Lorsque les oubliés sont les plus nombreux ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Lorsque les oubliés sont les plus nombreux ?

En 1981, au moment de l'élection de François Mitterrand, la moitié des votants étaient nés avant la Seconde Guerre mondiale; lors de la dernière présidentielle, en 2012, les générations post-baby-boom représentaient à leur tour près de 50% des votants. Or, aujourd'hui, ces citoyens devenus majoritaires restent largement méconnus, voire ignorés. Les décalages sont pires encore – puisque « notre classe politique se croit toujours en 1980 », dans une époque où ces plus jeunes n’ont aucun repère. Leur monde est tout à fait différent et il n’en est pas assez parlé ou comme d’un exotisme lointain. Les médias psychorigides (qui ne sont là « pour contrôler les pensées » !) participent de cet incroyable écart intergénérationnel et sont structurés par ce passé non commun. Actuellement, ils sont en pleine déconfiture. Il ne reste plus grand monde pour leur faire confiance. Jour après jour, ils perdent toute crédibilité. Début d’un tableau global auparavant hors de la compréhension collective ?

Oui, nous allons tenter de remédier à cet immense vide de compréhension. Nous vous recommandons 2 documents

Philippe Squarzoni-Dol

Une B.D. politique extrêmement intelligente, "Dol", de Philippe Squarzoni datant d’une dizaine d’années. Et qui nous plonge vraiment dans la mentalité vécue de ces figés dominants dont nous parlons. En quelques planches, mises en illustration en fin du texte, vous vous en rendrez compte. Ce qui a été décrypté il y a10 ans est aussi véridique. Une perle.

L'anti-communication comment ça fonctionne ?  En cliquant sur l'onglet 4 sur http://www.freethewords.org/ 

Comme ce livre mis en ligne gratuitement « L’anti-communication comment cela fonctionne ?» dont toute la première partie reprend les apports de Philippe Squarzoni et les portent plus loin encore. L’optique est vraiment celle de ce présent texte puisque un des chapitres se nomme “Les faits écartés » . Tout ce que cette génération immobilisée ne veut pas savoir. Et le monde fantasmé qu’ils se sont construit et qui semble toujours plus inadapté à 2017. Cette minorité d’une non-élite (médias, politiques et financiers) aura été, aussi, subie durement, depuis leur plus jeune âge, par les baby boomers. Faire l’amalgame (tous pareils) serait donc une très grave faute. « Nous nous n’avons rien oublié de leurs inconduites jusqu’à dévoter, illégalement, un vote majoritaire contre la Constitution européenne – et nous voyons qu’ils sont en train de se mettre à dos les générations montantes ». De quoi constituer des clés afin d’ouvrir l’opacité qui semble incohérente de l’époque. Et qui l’est tellement moins avec ces éclairages très originaux.

Nous procédons ainsi 1- ) un éclairage psycho-social sur la mentalité dominante de 2017 (tout en sachant que les médias mercenaires qui la colportent perdent sans cesse du terrain) …2 - ) un avis bien dissonant sur la prétendue toute puissance de ces dits médias (cet avis dit qu’ils sont en pleine déconfiture !)…. 3 - ) Comment ces mafias figées, ici parisienne, se comportent comme si nous étions toujours en 1980. Avec le « rappel insistant des vrais faits » qui crèvent leur bulle narcissique….Dont les documents rassemblés sous le titre de «Les Citoyens qui viennent – Comment le renouvellement générationnel transforme la politique».

………………………………........*****************************

2017 ? C’est quoi la structure psychosociale ? Ils n’ont plus qu’hypocrisies et cynismes ? Un zoom précis…C’est à ce moment que l’hypocrisie cesse de fonctionner à l’égard de n’importe quel système « gagnant-perdant » comme avant, et hypocritement représenté comme gagnant-gagnant. L’acceptation généralisée de ce qui était, auparavant, considéré comme une réalité consensuelle se retourne très vite en scepticisme, puis se dirige directement vers le « cynisme ». La différence est que si un sceptique questionne la véracité des déclarations et des exigences pour pouvoir juger la preuve, le cynique conteste les motifs de la personne faisant la déclaration et la rejette donc en bloc ─ aucune preuve n’est plus nécessaire !

