Des chambres de fureurs ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Des chambres de fureurs ?

Un corps heureux appartient, à plein, aux régulations de l’univers. Il n’a donc pas besoin de décharger tout son stress. Non plus de ces instants de décompressions. Pour lui, la colère ne ressemble surtout pas à une soupape de sûreté. Et aucun stage "de bonne humeur" ne le voit s’inscrire. Or, ces corps heureux semblent toujours plus rares ! Que se passe-t-il donc de nous voir nous couper ainsi de nous-mêmes ? C’est la scandaleuse greffe des pouvoirs illégaux qui – ne pouvant convaincre ni les esprits ni les cœurs…et pour cause – ne peuvent procéder que par effractions, comme de flagrants bandits de petits chemins. Oui, afin d’imposer leurs illégitimités (ils n’en ont simplement pas le droit – leur fuite devant toutes responsabilités les disqualifie, à la seconde, du droit de diriger), d’obliger à leurs perverses inégalités contre-naturelles, ils doivent….1) *** désorganiser toute la société par le haut, y mettre le complet désordre, chambouler tous les liens sociaux….2) *** - s’en prendre illégalement à chaque individu…Un des symptômes que nous en sommes au « moment » de ruptures complètes d’avec ce système, dont les grandes majorités ne veulent plus, devient l’apparition des chambres de fureurs, des défouloirs pour certain-e-s lorsque tant d’injustices et de non justifiables oppressions peuvent déstabiliser leur tranquillité d’esprit. Nous, nous préférons renouer avec les régulations de la Nature. C’est bien plus profond comme paix naturelle (dans la Nature tout chante…animaux, végétaux, même la Terre – c’est dire que certain-e-s humain-e-s sont devenus des intrus complètement inadapté-e-s !…).

 

……………………………...**************************************

 

Pour-vivre-heureux-vivons-colère-?

 

« Les lieux où déverser sa rage en fracassant des objets en toute quiétude se multiplient en France, et dessinent une nouvelle voie d'accès au bonheur [[ les non-dits profonds de cette assertion sont que d’abolir le capitalisme libéral créera un immense bonheur (collectif et individuel). Surtout en ayant déjà goûté à la nouvelle civilisation qui va succéder à cette monstruosité absurde…]].

"Et c'est parti !" Yaël, expert-comptable de 41 ans, lâche un cri de guerre, avant de s'acharner à coups de pied-de-biche sur un écran d'ordinateur. A deux pas, son amie Vanessa, directrice de crèche de 39 ans, multiplie les grands mouvements de batte de base-ball afin de massacrer des bouteilles de champagne. Entre les bouts de verre qui volent et les bruits assourdissants, "Bohemian Rhapsody" de Queen donne le rythme. Les deux filles, vêtues de combinaisons orange fluo et de casques de paintball, célèbrent ainsi leur anniversaire concomitant.

Il ne s'agit en rien de casseuses déchaînées, mais de participantes à la Fury Room [[ au pied de la lettre, les chambres de fureurs ]]. Cette salle, ouverte fin septembre dans le 10e arrondissement de Paris, propose de détruire des objets en toute sécurité pour des tarifs oscillant entre 10 et 100 euros. Yaël et Vanessa ont opté pour la formule "Chaos", leur permettant de tout casser pendant une demi-heure dans une salle où elles ont épinglé aux murs "des photos d'ex et de gros connards". "On est vraiment venues pour se défouler, pour transpirer. C'était ça ou la boxe", explique Yaël, haletante.

"Ça fait un bien fou !" ….Oui,  cela "fait un bien fou ! En même temps, cela donne à réfléchir sur notre animalité, notre potentiel à tuer", renchérit Vanessa, tandis que la musique passe à la "Chevauchée des Walkyries" de Wagner. Cette Fury Room est la première du genre en France, inspirée d'un concept japonais. "C'est un défouloir" [[prenant le relais du « gueuloir » de Flaubert et d’autres]], explique Aurélie Bezard, la cogérante. "Les gens viennent ici pour décharger tout leur stress du métro-boulot-dodo."

Et cet exutoire balisé plaît en particulier aux femmes, qui représentent plus de 80% de la clientèle. Il faut désormais réserver plus d'une semaine à l'avance, et le local va s'agrandir de 100 mètres carrés pour créer d'autres salles et ouvrir une antenne à la Défense. Objectif : cibler les travailleurs pressurisés, en mal d'instants de décompression. Les ordinateurs et les imprimantes se révèlent d'ailleurs les objets les plus réclamés pour la fracasse. Au point d'envisager la Fury Room comme une nouvelle manière de se relaxer ? "En tout cas, tous sortent avec la banane et se disent soulagés", commente Aurélie Bezard. Cette "salle de fureur" illustre une véritable tendance à appréhender la colère comme chemin vers le bonheur [[ sauf que « l’objet » de la colère, la plus que scandaleuse société du spectacle, mille fois inexcusable d’avoir été tant avertie de sa perversité inhumaine à ne pas se soigner – n’est jamais identifiée dans ce qui ne peut que stagner dans les  inefficaces « simulacres ». A toujours plus mettre en œuvre…. Résultats ? Nous devons nous soigner et nous protéger de cette société si sale et si malsaine !!!]].

