La conscience a donc une Histoire. (2/2)

Publié le par imagiter.over-blog.com

La conscience a donc une Histoire. (2/2)

Dans notre moment historique actuel, le langage reste un prérequis incontournable à l’acquisition de la conscience ? Ce qui suppose qu’il y a d’autres moyens que le langage afin d’étendre sa conscience. Oui. C’est de vivre à fond son corps en le protégeant et en ayant une exigence sans faille envers autrui. Et donc nous vivons à pleins…sens déployés comme les hommes préhistoriques – en pré-langage. Difficile face à l’effondrement affectif de la plupart des humains. Nous le ferions (fait, en fait !), que nous serions comme sur une île désertée. Ce blog a assez semé d’expériences, à notre portée, pour les acharné(e)s de l’authentique, pour qu’ils s’y retrouvent. Il y a d’autres routes (méditation profonde, synesthésies, rêve conscient, etc.) d’accroissement de la conscience…nous ne pouvons tout dire à la fois…Ici, la thèse du (1) est que la genèse de la conscience est qu’elle est née…lorsque les dieux ont cessé de parler en nous. Nous suivons donc, en (2), toute la somptuosité qui y est contenue...

Le langage « contient » donc la propagation de la conscience ? Comme de tout le futur ? Ce qui implique que l’amplification de notre conscience ne peut venir que d’un usage loyal des mots et d’une exigence sans faille envers les autres (ce pourquoi Debord a pu dire que ceux qui savaient encore parler ont presque…disparu !). C’est que la loi essentielle de la vie intérieure est de ne jamais de jamais…se mentir à soi-même. Ce qui nous rend à 100 % sainement méfiant envers le modèle dégénéré et profondément malsain que se permettent d’agiter les faux dirigeants. Dont le socle commun demeure la loufoquerie grotesque de fuir…toute honnêteté et dans tous les domaines. Or, première base solide : sans honnêteté préalable, impossible d’augmenter l’étendue de sa salubre conscience. C’est ainsi !

Ensuite, la conscience est qu’elle est née…lorsque les dieux ont cessé de parler en nous ? Paradoxe ? Non, puisque l’analyse en (1) montre que l’occident fonctionne de manière tellement plus…idéaliste (versus très irrationnel) que nous pensions. Ses reculs devant les réalités matérielles sont notables. Ce sont des humains fort sujet à lubies, vous savez. Ce qui signifie que cet occident actuel ne se positionne pas si bien que cela sur l’échelle de compétence à la conscience la plus universelle. Beaucoup trop n’y sont que des ploucs locaux, surtout chez les mégalos qui se prennent pour des dirigeants – du verbe savoir DIRE). Et que cet occident d’égaré(e)s ne sortira jamais en avance sur la prise en compte de toutes les mentalités mondiales actuelles. Bien au contraire, il semble bien plus enfermé (qu’au XXème siècle) dans un jeu d’excentricités tout à fait chimériques. L’Occident actuel ne nous est plus du tout un modèle…suffisant ! Voyons une liste succincte de ses pitoyables DÉNIS DU RÉEL (cachez ce réel que je « refuse » de voir !).

** déjà le puéril interdit de réfléchir à l’origine du langage. Ce qui signifie que le langage s’auto-institue et est sa propre origine. Ce qui découle, lui-même, du fait que ses dieux, à l’occident, peuvent exister sans avoir besoin d’aucun lieu, ni d’aucun lien. Plus absurde, donc sourdingue, impossible ! C’est l’écoute humble et simple qui lui manque le…plus !,

** aussi - la fuite excentrique dans un infini non terrestre où le signifié se « dirait » sans nous (où cela ? en voix intérieures, en mains invisibles qui souligneraient certains mots ? En affabulations bien plus biscornues que celles prétendues des peuples dits primitifs ?). Oui le signifié ne peut avoir lieu que dans …un infini insonorisé. Extraterrestre. Pas présent ici et maintenant. Ni sensuel ni sensé. Mais que des…prêtres, dits linguistes, sauraient seuls décrypter, etc. A part s’aliéner, ils savent faire quoi ces occidentaux ?

