De nouveaux angles d’approches ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

De nouveaux angles d’approches ?

Sortons vraiment de notre bulle de filtrage illégitime et de prêt-à-penser qui ne pense jamais…Nous prenons-nous pour des super flics doublés de juges acariâtres pour décider – avent tous examens objectifs et expérimentations personnelles – ce qu’il «faut» penser. Allons donc. Nous, nous pensons à mains nus, le cœur bien sur la main, et ne jugeons donc pas. Surtout pas a priori, en préJugés qui ne savent jamais rien. Qui pré-juge ne saura jamais penser. Puisque, tout peut se résoudre bien plus simplement qu’il nous est fait croire…preuves par les faits !

** 1 - ) Racismes (…qui commencent par faire passer des réfugié(e)s pour des « migrant(e)s », comme s’il y avait volonté néfaste de leurs parts, alors que ce sont ceux qui les ont réduit à quitter, désespérément, des lieux de conflits qui fuient…toutes leurs responsabilités ! Les racismes sont donc toujours « inventés » par les sommets…)

** 2 - ) Santé de la Terre ( qui avance l’obligation morale de devoir, nombreuses et nombreux, cultiver la terre comme réapprentissage sain de la…réalité terre à terre !).

** 3 - ) Comportements sociaux ( tels des accompliments qui s’accomplissent toute l’année…)

** 4 - )Garanties d’objectivités (depuis les écoles de commerces jusqu’aux critères scientifiques, etc. ce qu’il y a à réexaminer, etc.)

……………………….....******************************************

** 1 - ) Racismes enfin solutionnés sans n’oublier quiconque ?

L’immigration, pour l’Europe, est vraiment une très grande chance politique…c’est bien une diaspora inversée. Diaspora pour les pays d’origine. Et bénéfices pour l’Europe. Or, le racistes ne vivent qu’au pré Jugé qui juge à l’avance et sans absolument rien connaître, ni vouloir vérifier, de l’objet de leurs ires injustes (et injustifiables). Que de la très…mauvaise volonté, en somme. Ce qui est tout l’inverse de la rationalité – donc barrant la route à de vraies solutions valables pour tous les besoins à respecter. Ne laissons plus ces chances passer…les grands esprits actuels changent d’angles d’approches afin de se désenliser de se désembourber de tous les immobilismes sécrétés par les médias d’argent – avec les yeux du court-terme stupide de leurs prétendus propriétaires – propriétaire vrai qui « comprend les propriétés » intrinsèques de « sa » propriété, pas qui en reste l’intrus gravement inculte et qui nuit tant à sa soi-disant propriété – médias, eux-mêmes amplifiés par les désastreux conformistes (qui n’ont surtout rien dans le cœur…les grands feignants des sentiments !)…

 Diasporas-toxiques-ou-bénéfiques-?

« En grec, «diaspora» signifie «dispersion»; ce terme a d’abord été employé pour qualifier les juifs exilés d’Israël. Il fut plus tard appliqué aux autres communautés ayant quitté leur pays pour s’installer aux quatre coins du monde. On l’utilise aujourd’hui pour parler des populations et de leurs lieux de destination – ce qui peut prêter à confusion.

L'expérience de l’exil rapproche celles et ceux qui la traversent : ces compatriotes partagent la même nostalgie de leur terre ancestrale, les mêmes caractéristiques ethniques, les mêmes affinités culturelles –et la même langue, bien sûr. Ces situations engendrent souvent un sentiment d’empathie et de solidarité qui soude les communautés, et qui leur permet d’agir de manière collective. Certaines de ces communautés s’organisent pour soutenir des initiatives sociales dans leur pays d’origine ; d’autres s’orientent vers la politique. Cette dernière forme d’engagement s’intensifie dans les contextes de révolution, de guerre civile ou de conflits politiques divisant profondément la société du pays concerné.