…………………….........******************************

"Chante, déesse, la colère d'Achille, le fils de Pélée ; détestable colère qui aux Achéens valut des souffrances sans nombre et jeta en pâture à Hadès tant d'âmes fières de héros", écrivait Homère dans "l'Iliade", rappelant que ce sentiment antiquement ancré chez l'homme était alors l'apanage des dieux. Elle se voyait même rangée parmi les sept péchés capitaux. En résultait une propension à réprimer cette peu distinguée colère. Poings serrés, visage rouge, voix tremblante, accélération du cœur... Ce n'est pas chic. Du moins jusqu'à peu.

"Aaaaaaaaaargh !" a hurlé durant dix-neuf secondes Yoko Ono à l'adresse de Donald Trump pour marquer le premier anniversaire de son élection, lançant une rébellion par le cri chez les artistes anti-Trump. Dompter ses émotions, en particulier la colère, ne serait plus que chimère. "L'esprit est toujours la dupe du cœur", disait La Rochefoucauld.

Il y a une dizaine d'années s'est développé aux États-Unis le courant dit de la « psychologie positive", affirmant que les humeurs sont des compagnes obligées de notre vie intérieure et qu'il convient d'apprendre à composer avec. Ce qui s'est d'abord traduit par la multiplication des stages "de bonne humeur", avec une stimulation des zygomatiques. Désormais, c'est la colère qui est en vogue [[ sauf pour la galère qui se multiplierait en galères permanentes…la colère trop couvée ne se chassant plus facilement ensuite. Son irritabilité laissant des zones corporelles toujours plus…irritables et donc irritées !]].

Les ateliers de destruction se multiplient. A Rennes, une entreprise de déménagement propose l'expérience "Défoule-toi", permettant de détruire meubles et électroménagers contre pécule accompagné par une sophrologue. "Ce sont surtout des groupes de deux ou trois amis qui viennent trouver un exutoire dans la casse", explique le gérant Nicolas Sergeant. "Peu importent leurs raisons, ils repartent tous dans un certain état de bien-être." [[ gare donc aux addictivités provoquées par les trop de laxismes mais envers que soi-même !]].  

A Paris, la société MadCityZen organise pour des entreprises des séances de "team building" où les salariés sont invités à se "libérer des tensions, du stress, des angoisses et des émotions négatives" en lançant assiettes, tasses et plats en porcelaine contre un mur en métal. Les coachs en gestion de la colère se multiplient également, avec chacun sa formule, pour apprendre "à canaliser" son irritation, voire la "laisser s'échapper". En Suisse, le coach Stephen Vasey dirige des séminaires où exprimer son exaspération sous forme de cris et d'insultes. A Dijon et Paris, le coach Jean-Marie Gerbenne opte plutôt pour l'échange afin de découvrir les origines de sa colère. "Il faut prendre conscience que c'est une émotion innée chez l'humain", explique-t-il. "Et si elle n'est pas exprimée, elle va atteindre le corps - on va se ronger les ongles, se manger les joues - et peut même se cristalliser sous forme de rhino-pharyngite ou de laryngite." [[ les émotions non exprimées s’en prennent directement au corps…le libéralisme hyper répressif et liberticide nous doit donc des remboursements…gigantesques ! Il n’a aucune circonstance atténuante ! Il a été averti de tous ses dommages et n’en a jmais tenu compte. Et donc ? Les 60 % et plus qui ne veulent plus voter pour les « insensibles insensés » ne …doivent rien aux trop riches . Ce sont ceux-ci qui ont une dette immense envers eux. Le mouvement N.R.V. (Noir Rouge Vert) peut fortement aider à semer, et partout, la paix du chacun-e sa juste paie….]].

"Favoriser la communication"…D'où la tentation de recourir à ce que les spécialistes qualifient de "vidange émotionnelle" : se défouler en criant ou frappant. Pourquoi pas "si c'est ensuite transformé en vertu", souligne Patrick Amine, auteur du "Petit Eloge de la colère". "Il faut se mettre en colère pour résister face aux agressions, pour défendre sa personnalité et sa philosophie de vie, pour transmettre un message." Jean-Marie Gerbenne insiste sur ce besoin de verbaliser son dépit pour "réussir à exposer l'injustice à l'origine de ce sentiment". Analyse que partage la psychologue Paule Morin : "La colère permet d'exprimer ses insatisfactions et, en ce sens, de favoriser la communication."

