Des marchés financiers surtout fumigènes ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Des marchés financiers surtout fumigènes ?

La spéculation boursière est un refus corrompu des justes prix. Ce pourquoi les financiers mentent comme ils respirent. La preuve éclatante vient d’en être apportée par un mathématicien, Nicolas Bouleau. Dans « Le Mensonge de la finance. Les mathématiques, le signal-prix et la planète », Février 2018. Or, la Bourse repose entièrement sur la propagande comme quoi les mathématiques seraient de leur côté. Leurs lunatiques martingales de casinos étaient garanties par ce qui n’est donc qu’un enfumage prémédité. Une des fermes demandes de retour au sérieux, de Nicolas Bouleau, se formule ainsi : « les marchés ont perdu toute faculté à délivrer la moindre information sur l’état du monde réel ». De ce fait, la Bourse ne sert plus à rien  du tout. Sinon égarer tous ceux qui pourraient croire à l’usurier mensonge de sa main invisible Les fumistes spéculateurs se voient, bel et bien, désenfumés…et nous pouvons de nouveau goûter à l’air…libre ! Voici qui incite et excite d’aller voir les textes iconoclastes de très prés !

 

« Tant d’agitations produit des krachs boursiers éclair qui sidéreraient les populations si leur cerveau avait le temps d’en prendre conscience. Il s’agit de microsecondes non perceptibles à l’échelle humaine et il n’y a aucune réflexion derrière – que de la cupidité stupide. Ainsi, le 6 mai 2010, les marchés états-uniens ont eu le temps de perdre et de reprendre en seulement dix minutes 700 milliards de $. Le prix des actions a alors fluctué de manière invraisemblable : « le cours de la maison de vente aux enchères s’est envolé de 34 à 10 000 $. Celui du consultant Accenture a dégringolé de 40 $ à un cent », rapporte Lelièvre et Pilet, dans « En attendant le krach fatal » [[il n’y a plus à attendre lorsqu’il suffit d’ABOLIR ce système déréglé car dérégulé unilatéralement, cette lubie ayant perdu toute raison puisque fuyant tous les débats publics, comme ne prenant jamais connaissance des savoirs des autres disciplines de penser ( consultations des disciplines qui ne sont pas leur mono-maniaquerie, soit toutes ? Désespérément zéro.]]. Et Nicole El Karoui parle d’un système fonctionnant en vase clos entre une poignée de désacteurs qui « ne savent pas où ils vont » (p.95 - - Alain Deneault - La médiocratie, novembre 2017). » Et ils nous la jouent à faire semblant de s’indigner du comportement « qui coûteraient des fortunes » des pauvres (faux, fake : non seulement les pauvres ne coûtent rien, mais ils rapportent, ils sont quotidiennement volés, fraudés et dépouillés. Alors que la société a vécu quasiment sans la Bourse des années 1950 à la fin des années 1980 – du temps où de Gaulle disait, sereinement : « La politique ne se fait pas à la corbeille »…elle ne se faisait pas, elle se fait d’autant moins. Seuls des politiciens qui ont trahi toute la politique, se laissent aller à ces corruptions morales, affectives et intellectuelles. Mais, ils se montrent perdants sur toute la ligne et ce qui le souligne. Puisque ?

…………………………...*********************************************

Les-marchés-fumigènes

 

« J’ai appelé cette configuration un, deux, trois, soleil, parce qu’on dit à tous qu’il faut ralentir mais c’est tout de même celui qui accélère qui se trouvera dans la meilleure situation « faussée » de concurrence économique ultérieure. Il en résulte des comportements de dissimulation dans le jeu de la compétition [[ absolument non libre et réellement faussée – ce pourquoi les privatisations perdent tout alibi solide…elles ne sont plus qu’illégales !]] et des aides publiques entre les objectifs à court ou moyen terme ( Comme les confusions entretenues entre les enjeux environnementaux et énergétiques). Les partis verts se trouvent pris dans cette double contrainte, leur discours devient seulement des mots, les autres partis se font forts de le souligner, et le score des Verts ne semble pas dépasser 10 à 15% au mieux.

