…détalages d’étalages…

Publié le par imagiter.over-blog.com

…détalages d’étalages…

Les pauvres doivent apprendre à se débrouiller tout seuls mais les riches doivent apprendre à ne pas se débrouiller par eux-mêmes, à vivre en…sur-assistanats exagérés, gavés de cadeaux fiscaux dont ils n’ont nul…besoin. Ainsi - le néolibéralisme c’est, au minimum, l’asocialité générale. Tout le monde est en compétition, il ne faut avoir confiance en personne, il faut sans cesse s’adapter car le plus adapté est le… plus adapté selon la circularité des non-arguments (de toutes façons, seul le clergé de cette…déraison sait !)...Et de tant d’autres dérives si… délinquantes de ce système  du tout-fake : rien que les enfers fiscaux (enfers pour les autres), les 100 milliards d’€ de fraudes fiscales, les 100 autres des 200 niches fiscales, le Cice à 20 milliards d’€ et autres exonérations et prébendes dépassent de tellement loin les Recettes fiscales. Au point que ces graves fainéants du cœur osent les rengaines du « il faut réduire les dépenses » alors que sont EUX LES DÉPENSES ! Et donc ? Ce qui peut mettre fin à cet enfer d’enfermements collectifs (dit, ailleurs, « Comment être fous ensembles ») - à quoi se racornit désormais ce lamentable néolibéralisme)…détalages d’étalages de partout, en même temps…? 

*** Fin du spectaculaire marchand

*** Fin de « leur » fausse culture et retour de la culture des génies et du peuple mêlées

*** Fin des médias menteurs où plus aucune information n’est fiable

*** Fin des élections truquées où ce n’est plus un.e. citoyen.ne = 1 voix mais 1 € = 1 voix. Tout s’y rompt de se co-Rompre

*** Fin de la Bourse et de toutes les spéculations délictueuses

*** Fin des insensibilités et de la violence extrême des costards cravates comme se donnant tous les droits, etc…Oui la grande « débatcle » dans tout ce qu’ils/elle ont tant bâclé...Et tout commence comme ceci :

………………………………***********************

… « l’Asocialité de principe : administration superstitieuse de la «chance» et de la «malchance» sociétales [[ ce qui forme un déni irrationnel de toutes les données socio-économiques, des faits et des études – ce néolibéralisme ne repose sur aucun savoir concret. N’est brandie qu’une supposée connaissance, toujours laissée dans l’ombre, qui n’argumente jamais et s’affirme juste dans un moi je sais, je sais et taisez-vous. Cette régression flagrante de tous les rapports sociaux ne peut manquer d’inquiéter !]]. Qu'est-ce que vous évoque la notion d'affaires sociales ? ... Quand je questionne les personnes autour de moi, elles me répondent quelque chose comme « les problèmes des gens », et cela m'attriste. En effet cela m'attriste, parce que je suis naïf, et que lorsque je lis « affaires — sociales », j'entends les occupations d'une société, et pas les seules difficultés d'une collection d'individus [[tout est vu par le mauvais côté de la lorgnette : la surprésence de celles/ceux qui sont, en fait, le «problème» social par leur asocialité. Asocialités qui empêchent toute solution, celles qui leur font poser de faux diagnostics puisque problème devient…c’est la faute à pas de chance…alors que c’est seulement eux le problème pour le social !]].

L'asocialité-de-principe-?