Les diasporas peuvent faire de la politique à distance, «sans se salir les mains». En bien et en mal ! Les diasporas peuvent être très toxiques – mais elles peuvent également s’avérer providentielles. » Partager en vrai son humanité n’étant plus…dispersé au vent mauvais. Tous les racismes étant foutus K.O. mais sans que les ex-racistes soient perdants. C’est tout là l’avantage de la pensée globale – que l’inculture de la « globalization » (cette imposture de grands ploucs, si empêtrés,  trop lourdauds, de leurs inaptitudes à partager des sentiments)…ne pratique à l’évidence pas…une globalisation sans pensée…globale – cela ridiculise sacrément. Surtout lorsque l’on délire à s’affirmer classe supérieure…en faisant toujours tout plus bassement que les diffamés … « d’en-bas ». Oui, dans les faits concrets quasiment jamais décryptés ! Sinon nous aurions remarqué que le comportement se présentant comme non raciste des prétendus dirigeants obtient, ainsi, des conséquences bien plus « racistes » que tout autre comportement…il s’agit de ne plus jamais suivre leurs mentalités si pernicieuses : ils se trompent trop dangereusement !

…………………………..***********************************

** 2 - ) - Santé de la Terre : « Voilà une piste de salut pour l’humanité qui n’est jamais évoquée. Comme toutes les idées les plus radicales, la terreur l’emporte trop souvent malheureusement. Les idées qui prennent les problèmes de l’humanité à la racine, pour peu que leur énoncé soit vif et concis, elles disent combien les œuvres des hommes sont nuisibles, et engendrent une violente réaction, souvent sous la forme d’une criminalisation de leurs auteurs.

Déscolariser la société, abolir la propriété privée et l’argent, revenir à la valeur d’usage, en finir avec les élections, vivre avec le strict nécessaire, limiter collectivement l’énergie dépensée par tête, en voici d’autres des idées qui transforment souvent l’interlocuteur en bête féroce qui croit que qu’une autre bête féroce cherche lui à prendre son bout de viande. [[ ce qui s’appelle égarer sa raison, ne plus en faire usage – et donc perdre toutes les raisons pour, ainsi, agresser les messagers…]].

 

...et-si-nous-rendions-le-travail-de-la-terre-obligatoire-?

Pour la terre, sans même parler de chose obligatoire, dès que l’idée s’avance, même timidement, d’un « il faut », dès que certains sentent se rapprocher d’eux les injonctions liées aux semis ou aux récoltes et qu’il va peut-être falloir poser un genou sur le sol et mettre les mains dans la terre, ils peuvent en devenir très méchants. On peut donc imaginer que l’idée d’obligation en la matière les rendent complètement fous et sanguinaires. Le plus incompréhensible est que, la plupart du temps, ceux-là même qui peuvent devenir méchants lorsqu’ils sentent le travail de la terre se rapprocher d’eux, sont ceux qui passent leur vie totalement humiliés et harassés par les mécanismes du travail liés à la loi de l’argent alors que le travail de la terre permet justement de renverser toutes choses pernicieuses et assommantes, en bonheur :

« Que sont donc, toutes les peines qu’on supporte dans le commerce immédiat avec la nature, qu’à force de volonté on arrive à dompter, en comparaison des souffrances morales d’une conscience humiliée et écrasée sous le joug de l’argent ! Aujourd’hui, je me fais à la vie et personne n’a plus prise sur moi ; personne n’ose me toucher, ni offenser mon travail par la moindre allusion — je m’appartiens complètement. Et cette félicité, on ne peut l’atteindre qu’ici, au milieu des terres vierges. » (un avocat devenu paysan cité par E. Halpérine-Kaminsky dans La loi du travail selon Tolstoï)

Dans le même esprit, il y a beaucoup d’autres passages chez Tolstoï mais on en trouve aussi chez Alain : « L’agriculture est donc le plus agréable des travaux, dès que l’on cultive son propre champ. La rêverie va continuellement au travail, aux effets, du travail commencé au travail continué ; le gain même n’est pas si présent ni si continuellement perçu que la terre elle-même, ornée des marques de l’homme. C’est un plaisir démesuré que de charroyer à l’aise sur des cailloux que l’on a mis. Et l’on se passe encore bien des profits si l’on est assuré de travailler toujours sur le même coteau.»

