La grandeur n’est plus là où elle le devrait

Publié le par imagiter.over-blog.com

La grandeur n’est plus là où elle le devrait

Il est des mots oubliés qui accusent les fausses élites. Des élites existent mais pas là où elles nous sont montrées. Le concept de grandeur fait lever des devoirs du haut vers le bas, des disciplines personnelles qui exigent toujours plus de soi-même que des autres. C’est donc un effondrement moral, un avachissement social et une corruption politique qui ratatinent des humains dans une impossibilité d’être grands ! Alors qu’ils/elles sont obligés de faire comme s’ils étaient en Haut de la société…

Gilets-jaunes-mouvement-social-ou-Rêve-évolution

 « Que penser de ces gilets jaunes si ce n’est qu’ils redonnent à ce pays ses lettres de noblesse que ses élites ont bafouées. Comme quoi, certaines erreurs de diagnostic peuvent coûter très cher, c’est pourquoi il est si important de ne pas se tromper de sujet et bien identifier ce dont il est réellement question, plutôt d’essayer de se convaincre de ce que l’on croit comprendre [[ apparemment les pouvoirs n’ont pas compris ou, au mieux, ils veulent empêcher que la vérité soit comprise et n’agissent qu’en état de surdités!]]. Le mouvement des gilets jaunes est présenté comme un mouvement social. Si la signification du terme mouvement ne pose pas de problème majeur de compréhension, la notion de «social» demande que l’on s’y arrête quelque peu pour bien identifier le sujet. Manifestement le terme n’est pas compris de tous, de la même façon, la nature des revendications des Gilets Jaunes trahit différentes interprétations que certains s’empressent de qualifier de confusion pour relativiser l’importance des demandes. Par le terme « social » à l’époque et dans le contexte dans notre société en janvier 2019 en plein épisode des gilets jaunes, comment, ce mot résonne-t-il dans l’esprit de notre inconscience individuelle mais aussi collective, quelle perception en avons-nous ? [[ surtout quelle voudraient-ils, ces pouvoirs, que nous en ayons ? Ils persistent à nommer les autres, usant sans grandeur de ce qui reste des droits régaliens, si galvaudés à l’international !]]. Dans le cadre des événements, la perception du caractère social apparaît sous un angle réducteur que l’on peut synthétiser ainsi.

Le terme « social » est compris comme étant le fruit résultant des interactions administratives nécessaires pour vivre en société, visant à satisfaire notre conception individuelle du confort par le prix collectif que tout à chacun est censé consentir à payer pour l’entretenir.

 [[ la problématique devient, alors, que les trop riches n’agissent qu’en séparatistes, en antisociaux frénétiques, bafouant toutes les lois et refusant toute réprimande légitime, et ce en diffamant sans cesse les pauvres (doués de pouvoirs surhumains puisqu’ils semblent, dans ces délires, avoir influences sur tout – et les pauvres trop riches n’étant que des victimes de ces surpuissants. Puisque n’étant causes, eux de rien) ! Donc l’analyse prouve qu’il reconnaissent une grandeur qui n’est pas la leur…]] Ce constat est terrible, il montre la puissance du conditionnement sur notre capacité d’analyse et surtout, notre vulnérabilité aux injonctions de penser en terme de deal, plaçant l’argent comme priorité absolue de la vie sociale,[[ ce que les sains anticonformistes parviennent toujours à pulvériser par le manque flagrant de grandeur dans cette non-ambition de ramper au lieu de rester debout !]] où le concept admis de concurrence entre confort individuel et deal collectif, n’a de vertu qu’occasionner inévitablement des divergences d’approches proportionnelles au pouvoir d’achat de chacun [[ et, désormais, au pouvoir de chiffrer puisque la mesquinerie des pouvoirs politiques en place se démontre qu’elle ne peut plus que pinailler sur…les chiffres. Mentant toujours si bêtement que tous les politiciens de métier en sortent discrédités ! Tous sont amputés de toute générosité spontanée. Le problème n’est plus de savoir s’il y a monopole du cœur à droite ou à gauche puisque dans ce désastreux corps de métier il n’y a plus de Cœur du tout…ils se sont vraiment trompés de comportements !]]]]. Ce qui, en second plan, induit le concept de classes sociales inégalitaires que nous acceptons de fait [[ Faux : la légalité de l’égalité donc l’illégalité (en Droit) des inégalités est là pour le rappeler sans cesse ! Les riches sont vraiment illégaux en réPublique !]].

