L’écologie en feu ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

L’écologie en feu ?

L’écologie en feu mais un feu qui se…communique ! Les humains ne représentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant). Au point qu’ils commencent à se léser eux-mêmes, même les hors sol qui s’étaient, pourtant, éloignés des conséquences de leurs désorganisations de la société par le haut. Ces lâches insurpassables provoquent, enfin, un retour des feux qu’ils ont tous allumés par leurs superficialités, leurs incapacités à penser collectifs et leur immenses immaturités affectives (ils sont toujours à l’état de brutes barbares, en ce domaine). Par exemple, ces inexpérimentés ont traduit la mise à feu de Hulot comme un bobo narcissique - alors que là, justement, il n’a pensé qu’aux autres (ce que ces plouctocates sont si incapables de vivre !). Le cynisme de rictus se limitait à…« Il n’est pas de problème qu’une absence de solution ne puisse résoudre »** - mais le blocage intérieur qui les fait se tromper sur toutes les analyses semble bien être en train de leur péter à la gueule ! Sans qu’ils n’en prennent conscience…En croyant foutre l’écologie à la porte (comme si, magiquement, ce mot portait en lui toutes les urgences et que de l’éloigner de la vue résout tout !) - ils/elles y ont (en fait) foutu le feu ! Voyons de prés l’incendie qui se répand !

 

** Selon l’idée de Michel DROUET  sur Agoravox

>>>> - « Depuis deux millions huit cent mille ans au moins, l’espèce humaine vit sur la planète Terre. Elle mange, rit, boit, invente, aime, crée, réfléchit, se bat, fait la paix, honore des dieux ou les bannit, cherche à comprendre le monde dans lequel elle vit mais depuis un peu plus de deux cents ans, les choses ont profondément changé. Les sociétés humaines étaient jusqu’alors assez égalitaires. Elles avaient un impact sur l’environnement limité et la consommation des ressources naturelles permettait leur renouvellement. Elles vivaient en phase avec les saisons et les rythmes de la nature. Depuis, la civilisation industrielle a complètement déréglé [[…et afin d’amplifier ces dérèglements, ces détraqués exigent des « dérégulations » (plus rien de régulier), mais que pour eux seuls – donc contre les grandes majorités ! Alors que dans la Nature tout reste régulations…]] ce rapport à l’environnement qu’elle s’est employée à dominer et exploiter – encore davantage depuis la consommation massive des ressources gazières et pétrolières. Ces changements radicaux ont entrainé une double crise écologique : le dérèglement climatique et une crise majeure de la biodiversité.

Parce-que-c'est-notre-planète

On parlait il y a peu de temps encore de "générations futures" mais les crises sont désormais là, avérées, sous nos yeux et rien ou presque n’est fait pour les enrayer. Au-delà de la vague de chaleur qui a frappé l’Europe cet été, des vagues caniculaires et de très graves incendies ont eu lieu au Japon, au Canada, en Californie et en Grèce. Près de 11 millions de personnes sont actuellement en insécurité alimentaire au Sahel : c’est la quatrième grave crise alimentaire en 10 ans. Un million de personnes sont déjà touchées par les violentes inondations au Kerala.

Pourquoi ? Pourquoi cette inaction [[ et ces frénésies de gesticulations hystériques symétriques pour les inexcusables enfantillages des toujours plus de profits ! Pourquoi suragir dans ce domaine si manifestement secondaire ?]] ? Pourquoi cela continue-t-il alors que les scientifiques qui sont reconnus comme des références dès qu'il s’agit de découvertes et de progrès techniques, ont mis en lumière la réalité de ces crises, leurs causes liées aux activités humaines et aussi les moyens de s'y attaquer [[ donc ils demeurent aussi « sérieux » dans ces constats que dans les découvertes qui ne sont vues que comme pompes de cupidités pour les immenses immatures capitalistes. Trop inconscients pour pouvoir décider pour les autres…D’autant plus que leurs irrespects de voyous envers les scientifiques démontrent à quel point ils ne se respectent pas eux-mêmes !]] ? Comment admettre que face à cette urgence il y ait tant de tergiversations, de reculs, de grandes phrases suivies de décisions ridicules [[et jamais les mêmes attitudes dès qu’il s’agit d’enrichir encore plus les déjà trop riches pour qu’ils polluent toujours…plus !]], quand il ne s'agit pas de mensonges et de dissimulations ?