** encore le si infantile interdit de réfléchir à la matérialité des pensées et donc de formuler des questions telles « pourquoi la majorité des autres civilisations ne considèrent pas comme drogues ce que l’Occident décrète mais comme produits très nocifs ce que l’occident ne décrète pas ? »…Déjà interdits de « savoir » et ressentir notre propre langue (affaire seulement de…spécialistes qui ne la…vivraient pas !) – nos pensées ne nous appartiendraient pas, aussi bien, elles ne devraient être que des photocopies…dictées, bicaméralisées, en somme ! Ne sommes nous pas carrément dans l’Iliade où les dits héros n’ont aucune…conscience ?

*** Et où même ses délires du profit s’alignent sur ce très grave idéalisme vraiment loufoque. Puisque ses profits « hallucinés » surgiraient en…générations spontanées, proviendraient de l’immaculée conception ! Lorsque l’argent s’auto-féconde et surgit de nulle part…fait même des petits en dormant –  l’irrationalité immense est donc de « croire » que le profit de l’un n’est pas un coût…traçable pour les autres. Notons que de vivre à pleins…sens déployés comme les hommes préhistoriques…ou d’expérimenter la vraie vie (méditation profonde, synesthésies, rêve conscient, etc.) se montrent complètement absents de ces humains…si absents à eux-mêmes.

Pourquoi-la-science-prouve-que-vous-vous-connaissez-sans-doute-beaucoup-moins-bien-que-que-vous-le-croyez

La thèse que nous ne sommes pas les plus à même de parler de nous est un « coup de société » (comme coup d’état) contre l’individu authentique – que l’on chercherait à écraser sous cette injustifiable pression. Que sa nature soit biaisée dès l’enfance est vrai – sauf que omission toujours, une partie d’entre nous prend le sentier « de la vraie santé mentale et affective » dès cette…enfance (évidemment les adultes ou prétendus sont les derniers à être au courant). Tout ce texte prouve et fait éprouver à quel point cette thèse reste…superficielle (elle omet 80 % plus qu’elle n’émet !).

…………………………….*******************************

>>>> **** - Alors le fond du débat se situe bien ici (même si les médias mainstream n’en parlent jamais, ils ont complètement tort ; ou si internet, trop démago, évite le vrai…trésor, il a fort tort aussi) – Alors le début du vrai trésor ? En ce que «Le travail métaphorique de la compréhension implique ? :

  • des métaphrandes (les choses à décrire) ;

  • des métapheurs (les choses aidant à décrire les précédentes) ;
  • des parapheurs (les mots associés aux métapheurs, sèmes en quelque sorte contenus dans la connotation) ;
  • des paraphrandes (les mots associés aux choses à décrire et que la langue possède).

Pour Jaynes, tout découle de ce processus et même les modèles les plus complexes et abstraits : « Une théorie est une métaphore entre un modèle et des données » dit-il. Le langage lui-même vient de la métaphore [[ ce que notre longue expérience de « La diction du dictionnaire, ou comment rendre tous les mots physiques » confirme à 100 % ]]. En cela Jaynes réalise un point de vue révolutionnaire de la conception couramment admise : la métaphore peut en effet se figer, et former le vocabulaire qui peu à peu perd toute référence à l'analogie première (exemple : les « ailes » de l'avion, ou encore le verbe « être », qui vient du sanscrit bhu (« pousser » ou « faire pousser »), renvoyant à la métaphore d'une action réelle s'appliquant à un élément mental). L'étymologie est ainsi pour Jaynes résultat de métaphores. Le langage a peu à peu, du concret à l'abstrait, monté « les marches qu'étaient les métaphores » et a permis ainsi de spatialiser en conscience le Réel. » Cette vision que vérifie à fond « La diction du dictionnaire ». Soit, des mots, les désocler de leurs fantasmes insonorisés, comme de leur absence de sens présent, ici et maintenant. De sens sensuel et sensé à la fois. Ces essentialités son-sens (et non abs-traction, abs-trait) dont il n’est quasiment …discuté. Donc rendues très présentes à la conscience et à l’attention. L’occident, surtout par ses prétendus dirigeants, fuit sans cesse la…matérialité interne de la réalité ! Le langage EST la plus gigantesque métaphore qui, par le jeu prodigieux des préfixes et suffixes autour des…racines, ouvre toutes les possibilités de relations, de rapports entre…tous les êtres humains. Cela même dépasse toutes les…imaginations envisageables. Le langage…guérit donc à haut niveau et prépare…le saut quantique de la future conscience humaine…entièrement naturelle et surtout pas…technocratique (la technologie n’est saine que très …bridée, une exécutante surtout pas une dictatrice !). Et ceci n’est que la partie émergée de l’iceberg. N’oublions pas qu’un humain, à travers la radio et ses musiques …authentiques à l’époque, a pu transmettre (intactes) ses visions, ses sensations, sa chaleur humaine à tant d’auditeurs/-trices qui n’ont…jamais pu oublier cette merveille. Corps marqués à vie. Et ne se sont jamais posé la question : comment ? Nous, oui !