On pourrait penser que si on rendait obligatoire le travail de la terre, l’avocat cité par Ely Halpérine-Kaminsky ou Alain ne diraient plus la même chose car l’obligation aurait un impact sur le sentiment de liberté et donc sur la saveur. Mais il existe deux sortes d’obligations qui souvent se superposent (mais qui sont parfois distinctes) : l’obligation morale et l’obligation légale. Je pense que pour le travail de la terre, la première suffirait amplement et n’abîmerait en rien les sentiments exprimés dans les deux citations précédentes ; mais une telle obligation morale ne pourrait naître que d’une profonde mutation sociétale et on ne voit pas comment cela pourrait advenir [[simplement, comme d’habitude, en…commençant sans se décourager et en ne demandant surtout pas d’autorisations aux illégitimes maiîres de ce monde. Et pas non plus aux conformistes qui se démontrent de très dangereux ennemis de l’Humanité qui veut naître…ce qui fait qu’ils ne peuvent surtout guider personne !]]. L’obligation morale est ce qui émane du contrôle social organique, ce que d’autres nomment le surmoi : tout ce que nous faisons ou ne faisons pas par peur du jugement moral d’autrui. De nos jours, il n’existe aucune sorte de jugement moral à l’encontre de ceux qui ne tirent pas leur subsistance de la terre. C’est même l’inverse qui se passe.

La première réponse systématique de cette écrasée majorité qui ne cultive pas la terre est toujours relative à l’idéologie pernicieuse de la division du travail : « certains cultivent la terre, mais moi, non, ce n’est pas mon truc, je fais autre chose d’utile pour l’humanité ». Sachant que chacun fait bien souvent la même chose que son voisin, c’est-à-dire qu’il ne cultive pas la terre, et qu’il passe sa journée « de travail » assis dans un fauteuil derrière un écran d’ordinateur. Alors peut-être que celui-ci fait des sites web, cet autre de la comptabilité et ce troisième de la gestion de commandes, leur expérience vécue à tous est d’être assis derrière un ordinateur. Mais ils sont tous persuadés que d’autres cultivent la terre… qu’à eux ce n’est pas « leur truc » mais que pour d’autres ça l’est ! Pourtant si on regarde les chiffres (ou même simplement autour de soi), on peut affirmer selon une légère approximation que personne ne la cultive (et que c’est pour cela que la terre se meurt et que tout le monde est malheureux).

Et si nous rendions le travail de la terre moralement obligatoire ? C’est une question si difficile qu’il faudrait écrire des livres entiers sur le sujet pour pouvoir en délivrer tous les arguments et s’essayer à de la logique en la matière. Il en existe au moins un que je recherche, celui de Timofeï Bondarev : « Le triomphe de l’agriculteur, ou, l’industrie et le parasitisme. » (La version française serait de 1890 et s’intitule : Tolstoï et Bondaref : Le Travail — il est à la BNF et ça ne va pas être facile d’en avoir une copie). C’est un livre argumentaire (rédigé par un simple paysan) sur l’obligation spirituelle, morale (et juridique ?) pour chacun de nous de travailler la terre. Ce paysan avait passionné Tolstoï (plus passionné que de nombreux auteurs célèbres dixit Tolstoï) aussi Tolstoï avait rédigé pour Bondarev, préfaces et commentaires, et avait entrepris de le faire lire le plus possible. (Mais Bondarev comme Tolstoï ont dû souffrir de la censure).

Je précise bien que je ne suis pas pour un monde où l’on juge judiciairement celui qui n’a pas cultivé ses pommes-de-terre. En revanche, je crois que je suis pour un monde où celui qui n’a pas planté ses patates, récolte presque systématiquement de la part de ses frères humains des « Ha bon ?!« , interloqués et choqués (le fameux contrôle social spontané). Car pourquoi opérons-nous un contrôle social si cruel et exagéré pour des choses si nocives et si inutiles et aucun concernant les choses vraiment essentielles ??! Alors, à suivre… » La survie de la terre fertile est plus importante que tout. Sinon qu’allons-nous manger ? (Sylvain Rochex de déscolarisation.org ). Il s’agit bien de changer absolument d’angles d’approches. Et de …commencer tout de suite, même si cela balbutiait un peu au départ…c’est que nous avons un besoin vital des regards anticonformistes : eux seuls apportent la santé mentale et affective collective ! Les conformismes inexcusables étant la maladie !