Parce qu’il faut dire des choses simples, vraies et dont l’injustice frappe au visage : les 50% les plus pauvres de la population mondiale est responsable de seulement 10 % des émissions de CO2 mondiales et c’est elle qui vit dans les pays les plus vulnérables au changement climatique. A l’inverse environ 50 % de ces émissions sont imputables aux 10% les plus riches [[ ces dangereuses ivrogneries ont assez duré ! Il faut diriger ces enivrés permanents vers les désintoxications…]]. Ce sont parmi les régions les plus pauvres et les plus densément peuplées que 140 millions de personnes seraient conduites à migrer du fait de l’aggravation des effets du changement climatique d’ici 2050. Oxfam a analysé qu’entre 2008 et 2016, les populations des pays à faible revenu et des pays à revenu intermédiaire faible ont été cinq fois plus susceptibles d’être déplacées à cause de catastrophes climatiques et soudaines que les habitants à revenu élevé [[ un fonds de compensation « pollueur-payeur » devrait immédiatement se voir mis en place avec une insistance qui n’avait plus existé depuis trop d’années ]]. 

Les faits sont donc injustes et têtus : ce sont les personnes les moins responsables du changement climatique qui en sont les premières victimes alors même qu’elles ont les ressources les plus faibles pour y faire face. L'incidence et l'impact disproportionnés des déplacements climatiques sont au cœur du cercle vicieux des inégalités : ils en sont une conséquence et viennent les renforcer. La question des migrations qui enflamme le débat est aussi à regarder sous cet angle : les déplacements de populations sont de plus en plus contraints par le dérèglement climatique. Ils sont à la fois inévitables et sources de grandes déstabilisations dans des régions déjà fragiles [[ et aucun politique ne daigne faire les efforts peu importants de les rendre évitables et d’assurer la sécurité des conditions de vivre !]].

Ce qui freine ce sont les intérêts de court terme [[ dont l’infantilisme sans argument ne peuvent plus que révolter à fond : rien dans le court-terme n’est …sérieux. C’est précipiter les choses parce qu’il y a bien trop à cacher. Donc de l’escamotage haletant qui s’appuie sur des…recéleurs aussi délinquants que le court-terme ! Que du répugnant, en général…]] de ceux dont le cynisme n’égale que la lâcheté face à leurs responsabilités. C’est le cas de certains dirigeants politiques. Seront-ils un jour jugés pour crimes contre l’humanité ? Car c’est bien l’Humanité qui doit faire face à ces crises. L’action politique, qui n’est pas réservée aux dirigeants peut changer les choses [[ donc SANS eux !]]. Mais elle ne l’a pas encore fait. 

Si les décisions à la hauteur des enjeux n'ont pas encore été prises, c’est que ceux qui sont aux postes de commande ne veulent pas en faire un agenda à la hauteur de l’urgence [[ « ne pas vouloir » engage la responsabilité et la responsabilité engagée ouvre aux sanctions déterminées !]] et qu’ils mettent jour après jour des bâtons dans les roues de ceux qui agissent [[ procédés de ceux/celles qui ont tort et donc créent des torts !]]. Le discours sur les petits pas est vain. C’est à peu près comme si on disait à un ingénieur qui devait faire décoller une fusée vers la lune : "Tenez, on vous donne un moteur de 2CV, on peut pas faire plus".  S’il répondait que ça ne fonctionnerait jamais, on lui dirait qu’il devrait déjà être content d’avoir un moteur, que c’est déjà bien et qu’il est un insatisfait idéaliste [[ et donc les niais qui nient la réalité flagrante « doivent être contents » d’être délestés de leurs fonctions, interdits de décider pour les autres – normal, ceci est une symétrisation…équitable !]].

C'est pour cela que le combat mené doit être simultané : contre la crise écologique ET contre les inégalités. Refuser la perte de biodiversité et la pauvreté. Changer radicalement de politique énergétique et de politique fiscale. Financer l'aide au développement, lutter contre les paradis fiscaux et pour une agriculture respectueuse des paysans et des sols sont les deux faces d'une même pièce. »

……………………..***************************************************

Déforestation-et-inondations        images de la dévastation évitable !