Pensez-vous vraiment que l’arrogance du discours gouvernemental ne soit que le fruit de leur suffisance ? Ils ne sont pas stupides, ils ont appris les techniques de manipulation issues des sciences sociales à l’école eux [[ et nous aussi – assez pour savoir combien ils se plantent. Puisque l’aveuglement est : ils « croient » manipuler des humains devenus immanipulables. Et donc ? Disent tout et étalent tout d’eux seuls, sans rien savoir des prétendus manipulés !]] !!! La réaction de la population n’a rien de sociale, c’est la conséquence de l’utilisation maladroite de leviers institutionnels que l’exécutif actionne pour permettre de provoquer ce type de situation. Il joue sur les instincts primaires [[ qui se jouent de lui !]] afin d’alimenter les divisions. C’est bien parce que la loi le permet, que le gouvernement peut appliquer une politique de discrimination par l’argent.[[ ce qui est bien la pire des bassesses, des déchéances politiques, qui soient. Nul-le n’en ressort jamais… grandi !]] Ce mouvement n’a que l’apparence d’une crise sociale, mais il est en réalité profondément institutionnel.

C’est bien pour cela, que la presse et le gouvernement montent au créneau aujourd’hui, pour bien recadrer le mouvement comme social et uniquement social. C’est que le social se gère par l’argent, l’institutionnel par la remise en cause des lois, et cela ils n’en veulent pas ! [[ sauf que ce qu’ils veulent indiffère complètement – c’est les erreurs partout qui comptent : ils se croient au XX ème et sont en…retard partout…L’intelligence collective s’amplifie sans eux…Oui sans eux puisqu’ils n’ont que l’esprit de clan, esprit de clan qui n’est que primaire et que donc l’intelligence collective (en images, cette intelligence collective agit comme un banc de poissons à l’unisson ou un envol d’oiseaux en harmonie complète) qui les…manipulent (leur font faire les graves erreurs qui leur nuisent. Sans même qu’ils/elles ne s’en aperçoivent. La lourdeur de leurs réactions…attendues sont là pour témoigner. Leur manque de grandeur sans grâces est devenue complète !]] L’erreur de diagnostic et les chiens de garde

 Apprécier à sa juste valeur, le degré d’une réaction dans le processus qui aboutit à la notion du terme social, révèle l’intention de ceux qui sont en charge de le gérer. Il devient dès lors très intéressant de voir l’évolution de la réaction [[ qui manipule alors l’autre s’ils ne font que…réagir ?]] du gouvernement et de ses chiens de garde qui aujourd’hui se retrouvent confrontés à leur propre déni. Ils ont commis une erreur stratégique phénoménale [[ faute de grandeur existentielle…oui l’esprit de clan c’est sans amour et l‘intelligence collective fonctionne à…l’amour ! Aucun trucage n’est donc possible…]]à la suite de l’acte 2 qui dans la logique de notre modèle de société, était le moment idéal pour tuer le mouvement. Il leur suffisait de céder sur la question financière [[ donc ils ont traité le mouvement en …institutionnel  tout en radotant ensuite…qu’il n’est que social !]] pour tuer le mouvement dans l’œuf et empêcher son développement, mais trop imbus de leurs personnes [[ au point de sombrer dans l’avarie des avarices !]], une telle remise en cause de leur politique n’était même pas concevable [[…et pourtant !]] et ils ont pensé [[ vous appelez cela penser ?]] que le mouvement n’était qu’une saute d’humeur passager et que les égoïsmes naturels allaient l’emporter [[ le manque de grandeur c’est de rabaisser tout le monde à sa triste image…et ? Là ils sont définitivement confrontés à la Grandeur. Lorsque la singer (alors qu’elle est toute grâce…naturelle) est un autre faute de diagnostic !]].