La mentalité des masses non pensantes, subordonnées et dociles est (elle aussi) incontestable. La mentalité des sceptiques les amène à poser des questions et à demander des réponses. Mais l’état d’esprit du cynique est à nouveau incontestable : il a déjà la réponse, qui est que tout le monde tente de tirer la corde à soi. L’effet de ce changement sur la société est radical. Les corruptions morales et mentales dominent aux sommets. Pour la population majoritaire, l’état psycho-social va de l’égarement jusqu’à la pleine conscience de tout – avec toutes les variations intermédiaires. Nous pouvons dire que c’est là que se trouvent les vrais….responsables de notre futur. Les véritables leaders (donc tous hors médias ex-dominants) ! Avec ce trait commun très puissant : ils/elles se sont construites hors des médias mercenaires et leurs escroqueries de désinformations. Ils ont donc la tête solide et bien faite.

Comme nous allons tout de suite le goûter par ces analyses très (im)pertinentes…Ici, démantibuler ces soi-disant armes contre les masses : hypocrisies, scepticismes et…cynismes (une gradation calculée ?). Bien. Cynique une posture absurde et si minable, pourquoi ? Soit d’être cy-niqués par soi-même ou se trouver sous, dessous (hypo) de l’hypocrisie. Dessous quoi sinon la guérison par la décision ou la sortie concrète de l’apex de la maladie. Oui…contre les maîtres. La crise krisis est décisive.

En 2 temps 3 mouvements. Nous le prouvons tout net. Hypocrisies, jeux d’acteurs qui font perdre toute possibilité de sincérité. Résultats ? Nous ne les croyons plus du tout. Cynismes – l’amertume des perdants qui leur emplit la gorge. De l’auto-punissement tout net. Et quelles candeurs chez un cynique. Nos expériences d’artistes ayant frôlé (fort heureusement que frôlé ces grands malades) nous avons détecté l’ingénuité, la crédulité qui siègent derrière ces faux durs. Oui, à condition de faire leur éloge permanent nous pouvons leur faire gober n’importe quoi. Immatures à vie, naïfs lourdauds, les cy-niqués sont donc des puceaux de l’âme. Impossible d’avoir confiance dans ces demis-humains.

Bien, et 3 mouvements ? 1- regardons-les bien en face 2- les médias hypocoristiques et cyniques (tristes propriétés des milliardaires illégaux) sont en plein échec. Tout se retourne contre eux. Le décodex est un échec magistré (qui a été « voulu » par des maitres de la volonté tranquille) et donc ? 3 – Nous découvrons que ces piteux miteux se sont congelés dans un passé…lointain. Bon pour l’hôpital comme disait la chanson… (après Dol de et notre livre – nous pouvons dire que nous les avons complètement vaincus…dans la tête !).

……………………..******************** - I - **************************

L'état psychosocial 2017 ?

« Notre univers merveilleux et mystérieux abonde en changements d’état soudains. On peut les observer à toutes les échelles : d’énormes étoiles s’effondrent brusquement dans des trous noirs ; des gouttelettes d’eau se transforment soudain en flocons de neige. Parfois, ces transitions presque instantanées sont induites à bon escient : le fer doux est transformé en martensite dure pour l’acier des outils ; le graphite souple est comprimé en diamants industriels super durs. Chaque fois que ces changements se produisent, ils affichent une propriété commune : leur timing exact est arbitraire et donc impossible à prédire. Ainsi, les sismologues peuvent prédire la direction et la distance d’un déplacement tectonique, mais pas quand cela se produira. Même les systèmes très simples, étudiés dans des environnements de laboratoire soigneusement contrôlés, comme de minuscules piles de sable, se comportent de façon imprévisible. L’événement déclencheur peut être suffisamment significatif pour être mesurable, ou il peut être infiniment petit et donc indétectable. Mais une observation est valable pour tous ces phénomènes : ils sont très courts, par rapport à la durée des états d’équilibre qui les précèdent.

