Lorsque bijou est un mot breton ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Lorsque bijou est un mot breton ?

Dans un monde dominant gréco-romain très défavorable aux femmes – les possibilités que l’une d’entre elles soit une druidesse, riche, cultivée et reconnue était quasiment nulle. L’Histoire a, pourtant, pris sa revanche. Les celtes sont d’une civilisation matriarcale où la femme était respectée et avait un véritable rôle social. L’infinie diversité des trésors trouvés dans la tombe de la princesse celte en porte témoignage.

Ensuite, Heuneburg ? En Lorraine il y a des lieux dits Hennefête, Hennepont, et bien d’autres commençant par Henne …Henne fut pris, trop souvent, dans le sens de sorcière, l’église étant, subrepticement, est passée par là. Mais il s’agissait, plus sûrement, de druidesses tout comme pour les noms en fées que l’on trouve dans les Vosges. La preuve vient, aussi, d’en être faite.

Enfin – le mot bijou est mondialement connu. Il est breton…Du breton bizoù (« bague, anneau »), dérivé de biz (« doigt »). La maîtrise des celtes dans l’orfèvrerie explique la primitivité du mot. Faisant les meilleurs bijoux, dans les échanges de l’époque, le mot s’est imposé. La beauté et la finesse extraordinaire de la plupart des bijoux (que nous avons mis en lien iconographique – mais il y en a tellement…) coupe le souffle. La précision des orfèvres de cette époque et de leurs outils/instruments dépasse l’imagination. D’autant qu’ils ne disposaient pas d’un verre grossissant ou de loupe – comme aujourd’hui…Extrêmement doués…! Bijou (son très beau !) est le mot qui définit le mieux leur art…

...

…………………….......********************************************

L’Histoire revient mais avec une toute autre vision que celle de l’orthodoxie qui aura toujours bien plus caché d’évènements qu’elle n’en aura parlé objectivement et honnêtement. Les celtes ont bâti une réelle civilisation. Artistiquement supérieure.

« Tout, ou presque, a commencé en 2005 par une balade dans un champ, sur le site de la Heuneburg, dans le sud de l’Allemagne. J’écris « ou presque » parce que l’endroit, fouillé depuis 1950, est l’un des sites les plus importants pour l’étude des débuts de l’âge du fer en Europe centrale (civilisation dite de Hallstatt). On estime ainsi qu’au VIe siècle av. J.-C., l’implantation humaine y occupait un espace d’un kilomètre carré, avec une sorte de forteresse et son agglomération. Trouver dans un champ, à l’automne 2005, un fragment de fibule en or n’était donc pas une surprise absolue. Les archéologues étaient cependant loin de se douter que ce serait le point de départ d’une sorte de jeu de piste qui allait les mener à une magnifique découverte.

Les-magnifiques-trésors-de-la-princesse-celte-de-la-heuneburg

L’objet a été ramassé près d’une butte appartenant à une nécropole celtique. Des fouilles entreprises peu après montrent que la fibule provient d’une tombe d’enfant, dont certains éléments ont été remontés à la surface et éparpillés au cours des labours. Les archéologues s’aperçoivent alors qu’il s’agit d’une tombe secondaire, c’est-à-dire d’une sépulture dépendant d’un tombeau plus important situé à côté. Presque carré, grande (environ 6 mètres de côté), il devait à l’origine ressembler à une sorte de caveau en bois. Les murs et le toit se sont effondrés depuis bien longtemps mais les chercheurs savent que, le Danube étant tout proche, le sol gorgé d’eau a pu conserver le bois vieux de plus de 2 500 ans. Des premiers sondages montrent qu’effectivement le plancher et certains éléments de construction de cette chambre funéraire sont toujours là, en bon état. Il est donc décidé, en 2010, de lancer la fouille. Deux petites tranchées sont creusées à titre exploratoire. En ressortent des objets en ambre, en jais et en or : aussi incroyable que cela paraisse, tout comme le tombeau de Toutankhamon, cette sépulture a échappé aux pillards.

La fouille s’annonce palpitante mais, pour qu’elle s’effectue dans les meilleures conditions, les archéologues choisissent de la mener… en laboratoire. Comment ? En extrayant le bloc de sol à explorer, un parallélépipède de 7 mètres de long sur 6 de large et 1 de haut. Un mètre de haut seulement car, depuis deux millénaires et demi, non seulement la chambre funéraire s’est effondrée mais elle a été recouverte d’alluvions, de terre, les charrues puis les tracteurs sont passés dessus… Bref tout a été écrasé, compacté en une couche à fouiller de seulement quelques centimètres d’épaisseur posée directement sur le plancher de la sépulture. En décembre 2010, alors que la neige recouvre le site, deux énormes grues (voir photo ci-contre) arrachent ce bloc de 80 tonnes qui est transporté dans les laboratoires des services d’archéologie du Bade-Wurtemberg.

C’était la tombe d’une « princesse », ou du moins d’une femme appartenant à l’élite sociale, âgée d’une trentaine d’années au moment de sa mort. Comme l’explique le compte-rendu de la fouille publié dans le numéro de février d’Antiquity, son corps n’a pas bougé. Et sur lui ou bien à côté de lui, on a retrouvé des objets de grande valeur, qui témoignent de son statut : fibules en or et en bronze, parfois décorées d’ambre ; splendide pendant d’oreille lui aussi en or ; des bracelets de jais et de bronze ; une large ceinture en cuir et en bronze, très abîmée ; cinq « boules de Noël » [attention à l’anachronisme…583 ans avant Jésus Christ !] en or, d’inspiration étrusque, accompagnées de nombreuses perles en or et en ambre, qui devaient composer un somptueux collier.