………………………......******************************************

** 3 - ) - Comportements sociaux : sortir de tout préjugement, ce qui est bien la négation nihiliste de la Justice. Et une mégalomanie gigantesque : de naissance je sais tout, je n’ai pas à apprendre, je sais déjà avant même de savoir. Si je pose un regard vitreux sur les autres je les juge en maître et je « sais » sans y prêter même attention, sans rien examiner, encore moins raisonner et examiner. Ce grave crime contre les autres, cette mise en danger de la vie sociale – est comme le centre même de tous les immobilismes actuels (la majorité des humains se démène infiniment et se fatigue énormément pour …NE RIEN FAIRE, ne pas s’engager, ne pas s’unir dans un but commun, ne pas entrer dans des projets en actes. Et ne sert donc que…les prétendus dirigeants de ce monde. Se dire libertaire serait donc agir à fond et sur tous les fronts ? Plutôt, oui ! En attendant, ces clarifications… immobilisées – ce blog produit très souvent des jubilations insolentes contre tous les scandaleux …conformismes. Où qu’ils sévissent et dans tous les domaines…comme ceci…  

Et donc ? Le mieux c’est de les pratiquer toute l’année. Quoi ? Les vœux (de complimenter les humains toute l’année…). De ne plus les cantonner, si avarement, dans un seul jour, prolongé même d’un petit mois…de ne plus dégainer la fête-que-sur-commande et, en conséquence, de la rengainer encore plus vite (les fêtes suivies de l’oppressif… on ne fait plus la fête !). Pour cela, il suffit d’entrer dans la Fête mondiale permanente toute l’année et le monde changera dans le tissu même de tous ses concrets (et après cela, on dira que nous ne savons pas faire des vœux….allons donc !). Pourquoi ? La vraie Fête ce n’est pas commercial, surtout pas pour consommer, se gaver pavé lourd et sourd…mais bien échanger son humanité, avoir le cœur sur la main, préférer toutes les valeurs d’usages. Les maisons du Don refont l’équilibre…et demeurent à participer à un gigantesque programme, avec, entre autres (mais il faut « entrer » dans la Fête sociale permanente, pour tout savoir…pas de renseignements « séparés » !), la longue marche promise sur la Terre tenue ( tous les pays du monde se rencontrant…en vrai !)…oui tenue, la Terre qui aura été promise - puisque, de la percevoir si unie et une, nous aura transmutés à préférer cette incroyable beauté offerte à la néfaste laideur des égoïsmes racornis sur eux-mêmes …

….Et qui, à l’évidence, ne savent pas faire la Fête permanente ! Surtout la sociale !

Qui n’est pas « dans » le compliment accompli d’accompliment ? Ce qui modifie bien tous les angles d’approches. Preuves par l’actualité qui, bizarrement, nous renforce quasi tous les jours !

 

Sanctions-contre-Moscou-:-une-étude-confirme-leurs-ravages-pour-l'UE-mais-...pas-pour-les-états-unis

 

Et donc l’Europe ramasse en pleine poire pour les délires irrationnels des faux dirigeants étasuniens. Sans la Russie l’Europe PERD énormément. Conclusion ? En plus rien, les européens adultes et objectifs ne doivent…suivre les égarés étasuniens…Oui ? Il faut savoir que le « moindre » acte de Trump se voit « raccordé » à un de ses commerces privés…il se déplace ? Il va dans un de « ses » hôtels et se fait payer au plus cher…(et donc ramasse le pactole aux crochets de l’argent public !)…en ainsi de suite  (pas un seul, oui pas un seul de ses actes présidentiels qui « ne soit  pas pensé » en ce sens du « Mon unique business first », etc. jusqu’à notre plus complet écœurement (voir « Trump homme d’état d’affaires » p. 88 des « Dossiers du Canard enchaîné » spécial 2017 « Tout reste affaires ! »). Nous perdons toujours à suivre (même quelques mètres) les lubies toujours plus irrationnelles des trop riches ! Quittons l’imitation de leurs comportements plus que destructeurs.

……………….………….******************************************

** 4 - )Garanties d’objectivités : cette rubrique demande un usage quotidien. Ici, nous n’aurons qu’un point resserré sur la seule actualité mais qui va s’universaliser en conclusion. « De nouveaux chiffres récemment publiés sur les inégalités obscènes démontrent que le système économique capitaliste est devenu profondément dysfonctionnel [[ ce qui signifie que ce sont les faux dirigeants qui désorganisent tout, qui ont des impacts extrêmement anarchistes sur la société, que ce sont eux les insurgés frénétiques qu’il s’agit de calmer, tant ils se montrent ennemis de la civilisation… ]] De fait, les rouages dépravés du système posent les plus graves menaces aux sociétés et à la sécurité internationale. Pourtant, les leaders de l’Occident sont uniquement préoccupés par des menaces inexistantes – comme la Russie [[ c’est bien leurs têtes qui sont fake têtes, fausses têtes…]].