Ces changements d’état ne se limitent pas aux systèmes mécaniques, mais affectent également le comportement des groupes d’animaux. Le bruit d’un seul coup de feu peut amener un essaim d’oiseaux à s’envoler ou un troupeau d’animaux de pâturage à démarrer une ruée. Les humains ne sont pas à l’abri d’un tel comportement non plus, et les foules en panique se poussent souvent vers les sorties, écrasant des gens sous leurs pieds. Mais c’est la société humaine, dans toute sa complexité, qui peut subir les changements d’état les plus dramatiques et impressionnants. Les gouvernements s’effondrent, les empires tombent, les pyramides financières s’évaporent et les gens restent là en se grattant la tête, parce qu’ils ne peuvent pas identifier l’événement déclencheur. Mais de même que cela n’a pas d’importance de savoir quel flocon de neige déclenche une avalanche, il n’est même pas pertinent de l’identifier : le déclencheur n’est pas la cause première.

De-l'hypocrisie-au-cynisme

Au fur et à mesure que l’ordre social se désintègre, les arrangements précédemment équitables se transforment progressivement en flagrantes escroqueries. Les tensions sociales se forment. À un moment donné, un événement relativement insignifiant – ces jours-ci, il pourrait s’agir d’un tweet, d’une indiscrétion, de la mort d’une figure publique – déclencherait une réaction en chaîne à laquelle personne ne pourrait rester neutre, sans passer pour le dernier imbécile à croire en un mensonge, mais envers laquelle de nombreuses personnes opteraient spontanément pour une fin horrible du statu quo, la voyant comme préférable à une horreur sans fin.

Tout ce qui précède peut être qualifié d’ « analyse au doigt mouillé », à peine quelques mots justes. Mais j’ai l’intention d’aller au-delà et de proposer un modèle conceptuel et une technique pour analyser les différents aspects du statu quo sociétal, afin de mesurer à quel point la proximité de toute société d’un énorme effet peut résulter d’une cause minuscule et arbitraire. À cette fin, j’ai choisi d’employer des termes moralement et philosophiquement chargés, tels que l’hypocrisie, le scepticisme et le cynisme – mais j’ai l’intention de les dépouiller de toute signification morale et de les traiter comme des descripteurs purement fonctionnels des mécanismes psychologiques. Le modèle de la société que je vais utiliser peut sembler peu sophistiqué, mais je pense qu’il suffira à notre but ─ qui est de pouvoir repérer la situation où une société jusqu’alors stable, dérive vers un état « prêt à imploser », à tout moment et sans avertissement.

………………………......…******************************************

Par souci de simplicité, supposons que, à sa création, toute société donnée est une organisation gagnant-gagnant pour tous ses membres, qui peuvent prospérer en travaillant pour le bien commun. Au fil du temps, la société grandit, mûrit, devient mature puis pourrit, avec l’ensemble des organisations gagnant-gagnant qui la sous-tendent, qui dégénèrent en un ensemble de systèmes gagnant-perdant, où quelques gagnants se battent autour des restes, qu’ils extorquent ou confisquent à la multitude des perdants. Aux limites, cela exige que la multitude de perdants continue de coopérer avec les quelques gagnants ; s’ils refusent de coopérer en masse, l’ordre social s’effondre. Le mécanisme psychologique qui permet de déguiser une multitude de systèmes gagnant-perdant sous l’apparence de systèmes gagnant-gagnant est l’« hypocrisie ». Cela permet aux quelques vainqueurs de cacher leurs égoïstes motivations de base, en évidant de plus en plus leurs revendications de servir le bien commun. Et même si les vainqueurs parviennent à laver le cerveau de la grande multitude des perdants jusqu’à un point d’obéissance servile et à le faire sans scrupules, au fur et à mesure que le jeu des chaises musicales progresse, de plus en plus d’anciens gagnants rejoignent les rangs des perdants, et les gagnants deviennent incapables de cacher leur hypocrisie aux autres.