L’erreur de diagnostic a été considérable, on ne traite pas une fièvre jaune avec la médication d’un rhume des foins. Manipuler des personnes qui s’inscrivent dans une structure hiérarchisée est simple, il suffit de corrompre ceux qui les représentent, les autres suivront. Mais manipuler tout un réseau dont la position émergente est le consensus de l’interaction d’échanges entre des milliers de personnes, qui n’éprouvent aucunement le besoin de laisser les clés à un interlocuteur privilégié, pose une question inédite. L’état perd la main sur son pouvoir d’influence et de corruption à moindre frais. La seule manière de gérer cette situation est de suivre les remontées exprimées sur le réseau et de savoir les identifier pour y répondre de manière la plus juste possible. C’est comme avec les enfants. »…Mais des enfants qui seraient tombés dans la grandeur et qui sont tellement plus matures que la plupart des adultes…corrompus et si déchus…au point de ne rien entendre…faute d’avoir appris à écouter (soit afin de capter…ce qui est. Ce qui doit écarter de nous ce qui n’est que jugements préalables, idéologies et préjugés.).  Une crispation mesquine qui n’est que jugements préalables, idéologies et préjugés, vous appelez çà une…élite. Une délite plutôt…. ’

Insidieuses-incidences-qui-trouvent-les-Co-Incidences

« La stratégie semblait bonne quand la volonté d’intervenir auprès de qui de droit manquait. C’est ainsi que dans cette nation, il devint plus délicat de rester honnête que d’emprunter les chemins scabreux du délit ou de la faute. Tout pourtant avait démarré en fanfare, tant le stratagème en un premier temps réjouit ceux qui ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez.[[ autant dire que les prétendus pouvoirs n’ont rien vu venir. Pris dans des arabesques qui les subsument,  en sont comme les superstructures mentales ils ne se peuvent plus que se…débattre dans une nouvelle entité collective plus grande qu’eux et que les gilets jaunes ressentent fort…lorsque ces retardataires nommés gouvernements ne ressentent…rien. Il n’y pas crise mais bien REMISE en question, donc mouvement…permanent. Une course mentale et affective où seuls les pouvoirs disent tout et ce qui veulent les réponses des « remises » en questions sont …à jour. Toujours en avance de 5 coups !

Certes la mise en place fut compliquée. Il fallait modifier un pan entier du droit, transformer le principe qui voulait jusqu’alors que la sanction ne touche que le coupable, que nulle punition collective n’ait cours en bonne justice. Les tenants d’un pouvoir fort et autoritaire firent vite fi des règles déontologiques, ouvrant alors une boîte de Pandore qui allait chambouler la société toute entière [[ sauf que le hideux visage des pouvoirs s’est trop montré ce qui l’a encore plus éloigné de la…légitimité qui était tout le labeur de sa com »’ depuis 18 mois. Tout à refaire sauf qu’ils sont refaits, mais par eux –mêmes desservis…]]. Tout débuta par une crise sociale  institutionnelle devenue incontrôlable[[ elle peut devenir institutionnelle]] . Le pouvoir en place, après avoir usé de la force pour tenter de mettre à la raison [[ ce qui semble impossible vu que lui n’est que…déraison !]] les mécontents et les insatisfaits qui manifestaient depuis trop longtemps, provoquant ici et là des actions violentes, eut recours au prélèvement à la source pour obtenir dédommagement des dégradations commises. C’est ainsi que toute personne interpelée sur les lieux mêmes où avaient eu lieu les échauffourées, se voyait tenu de remettre son argent liquide ainsi que sa carte bleue aux policiers. Bientôt le problème fut réglé.

