Comment les humains ne supportent pas la grandeur de l’espèce ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Comment les humains ne supportent pas la grandeur de l’espèce ?

En général, oui les humains n’aiment pas être placés auprès de la grandeur de l’espèce humaine. Même s’il ne faut pas généraliser plus avant. Sauf afin d’attirer l’attention sur les paradoxes qui en découlent ; paradoxes parfois d’un comique cosmique inénarrable. Et que nous tenterons, tout de même, de narrer parmi les autres découvertes attachées à ce thème même…

..

Oui G.H.Wells supposait que les humains (en général) ne supportent pas tout ce qui les rattache à leur propre grandeur intérieure révélée, justement, par leurs vies intérieures. Qu’ils musèlent, pour cela, si stupidement. Oui et que, devant tout grand esprit ou tout vrai écrivain, ils s’en iraient suppliant…« Surtout, surtout, ne nous apprenez rien de très grand sur nous-mêmes ! Éloignez toutes torches, n’illuminez plus nos chemins - oui laissez-nous à nos petites vies. Que nous maquillons en nous déguisant ( mais seulement derrière un déguisement falsifié que nous quittons à volonté !) de postures co,nsidérables. Laissez nous donc tranquilles avec les grandeurs et les illimitées visions ! »

..

Croyez-vous à des vérités qui ne seraient que tristes ? Les hommes ne supporteraient pas tout ce qui les rattache à la grandeur ? Sûr, qu’en faisant le voyage, nous allons découvrir des oasis où c’est tout le contraire !

..

Ne pas supporter la grandeur espécialement espèces – réunit beaucoup d’effets secondaires indésirables. Tels ne pas savoir gérer les conflits – d’où, sans cesse, ils recommencent comme si nous étions incapables d’apprendre. Et d’en semer de conflits nouveaux - bien plus que la collectivité ne peut en résoudre. Tout cela parce que – selon l’image d’envelopper la problématique dans quelque chose de plus vaste et donc de la surmonter par la grandeur – nous devons savoir changer de taille. Toujours passer à la taille supérieure. Aller plus haut. Et que tout ceci s’apprend, se pratique ou, sinon, s’atrophie. A cause aussi de l’absurde « tout ou rien » ! Genre si vous n’êtes pas pour moi vous êtes contre moi. Alors que nous pouvons n’être ni pour ni contre ; n’être pour que pour certains aspects mais pas d’autres. N’être contre que sur très peu de points. Désirer en discuter afin de mieux comprendre et, le cas échéant, de modifier l’avis premier, etc., toute une multitude d’états intermédiaires qui nous rendent tellement plus riches. De ressentis. Que le dualisme si appauvrissant et si démuni de…solutions ! Donc le « tout ou rien », par sa ridicule dictature qui n’a aucun des moyens matériels de sa posture – rompt tous les débats dans l’œuf. Trop de simplismes nuit aux discussions et surtout à leurs poursuites. Qui rabougrissent à la vitesse de l’éclair à ne montrer qu’une peau ratatinée. Le tout ou rien fait tout vieillir en accéléré. Si nous ne sommes pas d’accord avec quelqu’un, magiquement, il devient noir (en fait, noirci !) à 100 %. Le seul monstre que la Terre porterait. Posture suicidaire qui…dissuade quiconque d’entrer en conversation avec nous. Ce fanatisme sociétal, créé uniquement par le « spectacle » et ses « rôles » inféconds (qui châtrent les 8/10 ème de l’individu en l’empêchant d’$être lui-même et en le maintenant dans des gesticulations très restreintes et des mots préfabriqués (ceux du rôle !)). Ce qui gâche toute la vie sociale. Et tout le monde en ressort perdant !

..

……………………...........…**********************************

Cette difficulté majoritaire à surmonter définitivement tout conflit (par notre grandeur intérieure) devient cette avalanche principale qui empêche bons nombres de nos facultés principales de se déployer. Ainsi avec l’imagination qui est un attelage de chevaux de feux qui nous conduisent dans tout l’univers. A la vitesse de la pensée ductile. Par exemple, d’entrer dans la pensée que l’univers est infini, incommensurable et que son gigantisme est en nous. Que, par exemple, de fermer les yeux nous le fait parcourir entier, en mouvementant toutes nos émotions. C’est que toutes nos facultés et caractéristiques peuvent être jointes et réunies (multipliées l’une par l’autre !). Au lieu de – si inexcusablement – d’opposer le rêve et l’éveil. En s’effondrant dans les viles comparaisons genre le rêve est inutile, l’éveil est supérieur, et autres niaiseries, etc.- ce qui nous prive de la moitié du potentiel humain. Ce qui est plus que con : crétin ! A l’évidence, le rêve est, thérapeutiquement et d’assainissement, nécessaire. Il allume des zones du cerveau non utilisées dans nos vies trop restreintes et trop enfermées. Et relient nombres de zones de cerveaux que dont nous censurons et inhibons, trop cruellement, le désir de fusion.