Le-capitalisme-croûle-sous-les-inégalités-:-blâmons-la-Russie

« Prenez le Premier ministre britannique, Theresa May, qui parlait dernièrement au cours d’un banquet chic à Londres. Elle a dit à la bonne société assemblée, entre deux gorgées de bon vin, que la « Russie menace l’ordre international dont nous dépendons tous [[ et pas les U.S.A. ? Allons donc des paroles de déréalisée vivant hors sol sont symptômes de la maladie de la personne non de l’état véridique de la société !]].Sans avancer la moindre preuve, la leader britannique a continué en affirmant que la Russie interférait avec les démocraties occidentales pour « semer la discorde » [[ et pas les U.S.A. ? Allons donc des paroles de déréalisée vivant hors sol sont symptômes de la maladie de la personne non de l’état bien véridique de la société !]] »…

Une-religion-appelée-économie

 

« Peu importe à quel point les choses deviennent mauvaises, seules quelques personnes seront prêtes à accepter que l’économie n’est pas une bonne chose [[Pourquoi ne parler ainsi qu’au futur et pas au passé ? Comme acte déjà fait…preuves en conclusions]]. Nous croyons en l’Économie, nous ne discutons pas son existence, précisément comme une religion avec un Dieu. Au lieu d’une vie après la mort, nous avons un Dieu argent qui nous permet de faire tout ce que nous voulons, ou du moins c’est ce que nous croyons. Le tout consiste à croire en quelque chose – c’est pourquoi il est difficile de comprendre le terme « religion » dans son sens le plus large. Mais pourquoi l’économie n’est-elle pas une bonne chose ? Parce qu’il n’est pas possible de créer de la prospérité pour tous ? La richesse est un terme relatif, c’est quelque chose qui ne peut appartenir qu’à quelques-uns. Je ne peux être riche que si vous êtes pauvre ; la richesse est une relation : il doit y avoir de la pauvreté pour qu’il y ait de la richesse [[ Faux - ceci ne concerne que la cadre de la métaphysique capitaliste, ce grave délire, sinon l’économie c’est fait pour…être économisée, donc ne jamais en faire usage, s’en passer complètement…auquel cas les relations « actions-réactions » précédentes n’existent plus du tout dans ces formes hyper virulentes…]].

Ici, notre religion nous protège des hérésies [[ sauf si nous sommes…déjà athées du capitalisme !]] telles que l’idée que nous devrions réformer le système économique, redistribuer la richesse, superviser le grand capital, contrôler les entreprises ! De cette façon, nous sauvons le monde. Donc, nous devons promouvoir la croissance économique en Afrique ! Et cela justifie les guerres d’exportation de la démocratie. Seulement par la démocratie, les gouvernements africains s’assureront que les Africains, aussi, auront accès à la richesse. Vous pouvez voir comment la religion de l’économie détruit tout : la forêt, les mers, les espèces vivantes, nous-mêmes et nos cultures infinies existant sur toute la planète. À l’heure actuelle, le réalisme nous dirait qu’il est temps de jeter l’économie dans les poubelles de l’histoire et d’essayer de créer une société qui n’implique pas un gaspillage aussi méprisable d’énergie et de ressources. Il semble qu’il est temps de devenir profane [[ ah bon ! ils auront mis le temps…]] envers cette religion. Pourtant, cela ne semble pas se produire.

Il nous est difficile d’aller contre les autres [[ il n’y a que celles et ceux qui n’ont pas essayé pour le dire…nous, oui et à 100 % et nous disons ? Ne vous découragez jamais, vos exemples germent de toutes les façons…]]. Il est extrêmement difficile de rejeter ce qui nous fait vivre : l’économie-Dieu [[… la preuve que non et avec éclat même…les chochotes sont vraiment partout à…décourager les autres de rien entreprendre…nous, les libérés de l’économie croyance religieuse, les véridiques athées du capitalisme, hérétiques 13,  sommes ces non-croyants (« et je ne vois plus que ce que je…crois »…très doublement aveugle donc) depuis toujours…il y a trop de curés dans les prétendues extrêmes gauches…]]. »…