Si vous dîtes social, moi, j'entends relatif à la société vous comprenez, mais récemment on a inventé un nouvel adjectif pour cela : l'adjectif sociétal, comme pour compenser l'insignifiance advenue en social [[ faux – sociable touche infiniment plus le cœur ! Nous allons le découvrir…]]... Bref, quand j'entends affaires sociales, j'entends affaires sociétales [[sociétale c’est qui appartient à la société et social aux liens sociaux, aux liens au concret – ce qui permet de ressentir la posture de chacun.e envers ce social. Social de l’associé-té, société faite de…social et où le contrat…social doit être revisité régulièrement. Du fait des comportements antisociaux des trop riches qui oublient leurs devoirs…sociaux et ne se gavent que de leurs droits...qui s’arrêtent où commencent ceux des autres (ce pourquoi ils vont des voir démis…d’une grande partie de leurs droits – ceux d’abus de position sociale dominante !). Les sentiments et émotions sont ou très forts ou…glaciaux (c’est en cela que le macronisme est si….inaudible !). Jusqu’au nouveau concept…de « racisme social », avec la pauvrophobie, le pire des racismes actuels qui peut conduire à l’apartheid …social, sans motivations autres que les caprices des riches !]] et, entendant affaires sociétales, j'entends citoyenneté, république, collectivité, bien commun, engagement, réciprocité. D'ailleurs, les affaires sociales en relèvent ! de la citoyenneté, de la république, de la collectivité, de l'engagement et de la réciprocité. Au lieu de quoi ? ... Au lieu de quoi, la notion d'affaires sociales passe pour pestiférée, et elle est honnie : on [[ qui cela on ? Les sinuosités malsaines des riches qui n’assument jamais leurs devoirs sociaux et passent leur temps à dégoiser que tout est toujours de la faute des pauvres, comme si les pauvres dirigent le monde et décident de tout – fait se poser des questions sur leur maturité mentale. Et ce d’autant plus qu’est désormais l’argument massue pour faire revenir le SOCIAL en 1ère ligne : la preuve que le néolibéralisme ne repose que sur un enfantillage. Le fait que les pauvres doivent se débrouiller tout seuls sans aides, comme les chômeurs, etc. Or si c’est vrai ici (isotrope !) c’est vrai pour tout le monde et les patrons sont super aidés pour créer…des chômeurs, donc ils ne se débrouillent pas tout seuls. Et n’assument pas leurs…contreparties, leurs devoirs (les chômeuses et chômeurs oui !). Et les trop riches sont ensevelis sous des cadeaux fiscaux et aides en tout genres…comme s’ils ne pouvaient pas ou ne devaient pas…se débrouiller tout seuls. Même dissymétrie qui disqualifie l’enfantillage macronien : les pauvres doivent fournir des… garanties (comme si leur situation n’en était pas déjà une) pour le moindre centime et les trop riches…aucune pour les milliards.d’argent…public donc jeté par la fenêtre (milliards ou centimes qui a la tête folle ?) Avec des résultats si désastreux car contre le…social à la clé. Il n’y pas à attendre : la direction que prennent ces résultats souligne le bilan funeste. Il faut arrêter net. D’autant plus que le … « il faut attendre » ne couvre jamais la situation des pauvres qui sont trop réprimés par rapport à cette dite sagesse…d’attendre ! pour eux c’est répressions illégales sans…attendre…]] tend à s'en méfier comme on se méfie que les « problèmes des gens »[[ ce vague du verbiage des riches rend  clair que ce sont eux « les problèmes »…qu’ils font subir aux gens. Une autre démonstration ? Faites-donc !]], les difficultés d'une collection d'individus, pourraient nous arriver rien que d'y penser ou d'entrer en contact avec eux, mais c'est aussi superstitieux que parler de la mort vous tuerait sur-le-champ.

Les médecins et infirmiers tous les jours traitent de cas morbides ; les jugez-vous morbides pour autant ? L'époque où les bourreaux étaient marginalisés a disparu elle aussi (le Moyen-Âge), mais depuis nous nous faisons tous les bourreaux des « affairés sociaux » en les livrant à l'administration « sociale », au nom de leur malchance (sic) que nous refoulons pour nous-mêmes comme si elle pouvait nous retomber dessus de s'y intéresser, mais les médecins et infirmiers ont pourtant les plus robustes systèmes immunitaires qui soient, sans parler de leur trempe morale ! pour filer la métaphore. Et puis alors, jugez-en plutôt : entre nos affaires sociétales, celle qui nous sursature actuellement, c'est bien l'économie. L'économie, c'est-à-dire les moyens de pourvoir à notre existence, et de faire croître nos potentiels — la « croissance ». Eh bien, cette affaire sociétale suprême entre toutes les affaires sociétales actuellement, à quel principe carbure-t-elle ? A la concurrence, à la compétition perpétuelle [[ toujours ces mots qui ne vont jamais se vérifier….c’est en fait de la fausse concurrence – les monopoles privés empêchent la « vraie » concurrence. Dans la culture il n’y a aucune concurrence – des mafias augmentent les censures partout et ne permettent pas la si salubre libre circulation des idées. Aucune règle de qualité et d’équité ne s’y montre jamais. De même pour rendre « juste » la concurrence ce sera : en surtaxant les pauvres – nous en sommes quasiment à 70 % des impôts qui sont…des taxes – et en suraidant les riches qui n’en ont aucun besoin (ce qui sont de flagrants délits de non respects des concurrences, oui ou non ?)…Où peut se nicher la concurrence « juste et non faussée »  ? Où est l’égalité des chances lorsque des amoncellements de privilèges unilatéraux faussent tout…avant…le départ !?]].