La tâche de ceux qui ont pour mission de défendre le statu quo devient celle de masquer, d’obscurcir ou, autrement dit, de dénaturer la vérité. Les techniques employées à cette fin sont nombreuses ─ de la simple omission (ne pas rapporter des nouvelles importunes) à des distractions (remplacer les nouvelles importunes par des bavardages sur les célébrités) ou à des inventions absolues (« Les Russes ont volé l’élection »). Ils cherchent à transformer le langage lui-même, en remplaçant le langage clair avec des circonvolutions tortueuses, des euphémismes édentés et un double langage politiquement correct. Ils tentent de donner la priorité aux sentiments sur les pensées et de proscrire les pensées qui pourraient blesser les sentiments de quelqu’un.

Ils fustigent ceux qui osent encore prononcer l’inexprimable, leur faisant honte avec une collection d’étiquettes déplorables telles que racistes, sexistes, homophobes, misogynes, fascistes et, de plus en plus, toutes ensemble en une succession rapide. Parlez contre l’idéologie politique de l’islam, et vous êtes accusé de racisme (bien que l’islam ne soit pas une race, mais une religion). Parlez en faveur des familles qui se composent d’une maman, d’un papa et de leurs enfants biologiques, et vous êtes accusé d’homophobie. Mais de tels efforts ne sont plus efficaces et, malgré eux, des termes tels que « pilule rouge » (référence au film Matrix) et « bombe de la vérité » sont souvent entendus. Le livre d’Orwell 1984 se vend très bien, dans des lieux improbables comme des magasins de ventes en gros. La vérité fuit de plus en plus, de tous côtés. Et les preuves de ces faits avec…

………………………….......****************************************

Cela ne veut pas dire que la preuve ─ ces choses fastidieuses appelées les faits ─ importe tout autant, en tout cas quand on considère les phénomènes sociaux à grande échelle. La plupart des gens ne fabriquent pas leurs propres pensées et recourent à la copie de celles d’autres personnes, qu’ils identifient comme représentatives, en se basant sur des signaux tels que la manière de prendre la parole, la manière de s’habiller, le comportement et ainsi de suite. Les rares personnes qui pensent par elles-mêmes sont susceptibles d’essayer d’attirer l’attention sur elles, en prenant des positions extrêmes. [[ ce qui représente exactement le piège des excès de scepticisme : afin de percer le brouillard de l’indifférence, de l’inattention ou des écoutes distraites il faut forcer le trait de la présentation….tout en gardant une attitude distanciée et rationnelle dans le développement de sa pensée !]].

Cela ne veut pas dire que les positions extrêmes sont, en tout état de cause, dépourvues de motivation, car on peut argumenter, à l’aide de nombreux faits, que la société a dégénéré en une longue série de railleries et d’escroqueries. Néanmoins, il peut y avoir une gamme d’options plus ou moins raisonnables, à l’égard d’une question donnée. Toute discussion raisonnée sur ces options, cependant, tend à être rendue impossible parce que ce qui change, ce n’est pas l’opinion publique sur un sujet donné, mais toute sa mentalité. La mentalité des masses non pensantes, subordonnées et dociles est incontestable. La mentalité des sceptiques les amène à poser des questions et à demander des réponses. Mais l’état d’esprit du cynique est à nouveau incontestable : il a déjà la réponse, qui est que tout le monde tente de tirer la corde à soi. L’effet de ce changement sur la société est radical. Alors qu’avant la coopération pouvait être difficile, elle devient maintenant impossible, car la base de confiance sur laquelle toute coopération doit être fondée n’existe plus.

