Le progrès sera non technocrate

Publié le par imagiter.over-blog.com

Le progrès sera non technocrate

L’imagination vient du cœur. Les technocrates congelés semblent n’en avoir aucun. Et persistent à penser que c’est un atout ! Et, pourtant, tout semble bien en train de les contredire flagrant…Et si la ville de demain s’inventait sans robots, ni 5G, ni bus sans chauffeur ? Oui dans les friches, squats réaménagés et autres zones d’urbanismes transitoires qui poussent partout en (Île-de-)France ? Puis ?.... « Le futur du vivre-ensemble semble plutôt s’écrire façon low- tech [[donc pas rejeter toute la technologie mais ramener son arrogance si nuisible à sa juste part – soit bien moindre ! Non, pas du tout la première…elle passe après !]], à grand renforts d’ultra-local [[ de social très sociable ]], de déconnexions et de rendez-vous IRL. Pour en avoir le cœur net, Millie Servant, en charge de la communication numérique pour Cap Digital & Futur.e.s Festival, est allée visiter le nouveau spot (dé)branché du moment : la Cité Fertile de Pantin, qui doit ouvrir le 15 août.

 

La-cité-fertile-de-Pantin-:-les-tiers-lieux-ne-sont-surtout-pas-une-affaire-de-bobos

« Première loi dans notre écosystème : celle de la Nature. Ce qui vient de la terre retourne à la terre. Lors de notre première visite du chantier en mars, la Cité n’avait de fertiles que ses idées. À peine plus de quatre mois plus tard, l’espace s’est tant métamorphosé que la verdure semble avoir littéralement surgi d’entre les pavés. Au total, 200 espèces d’arbustes et de plantes ont pris racine dans les 200 m3 de terre fertilisée et 30 tonnes de compost venues d’Île-de-France, et ce ne sont pas moins de 20 bacs de récupération d’eau de pluie qu’il a fallu installer pour tout arroser. Les pavés délogés, quant à eux, ont été réutilisés aux abords des espaces verts.

Une serre verticale de 800 m2 viendra bientôt compléter le tout en offrant un lieu de production agricole verticale pour les habitants du 93. L’espace fera d’une terre deux coups puisqu’il isolera le bâtiment, phoniquement et thermiquement. Pour Sinny & Ooko, le réemploi est le seul (re)cycle qui vaille. Et l’équipe n’en est pas à son banc d’essai puisque la Recyclerie et le Pavillon des Canaux tournent depuis longtemps à l’énergie de seconde main. Pour habiller la Cité, les poutres du chantier voisin et des vestiges de scénographie de festival ont rejoint les chineries d'Emmaüs [[le réemploi économise l’emploi et les pillages inadmissibles que sont les gaspillages s’éteignent : toutes les preuves faciles s’accumulent. La société de consommation est inadmissible de A à Z. Mais comme elle est l’aliénation suprême, la sortir de son cercle vicieux se fait sans lui demander son avis. Les technocrates ne savaient donc gérer que les répétitions, refaire ce qui a toujours raté, se rapetisser chaque jour, cumulant les marques de leurs inaptitudes à se faire prendre au sérieux. A part porter l’uniforme-pour- insulter du costard-cravate, ils n’ont jamais montré une seule initiative. Ils nous enfoncent dans les impasses et ne nous en sortent plus jamais !]].

(…) Mais les tiers-lieu ne sont pas (seulement) des pansements sur un déficit de politique sociale et solidaire à grande échelle [[ œuvre si nocive des technocrates fous qui croient que nous pouvons vivre sans société, sans social ni sans sociable…les nihilistes vraiment ennemis de la civilisation ce sont eux !]]. Ils ne sont pas non plus (seulement) des espaces pour parisiens en quête d’aventure bohème ni des outils de gentrification. À titre d’exemple, Grands Voisins a contribué à loger 600 sans-abris, Soukmachines a permis à 82 artisans de bénéficier de locaux à loyers réduits, le Centquatre a offert ses espaces aux danseurs hip-hop du quartier… La Cité Fertile quant à elle promet déjà de loger gracieusement des dizaines d’entrepreneurs du 93, de leur offrir l’accès à une serre, de former et mettre en réseau les futurs coordinateurs de tiers-lieux et de proposer une offre culturelle à bas-coût (voire gratuite) pendant 3 ans au cœur de Pantin. Et si tout ça se fait en vendant des bières IPA et DJ sets à quelques babtous branchés, alors quoi ? Est-ce vraiment un souci que le DIY, l’ultra-local, l’open source et l’esthétique alternative aient le vent en poupe ?