Les marchés économiques fonctionnent comme des arènes et des tournois, comme d'immenses espaces de jeux de sociétés imposés à tout l'univers, « que le meilleur gagne » (façon Moyen-Âge !). Ce qui signifie très clairement à quel point nous sommes superstitieux encore [[ sauf les athées du capitalisme, ducon !]]: ici, c'est la chance, qui est survalorisée, à côté donc de ladite malchance repoussée des « affaires sociales ». Aussi bien, c'est mettre un principe d'asocialité au cœur des affaires sociétales [[ sauf que la niaiserie du « on ne mélange pas les sentiments et les affaires » démontre la nette infériorité de celles-ci, leur impossibilité d’être dès que l’honnêteté et la justice paraissent, le fait scandaleux que c‘est la…malchance provoquée (qui n’est donc pas une malchance qui couvent chez les antisociaux des affaires…faussées !]]  au cœur de la citoyenneté, de la république, de la collectivité et de la réciprocité, que de gérer l'économie comme nous nous y affairons…non socialement : mais…si asocialement ! Et pas étonnant soudain, qu'on repousse les « affaires sociales » comme nous le faisons [[ elles sont la preuve que les comportements qui la permettent sont tout sauf…recommandables. Que c’est cette manière de faire antisocialement de l’économie qui crée tous les problèmes…et non des humains qui auraient tout le temps de la malchance – la fumisterie du capitalisme affleure dans chaque mot. Il suffit d’avoir la patience de les assembler…correctement. Oui correctement est le mot, rien n’est correct dans les comportements capitalistes…ses attitudes ne sont que socialement…incorrectes (politiquement aussi cela va de soi !) !]] ; c'est que nous voulons « faire semblant » de jouer et, jouant, nous voulons avoir de la chance, et « y gagner », superstitieusement ... Néanmoins, j'entends bien qu'au départ, ce principe d'asocialité était censé nous émuler productivement, et j'entends bien qu'il a complètement.. raté…[[les casseurs, les fauteurs de troubles, les délinquants violents, les ennemis de la société se trouvant bien aux…sommets. La base où tout se base tentant de réparer les énormes dégâts de ces graves immatures !]].

 Car, le saviez-vous ? La France et l'Allemagne prirent des mesures protectionnistes devant l'Angleterre prime-industrialisée (au XIXème siècle) pour ne pas souffrir l'insurmontabilité temporaire des prix anglais. Et nous avons empêché, et voulons continuer… d'empêcher, les pays du tiers- ou quart-monde de prendre des mesures protectionnistes, au nom de l'ouverture et de la tolérance ! ... au nom d'un principe d'asocialité qui se présente « socialement » [[ la dissymétrie permanente et l’injustice corrompue qui président à ces manières de faire des…affaires …prouvent bien …leurs manque de sociabilités flagrantes ! Donc aux riches d’apprendre à devenir sociaux. C’est leur devoir et comme il n’est jamais dit chaque devoir nous est dû. La dette Sociale des trop riches est donc immense. Voici le vrai Récit !]]. Cela s'appelle une aliénation mentale, à interner au plus vite comme on met un virus en quarantaine. Oui : pour la vie, la santé et la prospérité de nos affaires sociales, abandonnons toute… superstition. »…Le lamentable capitalisme n’est qu’une vaine superstition et une secte sectaire celles/ceux qui défendent encore ces insalubrités ! Qui osait que le macronisme a le moindre avenir ? Théoriquement il n’en reste rien. Mais rien…Combien de temps avant que tout le monde s’habitue à ce fait majeur ?.

