De toutes beautés… 3/8

Publié le par imagiter.over-blog.com

De toutes beautés… 3/8

L'ardeur c'est arder, soit prendre feu, brûler indéfiniment de pur bonheur. Soit, vous avez l'échec existentiel absolu de la vie bourgeoise, que semblent vanter les médias (une vie séquestrée par les objets) soit vous avez un permanent feu de joie d’une liberté intérieure sans obstacle, tant calomniée par les médias…désaccordés, plus dans la corde. Il suffit de goûter au lieu de contre-discuter (discuter à l'envers pour détricoter, à coups de mauvaises fois, toute saveur!). Le cœur représente un cadeau permanent. Qui nous l'a offert? Cela reste un mystère !

 

Draggoon, le meilleur ami de Dolphy [[ héros des 1ères parties, celle de l’envol dans les airs tel un oiseau mais dans des conditions naturelles… sans appareils autre que un corps…adapté, plutôt adopté par la Nature ! Oui, il n’en est pas parlé dans ces extraits (ni de Dolphy ni des envols)…]]  possédait le don de trouver le cœur de tous les débats. Les plus inextricables broussailles encerclant le centre du problème. Les arguments tellement emberlificotés que tout sens de l'orientation s'y faussait en une seconde. Tout un magma dissimulant la forme fondatrice que vos regards démêlent jusqu'à sa racine lumineuse. Tout ce qui épuise et lasse de complexités…évitables. Le sac de nœuds borroméens. Les sots assauts incessants des difficultés. Son regard laser débrouille tout cela et jette toute brouille sur les épines possessives.

 

-  Donc, il faut réussir plein pot afin d'obtenir le droit de changer ce système?, désobstruait notre Draggoon.  Or, cette manière de procéder aspire toutes les chances incluses dans ce conseil. D'abord, puisque ce choix risque de le renforcer fortement, ce système. Donc de nuire aux autres : démotivés et découragés de vouloir le transformer…Ce qui n’aboutit qu’à ? Reconstituer les sacs de nœuds de l'insoluble. Puis, si vous n'avez pas oublié que le but premier était de changer, vous allez ramer afin de rattraper le temps perdu, d'annuler tout ce que vos actions ont produites. Et vos efforts risquent de s'émousser avant de parvenir à rétablir, en moins bien, la situation de départ. Résultat: recul de cinq pas.Avancées que de 2 ! La réussite ne serait-ce pas plutôt de changer immédiatement, d'atténuer à l'instant les nuisances aux autres etc. Bref, c'est comme de dire que, pour rester sain, il est préférable de s'entièrement polluer. Pour arrêter de fumer il faut fumer encore plus. Afin de changer vos habitudes il plongera l'autruche dans la tête de continuer tout pareil. Société de mauvaise foi détectée par ses oxymores mêmes. Ce système semble trop parsemé de nombreuses phrases vénéneuses comme celle-ci "on ne peut changer le système que de l'intérieur". Le piège s'y dévoile extrêmement polluant. Et vous n'essayez, toujours pas de savoir qui lance de telles toxines? Vous préférez (comble de l'inefficacité!) nous désinformer en plaçant toutes les origines causales sur les pauvres, les manifestants, les alterautrechose etc. (ces claires impossibilités logiques !). Pour nous, vous avez rendu transparent la leçon que vous apparaissez tels ce genre de personnes qui ne peuvent se dire aptes comme portes-parole du changement. Les médias semblent penser autrement, ne laissant que parler que qui, structurellement, empêchera toute transmutation. C'est très loufoque, pas du tout sérieux, planant dans la totale incohérence. Sans doute, que plus personne ne les oblige à raisonner sainement…

 