Une bonne idée fait toujours son chemin. Las de toujours plus de répression vis à vis des automobilistes, le pouvoir appliqua la sanction par ricochet -qui venait de démontrer sa pertinence- aux véhicules des conducteurs en infraction. Ainsi, tout écart au code de la route entraînait immédiatement la destruction immédiate du moyen de transport incriminé et la mise à pied de tous ses passagers. La mesure atteignit le ridicule quand un TGV fut détruit sur le champ parce que son conducteur n’avait pas respecté la vitesse requise. Ce jour-là, près de 500 passagers durent poursuivre leur trajet à pied ! L'obstination des gouvernants n’est plus à démontrer, surtout quand il s’agit d’appliquer coûte que coûte une mesure impopulaire et néfaste. Le mouvement était lancé, le principe de la punition par incidence allait connaître de beaux jours. C’est ainsi que l’une des mesures qui fut la plus critiquée parmi les citoyens fut la mise à l’amende des électeurs d’un parlementaire qui manque trop régulièrement les séances à l’assemblée. Bien vite, cette disposition toucha l’ensemble des français de plus de 18 ans, à l’exception naturellement des fautifs. »…Cette corruption n’est donc pas généralisée vu que …seulement les coupables, les véridiques factieux, les putschistes, les salis d’argent mal gagné, les corrompus, les effondrés, les censeurs censitaires et les diffamateurs…sont blanchis…mais si maladroitement que, pour tous les cœurs honnêtes , ils ./elles en, sorte entièrement noircis.

……………………................***************************

Neuf-leçons-à-tirer-du-mouvement-des-gilets-jaunes-pour-les-prochaines-années

 

[[ oui les prochaines années…à la différence du macronisme qui ne laissera aucune trace sinon celle d’un soulagement…et cette idée est si vaste que nul-le ne va supporter 3 ans de plus de cette grave…illégitimité institutionnelle , ces assauts de petitesses permanents !]] Les GJ marquent une première en France [[ et le macronisme une dernière !]] : l’avènement du numérique comme outil principal d’organisation d’action collective à l’échelle nationale [[ ce pourquoi l’illégal paris perd sans cesse du terrain…rien n’est NATIONAL dans Paris avec sa meute de médias menteurs et ses politiciens-marionnettes agités par les banquiers qui ne résisteraient pas à une REMISE en question de leur fonctionnement…ce sont bien eux…les…nassés sauf que nul-le violence ne surgira des grands du mouvement. Ce qui est voulu est qu’ils Lâchent les affaires Publiques et cessent de Décider pour les autres . Puisqu’ils /elles s’en sont toujours prouvés indignes…Pas plus compliqué que cela. Même les têtes de linottes de l’oligarchie peuvent le comprendre ! Pars est égaré sur son île d’injustices et d’inégalités. En fait, il ne peut Rien faire dans le Pays réel. Qui s’avère être le seul légal…Qu’est qui est le plus Grand le Pays entier où la goutte d’eau paris (qui se noie dans sa tempête dans un verre ) ?

Internet a rendu possible une première : l’émergence d’un mouvement social de manière simultanée sur le territoire [[ et Paris n’est simultané nulle part même six mules tannées… !]], par opposition aux mouvements qui essaiment progressivement. C’est ce qu’explique l’historien Gérard Noiriel, directeur d’études à l’EHESS : « Ce qui a fait la vraie nouveauté des gilets jaunes, c’est leur dimension d’emblée nationale [[ et donc la Grandeur qui va avec !]]. Il s’agit d’une protestation qui s’est développée simultanément sur tout le territoire français (y compris les DOM-TOM). Au total, la journée d’action du 17 novembre a réuni le total de la somme des milliers d’actions groupusculaires réparties sur tout le territoire. »…[[Voyez comment nous avions pressenti la suite dans notre texte du 18 Novembre. Sûr que nos pouvons être assez fier.e.s de nous ! Et vos savez ce que nous faisions avant ce 18 Novembre ? Nous préparions la Commune des communes. Exactement !]].