……………………..********************************

Gilets-jaunes-ne-perdez-pas-votre-âme-!

« Nous allons nous faire déposséder de cette légitime et salutaire colère. Celles et ceux qui succombent aux sirènes enjôleuses dt macronisme ne doivent pas oublier que sans les Gilets Jaunes, celui-ci aurait continué à les mépriser. Il est donc important que nous Gilets Jaunes de France soyons fiers de notre combat pour la justice sociale et fiscale, et remettions sans cesse sur le métier que sans nous rien n'aurait été possibleUn danger nous guette…La récupération politique et par les corps intermédiaires. Rien ne serait plus nocif, car si le système reprend la main, alors rien ne changera pour le quotidien des plus modestes. Restons mobilisés et surtout ne nous laissons pas déposséder de notre colère. Mais, il va nous falloir désormais revenir aux fondamentaux de notre combat. Le pouvoir d'achat, la justice sociale et fiscale. Or si nous voulons que ces justes revendications trouvent un écho favorable, il ne faut plus prêter le flanc aux casseurs qui polluent le mouvement, sous le regard complice et ravi d'un exécutif trop heureux de pouvoir faire de méprisables amalgames entre Gilets Jaunes, et casseurs, antisémites, racistes,etc [[ nous avons démontré que les vrais racistes casseurs, etc. sont ces pouvoirs. Nommer juste c’est faire changer !]]... Bientôt la pédophilie au sein de l'église sera du fait des Gilets Jaunes... CELA SUFFIT…Quittons la rue où notre présence est stérile pour l'obtention de nos revendications. Il est temps de réinvestir les ronds-points... De bloquer les ports, les gares, les aéroports, les raffineries, l'accès aux banques, les supermarchés..... Bref tout ce qui touche a l'économie... Ou bien nous voulons garder la maîtrise de nos vies et ne plus être docilement inféodés à un pouvoir centralisé qui n'a que la répression pour béquille, ou bien nous acceptons de rester les moutons tondus par un système mondialisé au service duquel oeuvre le macronisme."...Eh bien, non !

Julia-Cagé-Nous-sommes-dans-une-illusion-de-démocratie-qui-est-en-fait-une-plouctocratie-!

"Au lieu d’être dans un système « 1 personne = 1 voix », nous sommes de plus en plus dans un système « 1 euro = 1 voix »

 

Les-gilets-jaunes-ou-la-victoire-des-derniers-de-cordée

« Dans votre dernier livre, vous évoquez le mépris de classe de la part du « méprisant de la République » [[en sachant que mépris et méprendre partage le même verbe. Le mépris est une méprise. Un fourvoiement, une erreur. Le mépris c’est la crispation infantile qui empêche de comprendre quoi que ce soit ! Vous place direct hors du coup…]]. À quelle classe appartient Emmanuel Macron ? Quelle classe défend-il ?  Michel : Emmanuel Macron est issu d’une famille de la bourgeoisie d’Amiens. Il est scolarisé chez les jésuites au lycée privé de La Providence [[ avec Ruffin]] où il rencontre sa future épouse, Brigitte Trogneux, qui était professeur de lettres et dont les parents possédaient une chocolaterie. Les classes préparatoires au lycée Henri-IV à Paris puis l’ENA parachèvent un parcours sans faute complètement idéologique qui va ouvrir fermer à ce jeune homme, né en 1977, les portes de la « vraie » politique sous Nicolas Sarkozy, puis celle de la finance à la banque Rothschild en 2008 jusqu’à l’élection présidentielle de François Hollande où il contribue dirige trop la préparation du programme économique. Ce qui lui vaudra le poste de secrétaire général adjoint de l’Élysée, puis celui de ministre de l’Économie qui lui servira alors de tremplin à l’Élysée. Ces allers-retours entre le public et le privé [[ le pantouflage (quel mot horrible !) des pouponnés qui ne connaissent jamais la vraie réalité !]] permettront à Emmanuel Macron de se constituer un portefeuille de relations avec les puissances d’argent et le monde politique qui le porteront au sommet de l’État tout en faisant croire, dans une imposture incroyable, qu’il était un candidat « hors système » [[ ce n’est pas ça – la problématique est simple : le système tel quel est INDÉFENDABLE, tous les candidats (du mot candide qui les situe donc du côté des…besoins réels des électeurs mais pas pour longtemps !) ne peuvent qu’être …contre le système. Leur vérité de je suis à fond pour, je vais tout empirer, je vais vous en faire baver, vous extorquer plus encore – qui est pourtant la réalité de ce qui se passe ensuite – ne passerait pas. Donc toute com’ n’est que mensonges avec INTENTIONS de tromper. Interdire toute com’ dans les débats politiques prémunirait les pays de ces dangereux imposteurs comme les macronistes ! Ils ne passeraient pas…]].