A l’échelle internationale, l’argument avancé dès Rio que les pays riches sont les causes des problèmes climatiques par leur surconsommation de pétrole qui a permis leur dominance économique déloyale [[et donc ne respectant surtout pas la vraie concurrence ]] actuelle, et qui s’est traduit dans les premiers accords par la catégorie des pays dits « de l’annexe 1 », cet argument sert surtout les pays en fort développement qui ne sont pas dans l’OCDE et ne règle en rien la question des pays peu développés et des mégapoles du tiers monde.

Importance du signal-prix : Toutes ces raisons opèrent certainement sur la réalité d’aujourd’hui, mais ne devons-nous pas admettre qu’il en est une qui les contient et les fortifie toutes ?  Ce qui guide [[plutôt égare]] actuellement les comportements de chacun le plus inefficacement dans le monde entier c’est l’économie. Il faut donc analyser l’économie. Pourquoi pousse-t-elle à ne pas changer [[ tout en cyniquant qu’elle est…tous les changements possibles ! Un mensonge de plus !]]? Incontestablement chaque individu aimerait vivre dans un cadre naturel qui ne se détériore pas, pourquoi la vocation de l’économie qui serait de gérer les envies, laisse-t-elle de côté cette attente générale ? [[Pourquoi l’économie va, trop systématiquement, contre l’intérêt du plus grand nombre ? Pourquoi ne se cache-t-elle plus de dériver dangereusement vers toutes les déraisons et anti-scientificités ? Qui la contraint à virer vers une telle illégalité (pour le moment encore teinté de…légitimité) ?]].

Le cœur de l’économie libérale actuelle a été construit au 19ème siècle durant la révolution industrielle, c’est ce qu’on appelle généralement les idées néoclassiques, parce qu’elles perfectionnent les thèses des classiques Adam Smith, Ricardo, Jean Baptiste Say, etc. C’est sur elles que s’appuie encore l’imaginaire des responsables économiques et politiques [[ complètement largués dans un monde artificiel absolument illusoire…]] actuellement aux commandes parce qu’elles décrivent un monde idéal régi par des principes simples.

Par les travaux de Léon Walras et de Stanley Jevons (il faudrait citer aussi Jules Dupuit, Augustin Cournot, etc.) leur trait caractéristique est une mathématisation de la loi de l’offre et de la demande inspirée des lois de la mécanique et plus précisément de la statique, c’est-à-dire de l’équilibre des corps pesants sous l’action de forces. On élabore ainsi des outils susceptibles de transformer les principes des auteurs classiques en règles pour les entreprises et les ménages. Un point de doctrine fondamental pour les néoclassiques est l’importance du prix. Le prix est ce qui est observable, alors que l’utilité ne l’est pas. Dans l’esprit des néoclassiques le mouvement des prix converge vers un équilibre. Ce processus, appelé les « tâtonnements » chez Walras, a fait plus tard l’objet de tentatives de modélisation (Arrow, Hurwicz) mais la dimension temporelle de l’économie néoclassique reste hésitante pour des raisons profondes que je laisse ici de côté.

La théorie néoclassique trouva une nouvelle vigueur sur le plan philosophique et sociologique par l’argumentation de Friedrich Hayek sur les avantages de la décision décentralisée (1945) [[ Tandis que la pseudo mondialisation « décentralisée » fuit toute horizontalité et s’avère n’être qu’un hyper centralisme hiérarchique jusqu’à en perdre la raison – donc les auteurs, derrière lesquels se dissimule le libéralisme falsifié, sont…trahis à 100 %. Ces escrocs volontaires font exactement l’inverse de ce qui est retenu dans l’Histoire de l’économie…]]. Par rapport à l’économie planifiée qui nécessite un savoir complet sur tout ce qui se passe, Hayek souligne l’efficacité opérationnelle de l’intelligence distribuée par les prix qui donne à l’entrepreneur juste les informations dont il a besoin pour modifier ses approvisionnements et ses procédés de fabrications lorsque des changements se produisent dont il ignore éventuellement les causes.