Une fois que la mentalité cynique s’empare de la société, le simple fait de proposer timidement une solution ouvre la porte à un lynchage en règle, ou pire encore. Comment peut-on « réformer » un système qui est devenu une entreprise criminelle géante basée sur des mensonges ? Si la mentalité cynique affirme que la fonction de l’instruction publique est de transformer les enfants en zombies, que le système médical est un racket d’extorsion, que le système judiciaire se vend au plus offrant, que la mission du complexe militaro-industriel est de défendre son budget, que la principale activité de la communauté du renseignement est de fabriquer de fausses nouvelles, que l’activité principale de l’industrie immobilière est de confisquer des portions de plus en plus importantes du revenu des gens, alors même que des millions de maisons sont vacantes, que la fonction des activistes autour des questions environnementales est de rediriger l’argent public vers les corporations industrielles après un lifting en écoblanchiment… Quelles « réformes » peut-on proposer, sans être descendu en flammes ? Un tel système ne peut pas être réformé, dirait un cynique ; il ne peut être que nettoyé par des flammes purificatrices. [ cet extrémisme très déguisé sous une modération rhétorique démantèle la société comme ceci…trop d’hypocrisies qui conduit à…trop de scepticismes puis à…trop de cynismes DETRUIT, sans rémission, toute la société …]].

La société progresse d’un début rempli d’espoir à une fin inévitable et ignominieuse, en servant à ses membres des arrangements de plus en plus injustes et impopulaires : de gagnant-gagnant à un hypocrite gagnant-perdant et enfin à un cynique perdant-perdant. Dans la phase finale de la désintégration sociale, même les « gagnants », toujours moins nombreux, n’auront plus de coups gagnants. Essayez de vous faire votre propre idée, quant à l’endroit dans le processus où nous sommes, et si votre société est déjà « prête à imploser ». C’est peut-être déjà le cas. Il ne manque plus que les cris hystériques. Pardonnez-moi d’être un peu cynique, mais je ne vois pas le moyen d’en sortir en cherchant des signaux faibles, dans un discours public…

……….qui commence à sonner comme une pure folie. Pour tout ce que je sais, la fin pourrait n’être qu’un simple tweet outrageant et incendiaire ou un geste agressif. »

…sauf si nous QUITTONS et hypocrisies, scepticismes exagérés et trop aigres cynismes. Ou – mieux – si nous n’y sommes...

……………………………………………………………….. jamais entrés !

………………........******************* - II - **************************

Les médias traditionnels en déconfiture

« Il ne reste plus grand monde pour faire confiance aux « médias traditionnels », autrement dit à la « press-titution ». Un vent de panique s’est emparé de ces médias, à mesure que la classe dirigeante s’est aperçue qu’elle ne pouvait même plus compter sur eux pour contrôler l’information dans le sens de ses intérêts.

Pour s’attaquer à ceux des médias alternatifs qui disent la vérité, un groupe secret, appelé PropOrNot, a publié une liste de 200 sites web accusés d’être des « agents de la Russie ». Cette tentative destinée à jeter le discrédit sur des sites d’informations fiables a été fragilisée par le caractère anonyme de PropOrNot. A la suite de quoi une nouvelle liste – attribuée à une certaine Melissa Zimdars dont personne n’a jamais entendu parler – a été publiée sur le site de la bibliothèque de l’Université d’Harvard. Les sites répertoriés sur cette liste figurent également sur celle de PropOrNot; à la nuance près que ceux de la liste de Zimdars ne sont plus épinglés comme « agents de la Russie » mais simplement comme « diffuseurs de fausses nouvelles ».

Les-médias-traditionnels-en-pleine-débacle-par-Paul-Craig-Roberts

Personne parmi mes lecteurs ne pense que je diffuse des fausses nouvelles. Quand j’ai voulu prendre ma retraite ils m’ont même demandé de continuer à leur fournir des informations fiables, sachant que les grands médias leur mentent. Je viens d’apprendre par des blogueurs français que le journal Le Monde a également classé comme conspirationnistes des sites web qui ont traduit et publié mes rubriques en français. Il apparaît que cette croisade contre la vérité est en train de se répandre dans tout l’Empire américain.

Le journal Le Monde sera confronté à la même situation que le Washington Post et la Bibliothèque de Harvard qui, après s’être ridiculisés, ont été contraints de prendre des distances avec leurs listes. Car j’ai non seulement travaillé comme journaliste pour des quotidiens français comme Libération à la fin des années 80 et Le Figaro au début des années 90, mais j’ai aussi reçu la Légion d’Honneur de la part du Président français ; cela dans le cadre d’une grande cérémonie à laquelle assistaient de hauts fonctionnaires de l’Administration Reagan, porteurs d’une lettre du Président américain au Président français, remerciant la France d’avoir récompensé mes contributions.