Comme l’explique Arnaud Idelon dans Makery, « la scène française des tiers-lieux pourrait (...) continuer à être un espace de pensée et de réflexion sur l’innovation, la place de la culture, l’économie collaborative, la fabrique des territoires, qu’ils soient urbains ou ruraux. À charge pour elle de rester militante, en défendant ses valeurs de partage, de progrès [[ le vrai, le non technocrate ]], de développement de soi et d’une communauté [[ qui doit se mettre en commun comme le nom le souligne avec abondance]]. »…La société sociable (l’associé-té) n’est pas encore coincée, elle conserve toutes ses marges de manœuvres, dans ce monde où l’inertie est en train de gangrener tous les conflits d’intérêts en intérêts des…conflits qui immobilisent tout !

………………………………….***************************

La-démocratie-évolutive-:-restituer-la-démocratie-à-la-societe-civile

Michel Laloux nous prévient : la civilisation post-industrielle tarde à se manifester. A cause des inerties pandémiques diffusés par les faux dirigeants qui ne font, systématiquement, que ce qu’il ne fait surtout PAS FAIRE. D’où les impasses actuelles : sauf si nous faisons un pas de côté et détectons que les vraies élites sont…ailleurs. Une élite inerte (comme celle que les médias d’argent fou osent nous présenter) ne peut être élite…Car « Nous sommes pris en tenailles entre un État basé sur des formes antiques et une économie dévastatrice parce que détournée de sa fonction première par la spéculation gangstérisée. Laloux nous invite à nous libérer des modèles anciens de gouvernements qui usurpent le nom de démocratie et à oser penser des outils économiques au service de l'humain. Prenant l'exemple de l'éducation, il montre qu'un autre service public est possible, au sein d'établissements qu'il appelle les écoles de la Société Civile, lieux d'exercice d'une citoyenneté de terrain animée par les acteurs de l'éducation. » À travers cette métamorphose des services publics, on voit se dessiner le passage d'un gouvernement unitaire à une gestion des affaires publiques par la société civile. (retour de la Commune si unitaire et sachant dynamiser toutes les compétences dans un but commun comme Commune ). Quant à l'économie, la spéculation la rend malade. On ne la guérira qu'en sortant du domaine des marchandises quatre éléments qui n'ont rien à y faire : le capital, la monnaie, le foncier et le travail.

………………..……………….**************************************

Appel-à-fonder-le-Parc-national-de-Paris

« Si l'on veut sauver notre civilisation de l'effondrement écologique, il est urgent de transformer les centres hyper-urbains en parc nationaux [[ les villes-forêts en sont les avant-gardes !]]. De se rappeler que la civilisation n'est pas dans l'infrastructure (la ville), mais dans la vie qu'elle soutient : la biodiversité présente et future [[ qui rejoint la…sociodiversité. La folie de la pensée unique, celle qui fuit tout débat, aura masqué à quel point la diversité est salvatrice. Surtout pas tous pareils. Obéir aux oligarques c’est mourir tout de suite : plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper. Leur opinion qui empêche les autres n’a donc plus cours !]]. Et Paris a tout pour montrer la voie. C'est en tout cas la conviction de Michel Maruca, jardinier et lecteur / contributeur d'Usbek & Rica, qui lance ici un appel à créer le parc national de Paris.

Le XXIe siècle fera de Paris un parc national urbain : il ne peut en être autrement. Paris deviendra une ville zéro déchet [[et zéro-gaspillage : l’un ne doit plus aller sans l’autre]] (à l'image de San Francisco, dans la vidéo ci-dessous), aux émissions carbone négatives et bilan en biodiversité, lui, positif. Ceux qui souhaiteront se baigner ou jardiner n'auront pas à fuir la ville. Ils nageront dans la Seine et cultiveront les terrasses de leurs propres immeubles. C’est que sans l’avènement, durant le XXIe siècle, d’une telle relation exemplaire à l'environnement, notre futur disparaitrait. Et comme le XXIe siècle, c’est justement notre siècle, autant commencer ce travail dès maintenant ! Lançons dès aujourd’hui ce futur positif : le parc national de Paris.

Les parcs nationaux : par monts et par villes : On peut faire remonter l’histoire des parcs nationaux à George Catlin. Il proposa dans les années 1830 que la nation consacre un territoire à la relation que les amérindiens nouaient avec leur environnement vivant. C’est John Muir qui va convaincre en 1903 son président, Theodore Roosevelt, de créer un premier parc (malheureusement, entre temps, la population amérindienne s’était effondrée). Les Parcs Nationaux prirent ainsi leur envol, de territoire en territoire, sublimant les particularités de chacun.e : ici des territoires délaissées, là des zones habitées, certains exaltants, d’autres plus repoussants, avec des monuments naturels ou artificiels ; des parcs lointains tout comme donc, ce qui nous intéresse maintenant, des parcs urbains. Le point commun entre tous ces parcs est l’exemplarité qu’ils incarnent pour la nation.