Parlons-en de cette imposture : c’est un personnage que l’on peut trouver très balzacien, type Rastignac. Dans le langage moderne, on dirait que c’est un insider. Il a pourtant été pendant un an présenté dans la sphère publique par les médias comme le candidat du nouveau monde. Comment en est-on arrivé là ? Monique : On a assisté en effet à l’une des opérations de construction [[ donc où tout est…faux et c’est en tant que faussaires mal intentionnés que les macronistes sont, désormais, détectés comme les vrais casseurs et graves ennemis du pays –nous disons toujours que tout est dans les débuts…ces pitoyables escrocs ne dérogent pas à cette règle !]]  de notoriété les plus fulgurantes de l’histoire politique française. Sans l’appui des 10 milliardaires qui contrôlent près de 90 % des quotidiens nationaux, il aurait été impossible de propager de façon aussi accélérée l’axe stratégique de la communication macronienne : que tout change pour que rien ne change ! [[ donc en langage plus percutant : ils foutent le bordel et les désordres partout afin de laisser dans l’ombre l’oligarchie illégale et ses comportements plus…qu’anti-nationaux. Surtout que cela ne se voient pas et que rien  n’en soit dit. Si quelqu’un trouve un meilleur Récit global – merci de nous en faire profiter !]].

L’ISF a été supprimé pour le mobilier, mais pas l’immobilier. Comment interprétez-vous cela ?  Monique : La suppression des valeurs mobilières (actions obligations…) liées à celle de l’ISF profite aux plus riches dont les patrimoines sont constitués à plus de 90 % de ce capital financier [[ soit le parasitisme scandaleux de l’oligarchie envers l’économie réelle, celle qu’assument en grande partie les Gilets jaunes et leurs…soutiens. Sauf que ce parasitisme éhonté (et dont la société peut se passer avec…soulagement !) ne peut… continuer que si la position soumise de « celles et ceux qui font tout le vrai boulot et se faisant déposséder de leur valeur ajoutée » demeure. Le tournant social a déjà eu lieu (le macronisme est foutu qu’il le veuille ou non !) car la prise de conscience du fonctionnement si…dérisoire de cette financiarisation de tout (genre je faufile quelques € au départ - mais le but reste d’en voler le maximum – donc comme hors la loi – ensuite. Ce mot agité (financiariser) n’a donc que que du…vent derrière. Financiarisation = parasitisme. Vérifier les chiffres c’est en prendre pleine conscience et…sensibilité !]]. Emmanuel Macron est allé plus loin en instaurant de surcroît une défiscalisation très importante des revenus du capital [[ ce qui rend toute…compétition (celle de s’adapter toujours) plus qu’ INJUSTE car …faussée. Fausser étant une fraude  qui annule le système même.. ]] ce qu’il a appelé la «flat tax», un impôt forfaitaire et non plus progressif [[ cette escroquerie aura été pire que celle de la suppression sans garanties de l’Isf !]].