..

Toujours en conflit avec nous-mêmes (et ce n’est pas parce que un certain nombre d’humains ont la Guerre en eux que la paix n’est pas possible – c’est, plus prosaïquement, qu’ils ne l’ont pas trouvé en eux - ce en quoi ils ne sont pas des humains véritables, mais toujours dans les…limbes !), oui ces parties de nous-mêmes opposées à d’autres, ces guerres intestines, des comparaisons qui nous ligotent sans cesse – nous manquons toute l’immense énergie d’unir tous nos potentiels. Entendons les mots sans intervenir : et c’est immUnité ou bien impUnité. N’est-ce pas aussi grand que l’univers ? L’ Évolution privilégie bien l’Unité pas la division, ces enfantillages malsains que de diviser. Par exemple, rêves et éveils réunis c’est la grandeur qui s’entrouvre. Tout l’univers est dans nos corps. Cette simple pensée (…et nous en possédons… tellement d’autres !) suffit à nous émerveiller (remarquons que l’émerveillement est un sentiment et une émotion et qu’une pensée peut – donc - créer ceci. CQFD !). Et l’émerveillement doit atteindre toute la taille de l’univers. Que tous les grands esprits aient insistés sur le fait que la qualité la plus fertile soit de savoir…s’étonner. Admirer s’émerveiller. Mais, aussi, rester perplexe, s’interroger sur tout. Devenir de gigantesques points d’interrogations qui rythment toute la vie de passions et d’intensivités inépuisables. Et sont ces clés enchantées qui ouvrent les portes de tant d’inconnus. Oui inconnus – ce mot rébarbatif donc qui condamne l’esprit malade qui le profère – c’est toutes ces saveurs non savourées, ces goûts non encore musicalisés, ces odeurs qui vont ouvrir des cellules de nous pas assez visitées, d’autres étoiles dans les yeux, etc. ..

..

Donc l’inconnu c’est le… prodige. Il n’y pas d’étrangers sur Terre, nous sommes tous de la même famille, cousins ou oncles, sœurs ou frères. Chacun-e nous enrichit de ce que nous ne sommes pas. L’étranger c’est le crétin raciste qui ne peut aller dans aucun pays car il y sera…étranger. Vaut bien mieux tous les pays qu’un seul, non ? Preuve que le capitaliste ne connait strictement…aux affaires collectives ! L’étranger c’est le financier absurde qui jamais de sa vie ne rencontrera un…vrai humain. Égaré dans son désert desséché d’abstractions sans extractions. L’étranger c’est bien qui – avec unr cruauté toujours répétée et qui devrait nous révulser d’horreur – sème des frontières, des discriminations, des murs, des exclusions, des séparations. Nous n’avons rien à voir avec de tels échecs de vie (dont les médias vendus s’épuisent à faire l’éloge que personne n’écoute plus !).

..

