Si les arts reviennent c’est que l’âge bourgeois s’éloigne ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Si les arts reviennent c’est que l’âge bourgeois s’éloigne ?

Ce titre cache une toute autre réalité mais impossible de dire tout en un titre : ici, un texte entier est nécessaire ! C’est que les bourgeois jalousent tellement l’art qu’ils pensaient l’avoir enfermé dans une prison de perversions. Soit l’avoir émasculé par l’argent qui méduserait. C’est compter sans les forces telluriques avec lesquelles il a toujours été complètement lié. Et tous les humains qui ont une sensibilité ouverte sentent à quel point il y a quelque chose qui gronde puissamment. Un volcan global va jaillir. L’imposture (se faire passer pour ce que l’on n’est surtout pas est une imposture) bourgeoise va enfin se clore. La honte que son sillage d’effondrement moral et affectif laisse derrière elle va s’évaporer. La danse collective vigoureusement va revenir partout. Comme un bain de jouvence. Comme une purification commune. C’est que l’art appartient, surtout et avant tout, à qui l’aime de toute sa spontanéité. Sans rien calculer comme sans rien retenir de ses élans sincères. En disant que…nous passions avec nos passions…et que tout va se réouvrir. Et la peinture appartient aux peintres ou la littérature aux vrais écrivains. Sombrer dans le ridicule de produire des paperasses de faussaires qui jouent au simulacre dérisoire : je dis que cet art « m’appartient » sans l’aimer de tout moi, sans savoir le chemin qui y conduit et sans m’agrandir jusqu’à ce que je sente comment le transmettre dans son son le plus pur. Actes de contrefacteurs qui se prétend exclusif, soit excluant tout le monde de cette possession – qui prend tous les traits de ce qui fait tout mal, fait du mal et finit mal. De cette possession plus qu’insalubre qui crame qui s’y serait rabaissée (puisque qui y prétend posséder est en fait…possédé !)…

 

L’art est une qualité qui amplifie tout ceux/celles qui s’en approchent. Son son le plus pur entre alors en vibration avec le meilleur de chacun-e. Le cacher à sa fonction cathartique c’est commettre un crime contre l’Humanité. Prétendre le posséder pour soi seul est bien l’acte d’un-e nihiliste haïssant le genre humain – oui, cet ennemi frontal de la société qui ne peut plus tolérer de telles subversions (même si elle l’a fait jusqu’à ce jour). Les anarchistes capitalistes qui veulent dissimuler aux yeux et aux cœurs des autres ce qui appartient à tous se  seront conduit de la manière la plus répréhensible qui soit. Ils ne sont que liberticides : leur déguisement se retourne contre eux…Les sanctions les attendent de pieds tranquilles…

 

Finalement, aucuns faux actes de fausses propriétés ne pourront supplanter cette simple vérité. Aussi ? Ces soudards, sans cesses ivres d’argent sale, pensaient avoir ligoté définitivement l’art. Réduit à se recroqueviller douloureusement, coupé de ses racines. Ils se sont trompés. Ses racines l’ont retrouvé. Les arts tout entier se redressent de toute leur colossale grandeur. Et dans une joie que plus rien ne peut décrire. La source qui les ressourçait tout le temps a su retrouver le chemin vital. La vulgarité bourgeoise (cette hideur qui souille tout de ses indéfendables cupidités) a, enfin perdu…De nouvelles histoires secrètes abondent (référence à « l’histoire secrète du XX ème siécle (Lipstick traces) » de Greil Marcus qui a prouvé que les prétendus participants « essentiels » à l’Histoire n’ont pas vraiment été ce que la fake histoire (la si fausse histoire officielle) voulait faire croire….les vrais ferments étaient, très souvent tout autres. Méconnus ou plutôt inconnus (mais leurs traces demeurent ineffaçables)… L’essentiel étant de ne pas perdre le fil avec eux/elles. Gagner un temps infini c’est de comprendre qui…influence vraiment (et il est possible d’influencer sans même dire un mot !)…Tout comme le Reiki (dont il n’est pas le lieu de vérifier la légitimité ici) qui présente, de chaque maître Reiki, sa filiation jusqu’à son fondateur Mikao Usui (le premier à former) – il s’agit de suivre les véridiques influences. Bon ici. Puis là. Puis là encore. Puis toujours là…c’est vital pour le futur de l’espèce humaine. Puisque du passé, il est rare que tel religieux, politicien ou financier fasse œuvre de grand potier des jeunes esprits et des jeunes cœurs. Sculptant leurs vies par des chemins si secrets que peu d’humains en prennent pleine conscience (disons pour choquer que ce sont peut-être 95 % des médiatiques actuels qui seront oublié à la seconde !). Non, non, pas eux ou leurs clones… ce seront des rencontres, des êtres qui n’ont besoin d’aucun média truqueur (surtout pas !) pour briller, des écrivains, des artistes, des esprits forts, des humains infiniment sociaux, des mains vertes, des grands de la Nature, des empathiques, etc. qui vont former en inFormant juste les sonorités les plus profondes de l’enfant-pousse. Ces sonorités qui durent toute une vie.