« C’est plus qu’une métaphore de décrire le système de prix comme une sorte de machinerie pour l’enregistrement des changements, ou un système de télécommunication qui permet aux producteurs individuels de regarder simplement le mouvement de quelques indicateurs, comme un ingénieur peut regarder les aiguilles de quelques cadrans, afin d’adapter leurs actions aux changements dont ils ne peuvent jamais savoir que ce que reflète le mouvement des prix. » (Hayek 1945)

Diriger les affaires lorsque le contexte change, voici le lieu véritable de la décision économique et ce qui est crucial pour cela c’est le signal-prix. C’est cela que l’entrepreneur doit observer, la lecture des tendances des prix est le tableau de bord de l’entrepreneur néoclassique. Je répète que les idées néoclassiques sont l’imaginaire [[ devenu hors sujet, hors sol et hors sains raisonnements…]] des irresponsables économiques et politiques actuellement aux commandes qui ne sont spécialistes ni de la théorie des jeux ni de la finance de marché.

Ce texte majeur, car philosophique, de Hayek a pour titre The Use of Knowledge in Society [[ « L’utilisation de la connaissance dans la société » – or, depuis 1980 et les fous néolibéraux, c’est, à la place, «  la haine de l’intelligence conduit les fausses élites » !]]. Quelle est l’ontologie derrière cet imaginaire ? Il y a un réel suffisant : les prix et les tendances des prix. C’est tout à fait dans le sillage de la philosophie pragmatiste américaine du début du 20ème siècle (Peirce, Dewey, William James, puis Austin, Putnam et Rorty) : seules comptent les possibilités d’agir, c’est le seul réel et les possibilités d’agir sont gouvernées par les prix. Le non-sens de la dominance par les marchés financiers installée avec le néolibéralisme (années 1980) c’est que la spéculation efface le signal-prix. Nous allons expliciter cette contradiction singulière et ses conséquences.

Dommages-et-intérêt-de-la-spéculation

 

>>>> --- Les marchés financiers sont dangereusement fumigènes : Pour éviter les longs développements abstraits je procéderai par remarques successives.

***** • Les prix instantanés, ou prix spot, fournis par les marchés financiers sont très agités.  Si l’on compare les prix internationaux de la laine et du coton, on voit que le prix relatif varie souvent du simple au double en l’espace de deux ans [[ ce qui n’a, évidemment, ^plus rien à voir avec la …réalité !]]. Le prix du pétrole peut varier en période de crise de 1 à 4 en l’espace d’un mois [[ idem]] et couramment de 50 % en un an. On trouverait des agitations similaires pour les prix des métaux (or, antimoine, cadmium, zinc, nickel, palladium, argent) d’ailleurs sans corrélation évidente entre eux ni avec le pétrole [[ ce qui coupe tout lien avec les mathématiques…]].

**** • La raison de cette agitation est la spéculation, j’entends par ce terme la possibilité d’achat et de revente instantanée [[ et qui ne sert certainement pas…l’intérêt général – que la Bourse prétendait…chapeauter de si haut vu son …sérieux interplanétaire !]]. Imaginons en effet un marché dans lequel on soit contraint de garder ce qu’on achète un certain temps — par exemple le marché réel de l’immobilier compte tenu du délai d’inscription des actes notariés qui est de plusieurs mois en France — dans un tel marché la tendance instantanée est nettement perceptible et indiquée d’ailleurs par les agences. Il y eut un point aveugle lors du passage théorique des modèles à temps discret aux modèles à temps continu. Les marchés tels que les étudiaient Léon Walras, Karl Marx, Stanley Jevons, Carl Menger ou Alfredo Pareto étaient des marchés ou la spéculation soit n’existait pas soit était secondaire devant les transactions véritables. La modélisation mathématique de la bourse ne commence qu’avec Louis Bachelier au début du 20ème siècle. Les marchés à temps discret, annuels par exemple, fournissent toujours une tendance qui est la variation calculée par rapport à l’année précédente.

Peut-on faire apparaître une tendance sur un marché spéculatif ? Non. Il y a à ce sujet des croyances qu’il faut récuser les unes après les autres.