Sans cette dernière étape de réflexion sur les origines de la colère, pas de bénéfice. Le défouloir n'est donc pas une thérapie. "La décharge émotionnelle [...] constitue une forme de fuite de la réalité", résume même le psychanalyste Jacques Sédat. La Fury Room relève donc de l'échappatoire, mais pas tout à fait du traitement. » (Boris Manenti)…Ce qui favorise les apports de ce blog où le bio-mimétisme (copier la Nature dans son inépuisable génie – étant entendu que la nature a tellement plus de génie que nous) retrouve tous les comportements sensés, spontanés et naturels qui nous libèrent (et à 100 % ) du système complet. Non seulement il en perd tout attrait mais ne peut plus trouver de « prises » sur nous…s’en déprendre lui en retire ses prises…ses déprises…comme cela.

……………………………...******************************

Ateliers-défouloir-:-tout-casser-pour-diminuer-le-stress-exogène

Atlantico : En ce moment en France, ont été mis en place des "ateliers défouloirs", visant à lutter contre le stress et les frustrations du quotidien. De quelle manière casser des choses peut-il s'avérer efficace contre le stress ?

Séverine  Brune : Ça permet d'abaisser les tensions. On a plusieurs types de stratégies au niveau du stress : certaines qui permettent de baisser les tensions et d'autres qui permettent de résoudre le problème à la base des tensions. D'autres sont d'ordre social [[ soit les injustices du haut qui hurlent toujours plus fort]]…  Ce type d'atelier permet au moins de gérer un peu plus ces tensions et ça rentre dans le cadre de décharges émotionnelles. Cela évite que la répression émotionnelle soit trop délétère pour la santé. C'est la même chose que lorsque l'on va courir pour se défouler. Ca permet entre autre d'éviter que les manifestations neuro-végétatives soient trop importantes et les décharges motrices (car les cris viennent avec les coups dans ce type d'atelier) permettent de répondre aux décharges émotionnelles de colère et de limiter les manifestations neurophysiologiques [[ voir les images et les vidéos jointes…]].

 

Quel type de personne pourrait adhérer à ce type de pratique ? Sur qui est-ce efficace ?

 

Sur à peu près tout le monde. L'idée est de voir plutôt les personnes qui ont besoin de décharge comportementale pour les émotions [[ ce qui admet qu’il y a d’autres comportements possibles. Genre ? Plus nous restons simples et spontanés, plus nous « entendons » ce que la nature nous montre partout. Et nous retrouvons ses rythmes toujours extrêmement jeunes. Voyez les si sains anticonformistes et vous comprendrez…]]. Certains n'aimeront pas et préféreront la relaxation [[ sauf qu’une relaxation sans méditation profonde ne laisse aucune trace durable…]]. C'est quelque chose qui doit être appréhendé par chacune des personnes. Pour toutes les personnes qui ont tendance à avoir besoin de se défouler, ça peut leur convenir. Mais ça ne règle pas le problème à la seconde [[ cela le repousse à…plus tard !]].

 

L'individu ne risque-t-il pas de développer une certaine sorte de dépendance ? Si on lui offre l'opportunité de se défouler, le risque n'est-il pas qu'il n'aille pas plus loin pour apprendre à gérer sa colère ?

 

Il s'agit d'une technique de compensation plutôt qu'une technique de gestion. Au départ ça peut abaisser les tensions oui, mais dans la durée ça peut devenir addictif. Si c'est fait de manière correcte en termes stratégiques [[ donc éviter ces explosions de rages non auto-nourrissantes !]], ça peut être intéressant. En revanche si la personne n'a que ça en stratégie, ce n'est pas très intéressant, ce n'est que de la compensation. Pour le coup c'est ce qu'on appelle les stratégies substitutives et il y a effectivement un risque d'un début d'addiction. 

Ce n'est pas complètement délétère pour autant. Le plus dangereux reste la répression [[ ce n’est plus interdire d’interdire mais bien dé-primer les répressions illégitimes, soit accuser la société d’être devenue le plus grave danger pour…la sociabilité si sincère…]]. Mais il faut bien comprendre que ce type d'atelier ne suffit pas. L'objectif en gestion du stress c'est de multiplier un maximum de stratégies d'adaptation. Celle-ci en fait partie, mais ce n'est pas suffisant. Cela dit, il vaut toujours mieux se défouler dans un environnement contrôlé plutôt que d'emmagasiner et d'être en répression émotionnelle. » 

..……………………….......****************************
Les malentendus mal entendus sur le concept de…compensation fait rater la non gestion du fait que la société par le haut se soit autant pervertie et soit devenue « abusive » dans bien trop de domaines. Et donc ? Compenser c’est « Équilibrer (un effet, généralement négatif, par un autre – c’est admettre nos torts et nos devoirs de réparations globales) ». Parmi les synonymes : racheter, réparer. Et surtout remboursements.