Le scandale central de la fiscalité…faussée ? Les plus riches paient moins – proportionnellement – que les plus pauvres ? Où est la progressivité de l’impôt celle qui…redistribue ? Et donc ne redistribue plus… Déjà qu’avec le système des…taxes égales pour tous et celui des 200 niches fiscales la « vraie » progressivité ne représente plus que 11 % des impôts. Une honte devant tant d’arrogances ! Où trône l’égalité des chances ? Est-ce le mérite (voler comme un…voleur les plus faibles que soi c’est n’avoir Aucun mérite !)…et donc ? "Le plus mal payé des contribuables paie davantage en impôt sur le revenu (14 %) que le plus riche des actionnaires avec seulement 12,8 % sur les revenus de ses capitaux mobiliers."…et alors ? SEULS les pauvres méritent(oui méritent) tous les éloges dans ce système de toutes les…hontes !]]. La communication de l’Élysée, relayée massivement par les médias…déshonorés, a procédé à une grossière manipulation des chiffres : cet impôt forfaitaire serait passé de 60 à 30 % [[ ce qui est déjà un délit antirépublicain]] mais sans préciser que ces 30 % comprennent les prélèvements sociaux qui s’élèvent à 17,2 %. L’impôt forfaitaire sur les revenus du capital n’est donc [[ en vrai !]] que de 12,8 %. Cela signifie [ [piqûre de rappel]] que le plus mal payé des contribuables paie davantage en impôt sur le revenu (14 %) que le plus riche des actionnaires avec seulement 12,8 % sur les revenus de ses capitaux mobiliers [[ Second délit antirépublicain : la Constitution insiste « chacun.e contribue selon, ses …moyens ». Ce qui n’est plus le cas : le macronisme est donc un ANTIrépublicanisme virulent et ne peut opposer la réPublique aux manifestant.e.s. D’ailleurs, ce sont eux qui ont le drapeau français et le chant national. Eux qui parlent très bien des Vraies lois de la réPublique (pas de la réPrivée !]]. Utiliser les flash-balls ce sont là conduites de… factieux putschistes…d’un groupe illégal qui s’oppose à la majorité souveraine (souveraineté qui supplante les élections truquées…truquées lorsque l’évidente majorité est abstentionniste ou ne s’inscrit pas…c’est la minorité qui a TORT !) – comme le précise si clairement encore la Constitution !]]. Pour faire passer cette pilule, l’imposture consiste à comptabiliser les prélèvements sociaux pour la fiscalité du capital et pas pour celle des salaires ! Trop fort misérable !

 

Le CICE doit être transformé et pérennisé en un allégement des charges et des cotisations sociales sur les entreprises. On apprend dans votre livre qu’il y aurait un double chèque : les entreprises vont pouvoir cumuler le mécanisme du CICE avec le futur allégement. Un nouveau cadeau [[ or la compétition, dit le macronisme, doit être et rester « juste » ! Sauf que, avec Trop de cadeaux d’un côté, cela va faire vraiment juste !]] ? Michel : Le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) a été mis au point par Emmanuel Macron lorsqu’il conseillait François Hollande en 2013, afin d’augmenter les profits des sociétés pour les inciter à investir et à créer des emplois [[ sauf qu’il faut « garantir » le pays qui …donne tant et donc INSCRIRE noir sur blanc des obligations de résultats…Un cahier des charges doit accompagner tous ces privilèges afin que l’on ne dise plus…cadeaux fiscaux !]]. Mais en l’absence de réel contrôle de l’utilisation de cet argent public, les directions d’entreprise font bien ce qu’elles veulent [[ en  général beaucoup de mal…au pays et à ses habitant.e.s !]] de cet argent, et peuvent donc donner des bonus aux actionnaires plutôt que d’investir dans l’appareil productif. Ce crédit représente tout de même un coût de près de 100 milliards d’euros pour l’État depuis 2013, soit 20 milliards d’euros en moyenne chaque année [[ de quoi renflouer tant de déficits…]]. À partir du 1er janvier 2019, le CICE a été converti en baisse pérenne des cotisations sociales patronales. Devant le mouvement social des « gilets jaunes », le gouvernement a reculé au mois d’octobre 2019 le double chèque que vous mentionnez.