– Première idée : lisser la courbe du prix spot par rapport au temps, par moyenne mobile ou par convolution, pour effacer les zigzags et obtenir une dérivée. Fausse idée [[ mais qui ne sera pas traitée comme un fake new – Pourquoi ? Alors qu’elle crée tant de dommages pour toute la société ? La partialité, le favoritisme malsain et la frivolité des accusateurs de fake news les…disqualifient à 100 %.. ]]. Si ces méthodes donnaient un résultat objectif, ne dépendant pas de la méthode, il serait immédiatement utilisé pour faire du profit et le prix changerait. Par ailleurs les modèles de semi-martingales, dont nous avons parlé dans l’aperçu, ont cette propriété de ne pas se laisser régulariser. Des esprits, pourtant cultivés en mathématiques, croient qu’il y a une tendance vers le passé avec un aléa vers l’avenir autour de cette tendance. Ce n’est pas faux à temps discret. Mais à temps continu rien de tel. C’est faux [[ donc plus de signal-prix et plus de tendances perceptibles ! La régression intellectuelle qui accompagne ce profiter à n’importe quel prix des fous, précipitent tous ces pitoyables hors sol dans la crétinerie la plus retentissante !]]

– Seconde idée : argument économique (dû à Grossman et Stiglitz 1980), il faut bien que les spéculateurs parviennent à lire des tendances puisque la spéculation rapporte du bénéfice (car sinon elle n’existerait pas puisqu’elle coûte des salaires et du temps). Ce qui est vrai c’est qu’il existe, en effet, des équipes spécialisées munies de gros moyens informatiques, mathématiques et statistiques sur tous les continents qui passent leur temps à détecter la moindre possibilité d'arbitrage » et parviennent à en tirer profit. C’est vrai. Mais justement, cela met de telles lectures de tendance hors de la portée des acteurs économiques, impossible à un entrepreneur ou même un trader isolé de faire mieux que ces équipes spécialisées [[ toutes les publicités pour…spéculer en Bourse et …ganger sont donc des mensonges avec intentions de mentir…Rembourse tout c’est écrit dans la Bourse qui rem Bourse…nul n’échappe à son ontologie.]] : Que nous dit le modèle des martingales (ou semi-martingales) sur lequel se fonde [[ si peu]] la théorie de l’arbitrage et qui est considéré comme un des plus pertinents ? Il y a plusieurs sorte de martingales, voir « Dommages et intérêt de la spéculation » , mais les martingales positives les plus courantes en économie sont d’un type particulier : elles tendent vers zéro quand le temps tend vers l’infini.

Par exemple si vous placez votre argent dans un fonds qui rapporte 4,5% et y réinvestissez vos dividendes en permanence, vous réalisez une croissance exponentielle. Si, en plus, il y a de l’incertitude qui vient ajouter de la volatilité et que cette volatilité dépasse 3% les oscillations sont telles qu’à la longue vous allez sûrement à la ruine. On voit donc que cette force vers zéro est même capable de rabattre l’exponentielle déterministe sous-jacente. Ces martingales positives évanescentes sont le modèle le plus convaincant de modélisation du prix d’une ressource épuisable. Voir sur ce site l’article « Prix mondiaux futurs des ressources épuisables ». Pour se faire une idée des trajectoires de ces martingales voici des simulations.

*** • Quel est le rôle des produits dérivés ? Ce sont des assurances. Leur présence est due à la croyance [[ très superstitieuse]] qu’en situation de marchés avec aléa, ils fournissent toute l’information que demandait Hayek de sorte que les entrepreneurs puissent ne regarder que les prix pour ajuster leur fonction de production. C’est faux [[ décidément que du fake chez ces délirants métaphysiciens]] L’entrepreneur ne voit plus rien du tout. Les produits dérivés s’agitent énormément, ce qui est parfaitement normal et évident puisqu’ils font l’objet de marchés spéculatifs comme leur sous-jacents et qu’ils sont encore plus sensibles aux incertitudes.