On compense une perte, un préjudice, etc., mais on ne compense pas  des êtres humains (p. ex., les producteurs ou les précieux porteurs de « contenus ») : oui nous les indemnisons ou on les dédommageons des illégaux « dommages » causés. Et ceci d’autant plus fortement  que si « l’endommagée » (l’ayant-droit aux dé-dommagements) c’est la personne morale de la Terre vivante…Les humains sont en immense dette envers elle. Et surtout l’aberration capitaliste – cette définitive honte antisociale…

Compenser-la-biodiversité-:-comment-rétablir-l'équilibre-?

 

Comment compenser les atteintes à la biodiversité lors de la construction d’un grand projet ? Ceci peut-il être efficace selon les 35 mesures avancées ? Tel est le fil conducteur qui a animé les sénateurs membres de la Commission d’enquête sur la réalité des mesures de compensation des atteintes à la biodiversité liées aux grands projets d’infrastructures.

 

Ce qui signifie que, désormais, le devoir de tout grand politique et de DEVENIR ÉCOLOGIQUE. A 100 %. Et de contraindre les classes faussement dires « supérieures » ( très inférieures, en fait) au retour de la raison sur Terre (la nuisible déraison capitaliste ne peut plus être tolérée)…

 

…….Et que protéger toute la nature doit devenir son urgence indélogeable

 

…...………(à suivre)

…………………….........**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuitshttp://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 600 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Des chambres de fureurs ?
Combien de frustrations ne devraient pas exister ?

Combien de frustrations ne devraient pas exister ?

Des chambres de fureurs ?
Les chambres de fureurs...

Les chambres de fureurs...

Des chambres de fureurs ?
"Favoriser la communication"

"Favoriser la communication"

Des chambres de fureurs ?
Des chambres de fureurs ?
Qui affiche, d’arrogante manière, que nous soyons tant EXCLUS par des médias très illégitimes et que ce serait même une exclu ? Exclu évitée…

Qui affiche, d’arrogante manière, que nous soyons tant EXCLUS par des médias très illégitimes et que ce serait même une exclu ? Exclu évitée…

Des chambres de fureurs ?
On compense une perte, un préjudice, etc., mais on ne compense pas  des personnes (p. ex., les producteurs ou les porteurs de « contenus ») ; on les indemnise ou on la dédommage. D’autant plus si c’est la personne morale de la Terre vivante…

On compense une perte, un préjudice, etc., mais on ne compense pas des personnes (p. ex., les producteurs ou les porteurs de « contenus ») ; on les indemnise ou on la dédommage. D’autant plus si c’est la personne morale de la Terre vivante…

« Compensation carbone » = je me mets en dette envers la Nature. Soit, je lui dois nombres de réparations et de dédommagements. Compenser retrouve son assise corporelle qui est « d’être avec penser (cum pensare, latin pour peser) »  savoir compenser c’est savoir vraiment penser…

« Compensation carbone » = je me mets en dette envers la Nature. Soit, je lui dois nombres de réparations et de dédommagements. Compenser retrouve son assise corporelle qui est « d’être avec penser (cum pensare, latin pour peser) » savoir compenser c’est savoir vraiment penser…

La réponse corporelle est toujours l’émotion – commencer donc par connaître toutes les émotions…la société devenue inhumaine, par obsession du profit très abusif pour une minorité de grands détraqués, est donc complètement inexcusable : les grandes majorités doivent, désormais, accuser fermement les responsables du marasme actuel. Une société qui pratique toutes les répressions émotionnelles, met son futur en grand danger….

La réponse corporelle est toujours l’émotion – commencer donc par connaître toutes les émotions…la société devenue inhumaine, par obsession du profit très abusif pour une minorité de grands détraqués, est donc complètement inexcusable : les grandes majorités doivent, désormais, accuser fermement les responsables du marasme actuel. Une société qui pratique toutes les répressions émotionnelles, met son futur en grand danger….

Des chambres de fureurs ?
Des chambres de fureurs ?
Des chambres de fureurs ?

Le cerveau dans la main, une animation pour aider les enfants à gérer leurs émotions

Dans la fury room « On tape, on tape, on se défoule »

La Fury Room – CANAL+

Salomé, psychosociologue et écrivain à succès, explique que la colère est le langage d’un retentissement, dune résonance en nous, il ne faut pas la cacher, mais il ne faut pas la jeter sur l’autre.

Comment gérer sa fureur : L'exercice qui peut changer votre vie !

Evacuons notre stress grâce à ces techniques faciles.

Respiration : 2 exercices pour détendre le diaphragme par une ostéopathe…

Jacques Sédat, "Le plaisir de l’enfant, la jouissance de l’enfant?"…à protéger !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article