6. Le mouvement met en lumière le grand besoin (négligé) de fraternité et de lien social [[Au-delà des questions économiques/sociales/démocratiques, ce qui a lié toute la population est que si la France est un pays nous en sommes comme des enfants, des enfants de la patrie et que nous pouvons partager la gloire de sa Grandeur (cette transcendance non idéologique enfin trouvée…le sensé ET le sensuel à la fois. Ce que la répression voulait surtout meurtrir c’est la Jubilation qui rayonnait sur tous les visages…vous savez si les mots deviennent plus…simples c’est que nous nous rapprochons du terme…celui même que chaque Terme (mot, vocable, diction) va dire. Et an Avant…]].

7. Un des carburants de la colère des GJ vient directement d’un immense manque d’empathie  Empathie. Le mot sonne presque décalé par rapport aux problèmes existants. Et pourtant…[[ seuls décalés car hors course…restent les insensibles insensés, les SANS cœurs et sans jugeotes de parisianistes désormais « enfermés dans l’enfer » de leurs arrogances, de leur cupidités, dans le manque d’amour complet envers un Pays qui les fait pourtant vivre trop…richement (à noter que l’imprévoyance de ces arrogants que Paris n’a de réserves alimentaires que pour même pas 3 jours. Et que donc ? Il dépend…complètement du pays…Réel. Oui celui de la Grandeur retrouvée…]]. « Le plus grand déficit que nous avons dans notre société est un déficit d’empathie. Nous avons fortement besoin de gens capables de se mettre à la place des autres et de voir le monde à travers leurs yeux » déclarait il y a quelques années Obama au sujet des États-Unis. »…Tiens on dirait qu’il parle des Gilets jaunes et d’autres pratiques convergentes…dont la nôtre puisque tout notre labeur aura été de montrer Comment se mettre à la place des autres, de com.pâtir (lorsque empathie c’est pathos, souffrance simplement être avec la souffrance des autres). Pendant que les politocards se noyaient dans leurs « petites » ambitions nous nous occupions de tous les blessé.e.s de la société. Sans filtres et sans protections. Nous avons toujours eu l’impression de rester du côté le plus grand de la vraie vie pendant que les médias nous pissaient dessus…comme si nous étions des rigolos. Des rigolards peut-être mais des stratèges redoutables plutôt, nous avons commencé à tout mailler, puisque si la détresse avoue être dé…tressée, nous tressions tous les liens sociaux saccagés par des pouvoirs inexcusables. Cela prend du temps mais offre toujours ses grands fruits.]].

……………………….......************************************

Les-6-scénarios-possibles-de-l'avenir-politique-des-gilets-jaunes

« La quatrième option résiderait dans l'influence d'une idéologie gilets jaunes fondée sur une vision critique de la société française actuelle relativement structurée [[ les esprits mal faits restent enfants toute leur vie car ils ont besoin de STRUCTURES pour avancer, donc de cannes et de protections pour le bébé…les adultes vivent dans des forces qui deviennent formes et inForment et donc deviennent des formes qui sont forces. Une Constitution c’est cela !]] un certain nombre de revendications et l'identification de pistes crédibles pour une alternative. Selon cette hypothèse, ce ne serait pas tant les gilets jaunes en tant qu'individus ou mouvement qui aurait un impact sur la vie politique que leurs idées qui seraient à l'agenda politique et récupérées en grande partie par les partis politiques traditionnels [[ bref, ce sont les gj qui mènent la danse !]], à l'instar de leur mesure phare, le RIC. Cela implique sans doute que des intellectuels sympathisants, comme ceux qui ont signé une pétition en leur faveur, les aident à structurer formuler la formule de ces idées pour en faire un programme Corps social (et l’amour social qui va avec) relativement cohérent.

