentaire point vues depuis longtemps, oui peut faire décider à la soi- disant gauche de suivre cette direction inflexible et facile à expliquer. Aujourd'hui on partage tous NOS bénéfices. Et on fait passer l'essentiel de la survie collective en service public (préalable à l'Onusation des "biens communs" agrandis en "biens de l'Humanité"!). Tout ceci semble si simple, si facile à mettre en place. Il n'y a plus aucune EXCUSE (surtout dans la gauche) de ne pas le faire à la seconde !!!

 

(à suivre)

 

***************************************************************************

 

Les Bourses sont-elles encore nécessaires ?

 

Frédéric Lordon signale, pp. 289-290, de "La crise de trop", que leurs contributions nettes aux financements des entreprises sont devenues "tendanciellement nulles (en Europe) voire carrément négatives (aux USA)". Elles "soutirent aux entreprises plus de moyens financiers qu'elles ne leur en n'apportent". De plus, le carcan actionnarial nuit fortement à l'avenir des entreprises. "L'augmentation de la part des profits est allée engraisser une nuisance économique et sociale" (FL pp.170-172). La logique irresponsable, pleine de lubies, des financiers ne ménage même plus le volet "recherche et développement" des établissements. Le système pressure tout ce qui n'est pas au sommet et cette "mondialisation" ne se montre, en fait, que comme un hypercentralisme très hiérarchisé. Pas très reluisant!

 

Que valent des médias qui vantent qui "rafle pour lui seul tout"?  Et le petit capital souffre autant que les salariés de ce déséquilibre. Ce sont les faits bruts même si leur idéologie pouvait les leurrer encore...Pour Maurice Allais: Bourses = le plus mauvais système d'investissements possible. Ennemi frontal de tous les états, comme nous le voyons en Europe. De qui ne sont-elles pas les ennemies? Dans le bilan avantages-inconvénients la spéculation boursière ne peut se montrer que telle une pandémie toxique.

 

Pourquoi donc conserver encore une telle agressive nuisance? D'autant qu'avec les centaines de milliards déversés, pour sauver ce système, il eût été si aisé de construire de nouvelles structures d'investissements à moyen et long terme (avec interdit express de spéculations). Tellement simple: avec le marché des titres réglementés, la finance n'a qu'une emprise minime sur la gestion des firmes (FL p. 182 ). La restriction des mouvements de capitaux internationaux permet une réelle politique économique d'envergure etc. Il existe tellement plus de solutions de notre côté que du leur…

 

Slogan concis: les réglementations c'est pour l'intérêt public. Et les gouvernements ne sont pas vraiment là pour aider les trop riches à l'être encore plus. Sortez les médias fous de leur esprit primaire! Que font, donc, les Conseils constitutionnels face aux spéculations boursières, il y  a bien rupture de l'égalité (de traitement) devant la loi. Et très forte négligence de l'intérêt public? (haute trahison?)

 

Les marchés criminalisés "avec une régularité qui laisse pantois finissent toujours par un exaltant discours moral sur la cupidité et l'hubris. (… )ce qui demeure caché " le problème est expulsé vers le judiciaire, il reste extérieur au registre de la réforme sociale" ( p. 262- (p. 238 - James K. Galbraith (abrégé en JKG) et son "The Predator State", 2008, avec son si parfait sous-titre "Comment la droite a renoncé au marché libre. Et pourquoi la gauche devrait en faire autant ").

 

Les apports des Bourses aux entreprises sont devenus négatifs aux USA. Neutres en Europe. Elles prennent plus qu'elle n'apportent

Elle nuisent de plus en plus à l'avenir des entreprises

Et le petit capital souffre autant que les salariés de ce déséquilibre

De qui ne sont-elles pas les ennemies?

C'est le plus mauvais système d'investissements

Abolir les Bourses c'est donc supprimer beaucoup de nuisances

 

 

(à suivre)

***********************************************************************

 

L’absolue lâcheté de l’achetez tout – la pire des catastrophes qui puissent vous tomber dessus ils en font une « success story » ( !).

 

Seuls les esprits libres libèrent les autres. Les esprits asservis ne peuvent qu’enfermer, emprisonner  les autres. Ainsi acheter peut bien devenir tout perdre …il suffit d’entendre les son nouveaux  pour  ressentir comment… Acheter n’importe comment, sans discernement  peut devenir acheter CONTRE vous. Chiche que vous essayez de piger ? L’absolue lâcheté de l’achetez tout se mue, ainsi, en la pire des catastrophes qui puissent vous tomber dessus ils en font une « success story » ( !).

 

( à suivre)

*****************************************************************

 

 

(à suivre)

 

trouvez un complément à cette réflexion sur le site internet à but non lucratif freethewords.org ,  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " ou, encore,  onglet 3  "Légalité de l'égalité". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L'ECONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? etc), onglet 2.