Marche-pour-le-climat-du-8-septembre-2018

« J’espère que mon départ [[ de feu ]] provoquera une profonde introspection de notre société sur la réalité du monde. » Eh bien, visiblement, ses mots ont été entendus. L’événement organisé en écho à ce départ, cette Marche pour le climat, a déjà enregistré plus de 50 000 réponses ! [[ au 31 août ]] « La démission de Nicolas Hulot doit nous faire prendre conscience que seul le peuple peut remettre la lutte contre le réchauffement climatique au centre des priorités de nos dirigeants ! » L’idée ? Si les autorités ne veulent pas bouger, bousculons-les ! »…Voici du faux burn-out des écologistes : c’est un véridique burn-in en réalité. Il a été mis le feu à leurs cœurs. Ne reste qu’à espérer qu’ils pensent tellement plus aux autres, à tous lers autres. La preuve en sera l’entrée dans N.R.V. (Noir Rouge Vert). L’unité des 3 grands courants des sensibilités humaines qui devraient, enfin, se forger dans la même forge d’un BUT commun : changer les inerties au pouvoir qui empêchent tout ce qui doit être fait de l’être. Et que, seul, un mouvement mouvementé et archi majoritaire peut…amplifier. Soyons N.R.V. et nous sortirons enfin de l’embourbement collectif !

Il-répond-à-Nicolas-Hulot-en-lancant-une-Marche-pour-le-Climat

 « C’est aux citoyen.ne.s de se prendre en main. L’événement doit à tout prix être à la hauteur de l’enjeu. Le 15 septembre, passons le balai sur notre planète ! »… Comme les hors sol ne s’occupent plus de rien de…sérieux – reprenons tout ce qu’ils ne font plus en main. But zéro déchet, faisons-le sans plus rien attendre de leurs inactions sans cesse…reconduites ! Ne nous conduisons plus jamais comme eux /elles ! Si dépassé.e.s par tout le mal qu’ils ont tant fait !

World-clean-up-day-:-Tout-le-monde-au-nettoyage-le -15

……………………...************************************************

Le-plus-grand-défi-de-l'histoire-de-l'Humanité-l'appel-de-200-personnalités-pour-sauver-la-planète-et-nous-avec

Quelques jours après la démission perspicace de Nicolas Hulot, un appel est lancé : « face au plus grand défi de l’histoire de l’humanité, le pouvoir politique doit  agir fermement et immédiatement. Il est temps d’être sérieux. Pouvoir agir éviter être (?). Nous considérons qu’un gouvernement qui ne ferait pas du sauvetage de ce qui peut encore l’être son objectif premier et revendiqué ne saurait être pris au sérieux. Nous proposons le choix du politique – loin des lobbys – et des mesures potentiellement impopulaires qui en résulteront. C’est une question de survie. Elle ne peut, par essence, pas être considérée comme secondaire.”

Il est trop tard pour que rien ne se soit passé : l’effondrement pourrait être complètement en cours. La sixième extinction massive se déroule à une vitesse sans précédent. Mais il n’est pas trop tard pour éviter le pire. [[ soit subir les inconsciences lunatiques des trop riches devenus incapables de répondre aux conséquences des immenses dégâts qu’ils ont causés !]]. Nous considérons donc que toute action politique qui ne ferait pas de la lutte contre ce cataclysme sa priorité concrète, annoncée et assumée, ne serait plus crédible. Nous considérons qu’un gouvernement qui ne ferait pas du sauvetage de ce qui peut encore l’être son objectif premier et revendiqué ne saurait être pris au sérieux [[ exactement comme dans la chanson-slam «Pas sérieux » ]]. ».

Les-humains-représentent-seulement-0,01%-de-la-Vie-mais-nuisent-aux-99,99 %

 

« Les chercheurs de l’Institut Weizmann des Sciences donnent pour la première fois une estimation détaillée de la répartition de la biomasse terrestre. Les résultats ont montré que les plantes représentent 83 % des êtres vivants sur notre planète –suivies par les bactéries (13%) et les autres êtres vivants (4%) dont les insectes, champignons et autres animaux.

«J’étais étonné de voir qu’aucun recensement détaillé global de la biodiversité n’avait été fait. Ça permet de se rendre compte du rôle dominant que joue l’humanité sur la Terre», explique Ron Milo, auteur principal du rapport publiée dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America. L’humanité et ses 0.01% serait responsable de la disparition de 83% des mammifères sauvages et de 50% des plantes sauvages. »…Nous pouvons dire que l’hécatombe a assez duré et que l’acte de santé mental primordial devient de quitter, dès aujourd’hui, la pensée dominante, celle des faux dirigeants (qui abandonnent surtout les populations en tentant de les dépouiller avant). Oui, l’avantage du monopole de l’argent sur les médias c’est la localisation des sources concentrées de ces pensées de DESTRUCTEURS FOUS de la planète. Autre avantage ? L’apparition des statistiques mondiales des pollutions où 10 % (les trop riches) souillent tout et où la moitié la plus pauvre ne parvient qu’à 13 % de toutes les pollutions…Pendant que les médias fous continuent à délirer que ces pauvres devraient tant réduire (et eux seuls) leurs impacts. Difficile de voir l’impact de cette réduction d’impact déjà aussi…faible. Le « point aveugle » permanent reste que les trop riches et leurs destructions asymptotiques ne soient jamais devant les yeux de qui commettent tant de fake analyses ! Incroyable, les trop riches se sont déjà effacés du regard des autres ! Et pourquoi ? Sinon, parce que c’est par eux qu’il faut commencer. Et très énergiquement