 

La politique française en matière de parcs nationaux est l'une des plus exigeantes au monde. Elle consacre un seul parc national par type de paysage. Celui des Calanques apporte protections et compétences aux bords de mer péri-urbains, dont quelques quartiers de Marseille. Il fut créé en 2012 après 20 ans de travaux. Il a pour mission de préserver les patrimoines culturels comme l’escalade, la plongée ou l’agriculture autant que la biodiversité sauvage, tout en rendant le tout compatible avec les générations futures. Ce parc montre l’élasticité de l’idée de parc national et rappelle qu’il manque toujours à cette palette de parcs français celui dédié au paysage hyper-urbain. Un manque que notre siècle doit désormais combler rapidement [[Comment ? en s’inspirant. Et en innovant…]].

L’inspiration de Londres : Y sont présentes à gogo des espèces emblématiques (des centaines de cerfs, des milliers de renards, des phoques et baleines revenant dans la Tamise, des oiseaux préférant Londres à la campagne). Cette relation incroyable de Londres au vivant est telle, qu’en 2019, son maire Sadiq Khan fera officiellement de sa ville la première cité parc national au monde. Il veut s’appuyer sur ce patrimoine pour diriger sa population vers l’écotopie. La mairie cherche par exemple à piétonniser Oxford Street, l’équivalent londonien des Champs Élysées, à mettre en place des autoroutes à vélo, à rendre la Tamise totalement propre, à créer des immeubles pro-biodiversité à énergie positive [[ contre l’effet de serre]]. Le travail est gigantesque et la bataille rude. Le concept de cité parc national ne pourra donc qu’aider.

Paris et sa nouvelle ontologie : Paris n’est bien sûr pas Londres mais présente un avantage décisif : une nouvelle ontologie. Une ontologie est un sens universel, un concept reconnu sur lequel les actions quotidiennes, petites ou grandes, et donc le futur, peuvent s’appuyer. Un parc national urbain habité ne peut que reposer que sur une nouvelle ontologie. Sans cela, on prendrait le risque d’aboutir avec lui à une régression plutôt qu’une progression. Adouber un hyper-centre pourrait faire croire qu’on aime le béton. C’est bien sûr autre chose qu’il faut viser : le parc national urbain doit souffler au monde que les immeubles, les infrastructures ne sont pas de la civilisation mais seulement des supports à la civilisation. La civilisation, ce n’est que la biodiversité, toute la biodiversité, rien que la biodiversité en incluant surtout celle des générations futures ! Il faut donc une ontologie marquée pour lancer le parc national urbain et c’est exactement ce qu’a créé le vote du 26 octobre 2016 à Paris.

Ce jour-là, la ville de Paris a attribué à la biodiversité la citoyenneté
d’honneur. En donnant le droit de cité à tout être vivant, Paris a amendé ici sa propre définition millénaire de la cité. C’est exactement l’universalisme que l’on attendait pour sortir de la dystopie actuelle, celle qui veut croire que l’homme aurait pu se développer en solo [[ sans la Vie et sans la Nature…dans une bulle extra-terrestre complète – celle illustrée par les faux dirigeants toujours archi-minoritaires et les technocrates plus que coupés de toute réalité ]]. Il s’agit désormais de comprendre dans notre développement celui de la biodiversité entière [[ dont nous ne sommes pas le sommet « séparé » mais un rouage « inséparable » qui a le devoir radical de solidarité avec toute la chaîne vivante – si les dirigeants fous préfèrent la folie abstraite de l’économie financiarisée sans liens humains au lien essentiel avec la Nature nourricière et régulatrice – il s’agit, alors, de les placer sous tutelle pour incapables majeurs !]].

Demander un Paris exemplaire, à respirer sainement même dans l’hyper-centre, une Seine où l’on peut se baigner, des oiseaux pour se laisser enchanter, des arbres pour s’ombrager, des balades et des sports extérieurs à volonté, une relation généreuse avec nos générations futures n’est pas illégal, au contraire [[ c’est de ne pas le faire qui est illégal…comme une grande partie si illégale des décisions politiciennes…non représentatives !]]. Notre loi dit qu’« un parc national peut être créé [...] lorsque le milieu naturel [...] et, le cas échéant, le patrimoine culturel qu'ils comportent présentent un intérêt spécial [...] ». Paris tombe dans ce cadre. >> - Pour que le futur démarre, il faut l'exprimer !...Voilà donc un futur et un parc national urbain qui n’attendent que d’être lancés. Et si le parc national des Calanques a pris 20 ans pour se faire, la génération qui doit lancer celui de Paris n’est donc que la nôtre. C’est bien à nous d’exprimer ce souhait légitime de bien-être futur, de cadre de vie urbaine exemplaire. Le ministre de la Transition écologique nous invite d’ailleurs à formuler ce genre de « changement de tropisme, de grammaire, de mots ». Que celles/ ceux qui arrivent à associer exemplarité écologique et ville, à imaginer ce futur positif s’expriment donc ! Nous pouvons pour cela adresser cet article ou rédiger notre propre missive aux premiers concernés : sur le site de la mairie de Paris, celui des parcs nationaux de France, du ministère de la Transition écologogique, ou sur leurs réseaux sociaux respectifs. »…Toutes les saines décisions ne peuvent que quitter les routes de désert des égarés technocrates (qui ont viré clairs…irresponsables !)…Ce blog a rassemblé tant d’autres exemples, réussites locales, pensées fondatrices et actes pionniers qu’il suffit d’en faire la synthèse…pour que tout PRENNE sens. Se solidifie le sens. Embrasse toute la réalité (sans en rien oublier) de sens. Si les technocrates sont insensés, nous sommes les sensés censés réparer leurs monstrueux dégâts !