……………………………..************************

Guère étonnant, alors, qu’il soit advenu ce qui suit : Soit l’INCOMPRÉHENSION VOULUE (par tant de cœurs stupidement fermés) de tout ce qui s’est passé d’essentiel au XXème siècle (les préparatifs à une…mutation de conscience)…Vivons-en, ici, un raccourci incroyable …Oui comme ceci…« Quel a été l’impact de la théorie de Jaynes ? Comme le dit Vaughan Bell sur Mind Hacks : « sa théorie de la conscience est très probablement fausse, mais si terriblement originale qu’elle est largement admirée ». De fait, quelqu’un comme le biologiste Richard Dawkins a dit du livre de Jaynes qu’il était « soit du grand n’importe quoi, soit une œuvre de pur génie ». Le philosophe Daniel Dennett s’est aussi intéressé aux thèses de Jaynes et a même écrit un article assez long sur le sujet (.pdf). Il est intéressant de voir que deux des grands hérauts du « nouvel athéisme » et de l’hyperrationalisme ont une attitude prudente et plutôt sympathique envers les thèses de Jaynes, qui pourraient paraître joyeusement délirantes. De fait, la thèse de Jaynes n’a jamais été véritablement réfutée, elle a tout simplement été ignorée [[ donc par des…ignorants ?]], note Marcel Kuijsten le directeur de la Julian Jaynes Society, dans une interview pour Inverse. En fait l’impression générale est que la thèse de Jaynes séduit beaucoup de monde, mais qu’elle est trop excentrique, trop extrême pour être réellement soutenue [[ les « trop » admettent, ici, un défaut de raisonnements vraiment structurés ! Ils avouent déjà avoir vraiment tort…]] . En tout cas, si cette thèse reste assez marginale [[ alors que ce sont les esprits qui n’en prennent lâchement pas connaissance qui se démontrent…marginaux !]] dans la psychologie aujourd’hui, elle a fait son chemin dans la pop culture [[ lorsque la grossièreté anti-civilisationelle du libéralisme fait de la culture uniquement un vain divertissement superficiel – et donc fait de la culture un « monde non libre », celui d’un monopole monolithe, où demeure interdite toute réelle concurrence et aboutit même à son inverse soit…- oui ce sont des initiatives d’adultes, de citoyens, de responsables de conscientisations « mondiales » qui la font « émerger », soit le mot incongru « d’underground » – la honte libérale voulait enterrer la culture véridique. Le mouvement de libération c’est de la faire sortir de cet enterrement illégal, de cet under ground, de faire émerger cette vitale culture. La culture c’est donc nous et surtout pas eux, ces célibataires mêmes mis à nu. Tout est clair et tout se tient toujours…]] »… Ici – nous allons avancer très vite dans une suite de découvertes mouvementées sur la conscience dans ses fondements matériels les plus réfléchis et pensés !

La-conscience-un-phénomène-historique-?