- La cinquième option serait la persistance d'une sensibilité ou d'un esprit gilets jaunes. Cette sensibilité, qui correspond à une réaction, souvent émotionnelle, [[ et les sentiments n’existent pas ?]], par rapport à l'évolution du monde et de la société française, est une sensibilité anti-élitiste, voire de lutte des classes, égalitaire ou démocratique (au sens de démocratie directe - déjà réalisée dans un certains nombres de communes…d’où la possible Commune des communes !), voire populiste. L'esprit gilets jaunes, lui, renvoie sans aucun doute pour nombre d'entre eux à l'esprit de solidarité et de convivialité qu'ils ont pu retrouver sur les ronds-points. Dans ce contexte, on peut ainsi imaginer sur le modèle espagnol de Podemos, que différentes personnalités, intellectuels, artistes, membres de la société civile, décident de créer une formation politique en s'inspirant de la sensibilité des gilets jaunes, comme Podemos a pu le faire en 2014 en Espagne par rapport aux Indignados.

- Enfin, la sixième option est qu'indépendamment des individus, des groupes ou de leurs idées, le mouvement des gilets jaunes contribue tout de même à changer la donne en mettant à l'agenda politique un certain nombre de questions qu'il sera nécessaire de résoudre d'une manière ou d'une autre. Ce mouvement soulève, en effet, (1) la question du sort des classes moyennes et des catégories populaires dans la nouvelle configuration économique et sociale et dans une société mondialisée, ainsi que celui (2) de la démocratie (3) de l'Etat, de son rôle, de ses ressources et de ses moyens d'action, et (4) de l'organisation territoriale du pays. Il pose également la question de la compensation du coût social de la transition écologique. Enfin, il soulève celle de la représentation collective que l'on peut avoir de notre société [[ représentation qui commence tout de même dans les concepts que les penseurs et vrais écrivains – bannis du capitalisme et Donc de toutes ses fausses contestations - sont à même de représenter. Le défaut d’une autre Représentation écrite, parlée, vécue, tissée, diffusée Précède donc la …non-représentation de la société dans la société. Les censures censitaires (par l’argent sale) prennent donc le pays en otage. Comme « ses » politiciens prennent l’argent des impôts pour le donner aux trop riches (voir le texte d’hier) ]].

L'interrogation politique fondamentale relative aux gilets jaunes n'en reste pas moins de savoir s'ils peuvent être un moyen de redonner un nouveau souffle à une démocratie représentative française de plus en plus mal en point [[ de la faute entière de ses…faux représentants ! Mais ça les médias égarés ne peuvent pas le dire ! Quels ringards !]] ou bien faire le lit d'un triomphe du populisme en France, à l'instar de que l'Italie vit ces dernières années. »…Eh oui, si tu captes pas que la « sensibilité »c’est surtout cerveaux reliés cœurs tes déambulations deviennent ambulatoires (ce qui veut dire que certaines devraient se faire soigner !).

……………………...........*********************************

 

Les-gilets-jaunes-ont-réanimé-le-citoyen

 

« Nous étions peu nombreux en novembre dernier à comprendre la vague qui se levait enfin et à la soutenir. Nous n’avions rien anticipé si ce n’est qu’on savait qu’en prenant la défense des #giletsjaunes qu’il n’y avait que des coups à prendre beaucoup de beaux coups à vivre. Il aura fallu peu de temps pour recevoir l’opprobre d’une France d’en haut [[ n’exagérons pas, juste des parisianistes égarés complètement…perdu.e.s dans leur vain donjon]], des bullocrates, des médias d’état pour railler et puis …dérailler, déprécier et insulter avec un(e) mépris(e) jamais vu… nous rallions les fascistes, les idiots [[ les Grands dans le langage…émancipé !]], les incultes, les bofs, les fainéants… nous étions donc des extrémistes et des traitres à la république [[ désolé c’est très exactement l’inverse ; : ils sacrifié le Pays pour Paris et il ne leur reste que leur vaine prison dorée !]]… tout y passait [[ nous étions avec ce qui « se » passait !]]. Les Joffrin, les Aphatie, les Libé, les Obs, et les journaleux du Monde, les LCI, les BFMTV en pointe, tout était bon pour ringardiser, salir et détruire jusqu’à la dignité de base du manifestant du 17 novembre et des Actes I, II, III, X… »

Hé, t’as déjà vécu ou quoi

…      …clair que tous ces comportements sont ceux de PERDANT.E.S !