Nous sommes tellement plus GRANDS que tous ces prétendus dirigeants. A 2 conditions 1) – le prouver et tout de suite 2) le recommencer demain. Le recommencer ? Oui tant d’humains ont fait cette sinistre expérience d’êtres qui s’extasient à fond là, tout de suite, et qui, demain, serons plus secs que des coups de triques. Ce genre d’esprit prend les génies pour leurs esclaves, les serviteurs de leurs majestés… illégitimes. La majesté c‘est bien d’emplir chaque jour son corps de gratitudes ; gratitudes qui se cumulent et fertilisent le sommeil. Et nous font bondir dans le réveil tels des…soleils pleins d’enthousiasmes et de gaités…ou oui rappelez-vous, vous avez rencontré de ces êtres solaires. Qu’en avez-vous fait ? Vous les avez piétiné de vos petitesses au lieu d’entrer dans leurs immensités ? Nul-le ne peut mentir face à la grandeur ! C’est simple, vous meeeeeentez – enthousiasmes et gratitudes soont inépuisables, ne s’usent jamais, ne nous fatiguent jamais, nous sont fontaines de Jouvence. Par contre – leur résister méchamment épuise et stérilise de tous…élans. Une de fois de plus, pris en flagrant délit ? Qui n’a pas d’élan…ne vit pas ce qu’elle/il prétend vivre. Et – pour la psychologie posturale qui n’a pas le défaut du « langage corporel » qui, juge et…condamne, prétend la …supériorité de l’un sur l’autre (ce qui est bien un comportement…très inférieur) ; oui la psychologie posturale est un savoir objectif qui va bien avec les cœurs purs. - Eh bien ! cette psychologie posturale ressent que vous… simulez, que vous n’avez pas d’élans spontanés. Oui, vous êtes comme encerclés, vous, les truqueurs et les imposteurs. Pourquoi la ramener avec les truqueurs et les imposteurs ? Parce qu’ils sont les derniers à faire l’éloge dévergondé des prétendus dirigeants. Et qu’ils contrôlent tout (mon œil, ils sont dépassés) et qu’ils ont un système d’acier ( que de la pacotille !) et que la minorité «ne peut que… supplanter» la majorité volontariste que nous sommes. Que bref, laissons tomber, nous ne pouvons rien ( strictement faux, sans les conformistes ce système aurait disparu depuis longtemps !), etc.

..

Que dites-vous ? Oui, eh bien ! …parcourez des écrits de libérés, autoproclamés libertaires ou autres, qui seraient du bon côté huuuum de la barrière…vos corps commencent à s’emplir de découragements et d’intoxications. Mine de rien – avec l’excuse de contester et dénoncer – le tableau brossé des « maitres de ce monde » (si peu !) est pire qu’un…éloge. Ils sont tout et nous rien (étrange contestation !). Ils peuvent tout et nous rien (étrange contestation !). Ils ont tout et nous rien (comme si la richesse n’était que d’argent – nous avons tout le « social » soit la richesse la plus infinie contre laquelle l’argent ne peut…rien - étrange contestation donc que la leur !). Etc. Nous ressortons de là : mais à quoi servent donc de tels écrits ? Écrits en plus bizarrement très diffusés en les labellisant de « complotistes » ou autres …ce qui parait booster la diffusion. Ce fait même disqualifie cette diffusion puisque les pouvoirs ne leur plantent aucuns obstacles – plutôt du… favoritisme (normal, ils les …« servent » !)…Alors – que sur le bilan global- de tels écrits défendent, en fait, à fond le capitalisme (d’où leurs incompréhensibles bonnes diffusions…). En ayant toutes les…apparences de le critiquer, le système ! Devant les grandeurs – cependant – ils ne tiennent pas la route. A elle on ne la fait pas…simple : plus t’es grand en toi, plus tu détectes les « petitesses ». Et – en les alliant – avec des analyses intellectuelles, plus vite tu « sais » objectivement qui est pour et qui est contre le système (sans t’épuiser à parcourir les apparences multiples !). Ce ressenti est, de plus, infaillible. Pourquoi ?

..

………………………........**********************************

Le génie c’est simple. Le génie seul génère – ces écrits là ne génèrent ni le sentiment de génération. Ni celui de générosité. Ils sont juste là afin de… décourager. Le génie génère. Oui il y a une génétique du cerveau. Le cerveau « ouvert » hérite de tout ce qui a été pensé, ressenti et réfléchi par l’Humanité. Ceci entre dans son génome. Et son programme intérieur change du fait de la puissance gigantesque du désir de se retrouver toujours relié à ces sources vives de savoirs instantanés.

..

Ce qui fait que le génie est…transmissible - à 2 conditions 1) – de, d’abord, le reconnaitre, le génie… 2) – d’écouter vraiment ce qu’il a à dire. Par exemple, que nous pouvons changer tout de suite, là, à a seconde, nos processus neurochimiques et neurophysiologiques (pour résumer trop inutilement puisque ce n’est pas « praticable » ainsi. Mais fait joli pour les yeux – amplifier au-delà du commun le « circuit des plaisirs ». Et réduire au maximum le « circuit des douleurs ». Les deux conjointement. Voilà la grandeur : vous avez la générosité. Tant de portes de votre vie intérieure qui contient…tout – s’ouvrent plus gratuitement que le gratuit. Et l’abondance coule sans cesse en vous ! Cette grandeur permanente (…pourquoi vous quitterait-elle si vous continuez à rester généreux ?) vous fait agir, à chaque seconde, avec élévation ! La preuve réside dans de tels phénomènes. Et, à cela, le capitalisme n’a RIEN à opposer. Mentalement, il est vaincu et bien vaincu. Qui ose le contraire (sans le prouver jamais, au cas où nous nous tromperions) fait bien parti des imposteurs en découragement collectifs. Que les grandeurs ont éradiqué de la vie sociale.