Un ambule préambule ? Les personnages cités pour dénaturer Jaynes n’ont jamais rien « produit », de…produire (faire que cela…arrive) qui …aide la vie sensible des autres…ce ne sont pas des pensées fertiles.(celle de Jaynes, oui). Et de se permettre de se la jouer « oh, nous ne voulons pas réfuter (puisque ceci reste …hors de portée de leur maigre étendue de conscience) la clarté de ses apports, nous préférons ne discuter que de conneries, à notre portée » …condamne ces moules collées à leurs rochers (ils ne sont pas aptes à juger, vu que nous les voyons juste ensevelis sous leurs préJugés !). Il en va de même avec « La diction du dictionnaire » (une immensité inconnue et INUTILISÉE est bien contenue dans le langage…celui-ci est le point d’appui qui va soulever la montagne de la trop vieille mentalité, vieille mentalité qui empêche le nouveau de respirer…librement !)…les mêmes clones à se la jouer, nous n’allons pas discuter de « ça »…en postures grotesques saisies de vieux barbons stériles ( oui, même de 20 ans) qui ont tort et se sont trompés d’époque…ils vieillissent au XIX ème siècle et nous sommes dans le…troisième millénaire…Voici qui reste l’essentiel que ces mijaurées se montrent si incapables de serrer sur leurs cœurs (est-il là au moins ?). C’est que l’Expérience de Jaynes est authentique (elle vient bien des origines) et…vécue (préhistoire incluse)…elle nous ouvre la voie (la diction du dictionnaire encore plus)…la vraie vie a donc besoin d’humains …bouleversés. Pas de chochotes chuchotées aux cœurs…éteints !

>>> Donc ? >>> ** « Dans le comics Uncanny x-men, écrit par Chris Claremont au début des années 80, l’un des mutants, la Bête, se réjouit de lire le livre de Jaynes et se demande quand sortira le film. De fait, il y a bien aujourd’hui un film, ou plus exactement une série, puisque la théorie de l’esprit bicaméral se trouve au cœur d’une récente série de HBO, Westworld. Westworld nous présente l’histoire d’un parc d’attractions futuriste construit à l’image du Far West, peuplés par des robots jouant de manière indéfiniment répétée leur rôle dans des scénarios interactifs de western à destination des visiteurs. Puis, comme toujours avec les robots, tout se détraque. Mais Westworld est plus fin et plus subtil que la plupart des « révoltes de robots » auxquelles la science-fiction nous a habitués (et certainement plus sophistiqué que le film de 1973 dont la série est tirée). C’est l’accession à la conscience qui est au cœur des épisodes.

La théorie de l’esprit bicaméral est mentionnée de façon explicite à plusieurs reprises lors de la première saison (« the bicameral mind » est même le titre de l’épisode final). L’intrigue de Westworld repose sur une idée particulièrement importante de Jaynes. Ce serait le développement de notre langage et notre capacité à la métaphore qui aurait généré un « espace intérieur » propice au développement de la conscience de soi. Le langage serait donc un obligatoire prérequis à l’acquisition de la conscience. Selon le journaliste d’Inverse, Andrew Burmon : « En présentant le concept, les auteurs de Westworld montrent clairement que les robots dotés d’IA de la série ne sortent pas de la servitude préprogrammée à cause d’un pépin ou d’un virus – comme c’était le cas dans le film original. Ils se détraquent à cause de leur exposition à un langage de plus en plus complexe [[ complexe, dans le sens qui embrasse toujours plus…d’humanité, donc de sentiments.]]»

Marcel Kuijsten, dans son interview avec Burmon, précise que « lorsque nous parlons de l’esprit bicaméral, nous parlons de cette période suivant le développement du langage, mais avant que nous apprenions la conscience. Au lieu d’un esprit-espace introspectif, nous entendions une voix dominante lorsque nous avions des décisions à prendre. À mesure que le langage s’est complexifié à travers la métaphore, nous avons développé la capacité d’introspection et, petit à petit, les hallucinations ont disparu. » En dehors du langage et de la métaphore, c’est une autre caractéristique de la conscience qui est mise en lumière par la série : la possibilité de créer des narrations avec nous-mêmes au centre. La conscience serait donc peut-être aussi la capacité de nous raconter nos propres histoires [[ si tu contes racontes le conte content de toi… ]].