………………………......************************************

Ceci est ainsi. Il est possible d’admirer ces êtres – de les jalouser si maladivement comme les bourgeois indignes, non. Suffit d’apprendre, de mettre (au début) ses pas dans les leurs – inutile de les saccager barbarement, il n’en est pas plus appris/compris après cela : en fait bien moins ( La bourgeoisie est une grave maladie du savoir vivre concret). Puis de vérifier la réception en reformulant tout sans effort, afin de devenir sûrs que nous avons fait mûrir notre part reçue de la transmission. Ensuite, nous pouvons avancer autonomes. Quitte, si nous devenons aussi giants qu’eux/elles, d’assumer l’art plus que difficile de…transmettre à son tour. Le fait qu’il soit possible de synthétiser ceci devient (d’ailleurs) la preuve que l’enfumage toxique qui tentait de séparer tout le monde de tout le monde, de semer partout les perversions anti-communicatrices, de multiplier confusions et malentendus (qui avait duré un certain nombre d’années) est enfin crevé, percé, oui vaincu. Et que l’indigne règne, si cruellement barbare de tant d’insensibilités (jamais de réPublique, de vibrations collectives, d’amour social, d’essors démocratiques chez ces monstres glacés. Monstres devenus à coups de jalousies malsaines et de perversions toujours plus cupides (marques de la lie de l’Humanité non de ses élites)) – oui ce hideux règne est clos. La perversité s’élucide ainsi : si je ne suis pas artiste je vais m’approprier plus qu’illégitimement la qualité d’autres, je vais empêcher (à coups de médias pervers) les grands cœurs de communiquer en direct avec les grands cœurs. Je vais calomnier tout le monde, tout salir, rabaisser tous les humains  – créant, ainsi, mon empire de tristesses et de dégoûts…Donc ? Les cœurs brisés seront les premiers à recevoir une voix d’airain afin de faire retentir…ce qui n’a jamais encore été prononcé…. Oui l’art renait PARCE QUE ce règne si vil finit !

La-vie-intérieure-est-le-plus-grand-trésor-

La civilisation reprend son immense cours (peu de chance que la politique, la finance plus que folle ou les médias obsolètes en fassent, en un premier temps, partie). Comme ceci :

 

Bihor-couture-Dior-une-illégitime-appropriation-culturelle-de-la-beauté-roumaine/

 

« Il s’avère qu’une des vestes créées par Dior présentait une étonnante similitude avec la veste traditionnelle de Bihor. La différence, c’est que la maison de couture vend la sienne pour la modique somme de 30 000 euros, tout cela sans aucun dédommagement versé à la communauté de Bihor, puisque Dior n’a jamais crédité la source de son inspiration (qui, plus humainement, et pour le moment, demande 500 € maximum pour ces petits chefs d’œuvre !)…Cette image illuste-t-elle comment la bourgeoisie souille les meilleurs apports de l’Humanité ? Il semblerait : l’Histoire, la vraie, laisse trop l’image de ses pratiques de vil razzieur, pillard ou soudard inculte : prendre ne rend pas digne de l’objet ou de la qualité que l’on prend ! Les témoignages reçus par le blog, amènent même à la conscience collective : « Même chose pour les parfums où, au Caire, des essences de parfums hors du commun sont, parfois, intégrées telle quelles dans des parfums « étiquettés » avec un marketing (soit juste un…« emballage » tricheur en fait) énorme et un prix aussi insensé. Ou bien à Istambul où des spécialistes du cuir se voient proposé de tels achats par de grandes marques de couture : livrer sans aucune possiblité de vérifier l’origine, pas d’étiquette, pas un signe particulier…ensuite leur labeur hors du commun sera de…coudre leurs propres étiquettes sur ces blousons ou vestes, etc. de cuir, artistiquement, confectionnés (je le sais j’en ai une !) bien ailleurs et pas par eux. Et donc ? Il est dommage que l’arnaque insupportable de la mode (sur ce mode dictatorial je DIS ce qu’est la mode. Et vous ? Vous payez et vous taisez ! Rien d’autre…) continue à fonctionner aussi salement. Car ? Il y a tant de talents somptueux  qui sont stupidement gachés (pour la global, la totalité de la société – clair que les prétendus hommes d’affaires ne connaissent RIEN aux affaires : ils te bousillent un montagne juste pour voler une souris !). Leur mauvaise monnaie l’emporte. Et, depuis souvent, la médiocratie (celle qui sera toujours incapables de faire germer une nouvelle civilisation) nous envahit. Les forces vives de la vie (celle qui nous enveloppe) n’en peuvent plus : les arts vont se soulever de nouveau mais pour la révolution des mentalités, celle qui submerge tout sans que les si arriérés bourgeois ne s’en rendent compte !