Ce phénomène est une des raisons (pas la seule) pour lesquelles le marché des droits d’émission de carbone en Europe n’a pas du tout rempli les services qu’on attendait de lui. Les cours de ces allocations (sur lesquels existent aussi des dérivés) s’agitent tellement que bien fort est l’industriel qui peut en déduire le calcul d’un investissement comme des cellules photovoltaïque ou du transport ferroviaire ou toute autre décision dans le sens de la transition. [[ ne sont visibles que toutes les agitations désordonnées de ces…dangereux agités, qui foutent un immense désordre das la société…pour rien, juste pour des lubies. Produits dérivés ? Tout, oui tout est à jeter !]]…

….…………………….....********************************************

Ceci nous amène au point le plus important :  Cela efface les paramètres environnementaux.      Du moins, pour être plus précis, personne n’est en mesure de quantifier les prix futurs avec une précision qui permet les décisions économiques. Je renvoie à nouveau à l’article « Prix mondiaux futurs des ressources épuisables »  pour une discussion détaillée du cas du pétrole. Le résultat est, en fait plus général. On peut montrer (N. Bouleau et Ch. Chorro) que toute semi-martingale positive soumise à une forte volatilité converge vers zéro. Cf. Gaël Giraud, MOOC, ENS et AFD, 2017, un-exemple-de-prix-volatile-et-imprevisible-aux-consequences-majeures Les produits dérivés ne remplacent pas le signal-prix qui a disparu. Ce sont des assurances cotées. Leur prix, lui-même très agité, ne fournit aucune information sur la tendance du sous-jacent, uniquement sur l’agitation de ce sous-jacent qu’on appelle la volatilité. [[ volatilité qui n’est que toute…irrationalité et qui, pourtant, n’est jamais sanctionnée…alors que ceci ressemble suffisamment à une situation où ce seraient des prières qui devraient piloter les fusées !]].

La bête noire pour l’OMC, et pour la Commission Européenne, c’est le protectionnisme. »…Or pas de plus fort protectionnisme mental et instrumental que cette Bourse, virant à l’infantilisme, qui expulse toutes les informations sauf une…celle de leur mono-maniaquerie compulsive Oui toutes les informations pertinentes sont écartées - dont les paramètres de la Nature comme ceux…provenant des ressources non renouvelables…comme ceux venant des réflexions sur les meilleures allocations des ressources existantes – ce qui pouvait ressembler à guider le monde. Ici que voyons-nous ? Des esprits plus que puérils, fort d’une seule non-pensée « nous ne serons jamais responsables de nos actes et de nos délires » qui…casse, comme des razzieurs, la société en milles morceaux…juste pour récupérer quelques minables faux profits. Faux profits qui détruisent, en vrai, la Nature si généreuse juste parce qu’ils…ne veulent rien savoir d’elle, etc. Et il faudrait accepter que ces grands égarés poursuivent leurs pillages injustifiables de tout ce qui reste de sacré pour l’Humanité globale ?]].

 

Et ? La politique économique est changée en causerie de salon [[Plus que du blabla vide Car ?]]. Avant le néolibéralisme les travaux des économistes, par une observation fine et une description quantifiée de la réalité, pouvaient avoir la prétention d’éclairer les décideurs sur les politiques à mener en matière de taux directeur, d’incitation, de taxation etc. C’est ce métier que faisait par exemple Keynes, c’est aussi ce point de vue qu’adopte Georgescu-Roegen dans The Entropy Law and the Economic Process, 1971 [[ auteur qui inspire la décroissance ]]. Certains économistes (Juglar, Kondratiev, etc.) avaient dégagé des cycles sur l’activité économique. La connaissance économique en s’appuyant sur l’économétrie grâce aux statistiques (Malinvaud), associait aux faits mesurés des causes et proposait ainsi une lumière sur les décisions à prendre.