…………………………********************************************

(…) Ce qui est sûr, c’est que les civilisations non occidentales ont pour la plupart abrité dans leur sein des « spécialistes » qui recevaient des messages des « dieux » ou des esprits : shamans dans les groupes de chasseurs cueilleurs, « possédés » ou « oracles » dans les sociétés agricoles. Et il est certain que la parole de ces personnes était considérée avec le plus grand sérieux, et que ce comportement était donc encouragé, alors que dans notre civilisation, il serait rejeté comme hallucinatoire et pathologique. Faut il pour autant en déduire que TOUTE la population était sujette à de genre de salubre vision ?

Dans son interview avec Andrew Burmon, Marcel Kuijsten explique que beaucoup de gens critiquent l’idée de l’esprit bicaméral parce qu’elle implique une évolution bien trop rapide du cerveau, quelque chose que la théorie darwinienne ne peut justifier. Mais précise-t-il, « Jaynes n’affirme jamais qu’il s’agit d’un changement biologique et évolutif. Il parle d’un processus appris [[ grâce aux si sains anticonformistes…]] Daniel Dennett, le professeur de philosophie, utilise une métaphore : c’est un changement de logiciel, pas un changement de matériel. C’est comme un nouveau système d’exploitation. » Sans doute, mais un changement au sein de la société et de nouvelles normes sur les comportements provoqueraient sans doute une transition encore plus rapide que le changement d’un « système d’exploitation psychologique » touchant tous les individus.

Cela semble être la différence entre le récent travail de Kugel et la théorie de Jaynes [[ telle qu’elle a été intentionnellement tronquée et sabotée ]]. Si l’on suit son interview de The Atlantic, selon Kugel, le fait « d’entendre des voix » est toujours d’actualité dans de nombreux pays : « Il cite… une récente étude interculturelle lors de laquelle des chercheurs ont interviewé des auditeurs aux États-Unis, au Ghana et en Inde. Les chercheurs ont enregistré des «différences frappantes» dans la façon dont les différents groupes de personnes ressentaient les voix qu’ils entendaient : Au Ghana et en Inde, de nombreux participants ont insisté sur le fait que leur expérience prédominante ou même unique était positive. … Cela n’a été le cas pour aucun américain. »« Ces résultats », conclut Kugel, « suggèrent que les » données « d’une société ont beaucoup à voir avec la manière dont l’audition vocale est interprétée [[ d’où le fait de ne pas entendre que rien de plus…scientifique  que « la diction du dictionnaire » par le fait que personne n’aurait pu…inventer un tel titre, s’en faire le faussaire trop tordu…non, non, cette expérience « prouve » que c’est la réalité qui dit la dictionnaire du dictionnaire (car rien ne peut se déFinir jamais les finitions, car chaque terme doit arriver à son…terme avant que les mots ne passent à la dimension au-dessus, car…)…et pas un humain spécifique – sinon qui a eu l’humilité, donc la grandeur, d’écouter, d’écouter sans intervenir avec l'assourdissant égo.]]. »

Toujours selon Kugel, il existe aujourd’hui 15 % de personnes qui ont entendu des voix au moins une fois dans leur existence (aux États-Unis, ils ont même une association). Reporté à l’antiquité biblique, et sans aller chercher un nouveau type de conscience, cela aurait fait 15 % de prophètes, ce qui aurait été largement suffisant (et peut-être même un peu trop). Évidemment, si la conscience de soi, n’est ni un phénomène biologique, ni même psychologique, mais repose avant tout sur un système de normes, cela veut dire que l’esprit bicaméral ne s’est jamais « effondré ».

…….Et il peut toujours redevenir d’actualité en cas de…

        ……… changement ou de crise de notre logiciel social. » (Rémi Sussan)

Nous pouvons redevenir aussi GRANDS que par le passé. Oui. A la fois sensuels et …sensés des sens. Rationnels mais ouverts à tout. Soit le précis contraire de cet étriqué Occident si irrationnel (son économie est, par exemple, un sommet insurpassable d’absurdités) et si peu terre à terre, si peu contingent et hyper concret, si peu attentif et…attentionné. La nouvelle civilisation si « touchante »…

…………..…a toutes chances de nous toucher. Précisément comme ceci !