………………………..*******************************************************

La-réflexion-finalisée-sur-les-rapports-entre-le-commerce-et-la-nature

«Dans cette chronique, le professeur d’économie Loïc Charles revient sur le récurrent et percutant débat qui oppose depuis le XVIIIe siècle les naturalistes et la plupart des économistes à Adam Smith et à ses héritiers. La démission de Nicolas Hulot souligne encore plus, s’il en était besoin, la place de l’impact environnemental des activités économiques dans le débat public [[ parce que ce sont les possédants et les trop riches qui « monopolisent » le maximum de ces impacts et que, devenus suicidaires, ils ne veulent rien changer dans ces impacts. Nous devrons donc le faire pour eux !]]. Réchauffement climatique, pollution et recyclage sont autant d’enjeux liés directement à de fake concepts économiques fondamentaux comme la croissance économique et la valeur [[ concepts qui ne sont plus des paradigmes rassembleurs et qui doivent donc être…remplacés !]]. Ces questions font régulièrement l’actualité, mais elles ne sont presque jamais envisagées au regard de leur profondeur historique.

Pourtant, comme l’a montré l’historien Fredrik Albritton Jonsson dès 2010, l’adoption d’une telle perspective permet de clarifier le cadre conceptuel de ces débats récurrents (« Rival Ecologies of Global Commerce : Adam Smith and the Natural Historians », The American Historical Review, décembre 2010). Le siècle des Lumières voit naître une réflexion sur les rapports entre le « commerce » – c’est-à-dire les activités économiques dans le sens de l’époque – et la nature. La mise en exploitation intensive des espaces coloniaux, la circulation globale des savoirs, des plantes et des marchandises mettaient en danger le fragile équilibre écologique qui existait jusqu’alors. Selon F. A. Jonsson, les hommes des Lumières ont élaboré deux types de discours économique pour répondre aux anxiétés nées de ces risques liés à la modernité.

Les naturalistes et la plupart des économistes proposent d’intervenir pour diriger ou rediriger le développement des activités économiques dans une direction compatible avec le maintien de la biomasse et de la biodiversité. A l’inverse, Adam Smith, dans son ouvrage Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), affirme que les marchés accompliront cette tâche de la manière la plus efficace [[ dans ce cas, le laisser faire est une escroquerie monumentale puisque c’est laisser faire …des interventions massives contre la biomasse et la biodiversité – et de voir leurs destructions suicidaires actuelles, l’Humanité ne pourra pas survivre sans biodiversité = démontre à quel point le capitalisme acéphale (cette barbarie qui se fout de ses conséquences) reste un infantilisme inadmissible (il fuit devant le fait très factuel de devoir assumer la moindre conséquence de ses dévastations cupides)…]]. »…Seule voie de réparation intense de son désastre :

*** 1) – l’empêcher de nuire en abolissant le profit ; cet énorme coût caché qui n’est inclus dans aucun bilan. Et contraignant ce capitalisme de…dérèglements à obéir à une planification environnementale…

*** 2) – Une forme de planification environnementale mais qui n’a rien à voir avec celles du passé …Puisque les buts sont radicalement autres – soit l’allocation rationnelle de toutes les ressources collectives (ce que l’indigne et plus que déraisonnable Bourse a tant trahi depuis des années – ce pourquoi la fermeture de la Bourse est devenue incontournable). A ceci s’ajoutent la fin d’utilisation de toutes les ressources fossiles ainsi de toutes les ressources non renouvelables ( donc fin, par exemple, des sols rendus infertiles par beuveries chimiques !). Le choc des transitions étant atténué par « les communs » : soit mutualisations de tous les savoirs qui peuvent régénérer la Nature, permaculture, biomimétisme, économie circulaire du zéro gaspillage, condamnations fermes de tout obsolescence programmée (ce délit désormais très sanctionné – dans le durable économiser c’est ne se permettre que des objets qui…durent !). Le consumérisme est considéré comme un crime contre l’Humanité et tous les escrocs qui auront répandu cette pandémie suicidaire devront…rembourser leurs dégâts, etc. [[ Destination ? Fonds de compensations, etc. gérés par les communs planétaires !]].