Mais avec la dominance mondiale des marchés fous spéculatifs [[ pour ces régressifs bornés tout ce qui brille est de l’or – or c’est faux !]] la situation s’est complètement retournée, y compris pour les Etats puisqu’ils se sont endettés sur les marchés internationaux du crédit usurier. Ce que disent les marchés aux économistes c’est « cause toujours! » ».Oui…cause toujours, tu ne seras jamais aussi fou que nous. Donc tu ne tiendras pas la course au précipice. Nous sommes de grands malades et cela t’arrange de ne pas nous dénoncer, voire de nous abolir…pour que tu continues de te vautrer dans ta fainéantise mentale, dans ton immoralité d’effondré, dans ton cynisme sans joie, dans ta méchanceté médiatique…tout en braillant pour faire retomber la maitrise et la causalité de tout ceci sur le dos des pauvres…ce sont les pauvres qui dirigent le monde – en vrai. Ils sont donc responsables de tout. Malgré tous les gouvernements, ceux-ci n’ont pas pu empêcher les dérapages toujours plus fous des marchés financiers qui…

……comme tout le monde le sait sont entièrement financés par les pauvres !

 

.........……(à suivre)

 

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 3  "Nul n'est  nul",  "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?»  et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ;  et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (Qui a démuni les démunis ? Qui a déshérité les déshérités ? Qui s'est emparés des désemparés ? Qui a détressé les détresses ? Qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs ? S’il y a endettés, ils sont toujours précédés des endetteurs. Pas de travailleur clandestin qui n’ait été créé par l’argent clandestin. Et sans capital au noir pas de travail au noir,  etc. Tout se tient et les causes ne pourront plus échapper à l’implacabilité de la logique. Le règne moral des trop riches vient de s’effondrer), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 700 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Des marchés financiers surtout fumigènes ?
Il est dès lors incroyablement difficile de savoir ce qu’il est en est des ressources fossiles – par rapport à son opacité grandissante la Bourse ne sert vraiment à rien…Ne survit (grassement) que sur une réputation absolument pas méritée. C’est un fardeau d’êtres profondément immatures

Il est dès lors incroyablement difficile de savoir ce qu’il est en est des ressources fossiles – par rapport à son opacité grandissante la Bourse ne sert vraiment à rien…Ne survit (grassement) que sur une réputation absolument pas méritée. C’est un fardeau d’êtres profondément immatures

Sur le moyen terme il faudra nécessairement que l’illogique économique perde du terrain. Et si ça continue ? Ça a toute chance de continuer si la responsabilité de l’agitation des marchés financiers n’est pas davantage comprise. Les hommes politiques sont paralysés par les marchés. Seulement depuis la conférence de Copenhague une page est tournée. C’est fini, on ne peut plus parler en termes généraux, nos enfants, les générations futures, nous les humains, habitants de la planète, comme si implicitement une solidarité existait car elle n’existe pas. Il faut quitter les généralités, voir les trajectoires et penser pour qui sont les catastrophes.

Sur le moyen terme il faudra nécessairement que l’illogique économique perde du terrain. Et si ça continue ? Ça a toute chance de continuer si la responsabilité de l’agitation des marchés financiers n’est pas davantage comprise. Les hommes politiques sont paralysés par les marchés. Seulement depuis la conférence de Copenhague une page est tournée. C’est fini, on ne peut plus parler en termes généraux, nos enfants, les générations futures, nous les humains, habitants de la planète, comme si implicitement une solidarité existait car elle n’existe pas. Il faut quitter les généralités, voir les trajectoires et penser pour qui sont les catastrophes.

Changement de la direction des doigts – le capitalisme boude lorsque la réalité est présente. Et nous payons lourdement le prix de cet incroyable infantilisme !

Changement de la direction des doigts – le capitalisme boude lorsque la réalité est présente. Et nous payons lourdement le prix de cet incroyable infantilisme !

…non plus des valeurs Réelles mais  des fausses et…tirées vers ce qui en multiplie la transmission virale (comme tout ce qui est hors des prix, qui fonctionne sans…prix).  La société mise en danger par sa dé-Bourse même…

…non plus des valeurs Réelles mais des fausses et…tirées vers ce qui en multiplie la transmission virale (comme tout ce qui est hors des prix, qui fonctionne sans…prix). La société mise en danger par sa dé-Bourse même…

le poids du passé

le poids du passé

Les marchés boursiers ne parlent plus jamais de la réalité vécue.