……………………**************************************************

** 1) - Georg Simmel  est connu pour ses incontournables Philosophie de l’argent (1900) et pour ses essais dessinant une Philosophie de la modernité. Pas pour son « Intuition de la vie. Quatre chapitres métaphysiques » (1915). Sa genèse est pourtant prodigieuse. Il est atteint d’une maladie incurable. La Grande Guerre, désormais, fait rage…et « Il faut donc imaginer cet intellectuel aigu, qui se sait condamné, passant ses derniers moments dans une cité pratiquement coupée du monde, au cœur d’un effroyable carnage où la civilisation européenne s’effondre. Que peut-il faire ? Écrire un hymne à la vie. Puissant, subtil, démesuré.

Comment-la-vraie-vie-dépasse-la-pensée-?

Car c’est bien ainsi que se présentent ces quatre essais, rédigés par Simmel au cours de ses ultimes années. D’abord publiés en revue, puis réunis et remaniés par ses soins, ils constituent, sous le titre Intuition de la vie, une méditation qui demeure, un siècle plus tard, d’une force et d’une ampleur exceptionnelles.

Le geste central de Simmel consiste à montrer comment la vie excède continûment les cadres de notre pensée aussi bien que ceux de notre existence individuelle. Notre vie personnelle est toujours circonscrite. Pourtant, elle ne l’est jamais absolument, puisque nous en avons conscience et que ce savoir de nos limites les transcende… » - Ce que vivent et vibrent tous les esprits libres et désintéressés qui reçoivent (en échange) une vie « réussie », oui la vie intérieure qui pisse sur les simagrées maudites de la vie antisociale (nommée, grotesquement, « sociale »), faite que de mensonges et de tromperies. Bref, les cœurs purs s’évitent ces si…nuisibles pertes de temps. Pour faire quoi ?


………………….......****************************************************

** 2) – « Revenu de ses missions humanitaires avec un regard neuf sur notre société française, il a questionné chacune de ses habitudes : « Qu’est-ce que je fais et pourquoi ? à quel endroit je fais mes courses ? Est-ce que cette habitude me rend heureux ? Cette initiative est-elle pérenne pour l’environnement ? ».

Concrets-changements-:voulez-voir-le-monde-en-défi-lourd-de-sens-?

Pendant un an, Julien Vidal a ainsi expérimenté tous les jours des manières et techniques, grandes ou petites, gratuites ou onéreuses, pour avoir un impact positif sur notre planète ! La toute première est l’une des plus faciles à mettre en œuvre : coller un STOP PUB sur sa boîte aux lettres, permettant d’économiser en moyenne 40 kgs de papier par an !

Retour d’expérience sur ses actions : Crédit – One Heart (voir lien)

Il a réalisé les 100 premières actions facilement, par intuition, sur des petites choses du quotidien : installer un moteur de recherche solidaire comme Lilo, utiliser des vélos partagés comme le Velib’ pour les Parisiens, suivre des MOOC pour apprendre toute sa vie, mettre une bouteille de plastique d’1L dans le réservoir des toilettes pour faire des économies ou encore souscrire à Enercoop pour une électricité durable. Après trois mois d’expérience, il lui restait 265 actions à accomplir. L’occasion de faire le bilan sur le chemin accompli et d’organiser par grandes thématiques ces prochains objectifs : la consommation pour dépenser son argent de façon éthique, l’alimentation, les transports, la culture… ». La culture, l’authentique – le domaine humain le plus saccagé depuis tant de décennies où règnent, entre autres, les si sinistres médiocrates (les seuls qui « passent » à la télé ?). Oui la culture LA PLUS GRANDE AVENTURE de notre époque, et si mouvementée. La découvrir, la désincarcérer, la défendre, la réhabiliter, l’ensemencer, voir ses pousses pousser…que de prodiges méconnus. Que nous vivons – gratuitement – chaque jour dans un gratitude sans bornes…Oui des vies « superbement réussies » malgré les efforts gesticulés (les seuls efforts qu’ils font, ces tas de feignasses !) des médias effondrés…pour faire croire l’inverse ! Parce que ?