N'-oublions-pas-l'-intelligence-collective

Autre grande inobjectivité ? « Ce courant de pensée est puissant, mais critiqué pour ses dérives « solutionnistes ». Demander à l’IA de ­résoudre le problème des sans-abri reviendrait à lui laisser les effacer en temps réel dans nos lunettes de ­réalité augmentée. Si perfectionnée soit-elle, l’IA ne sait pas contextualiser [[ faute de sentiments et d’émotions…]] les problèmes pour les élucider, et se précipite trop tôt sur de fausses solutions. C’est pourquoi Elon Musk, fondateur de Tesla, craint le scénario de Terminator : « Jusqu’à ce que les gens voient vraiment des ­robots tuer des personnes, ils ne sauront pas comment réagir, tellement ça leur paraîtra irréel. » [[ et quel besoin « essentiel » de ces robots sinon la fainéantise sans limite des fausses classes supérieures ?…plutôt que d’assumer la gestion « humaine » DRH des travailleurs spoliés de leurs plus-values, préférer du robot, non mais faut être très crassoux de paresses pour cela, et plus même !]].

 

A l’inverse, l’intelligence collective (IC) veut augmenter la coopération entre les humains. Un rêve ancien resté inachevé. L’intelligence est ­certes interconnectée avec Internet et collaborative avec Google et les ­réseaux sociaux, mais elle est encore peu collective. Ce développement s’est toujours heurté aux limites du bénévolat, de la gouvernance partagée ou de l’organisation hiérarchique. [[ cette grave fouteuse de…désorganisation sociale…]]. A chaque fois qu’une dynamique d’invention collective s’est mise à bouillonner, pour lancer la machine à vapeur ou la micro-informatique, elle s’est figée dès les premiers succès. »… Parce que trop peu, bien trop peu se sont…attelés à l’essentiel : déraciner les immenses « ignorances » des pouvoirs, aller contre leurs délires toxiques, lutter à mains nues contre tous les conformismes (par exemple, la culture est le lieu où il n’existe AUCUNE concurrence libre, tout est écrasé par des monopoles pire que le communisme d’État…et donc ? Y aller c’est détenir réellement les instruments de mesures des …changements réels (pas ceux des désinformations !). Pourquoi ne pas préférer la guerre de mouvement de Gramsci à la figeante guerre de…position-s (l’inertie bloquante de tout)…là est le fond même du non-débat ?

…..…………………….*************************************************

Ainsi, tout en nous recherche de nouveaux angles d’approches, ce qui correspond à l’extrême attention portée aux autres. Et dans cette recherche, faite sous tous les regards, qu’avons-nous capté ? Deux affirmations étranges : « mais une telle obligation morale ne pourrait naître que d’une profonde mutation sociétale et on ne voit pas comment cela pourrait advenir… » eh bien, en…commençant simplement tout simplement »…et… « Il nous est difficile d’aller contre les autres. Il est extrêmement difficile de rejeter ce qui nous fait vivre : l’économie-Dieu… ». Ce qui ressemble à décourager à trop hautes doses ses entourages, son camp et ses amis…Et nous nous ne sommes pas d’accord du tout !

Preuve par le livre écrit en…1990 ? Le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 2, "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et qui n’est pas une question mais bien une pratique concrète de savoir-vivre et de savoir-faire déjà bien rodés et expérimentés par les cœurs tous devant…Oui ce livre aurait dû être largement diffusé depuis longtemps si les…extrêmes gauches (de vitrines) et les prétendus libertaires (spectateurs immobilistes sans mouvement – N. R.V. Noir Rouge Vert, par exemple, pourrait les « mouvementer »), etc.…ne l’avaient tant empêchées. C’est que qui reste unitaire à fond est présenté comme…diviseur…oui, diviseurs des si inutiles sectaires des points virgules qui, c’est évident, contiennent toute la vérité en une seule et unique…bulle tant cloîtrée (quelle fondamentale différence avec la pensée dite Unique et ces fake extrêmes gauches ?) !