…………………………….****************************************

Tous les porteurs de projets (comme disaient les technocrates), les animateurs des friches, les dynamiseurs de l’économie réelle ne se retrouvent plus dans la technocratie, complètement…dépassée (à tous les sens du mot). Technocratie trop occupée à régresser partout et à contredire tout ce qui reste rationnel. Bref – ce sont les rejeté.e.s des technocraties qui commencent de sortir la société de la panade. Et en grand. Après la Zad de NDL où les décideurs ont été perçus comme des « cancres » par rapport à leurs incompréhensions crasses des dynamiques si vertueuses engendrés par ces humains…nettement en avance (eux) – Ici, nous avons rencontrés de semblables réhabiliteurs des scandaleuses friches industrielles abandonnées lâchement, malproprement et illégitimement par ces mêmes… technocrates (toujours réparer leurs dégâts, que c’en est lassant…) !

Ces nouveaux véridiques devanciers revitalisent les impasses des hors réel, redonnent vie aux tissus locaux, refont société, relient les hommes aux hommes – pendant que les faux dirigeants désorganisent et détruisent la société – en grands nihilistes et prédateurs antisociaux qu’ils sont…non, la comparaison n’est vraiment pas…

………………………………en leur faveur !

 

 ….........…(à suivre)

 

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que la solide solidarité nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 3  "Nul n'est  nul",  "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?»  et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ;  et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (Qui a démuni les démunis ? Qui a déshérité les déshérités ? Qui s'est emparés des désemparés ? Qui a détressé les détresses ? Qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs ? S’il y a endettés, ils sont toujours précédés des endetteurs. Pas de travailleur clandestin qui n’ait été créé par l’argent clandestin. Et sans capital au noir pas de travail au noir,  etc. Tout se tient et les causes ne pourront plus échapper à l’implacabilité de la logique. Le règne moral des trop riches vient de s’effondrer), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration, ce qui est tellement pire.

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 800 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Le progrès sera non technocrate
Le progrès sera non technocrate
La Cité Fertile, imaginée par Sinny Ooko, ouvre ses portes ce 15 août dans une ancienne gare de Fret de la SNCF LP/V.T.

La Cité Fertile, imaginée par Sinny Ooko, ouvre ses portes ce 15 août dans une ancienne gare de Fret de la SNCF LP/V.T.

Le progrès sera non technocrate
Le progrès sera non technocrate
Les arts alternatifs ont le droit d’exister

Les arts alternatifs ont le droit d’exister

Le progrès sera non technocrate
Lorsque beauté et utilité se rejoignent c'est la civilisation qui revient...

Lorsque beauté et utilité se rejoignent c'est la civilisation qui revient...

Le progrès sera non technocrate
Michel Laloux

Michel Laloux

La civilisation post-industrielle en chiffres

La civilisation post-industrielle en chiffres

et en images...

et en images...

Le progrès sera non technocrate
Le progrès sera non technocrate
de Zicstar

de Zicstar

les oubliés ne le sont plus...

les oubliés ne le sont plus...

Le progrès sera non technocrate
Dans l'ex-gare de Fret, les anciennes salles de formation accueillent la nouvelle École des tiers-lieux © Milile Servant

Dans l'ex-gare de Fret, les anciennes salles de formation accueillent la nouvelle École des tiers-lieux © Milile Servant

La Ville fertile

Après réinvention de la friche - ouverture aujourd’hui d’une des portes de futur….

De la désobéissance civile au pouvoir citoyen - Michel Laloux

Les parcs nationaux de France - le film, c’est toujours la nature, le pays de campagnes ces parcs…alors Paris en parc national ?

Paris une région comme les autres ? Fins des trop abusives centralisations qui ont toujours eu tort !

2019 un parc national des forêts ?

This is Paris - Clip Officiel by Les Babtous

Pas de villes intelligentes sans tiers lieux libres et open source ! | Yoann Duriaux | TEDxReims...la débourgeoisisation de tous les concepts...!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article