 

 

…….………….…(à suivre)

……   ……….…………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

             Que l’immense grandeur collective nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 3  "Nul n'est  nul",  "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?»  et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ;  et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (Qui a démuni les démunis ? Qui a déshérité les déshérités ? Qui s'est emparés des désemparés ? Qui a détressé les détresses ? Qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs ? S’il y a endettés, ils sont toujours précédés des endetteurs. Pas de travailleur clandestin qui n’ait été créé par l’argent clandestin. Et sans capital au noir pas de travail au noir,  etc. Tout se tient et les causes ne pourront plus échapper à l’implacabilité de la logique. Le règne moral des trop riches vient de s’effondrer), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savaient plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration, ce qui est tellement pire.

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 5 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

La grandeur n’est plus là où elle le devrait
Si nul n’est censé ignorer la loi, la loi se doit d’être interprétable par tous, dans l’esprit de sa raison d’être. Nul n’est censé ignorer la loi à condition expresse qu’elle…n’ignore personne !

Si nul n’est censé ignorer la loi, la loi se doit d’être interprétable par tous, dans l’esprit de sa raison d’être. Nul n’est censé ignorer la loi à condition expresse qu’elle…n’ignore personne !

SVP

SVP

La grandeur n’est plus là où elle le devrait
La grandeur n’est plus là où elle le devrait
On ne peut pas reprocher aux autres ce que nous ne nous imposons pas à nous même. Ceci reste la base de la Loi puisque loyale doit être la loi (loyale comme ce qui fonde la loi)…

On ne peut pas reprocher aux autres ce que nous ne nous imposons pas à nous même. Ceci reste la base de la Loi puisque loyale doit être la loi (loyale comme ce qui fonde la loi)…

La grandeur n’est plus là où elle le devrait

les débuts du mouvement...

Toute l'histoire du mouvement des Gilets jaunes

M. le Président, arrêtez de stigmatiser, d’opposer, de mépriser... les plus faibles. Grave erreur de diagnostic !

Qu’est-ce que la France? Avec Régis de Castelnau…nous parlerons bientôt de son nouveau texte !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Michel Belloni 25/01/2019 11:17

Salut, oui tu fais comme tu le sens, sachant que les citations sont tirées de "Domination et Émancipation" de H.Ch. Hertelli
A...