« Pour reconstruire une contre-civilisation globale et multiple » ? Nous ne nous posons pas en nous opposant. Les prétendus dirigeants sont incultes et infantiles - nous des adultes. Nous ne faisons donc pas de contre-modèles…nous construisons (et ne reconstruisons rien !) complètement en DEHORS d’eux…puisque nous sommes le futur et eux le passé obsolète qui ne fait que se radoter. En regard, de nos mises à nus des fondements de la non-civilisation capitaliste, cette barbarie, nous montrons, dans le concret, quoi mettre à la place et tout…reprendre en main : ce qui est la « vraie » civilisation…surtout pas une contre-civilisation ! Il semble que la joie de vivre de créer sans cesse soit à plein de notre côté trop censuré par qui…ne le devrait pas. Ainsi, depuis la diction du dictionnaire l’usage des mots s’est nettement amélioré pour la Canard enchaîné – mais qui le dit…Devenir athée de la religion-capitaliste est présenté dans…le futur – alors que c’est déjà fait et bien. A qui cela sert ce renforcement de l’immobilisme (toujours repousser à plus tard ce qui DEVRAIT déjà être FAIT, depuis tant d’années !) et ne pas utiliser la preuve par soi-même (prendre tous les risques d’âtre anticonformiste à…100 % et d’admettre que l’immaturité véridique c’est de croire…aux images, même à la…sienne !).

…Celles et ceux qui précèdent pratiquement sont toujours traités comme étant…en retard –

     Jusqu’à ce que toutes les preuves S’INVERSENT – Voilà qui est, enfin, fait !

 

……(à suivre)

 

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 3  "Nul n'est  nul",  "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?»  et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ;  et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (Qui a démuni les démunis ? Qui a déshérité les déshérités ? Qui s'est emparés des désemparés ? Qui a détressé les détresses ? Qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs ? S’il y a endettés, ils sont toujours précédés des endetteurs. Pas de travailleur clandestin qui n’ait été créé par l’argent clandestin. Et sans capital au noir pas de travail au noir,  etc. Tout se tient et les causes ne pourront plus échapper à l’implacabilité de la logique. Le règne moral des trop riches vient de s’effondrer), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 600 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

De nouveaux angles d’approches ?
De nouveaux angles d’approches ?
adultes émotionnellement immatures

adultes émotionnellement immatures

De nouveaux angles d’approches ?
De nouveaux angles d’approches ?
fractions de la réfraction…

fractions de la réfraction…

De nouveaux angles d’approches ?
implications des angles d'approches...

implications des angles d'approches...

approches des fous de la finance...

approches des fous de la finance...

De nouveaux angles d’approches ?

Le travail de la terre - Association provinciale du patrimoine agricole (APPAQ)

Préjugés : il n'y a pas de fumée sans feu…l’irresponsabilité qui renforce les préJugés ne doit plus durer (le préJugé est vraiment un acte antisocial fort !)

les préJugés cela se fabrique, ce n’est pas du tout naturel…vérifions…

Comment les diasporas contribuent à la paix, la croissance et beaucoup plus encore: 14 perspectives

Bruxelles, Paris et Moscou dénoncent les nouvelles sanctions américaines contre la Russie…les grands perdants étant, en effet, les…européens aveugles et suivistes

L'intelligence collective ou le paradigme de l'entonnoir | Patrice Hénaff | TEDxSaintBrieuc… plus qu’indispensable en situation de crise, et que ses effets bénéfiques sont immédiats sur la société et sur les gens qui la composent.

La religion des Marchés NOUVELLE RELIGION extrêmement nuisible.

Animé par Régis Penalva, directeur littéraire de la Comédie du Livre. « Il est aujourd’hui plus facile d’imaginer la fin du monde que celle du capitalisme. » Avec “Notre ennemi, le capital”, le philosophe Jean-Claude Michéa poursuit son travail de clarification et de démolition entrepris avec des livres aussi importants que “Orwell, anarchiste Tory”, “L’Empire du moindre mal” ou “La Double Pensée”. Mais est-il encore possible de « rassembler la grande majorité des classes populaires autour d’un programme de déconstruction graduelle du système capitaliste » ? La réponse c’est si nul ne…commence c’est sûr. Pourquoi vouloir nous « fourguer » l’immobilisme comme une qualité alors que c’est une abjection ? Et qui renforce l’inertie ne mérite que DES ENGUEULADES…

« La matière contre l'esprit" Quand la religion capitaliste mondialiste combat le protestantisme nationaliste moderne "Antisystème" qui s'étendent, s'enfoncent l'une après l'autre sur des territoires athées, sacrés, sous couvert de temples de la finance français…ne plus jamais suivre le pays le plus IRRATIONNEL au monde . « Sa » religion farfelue ne mérite vraiment pas le dérangement : voir « Comment devenir un (e) athée du capitalisme » !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

voyance par mail gratuite 12/01/2018 11:32

Je trouve vos images pleines de douceurs...
Félicitations! quel beau travail.