 

« J’explique que dans le monde de mon enfance, construire son identité masculine […] ça voulait dire résister au système scolaire, ne pas obéir au prof, résister à l’école, éventuellement insulter les profs. […] Être masculin, ça voulait dire s’exclure du système scolaire et donc s’exclure d’avoir la possibilité d’avoir des diplômes et donc s’exclure d’avoir un autre futur, d’avoir un autre destin, d’avoir une autre vie […]. Et on voit très bien que la question de la masculinité, de la domination, de l’homophobie, puisqu’être un vrai garçon c’est ne pas être un pédé ; que tout ça, ça peut produire de la pauvreté économique. »

Ne-laissons-plus-la-mobilité-au-marché

 

Le journaliste poursuit en demandant à Édouard Louis comment faire pour se soustraire aux « verdicts » :  « J’ai l’impression de m’en être sorti presque par accident : c’est pas de ma faute si je me suis enfui, si je suis devenu libre. Quand j’étais enfant, je n’arrivais pas à correspondre avec mon milieu, parce que j’étais un enfant gay dans un milieu où les valeurs masculines étaient ce qu’il y avait de plus important, et je n’ai pas eu d’autres choix que fuir. Alors que quelqu’un comme mon père n’a jamais eu la chance, l’occasion, la possibilité de fuir, il était écrasé par la politique. » 

Qui a tué mon père [[ la réponse est l’argent fou secondé par les politiciens égarés !]] — le podcast de l’émission est disponible sous le titre très zolien « Édouard Louis accuse ». L’écrivain nous livre dans un premier temps une part de sa vérité par des  énoncés sociologiques, percutants et d’une remarquable concision : le minable bourgeois va en être K.O.

………………………......*******************************************

L’art c’est la vie. Toute la vie. Et cette vie se vit ainsi : Le corps ne faisait qu'un avec les sens, tambour qui entendait les couleurs, sentait les sons, touchait les goûts, voyait les odeurs, savourait le soleil de toutes les papilles. Quant tous les parfums étaient différenciés il fallait une vibration différente à chaque fois, du nez, cheval frémissant, pour sentir l'un d'eux. Les millions de bulles de parfums dansaient. Et la langue criblée d'un millier de papilles gustatives explosait en goûts lumineux. Le palais rutilait

Jusqu'à la fleur des doigts cambrés de soleil…ou la plante des pieds enracinée et vibrée des ondes telluriques…ni l’écorce cérébrale, ni les branches des bronches – rien ne manque à la complète description de ce bon usage des corps… Aujourd'hui, les sinus solaires sont bloqués, le sauvage nez bouché. Étouffé. Respirer jusqu'au site physiologique du dit "troisième œil", ouvrir le site physiologique de la dite "troisième oreille" au son de l'univers, semblent "rêves"… 

…......... alors que ce devrait être nos pratiques quotidiennes...

Les arts n’ont absolument pas besoin de quitter le terre à terre, les vies de tous les jours, le soi-disant banal. Seul le toxique escroc bourgeois (dans le but si stupide de rafler tout le pognon des dingues) va l’extraire du réel et en faire une représentation de la présentation de sa présence même.  Arracher les œuvres des racines et les planter dans ses délires abstraits où tout va pourrir hors sol (le texte de demain abordera cet aspect crucial !)…Après avoir ressenti à quel point la barbarie bourgeoise aura souillé tant d’années les arts. Comment c’est entré (pire que les curés) dans les replis de nos vies. Les rendant, peu à peu, anti-sociales…sauf chez les résistant-e-s culturel-le-s justement…ressentons comme l’indigne bourgeois (qui ne provoque que des indignations) souille tant la Nature…nous venons de ressentir le véridique art de vivre, celui des vrais civilisés. Recevons, maintenant, le témoignage d’un ami amérindien !

« C’est trop facile d’être blanc dans ce monde. Pour eux, ce qui compte, c’est l’argent et ce qu’ils appellent les plaisirs de la vie [[ ils ne parlent que d’eux, moi moi moi se noyant, au final, dans l’insipide néant de leur égoisme ]]. Alors que pour nous, le plaisir, c’est cette vie qui nous entoure. La vie, c’est l’herbe qui pousse, ce sont nos proches, les nuages, les oiseaux, toutes les choses vivantes qui font notre famille. C’est cela la beauté.[[ ce pourquoi les si attardés blancs se sont permis de massacrer ce qu’ils étaient incapables de comprendre.]]"...N’empêche que ces indiens ont maintenu le son pur du Nous. Donc de tous les arts…sur la longue distance l’escroquerie bourgeoise ne pouvait que mal finir. Mais que pour eux/elles…et…à part (sans entrainer la majorité des humains dans leur chute). Magistrale déMonstration (celle qui nous fait sortir de l’antre des monstres !). C’est l’œuvre des résistant-e-s culturel-le-s : un jour nous comprendrons comment ils ont fait !