Vous parlez de « guerre » des classes, le mot est fort [[ pas si nous considérons les « blessures de guerres » que l’ONU et l’Europe considèrent comme violences inexcusables d’un état…détourné par un classe si minoritairement n’ayant aucun droit de se conduire ainsi !]]. Certes, on peut dire qu’il y a des classes, mais peut-on pour autant parler d’une société de classes en France ? Monique : Plus que jamais. Au point que nous n’employons plus tellement le terme de « lutte » des classes, mais effectivement celui d’une guerre que les détenteurs [[ mais non légaux vu le non partages des plus-values depuis 1974, la non indexation du SMIC (C pour Croissance) à l’inflation « réelle » (pas celle de l’Insee) qui entachent d’illégalités ces criailleries de c’est à moi c’est à moi…Oui, après redistributions, qui n’ont pas lieu, seulement ! La Vème peut (aussi) servir à se défendre lorsque…la vraie politique ne se fait pas à la corbeille !]] des titres de propriété – que ce soient des entreprises, des terres agricoles ou des médias – mènent contre ceux qui n’ont que leur force de travail, manuelle ou intellectuelle. Nous parlons d’une oligarchie pour désigner une concentration [[ illégale ]] des pouvoirs, y compris la politique, et des richesses entre quelques mains. Les « gilets jaunes » que nous avons rencontrés nous ont paru manifester une conscience de classe, une colère de classe très déterminée. [[ sauf qu’elles/ils disent qu’ils travaillent pour tous (le macronisme lui c’est contre quasiment tous !). Et donc qu’ils transcendent les bassesses bourgeoises en visant une société sans classe…D’ailleurs, sans drapeaux de filiations, tout le monde même les riches peuvent entrer dans leurs manifestations. Essayez et vous verrez !]]

Vous aviez récemment parlé d’un renversement de la violence symbolique. Pour la première fois, « les riches ont tremblé » ? Monique : Oui certainement ! Nous avons entendu de l’inquiétude et de la colère face à la violence contre les banques. « Tu as vu, ils s’en sont même pris à notre Société générale ! », comme l’a dit une femme à son mari, rue de Grenelle, le dimanche matin après le passage des « gilets jaunes ». La violence des graffitis contre les symboles du capitalisme mais aussi contre Emmanuel Macron personnellement font trembler dans les beaux quartiers. Les puissants et les nantis savent très bien que leurs richesses et leurs pouvoirs sont arbitraires et qu’il suffirait d’abolir le fait que la propriété des moyens de production donne le droit d’exploiter les travailleurs pour que leurs fortunes s’écroulent [[en effet, le dire c’est comme le faire !]].

…ce qui éclairerait au grand jour (aussi) l’illégitimité de la plupart des élus qui font carrière en politique, volant ainsi à vie la parole du peuple ! On voit également émerger une volonté de contrôler les élus. Que pensez-vous de la possibilité d’instaurer des référendums révocatoires ? Monique : Je reconnais avoir des difficultés à la traduction de ma colère sociologique dans le domaine politique. Mais je pense que le contrôle des élus est absolument indispensable pour redonner ses lettres de noblesse à la politique.[[ pour le moment, nous n’avons que des gouvernements de…voyous. Ce n’est donc pas difficile de faire mieux !]] C’est pourquoi les discussions des « gilets jaunes » sur les ronds-points et lors des grandes manifestations du samedi sont pour nous les vrais lieux de la discussion politique. Aujourd’hui, tous les dominos sont penchés dans le sens des intérêts de l’oligarchie. Mais, du jour au lendemain, ils peuvent se retourner dans l’autre sens, et ce, à l’échelle d’une planète totalement financiarisée et marchandisée. Est-ce que les populations du monde vont se laisser anéantir ? Toutes les inégalités sont en train de s’interconnecter avec le dérèglement climatique. Les « gilets jaunes » et leurs soutiens s’inscrivent dans ce soulèvement-là. »…Et il semble que la Réalité soit en train de leur filer de bons coups de mains. Chaque jour, les discours incohérents des pouvoirs tissent la nasse énergique qui va  - comme disait Blaise Pascal – les rendre « tout suspendus en l’air comme des jambons au plafond, tout abstraits de nos sociétés »…oui il a vraiment écrit cela !