Ce monde de mensonges qui encadre nos vies et escamote la réalité dans le monde occidental a détruit toutes les justifications de l’hégémonie exercée, jusque là, par l’Occident sur l’humanité. Aujourd’hui l’Occident, corrompu, violent, cupide et malfaisant au-delà de toute mesure est en train de perdre tout contrôle sur ce monde. [[des exemples…]]…

Prenant sans doute en compte l’accueil critique qu’a reçu sa liste, le site web de la Bibliothèque d’Harvard a maintenant identifié Melissa Zindars, comme professeur adjoint de communication au Merrimack College. La bibliothèque a pris ses distances avec sa liste en la qualifiant « informelle ». Le lien vers la liste des sites de « fausses nouvelles » répertoriée par Zimdars existe toujours mais donne accès à autre chose.

Stephen Lendman a diffusé une copie de cette liste sur son blog. Il est à noter que Wikileaks figure également sur la liste de Zimdars, preuve de l’absurdité de la chose, dans la mesure où Wikileaks ne diffuse ni commentaires ni nouvelles, mais uniquement des documents vérifiés. »

http://www.imagiter.fr/2015/08/ce-que-les-medias-dominants-ne-veulent-pas-que-l-on-sache-sur-eux-2-4.html

Ces médias transportent-ils, diffusent-ils, nous contaminent-ils – encore - d’hypocrisies, de scepticismes exagérés et de trop aigres cynismes ? Est-ce de leur propre volonté ? Ou sont-ils juste payés pour le faire ? Quoi qu’il en soit - leurs rejets deviennent massifs. Leurs crédités chutent chaque jour…un signe : toujours moins veulent les suivre

….et que toujours plus veulent un immense retour à la fraîcheur. Des yeux, des regards et des sentiments. Un retour à l’honnêteté et à la simplicité sociale. Dernier obstacle ? Les prétendus dirigeants (gavés d’hypocrisies, de scepticismes et de cynismes) sont ainsi parce qu’ils ne sont plus dans la …réalité ? Ils siègent dans une bulle, hors sol, hors racine, or expériences concrètes – là où plus rien ne peut être partagé avec les autres. Précisons mieux le concept…

………………………......**************** - III - **************************

Notre classe politique se croit toujours en 1980

L'OBS. Dans «Les Citoyens qui viennent – Comment le renouvellement générationnel transforme la politique», vous relevez que les électeurs nés après le baby-boom, sociologiquement très différents de leurs aînés, sont devenus majoritaires dans le corps électoral. Ce phénomène capital n'est pourtant pas pris en compte par les partis politiques et leurs observateurs. Comment s'explique cette cécité inouïe?

Vincent Tiberj. Nous assistons à une sorte d'impensé historique assez fascinant qui a été relevé par Louis Chauvel: dans l'esprit de bien des commentateurs, tout se passe comme si nous avions bondi des années 1970-80 au temps présent.

Les analyses politiques, mais aussi la recherche, se focalisent encore autour des baby-boomers, leur histoire, leurs comportements et le vieillissement de la population, alors qu'un renouvellement générationnel majeur s'est opéré au cours des dernières décennies. Sans doute le fait que nombre d'éditorialistes, d'élus et de sociologues appartiennent eux-mêmes à cette génération n'est pas étranger à cette vision [[fausse]] de la société contemporaine. [[pas pour eux…contemporaine…ils vivent dans un autre temps !]].

Entrevue avec Tiberj

En 1981, au moment de l'élection de François Mitterrand, la moitié des votants étaient nés avant la Seconde Guerre mondiale; lors de la dernière présidentielle, en 2012, les générations post-baby-boom représentaient à leur tour près de 50% des votants. Or, aujourd'hui, ces citoyens devenus majoritaires restent largement méconnus, voire ignorés. Ils vivent et travaillent dans un environnement pourtant très différent de celui de leurs aînés et leur rapport à la vie publique, à l'engagement, est lui aussi tout autre.