Russel-Means-un-grand-indien-d'amérique

 

C’est si facile d’être blanc [[ en fait, cela devient un laisser-aller trop nocif, un effondrement sur soi-même qui nous dérobe tout de la vraie vie ]] de ne penser qu’à l’argent [[ cette fausse monnaie de la vraie vie !]]. On commence alors à mettre des barrières autour de sa maison. Des barrières autour de sa ville. Des barrières autour de son pays. En fait, on met des barrières autour de soi-même. »…et, ainsi cet humain blanc – qui aura sans cesse trahi toute l’Humanité, ne pouvant jamais toucher à l’universel donc à l’éternité ni au global de tout – aura vécu toute sa vaine vie dans la PRISON de ses idées folles…Oui carrément folles – puisque le bourgeois illégal (bref, il semble être cocu de partout, roulé dans la farine de son manque complet de savoir vivre !), empêchant les arts de déployer leurs immenses savoirs, ne pouvait pas comprendre que ces mêmes arts…

 

Se sont tournés vers toutes les sciences, l’économie, la politique politicienne, le Droit, le management, la comptabilité, la polémologie, etc. oui tout, le moindre aspect de la vie quotidienne afin de tout subvertir…Subvertir dans le silence de l’œuvre immense à réaliser, concrétiser, rendre réelle…

 

........Bref, ils n’auront plus jamais prononcé le mot Art

 

………………..mais avec quel art ils/elles nous ont changé la vie « 

 

 

 

Comment-les-humains-ne-supportent-pas-la-grandeur-de-l'espèce

…………(à suivre)

...……………………….…....**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuitshttp://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration, ce qui est bien pire

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 800 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

En Roumanie quelques centaines d’€ (de 6 à 500 €) - Dior 30 000 € oui le… même

En Roumanie quelques centaines d’€ (de 6 à 500 €) - Dior 30 000 € oui le… même

Si les arts reviennent c’est que l’âge bourgeois s’éloigne ?
Si les arts reviennent c’est que l’âge bourgeois s’éloigne ?
Si les arts reviennent c’est que l’âge bourgeois s’éloigne ?
entrefilet qui prend toute la page…

entrefilet qui prend toute la page…

Comment l’image peut mettre fin à la femme objet ? En exagérant jusquà la gêne mais sans tricher avec la vérité !

Comment l’image peut mettre fin à la femme objet ? En exagérant jusquà la gêne mais sans tricher avec la vérité !

Se rendre compte qu'on véhicule des clichés c’est s’abstenir de continuer !

Se rendre compte qu'on véhicule des clichés c’est s’abstenir de continuer !

L’écrivain a la capacité de nous toucher intimement avec des mots que nous serions, nous-mêmes, incapables de trouver.

L’écrivain a la capacité de nous toucher intimement avec des mots que nous serions, nous-mêmes, incapables de trouver.

de Jonk

de Jonk

Le regard glacé de l’argent ne découvrira jamais, par lui-même, une œuvre d’art…si on ne lui a pas montré avant !

Le regard glacé de l’argent ne découvrira jamais, par lui-même, une œuvre d’art…si on ne lui a pas montré avant !

Si les arts reviennent c’est que l’âge bourgeois s’éloigne ?
Si les arts reviennent c’est que l’âge bourgeois s’éloigne ?
Début d’existence officiel du Reiki : 1922  par Mikao Usui

Début d’existence officiel du Reiki : 1922 par Mikao Usui

La qualité surpasse de si haut la quantité que celle-ci se soûle toute seule. Voyant double ou octuple…A se croire si multiple alors qu’elle n’est que peu de chose !

La qualité surpasse de si haut la quantité que celle-ci se soûle toute seule. Voyant double ou octuple…A se croire si multiple alors qu’elle n’est que peu de chose !

Si les arts reviennent c’est que l’âge bourgeois s’éloigne ?
Si les arts reviennent c’est que l’âge bourgeois s’éloigne ?
Si les arts reviennent c’est que l’âge bourgeois s’éloigne ?
princes de tant de paysages délaissés

princes de tant de paysages délaissés

Oxygene - The Ocean

L’histoire secrète du XX ème siécle (Lipstick traces) de Greil Marcus

Aude de Kerros, L'imposture complète de l'art contemporain : du seul faux discours de la finance !

L’homme blanc dit qu’il faut exploiter toutes ces choses pour en tirer du plaisir. C’est du vain égoïsme qui tue ce qu’il prétend aimer. Donc est bien incpable d’aimer !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article