..

………………………**********************************

Quelques citations afin d’accélérer à fond le processus de changement de société en vous !

..

La grandeur de l’homme est dans sa décision d’être plus fort que sa condition – Albert Camus

..

En ce moment, beaucoup de gens ont renoncé à vivre. Ils ne s’ennuient pas, ils ne pleurent pas, ils se contentent d’attendre que le temps passe. Ils n’ont pas accepté les défis de la vie et elle ne les défie plus. – Paulo Coelho

..

Celui qui ressent sa propre vie et celle des autres comme dénuées de sens est fondamentalement malheureux, puisqu’il n’a aucune raison de vivre. – Albert Einstein

..

L’important n’est pas ce qu’on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu’on a fait de nous. – Sartre

..

Dès l’instant où vous aurez foi en vous-même, vous saurez comment vivre. – Johann Wolfgang von Goethe

..

Tout est changement, non pour ne plus être mais pour devenir ce qui n’est pas encore. – Epictète

..

Voilà, quelque chose encore qui vous turlupine ?

..

………………………..............**********************************

Avec des têtes ainsi réconciliées, la vie devient d’une profusion intérieure sans limites. Et ce sont les projets communs de la grandeur collective :

** - un beau jour se dire ensemble : nos allons abolir toute forme de misères. Nous avons toutes et tous la grandeur d’âmes pour y parvenir facilement.

..

** - nous allons réorganiser la société afin qu’elle s’arrache au sordide sans issue des intérêts trop privés …Privés de quoi ? privés de tout ? Privés de quoi ? privés de nous ? Dépourvus, démunis, défaits, amoindris, appauvris de toutes grandeurs. Finis les intérêts particuliers qui sacrifient un milliard d’humain pour un seul…dépourvu, en plus, de tout projet digne de ce nom. Ouverture vers l’immensité de l’intérêt général.

..

*** - tous les problèmes pris à rebrousse poil – soit uniquement du côté des solutions. La triangulation financiers aveugles – médias incompétents et politiques professionnels ne savent créer que des problèmes. Et n’en résoudre aucun. La bonne attitude n’est pas de s’enliser dans les pourquoi et accusations – mais de tourner le dos à ces mentalités vieillottes, obsolètes et plus que ringardes. Un problème = la solution tout de suite. Cela donne : face à la société entièrement désorganisée par le trio faut recommencer par le plus simple. Ouvrir des lieux où il ne pourra y avoir que des comportements… nouveaux. Sans habitudes. Puisque ces lieux sont en rupture à 100% avec nos routines.

..

*** - les constats : il y a tellement de bonnes volontés émoussées par l’insupportable bestialité de la consommation – qui ne parviennent pas (à cause de l’horreur du commerce spectaculaire) à se voir, à se faire voir et à se regrouper. Faisons-le pour elles : inventons les maisons du Don. Qui a besoin trouve qui peut répondre à ce besoin. Dons multiples. Et dans tous les domaines de la grandeur humaine. Chagrins affectifs ou souffrances psychiques – qui sait aider pourra aider. Prises de conscience de la débilité et ce la faiblesse des projets individuels et qu’ils puissent, enfin, se voir rassemblés et forgés dans des mouvements irrésistibles. Unification des activités (oui celles qui n’ont pas encore de noms vu que les besoins ne sont pas… « reconnus » !) Tout simplement puisque la pauvreté production- consommation prive des ¾ du potentiel collectif.

** - le choix du collectif n’est pas idéologique mais pratique. Il réside infiniment plus de solutions dans une pensée collective que dans ces vices égoïstes qui pourrissent toute la société. Il faut vraiment être un dangereux antisocial pour oser dégoiser que les vices privés « font des vertus publiques ». Et les poules ont des dents. Et le soleil s’habille en costard cravates. Et la nature est mise au musée parce que nous vivons dans l’artifice généralisé – celui du ce qui n’existe pas existe seul. Ou même le bon sens est devenu délire !

..

** - la grandeur est en nous. Extériorisons-la. La société mérite la grandeur toute la grandeur. Et la disparition des mesquineries… « Plus nous nous élevons et plus nous paraissons petits à ceux qui ne savent pas voler ». – Friedrich Nietzsche

..