C'est pourquoi la sociologie électorale donne l'impression de bégayer. Elle regarde les scrutins actuels et leurs particularités, volatilité des électeurs, montée du Front national, comme des «déviations», alors même que celles-ci se reproduisent maintenant depuis vingt-cinq ans. [[ils prennent leurs lubies pour des réalités ]].

Comment ces nouveaux électeurs se distinguent-ils des générations qui les ont précédés?

Pour eux, la chute du mur de Berlin, l'élargissement de l'Union européenne, c'est de l'histoire ancienne. En revanche, la globalisation, internet et les réseaux sociaux sont des évidences quotidiennes. Ils ont grandi dans une société de chômage endémique, où l'extrême droite est une force politique installée dans le paysage. Les femmes ont acquis une place dans la société que leurs mères ou leurs grands-mères n'auraient jamais pu imaginer pour elles. Chez eux, le sentiment religieux s'est érodé: (…) Nettement plus diplômés que leurs aînés, ces citoyens manifestent un réel intérêt pour la chose publique. Seulement, dans leur rapport aux institutions et à l'action politique, ils ne se contentent pas de s'en remettre à leurs représentants élus, mais militent dans des associations, signent des pétitions, participent à des collectifs, des boycotts, ou encore occupent des zones à défendre. A leurs yeux, le vote n'est pas un devoir, mais un choix conjoncturel, selon la nature du scrutin, son contexte.

Les professionnels de la politique, eux, restent figés dans des discours et des attitudes qui n'ont guère évolué depuis trente ou quarante ans: ils exhortent les citoyens à voter comme si l'autorité verticale et la confiance dans les élites allaient toujours de soi. Se creuse ainsi un hiatus grandissant entre des citoyens qui veulent s'impliquer, sans s'en laisser conter, et des élus cadenassés dans leurs appareils de parti et leurs institutions. Même Emmanuel Macron, qui a tenté un mode de mobilisation participatif, horizontal et hors parti, prétend in fine incarner la figure traditionnelle de l'homme providentiel à la tête…d’un parti comme les autres! [[s’auto-enfermant donc dans le vieilleries si obsolètes !]].

Or, les nouvelles générations sont plus distantes et volatiles dans leurs choix, c'est pourquoi candidats et partis pourront de moins en moins compter sur un électorat mobilisable et fidèle. [[plus de carrières endormies et de vies illégales sur le dos des électeurs et électrices ]].

(…) [[ Autres glissements d’opinions ]] Ainsi, l'acceptation du droit à l'IVG pour les femmes s'est accrue y compris chez les plus âgés. Ceux-ci se montrent également plus enclins à reconnaître l'immigration comme une source d'enrichissement culturel. De même, dire que les ouvriers se tournent vers le Front national, comme s'ils basculaient de la gauche à l'extrême droite, est une simplification. Les générations plus anciennes d'ouvriers n'ont pas varié dans leurs opinions et continuent à voter largement à gauche, simplement, leur tranche d'âge devient peu à peu minoritaire. Et les plus jeunes n'ont ni les mêmes repères ni les mêmes priorités. Ils n'ont jamais connu les Trente Glorieuses et leurs luttes syndicales, mais plutôt l'intérim et la précarité.

Selon les scrutins et les événements du moment, ils choisissent la gauche ou l'extrême droite, à l'image de leur génération qui, dans son ensemble, rejette davantage la droite traditionnelle. »

…………………….******************************************************

Ce qui aura tant contribué à nous ouvrir les yeux ? Tellement de choses et d’expériences. Mais, surtout, 2 livres.

http://www.babelio.com/livres/Squarzoni-Dol/47036

La B.D. politique extrêmement intelligente, "Dol", de Philippe Squarzoni

Et – sur http://www.freethewords.org/ - le livre gratuit…« L’anti-communication comment cela fonctionne ? » qui, sur 60 pages denses, articulent 5 parties si démonstratrices. Du grand art cousu main…Cliquer sur l'onglet 4.