Enfin, les archéologues ont mis au jour une énigmatique feuille de bronze, longue de 40 centimètres, décorée de motifs circulaires et légèrement tordue. Les triskels ! Pas évident, dans un premier temps, de comprendre de quoi il s’agissait, d’autant que rien d’analogue n’avait été découvert dans le monde celtique de l’époque. Il a fallu une analyse minutieuse pour s’apercevoir qu’au bout de cette plaque subsistaient les traces… d’un mors. Cette pièce étrange était en réalité un chanfrein, pièce d’armure destinée à protéger la tête d’un cheval. On en trouve au Proche-Orient dès le IXe siècle, puis l’objet gagne le monde grec et la Méditerranée, mais c’est sa première apparition connue en Europe centrale.

.....................................***************************************************************

La pépite du plancher : Tous ces objets sont intéressants et spectaculaires mais, pour les auteurs de l’étude, le vrai trésor n’est pas là. La véritable pépite, pour eux, c’est… le plancher. Constitué de onze planches (neuf en chêne, deux en sapin), il permet une datation très précise de sa confection, grâce à la dendrochronologie, cette méthode subtile qui consiste à analyser les anneaux de croissance des arbres qui subsistent dans le bois. Toutes les planches étudiées pointaient vers le début du VIe siècle av. J.-C. mais deux d’entre elles ont permis de trouver l’année exacte de leur fabrication : 583 av. J.-C. Soit un résultat plus précis que ce qu’aurait pu donner le carbone 14. Pour les spécialistes de l’âge du fer, disposer d’une telle datation est précieux car cela constitue un point d’ancrage lorsqu’on veut établir la chronologie de l’époque. A titre de comparaison, nous sommes là environ un siècle avant le décès de la célèbre dame de Vix, en France.

Le musée celte

Le musée celte d’Heuneburg

Selon les archéologues qui l’ont menée, la fouille de cette chambre funéraire « montre pour la première fois que, dès le début du VIe siècle av. J.-C., les membres féminins de l’élite sociale (…) – et même les enfants – étaient inhumés dans des tombes riches et ostentatoires. » Certains des objets retrouvés, comme les « boules de Noël » et le chanfrein, témoignent aussi des échanges précoces entre cette civilisation de Hallstatt située au nord-ouest des Alpes et le monde méditerranéen, plus au sud. Il y a plus de vingt-cinq siècles, une princesse celte aimait les bijoux d’Italie… »

Nous n’avons fait qu’admirer…il y a tout de même des arts universels qui…

...................……………………transcendent tout !

 

………..…(à suivre)

 

……………………**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles (…celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Pendant d’oreille en or (longueur : 28,5 cm) avec un grossissement montrant le raffinement du bijou. © Krausse et al./Antiquity.

Pendant d’oreille en or (longueur : 28,5 cm) avec un grossissement montrant le raffinement du bijou. © Krausse et al./Antiquity.

Ces boules [du Noêl des celtes non des chrétiens ]  et ces perles tubulaires en or faisaient partie d’un collier raffiné. © Département de l’héritage culturel du Bade-Wurtemberg.

Ces boules [du Noêl des celtes non des chrétiens ] et ces perles tubulaires en or faisaient partie d’un collier raffiné. © Département de l’héritage culturel du Bade-Wurtemberg.

Fibules en bronze plaqué or découvertes dans la tombe d’enfant. © Krausse et al./Antiquity.

Fibules en bronze plaqué or découvertes dans la tombe d’enfant. © Krausse et al./Antiquity.

le site reconstitué

le site reconstitué

Lorsque bijou est un mot breton ?
trésors du musée

trésors du musée

c'est trop....

c'est trop....

vraiment trop...

vraiment trop...

tout aura été reconstitué au musée...

tout aura été reconstitué au musée...

Lorsque bijou est un mot breton ?
l'extraction du bloc de 80 tonnes (voir le texte).

l'extraction du bloc de 80 tonnes (voir le texte).

Chanfrein de bronze pour un cheval. © Krausse et al./Antiquity. Notons l’utilisation originale des triskels (moins somptueusement écrits triskèles dans des brochures).

Chanfrein de bronze pour un cheval. © Krausse et al./Antiquity. Notons l’utilisation originale des triskels (moins somptueusement écrits triskèles dans des brochures).

Pendentif à base de défenses de sanglier. © Krausse et al./Antiquity.

Pendentif à base de défenses de sanglier. © Krausse et al./Antiquity.

détail qui décoiffe...

détail qui décoiffe...

grâce à ce bois la datation a été plus précise qu'au carbone 14...

grâce à ce bois la datation a été plus précise qu'au carbone 14...

un morceau de bijou brisé

un morceau de bijou brisé

Lorsque bijou est un mot breton ?
même la vaisselle est un... bijou

même la vaisselle est un... bijou

que des marqueurs archéologiques...

que des marqueurs archéologiques...

le contexte archéologique...

à titre de comparaison

aussi - l'intérêt majeur de cette vidéo est la compréhension de la multiculturalité que portaient les celtes...

visitons les lieux de cette découverte de splendeurs...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article