Les marchés boursiers ne parlent plus jamais de la réalité vécue.

Fumisterie du libéralisme : avec aucun Etat pour eux seuls ET les trop riches « exigent »,en mêm temps, un Etat maximum contre les autres. Quel âge mental déjà ?

Fumisterie du libéralisme : avec aucun Etat pour eux seuls ET les trop riches « exigent »,en mêm temps, un Etat maximum contre les autres. Quel âge mental déjà ?

Finance et ressources naturelles : "On ne voit pas la rareté sur les marchés"

Mettre la finance au service de l'intérêt général – et surtout pas au service des financiers complètement séparés de la réalité et des besoins collectifs…

Quand les startups s’emparent de l’intérêt général | Arnaud Poissonnier | TEDxIESEGParis

Emmanuel Gilloz, il faut réagir tout de suite. Comment ? Il faudra arrêter de délocaliser en fabriquant ses objets soi-même... Impression 3D, open-source... Une vision d'un geek pas comme les autres.

Comment la crise de l’Euro a été mise sous le tapis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Bonjour chères frères et sœurs

Je m'appelle Delarue Vanessa

Je fais ses témoignages pour témoigner la compétence d'un vieux vraiment formidable.

Je vous assure que j'ai eu à contacter plusieurs marabouts qui sont rien que des faux , des menteurs, des escrocs je ne sais plus quoi les qualifiés mais suite aux plusieurs recherches je suis tombé sur ce vieux qui m'a vraiment redonner le bonheur , le bonheur que je recherche depuis tant d'années il est vraiment formidable je souffrais d'une rupture avec mon mari il m'a quitté cela à fait 1 an 1 mois et même au boulot j'ai perdu le travail mon père était gravement malade mais dans un intervalle de 3 jours je vous rassure que j'ai eu des miracles dans ma vie grasse à ce vieux aujourd'hui je vis bien avec mon mari , mon père est guérit, on m'a ra-pellé au boulot et j'ai même refuser mais actuellement je suis dans un autre service qui est mieux que l'autre vraiment je ne sais pas comment remercié ce vieux il m'a travailler sans me prendre un euro j'ai d'abord eu la satisfaction avant de le récompenser vraiment il est très bon ce vieux . Alors vous qui souffrez de n'importe que problème, vous qui avez n'importe des soucis ne vous faites plus de souci contacté directement ce vieux voici son adresse

E-email : said.marabout@outlook.fr

Ou vous pouvez l'appelez directement sur son numéro portable 00229 98 98 29 82

Ou sur son Whatsapp: 00229 98 98 29 82
Répondre
S
Bonjour chères frères et sœurs

Je m'appelle Delarue Vanessa

Je fais ses témoignages pour témoigner la compétence d'un vieux vraiment formidable.

Je vous assure que j'ai eu à contacter plusieurs marabouts qui sont rien que des faux , des menteurs, des escrocs je ne sais plus quoi les qualifiés mais suite aux plusieurs recherches je suis tombé sur ce vieux qui m'a vraiment redonner le bonheur , le bonheur que je recherche depuis tant d'années il est vraiment formidable je souffrais d'une rupture avec mon mari il m'a quitté cela à fait 1 an 1 mois et même au boulot j'ai perdu le travail mon père était gravement malade mais dans un intervalle de 3 jours je vous rassure que j'ai eu des miracles dans ma vie grasse à ce vieux aujourd'hui je vis bien avec mon mari , mon père est guérit, on m'a ra-pellé au boulot et j'ai même refuser mais actuellement je suis dans un autre service qui est mieux que l'autre vraiment je ne sais pas comment remercié ce vieux il m'a travailler sans me prendre un euro j'ai d'abord eu la satisfaction avant de le récompenser vraiment il est très bon ce vieux . Alors vous qui souffrez de n'importe que problème, vous qui avez n'importe des soucis ne vous faites plus de souci contacté directement ce vieux voici son adresse

E-email : said.marabout@outlook.fr

Ou vous pouvez l'appelez directement sur son numéro portable 00229 98 98 29 82

Ou sur son Whatsapp: 00229 98 98 29 82
Répondre