…………………………*************************************

Reprenons le peu d’argument que peut se permettre la macronisme : dès qu’il fait comme nous de tout vérifier et expliciter aux regards de toutes et tous (ce qui est, effectivement, prendre tous les risques puisque des actualités pourraient contredire frontalement ! Ce qui nous est pas encore arrivé…)…Prenons l’ISF (sans demandes malencontreuses de garanties !) c’est …attendre des résultats. Mais déjà dit il y a 3 mois et 6 mois, etc.…une attente sempiternellement reconduite, alors ? Genre que fais-tu là ? J’attends attendre ! Bref – avoir besoin de tant et tant d’aides et d’artifices afin de Prouver que le capitalisme libéral (celui de la plus grande des mauvaises fois comme nous l’avons vu) est – naturellement (soit sans aide ni coup de pouce) - le meilleur des systèmes…fait un gros gros flop : c’est en n’aidant plus anormalement les riches, en les laissant se débrouiller tout seuls que leurs…mérites mériteront, alors, d’être mis en avant. Et donc ? S’il y a des personnages qui sont incapables de comprendre et de ressentir la société et son…social, ce sont bien ces personnages…entretenus, pouponnés comme des gamins, par l’argent public, de politiciens qui méritent tant…d’être dits complètement hors des réalités…

Tout vrai écrivain (et nous en savons quelque chose) vit ce qu’il conte et raconte en s’immergeant dans  tout ce dont il/elle parle – impossible de trouver le cœur de sujet en restant dehors (de hors !), sans y aller vérifier ses…émotions et ses sentiments…Et de se placer (psychorigides, raides dans ses arrogances, congelés dans une armure de préjugés et d’idées fausses, etc.)…tellement hors du territoire à labourer en croyant que vu de surplomb offre une meilleure vision ( à part le plomb le surplomb ne pèse pas tant que cela dans les réalités …terre à terre !) c’est se…planter dans le seul désert sans racines :

Oui, en ce 2 mars, c’est bien le macronisme qui est devenu…

…………………………………………..entièrement inaudible !

 

…..…..………(à suivre)

………….……………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

            Que la lucidité roborative des vrais débats nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 3  "Nul n'est  nul",  "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?»  et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ;  et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (Qui a démuni les démunis ? Qui a déshérité les déshérités ? Qui s'est emparés des désemparés ? Qui a détressé les détresses ? Qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs ? S’il y a endettés, ils sont toujours précédés des endetteurs. Pas de travailleur clandestin qui n’ait été créé par l’argent clandestin. Et sans capital au noir pas de travail au noir,  etc. Tout se tient et les causes ne pourront plus échapper à l’implacabilité de la logique. Le règne moral des trop riches vient de s’effondrer), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savaient plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration, ce qui est tellement pire.

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 5 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

…détalages d’étalages…
…détalages d’étalages…
…détalages d’étalages…
…détalages d’étalages…
…détalages d’étalages…
…détalages d’étalages…
…détalages d’étalages…
…détalages d’étalages…
…détalages d’étalages…
…détalages d’étalages…
L’évidence même mais chacun.e  ne regarde que sa soufrance au lieu de permetttre de la diviser par ce que lui retirait la…solidarité (du mot solide oui solide dès que l’on s’en sert – pas dans l’abstrait !)

L’évidence même mais chacun.e ne regarde que sa soufrance au lieu de permetttre de la diviser par ce que lui retirait la…solidarité (du mot solide oui solide dès que l’on s’en sert – pas dans l’abstrait !)

Franches insatisfactions galopantes

Franches insatisfactions galopantes

…détalages d’étalages…
Afin de s'élever toutes et tous...

Afin de s'élever toutes et tous...

Le maintien du LBD «a été fait pour sidérer et effrayer, pas pour la légitime défense »....Dire comme ceci c'est admettre avoir tort en fait !

L’ONU ACCUSE L’ÉTAT FRANÇAIS D'AUTORITARISME !

Monique Pinçon-Charlot : «Les gilets jaunes sont en train de nous rendre le service du siècle»…soit parvenir à la plus grande Unité si salutaire…

Piqûre de rappel…Le pire est déjà bien là, la politique du pire est accusée mondialement…GILETS JAUNES : LES BLESSÉS QUI DÉRANGENT…aucun policier n’a subi la même chose, sinon ils auraient été montrés…Le pire c’est que le gouvernement cache, oui cache vraiment la RÉALITÉ de ce qui s’est concrètement passé…Ces blessé.e.s les dérangeront…chaque jour…Solution : admettre qu’ils sont des victimes d’une injustice très évitable…et que tous les torts sont dans la répression !

Démocratie : Marketing politique pour les pauvres? Francis Dupuis-Déri (2 h 13)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

46h1sg5zp9 03/12/2019 18:18

Fixed-Price - Intermediate ($$) - Est.