………………………................**********************************

Plus nous nous élevons et plus nous paraissons petits à ceux qui ne savent pas voler. – Friedrich Nietzsche. Cet humour cosmique signifie que la grandeur est vue petite par qui n’en a aucune. Et que ce « défaut de vision » nous simplifiera la vie ! De l’auto-dénoncement cela nous offre du moindre effort en tout ! Ce moindre effort qui soulève… des montagnes.

..

Tout ce retour du gigantisme ou ce gigantisme du retour – se dénoue simultanément par une réorganisation de toute la vie intellectuelle. Grandeurs partout. Il n’en coûtera rien du tout. Et fera même perdre ceux qui sont a honte de l’humanité (les trop petits et top piteux et miteux de la finance internationale). Nous arrivons même à un point où l’argent va nous supplier de l’accepter, va se trainer à nos pieds pour que nous l’utilisions – et nous n‘en aurons tous simplement plus l’usage. Pourquoi ?

..

Qui est devenu grand enveloppe tout le capitalisme de sa grandeur. De cet enveloppement en fait un paquet.

..

……………………..Paquet qu’il met à la poubelle !

..

………………………**********************************

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - ANNEXES - <<<<<<<<<<<<<<<<<

.....

Ces-garçons-qui-ont-peur-d'apprendre ?

..

Normal : com-Prendre c’est prendre avec soi, sur son cœur, dans le sentiment immense. Et eux renient et nient la prépondérance du partage !

..

Matriarcat/amérique-du nord ?

..

Sachons nous garder !

Préliminaires : débats sur la logique de Lupasco ?

..

Force : la logique biologique comme la deuxième matière de Lupasco. Puis - Espace ... Représentation trirectangulaire de la structure trine de la complémentarité…la trialectique ... Le philosophe Stéphane Lupasco, par exemple, postule l'existence d'un l'état trine T, ...celui qui parmet, à partir du langage – la Paix.

..

Mutations-tous-azimuts

A l'ordre informationnel. Il échappe donc à l'énergie : par exemple, le fait de lire un livre ne l'use pas, vous comprenez ?

……

L'information préexiste-t-elle à l'énergie ? Elles sont inextricablement liées l'une à l'autre depuis le commencement. Je pense qu'au moment de son émergence, le premier quantum d'énergie de Planck était lié à un premier quantum d'information et qu'à ce moment-Ià information et énergie étaient une seule et même chose. Ensuite, elles se sont séparées, mais elles demeurent corrélées à jamais.

..

Lupasco, dans les années 30, avait eu une phrase fondamentale : « Tout événement contient son anti-événement », tout phénomène son anti-phénomène, toute particule son antiparticule (l'antiphénomène n'est pas forcément manifesté, il est généralement cryptique, caché). Autrement dit, il ne faut jamais verser exclusivement ni dans le catastrophisme, ni dans l'optimisme ; il y a toujours les deux tendances simultanément....

..

………………………**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

toutes les tailles détaillent

toutes les tailles détaillent

avoir le sens des mesures est devenu une qualité rare

avoir le sens des mesures est devenu une qualité rare

mesure est anagramme de semeur

mesure est anagramme de semeur

Comment les humains ne supportent pas la grandeur de l’espèce ?
Comment les humains ne supportent pas la grandeur de l’espèce ?
la folie des grandeurs..

la folie des grandeurs..

décollages immédiats

décollages immédiats

cela ne se fera pas...

la vie sur Terre est apparue sous la forme d’un… microbe d’un mm de long. Cette grandeur ne nous a jamais quittée !

chaque limite d'hier l'imite l'autre, et c'est donc limité imité !

Cette manie de fuir devant toute grandeur (cette exigence interne à fournir sans cesse plus d’efforts) les 3 cerveaux non reliés au tri (3) contre le dualisme – la manière rapide de sortir de tous conflits…la logique trine de Lupasco. La paix complète est 1) dans l’usage des mots (parlementer n’est-ce pas !) 2) – dans la transmutation de mentalité. Donc la trialectique en plus de la dialectique… .. Cette configuration en “étages” fait en sorte que le cerveau gère d’une manière bien précise les choses que nous percevons. Dans cette vidéo, nous verrons plus particulièrement comment le cerveau gère le conflit.

cela n'ira pas plus loin !

la stylisation de l’horreur ne grandit personne…

grandeur de l’espèce humaine..

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

voyance par mail 29/08/2016 15:24

J’adore vraiment ce que vous faites je me demande comment j'ai pu rater votre blog .