>> - C’est que ce commerce très conscient d’avoir TORT s’est permis de censurer à la source tout ce qui permet de mettre fin à son incapacité flagrante à diriger la société entière. Il aura été jusqu’à émettre il y a plus de 30 ans le diktat du « on ne publie pas les génies ». La documentation jointe de son acte d’accusation est incroyablement abondante et doit être utilisée à fond afin d’abolir la pauvreté

donc les barbares inégalités financières ET de faire de la protection de la biodiversité et de tout ce qui permet cette protection la priorité radicale de la société entière.

…………………………Avec ou « sans » les prétendus dirigeants !

 

……..……(à suivre)

 

…………….…………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 3  "Nul n'est  nul",  "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?»  et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ;  et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (Qui a démuni les démunis ? Qui a déshérité les déshérités ? Qui s'est emparés des désemparés ? Qui a détressé les détresses ? Qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs ? S’il y a endettés, ils sont toujours précédés des endetteurs. Pas de travailleur clandestin qui n’ait été créé par l’argent clandestin. Et sans capital au noir pas de travail au noir,  etc. Tout se tient et les causes ne pourront plus échapper à l’implacabilité de la logique. Le règne moral des trop riches vient de s’effondrer), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration, ce qui est tellement pire.

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 800 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

le feu qu'est la vie

le feu qu'est la vie

l’écologie en feu mais un feu qui se…communique ! A tous les sens...

l’écologie en feu mais un feu qui se…communique ! A tous les sens...

La Terre est l'urgence mondiale - parce que nous ne sommes pas des extraterrestres hors sol !

La Terre est l'urgence mondiale - parce que nous ne sommes pas des extraterrestres hors sol !

océan et climat

océan et climat

L’écologie en feu ?
L’écologie en feu ?
L’écologie en feu ?
L’écologie c’est ce qui enveloppe,  contient, protège de soi, la fragilité de la vie : tout comme un bébé qui sans ce nid ne survivrait pas. La brute capitaliste avec son absence de pensée peut croire écraser mais…sans écologie il n’a, désormais, plus de futur. Il est arrivé au bout de sa connerie de barbare razzieur…Il doit donc obéir, comme le crétin qu’il a toujours été, aux savoirs de l’écologie mondiale !

L’écologie c’est ce qui enveloppe, contient, protège de soi, la fragilité de la vie : tout comme un bébé qui sans ce nid ne survivrait pas. La brute capitaliste avec son absence de pensée peut croire écraser mais…sans écologie il n’a, désormais, plus de futur. Il est arrivé au bout de sa connerie de barbare razzieur…Il doit donc obéir, comme le crétin qu’il a toujours été, aux savoirs de l’écologie mondiale !

les plus crétins empêchent les immenses majorités de vivre normalement…

les plus crétins empêchent les immenses majorités de vivre normalement…

Charlie en écho tango…

Charlie en écho tango…

L’écologie en feu ?
La vulgarité de cœur des arriérés capitalistes n’est plus à démontrer. Le tout pour moi et rien pour les autres ne leur réussit pas…

La vulgarité de cœur des arriérés capitalistes n’est plus à démontrer. Le tout pour moi et rien pour les autres ne leur réussit pas…

Ils FUIENT toujours plus les réalités flagrantes : les trop riches prennent beaucoup trop et leurs délinquances antisociales se...voient. C'est cela le jour du Dépassement !

Ils FUIENT toujours plus les réalités flagrantes : les trop riches prennent beaucoup trop et leurs délinquances antisociales se...voient. C'est cela le jour du Dépassement !

déforestations en Malaisie -

déforestations en Malaisie -

encore un autre et un autre un autre autre et un autre encore un

encore un autre et un autre un autre autre et un autre encore un

Nul ne peut plus nier les évidences....

Nul ne peut plus nier les évidences....

L’écologie en feu ?
L’écologie en feu ?

COMMENT LES OCÉANS RÉGULENT LE CLIMAT - Comment Ça Marche ? Tout dépend de la circulation INTINTERROMPUE des océans. L’arrêter c’est ne plus pouvoir la faire redémarrer…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article