L'anti-communication cela fonctionne comment ?

Et ce texte (parmi les 4 000 autres)…Voici que nous nous retrouvons dans un monde tellement plus éclairci. Et éclairé. Preuve que les médias (dits traditionnels – euphémisme qui se retourne, aussi, contre eux) sont devenus incapables d’analyses du temps présent. Ils radotent des discours figés à la langue de bois. Qui empêchent 1) de comprendre… et 2) de trouver les bonnes solutions. Ces médias machinaux (synonymes de traditionnels), donc irréfléchis par rapport à leurs propres analyses si futiles – sont donc devenus des obstacles majeurs - encombrants ou très nuisibles, c’est selon - pour tous nos contemporains. Le futur doit se constituer sans eux. Comme ce texte (mais d’autres) en sont les preuves.

 

Désormais, nous comprenons le monde et agissons sur lui…

…………………………………………………………………….…..hors du cadre !

 

Ce sont nos propres INITIATIVES qui débloquent ce monde du haut congelé !

 

 

 

………………………**********************************************

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>- AUSSI - <<<<<<<<<<<<<<<<<

 

Cette offre politique, tellement figée dans un passé dépassé, ne correspond plus aux réalités vécues. Pire ? Tous ont en tête une économie qui n’existe plus. Et leurs solutions pendent donc hors réel…tellement inadaptées à l’époque !

Les-candidats-à-l'élection-présidentielle-ont-une-vision-fantasmée-du-futur-de-nos-économies ?

 

 

………………(à suivre)

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

 

Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 3 "Nul n'est nul", "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?» et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ; et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Le chaos vient du haut…ils n’ont rien de rien à proposer mais tout à imposer…et ils n’ont plus les moyens de le faire (les médias sont cuits)…

Le chaos vient du haut…ils n’ont rien de rien à proposer mais tout à imposer…et ils n’ont plus les moyens de le faire (les médias sont cuits)…

partageons....

partageons....

les ex-élites congelées en 1980 ?

les ex-élites congelées en 1980 ?

Lorsque les oubliés sont les plus nombreux ?
Lorsque les oubliés sont les plus nombreux ?
médias...

médias...

Lorsque les oubliés sont les plus nombreux ?
Lorsque les oubliés sont les plus nombreux ?
Lorsque les oubliés sont les plus nombreux ?
Lorsque les oubliés sont les plus nombreux ?
Lorsque les oubliés sont les plus nombreux ?
Lorsque les oubliés sont les plus nombreux ?
Lorsque les oubliés sont les plus nombreux ?
Nous sommes les vrais responsables de la Terre et de la vie…prouvons-le !

Nous sommes les vrais responsables de la Terre et de la vie…prouvons-le !

en montrant donc un exemple exemplaire !

en montrant donc un exemple exemplaire !

Lorsque les oubliés sont les plus nombreux ?
ces lourdingues si dingues

ces lourdingues si dingues

et continue à le créer surtout lorsque ce sont les médiatiques qui l’étalent

et continue à le créer surtout lorsque ce sont les médiatiques qui l’étalent

Le scepticisme ne peut que tourner en rond : il se colle sur les solutions des autres juste pour les…saboter. Mais sans jamais trouver le courage de partager les siennes propres. Seuls les lâches ne sont « que » sceptiques ?

Le scepticisme ne peut que tourner en rond : il se colle sur les solutions des autres juste pour les…saboter. Mais sans jamais trouver le courage de partager les siennes propres. Seuls les lâches ne sont « que » sceptiques ?

la France (50 % nés post baby boomers) est à gauche c’est la prétendue gauche « gouvernementale » qui est passée à droite…

système dit gagnant-gagnant

L’économie casino où seuls les tricheurs gagnent… : comment faire passer une perte pour un…gain ?

le scepticisme présenté comme une forme de lâcheté ?

fausses preuves qui chuchotent mais nous n’allons pas contre la loi ? Mais qui a les moyens colossaux de la contre-information ? Semer de l’hypocrisie récolte de la révolte…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article