……………………….....********************************************

** 3) - “Depuis longtemps on a remarqué que, à l’inverse des cellules ordinaires qui composent notre organisme, les cellules nerveuses ne se multiplient pas. Vous naissez avec toutes vos cellules nerveuses et leur nombre ne pourra augmenter, elles vous accompagnent jusqu’à la mort. Ainsi, dès la naissance, la structure matérielle du système nerveux qui supportera tout l’édifice psychophysiologique de votre personne est prête à jouer son rôle, à se charger de toutes les connaissances que vous acquerrez. En d’autres termes, votre cerveau est une plaque qui s’impressionne à mesure que vous avancez dans la vie, et sur laquelle vous ne pouvez rien effacer puisque les grains qui la constituent sont toujours les mêmes. Cette particularité des cellules nerveuses est riche de signification sur la nature de la personne humaine. Point n’est besoin de faire appel à une âme surnaturelle pour justifier la conservation du moi au milieu de l’écoulement général des choses, la permanence de la cellule suffit à l’expliquer (p. 190 – Jacques Spitz – L’expérience du Dr Mops ). »

Oui ? Écrit en 1938, ceci n’a pas pris une ride – contrairement à la pacotille désincarnée de nos jours (qu’ils tentent toujours aussi grotesquement de nous voler ?) qui prend 100 ans en une heure…

…………..L’éternité sans technocratie invasive nous appartient complètement…

………………….…………………lorsque nous la vivons plus que pleinement !

 

…........……(à suivre)

.......…………………..…**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste gratitude nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 700 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

La conscience a donc une Histoire. (2/2)
La conscience a donc une Histoire. (2/2)
La conscience a commencé lorsque les dieux ont cessé… de parler - Consciousness Began When the Gods Stopped Speaking

La conscience a commencé lorsque les dieux ont cessé… de parler - Consciousness Began When the Gods Stopped Speaking

La conscience a donc une Histoire. (2/2)
La conscience a donc une Histoire. (2/2)
La conscience a donc une Histoire. (2/2)
La conscience a donc une Histoire. (2/2)
ne te mets pas ton sac à dos...

ne te mets pas ton sac à dos...

nager sous la ligne de flottaison des foules...oui ceci a été accompli.

nager sous la ligne de flottaison des foules...oui ceci a été accompli.

Nous avons cette force en tant qu’êtres humains de faire des erreurs, avec nos émotions, nos sentiments et nos décisions prétendues irrationnelles

Nous avons cette force en tant qu’êtres humains de faire des erreurs, avec nos émotions, nos sentiments et nos décisions prétendues irrationnelles

La conscience a donc une Histoire. (2/2)
« Une crise c’est quelque chose qui nous place en déficit par rapport à nos capacités de compréhension « …depuis le temps que le monde est prétendu en CRISE c’est que nous nous trompons à 99 % d’admirations…les penseurs, écrivains et artistes admirables du 3ème millénaire… ne sont pas…écoutés. Seuls d’obsolètes clones sans issue OCCUPENT l’espace public.

« Une crise c’est quelque chose qui nous place en déficit par rapport à nos capacités de compréhension « …depuis le temps que le monde est prétendu en CRISE c’est que nous nous trompons à 99 % d’admirations…les penseurs, écrivains et artistes admirables du 3ème millénaire… ne sont pas…écoutés. Seuls d’obsolètes clones sans issue OCCUPENT l’espace public.

La conscience a donc une Histoire. (2/2)
La conscience a donc une Histoire. (2/2)
La conscience a donc une Histoire. (2/2)
La conscience a donc une Histoire. (2/2)
La conscience a donc une Histoire. (2/2)
La conscience a donc une Histoire. (2/2)

Discussion of Consciousness and Julian Jaynes's Bicameral Mind Theory in Ep. 1.3 of Westworld ...morceau d'anthologie du film Westworld...

Lorsque les mal entendus mènent le monde (il y a trop de sourdingues dingues !)…What is the Bicameral Mind? Westworld's secret philosophy.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article