Michel Belloni 24/01/2019 12:59

Salut Gilbert,
Les « penseurs attitrés, cotés » ne se sont-ils pas toujours positionnés aux côtés des dominants, soit contre les dominés ?
Souvenons-nous de la commune de Paris, quand iceux s’en prennent violemment aux communards « dont le but principal, disent-ils, est de piller et de saccager à la faveur du trouble et de la nuit » (Catulle Mendès ; Les 73 journées de la Commune), quand ils prostituent et caricaturent leurs idées jusqu’à verser dans l’injure et faire pleuvoir sur les insurgés les insultes avec un dédain et un mépris hautains et railleurs, dont ont rien à leur envier les actuels : « …Messieurs les ouvriers (…) se sont mis en tête que tout leur était dû, leur appartenait sur la terre, et qu’ils en savaient assez long (…) pour se substituer avantageusement à tous les gouvernements des peuples civilisés. Grâce à ces merveilleuses théories (…), il est avéré (…) que l’expérience, le travail, la science, la réflexion, la méditation, ne sont rien, ne servent à rien, qu’il suffit d’être grossier, mal élevé, de puer la crasse et le tabac, et d’avoir en toute occasion l’injure et la pipe à la bouche, pour être regardé comme un être supérieur. (…) Ce n’est même plus la barbarie qui nous menace, ce n’est même plus la sauvagerie qui nous envahit, c’est la bestialité pure et simple. » ( Ernest Feydeau ; Consolation, 1872)
George Sand, elle, fulmine de rage : « On doit juger de la sincérité des républicains à la force plus ou moins grande avec laquelle ils condamneront les crimes de la Commune. » (Cité par Paul Linsky in Les écrivains contre la Commune, Editions La Découverte Paris 2010)
Leconte de Lisle, lui, qualifie la Commune de « ligue de tous les déclassés, de tous les incapables, de tous les envieux, de tous les assassins, de tous les voleurs, mauvais poètes, mauvais peintres, journalistes manqués, romanciers de bas étage. » Il éprouve un assouvissement et une satisfaction profonde en la voyant rendre le dernier soupir : « Enfin, c’est fini. J’espère que la répression sera telle que rien ne bougera plus, et, pour mon compte, je désirerais qu’elle fût radicale. » (Lettre du 29 mai 1871 à J.-M de Hérédia)
Anatole France est envahi par une délectation victorieuse après l’écrasement de la Commune : « Enfin le gouvernement du crime et de la démence pourrit à l’heure qu’il est dans les champs d’exécution. » ( Paul Linsky, op.cit)
Gustave Flaubert exhibe une haine inassouvie : « Je trouve qu’on aurait dû condamner aux galères toute la Commune et forcer ces sanglants imbéciles à déblayer les ruines de Paris, la chaîne au cou, en simples forçats. Mais cela aurait blessé l’humanité. On est tendre pour les chiens enragés, et point pour ceux qu’ils ont mordus. » (Lettre à George Sand, avant le 18 octobre 1871)
Emile Zola approuve le bain de sang au nom de la « nécessité purificatrice » : « Le bain de sang qu’il (le peuple de Paris) vient de prendre était peut être d’une horrible nécessité pour calmer certaines de ses fièvres. Vous le verrez maintenant grandir en sagesse et en splendeur. » (Émile Zola ; Le Sémaphore de Marseille) Dans La Débâcle, Zola fait dire à son héros communard repenti : « Mais le bain de sang était nécessaire, et de sang français, l’abominable holocauste, le sacrifice vivant, au milieu du feu purificateur. (…) On a coupé la branche pourrie, dont la sève empoisonnée jaunissait les feuilles. » Selon Roger Ripoll : « Pour le Zola, il n’y a pas de différence entre un communard et un criminel. » (Roger Ripoll ; Zola et les communards)
Seuls, Victor Hugo, pourtant hostile à la Commune, n’a pas hésité à condamner la démesure de la réaction versaillaise : « Des bandits ont tué 64 otages. On réplique en tuant 6000 prisonniers.» et, en voyant défiler plusieurs milliers de prisonniers, Edouard de Goncourt qui ne cachait pas sa satisfaction devant la répression des « communeux », éprouve cependant un certain malaise : « Malgré l’horreur que l’on a pour ces hommes, le spectacle est douloureux de ce lugubre défilé.» ( Paul Linsky, op.cit.)
Souhaitons que le « Foutriquet » actuel, comme les communards nommaient Adolphe Thiers, ne soit pas aussi sanguinaire qu’icelui « le  type même de bourgeois cruel et borné qui s’enfonce sans broncher dans le sang » (Gilbert Prouteau ; Le dernier défi de Georges Clemenceau, France-Empire, 1979)

Bien à toi

A...

imagiter.over-blog.com 25/01/2019 08:00

Luça je vois que ça va la fougue. Bien très bien...Puis-je utiliser tout ou partie dans un prochain texte ? En notant M.B ou plus ? A