Street-art-dans-le-13e-arrondissement-Rue-des-5-diamants

Parvenir à représenter tout le débat, l'animer physiquement et, avec les différentes parties de son corps, nous distiller chaque sensation contenue dans ce qui constitue l'entier débat. Savoir demeurer global vous surpasse vous-même. Vous dépassez de partout la forme que vous supposiez vous contenir. Vous dansez chaque argument et en buvez, sans la  moindre crispation, le nectar. Bref, vous ne vous privez de rien ( vous restez dans le public de la supra liberté…). Cette époque infiniment masochiste, se dépouille des meilleurs d'entre nous. Fait proliférer les objets mais rétrécit la chaleur humaine à la famine chronique. Cette époque se dépossède (…niveau vraies valeurs c’est moins (-) 10 000 !) de quasiment tout le potentiel inscrit en elle. Mentalement, pour la majorité op-Primée, pas un centimètre de franchi depuis le cerveau préhistorique. Les mêmes pulsions de fond prédominent. Le cerveau magique (il peut "tout" à coups de simulations réellement apprises avec chaque mouvement corporel correspondant !) n'est entrevu que par les si réalistes anti-conformistes. L'intelligence sensuelle (stupidement bafouée par les hédonistes, ces si scandaleux soutiens de la civilisation de mort, qui ne rencontreront pas une seule extase !) s’éclot méconnue, voire calomniée (…et pourtant elle existe…).

 

L'amour social (l'alignement de l'amour physique, des sentiments ET des "pensées d'amour » !) demeure plutôt impratiqué. Etc.

 

Bref,  partout que des privations – des privatisations - collectives aberrantes.

 

………………………………… De quoi se punissent-ils donc ?

 

……….et pas nous, qui avons vécu tout ce qui est anté dans ce document !

 

 

…………………..................***********************************

>>>> ***-- Que pourraient incarner ces drôles de créatures, les « Furtifs », dans la société d’aujourd’hui ?...Alain Damasio : Ce sont des poches de liberté, des brèches dans un monde de plus en plus contrôlé, pas seulement par les multinationales ou les gouvernements, mais aussi par nous-mêmes : un père demandant à sa fille d’être « ami » sur Facebook pour voir ce qu’elle y poste, un enfant qui regarde l’historique de navigation de ses parents, un patron employant un hacker pour regarder quel salarié il embauche, ou réciproquement le salarié qui « googlise » le futur patron avant un entretien d’embauche… Nous sommes tous dans ces illogiques de panoptique, où nous essayons d’avoir un maximum d’informations. Cet empire du contrôle et de l’intra-contrôle s’est étendu, notamment grâce au numérique qui lui apporte une extension incroyable [[… et ce faux contrôle nous enserre de son corset mental, de sa pression désaffective, de la perte de spontanéité des émotions, oui de la si gratuite et incroyable jooooiiiie de vivre (elle ne coûte rien et surgit en nous dès que nous acceptons de recevoir le flux …naturel de la vie !). Nous perdons l’essentiel à jouer les petits chefs d’un si petit monde (t’as l’info, t’es sur le sommet oui mais sommet loufoque d’une échelle…pas de quoi pavoiser, c’est pas un sommet ça…Pire ? Qui a lâché la vraie vie pour un fantôme d’image d’une vie non…vécue (ressentir, goûter chaque découverte, chaque savoir et ne plus courir l’info ça c’est la différence entre se goinfrer irrespirablement et savourer extatiquement, chaque bouchée prenant le temps long de la gratuité qui prend tout « son »…temps – demeurer spontané.e en tout, disponible, oui ouvert.e à l’immense évènement qu’est le quotidien le plus banal….Là est le plus actif des contrôles, là où le gouvernail de nos journées n’est qu’à nous. Et comment mieux échapper à tout contrôle qu‘en ne sachant pas soi-même à l’avance les phénomènes que nous allons faire exister ? N’étant pas auto-programmé.e.s nous échappons à tous leurs minables programmes. L’instinct nique trop aisément ces psychos-rigides. Eh ouais, tu regardes cette quincaillerie d’un peu haut, tu l’as vois se carapater l’antenne entre les jambes !]],  

Alain-Damasio-Les-Furtifs-La-Volte-ultra-libéralisme-ZAD-pouvoir-aliénation

C’est une métaphore à laquelle j’ai beaucoup réfléchi : pendant longtemps j’ai pensé qu’on était sur une plaque d’argent ou d’acier, et que des points de rouille allaient piquer la plaque et progressivement faire des trous [[ que le système allait rouiller, tomber en morceaux, devenir obsolète de par lui-même…]]… Mais c’est assez négatif comme image. Désormais je vois plutôt les choses comme ça : le capitalisme est comme de l’eau, qui s’insère dans tous les interstices. [[ toujours comme un minable voleur, sans jamais avoir été invité !]]. Dès qu’il y a une petite pente ou un défaut de gravité, cela vient tout remplir [[ or lui n’est qu’un…vide mental et affectif…juste des pulsions primaires qui ne savent ni ce qu’elles font ni où elles vont – de qui refroidir à la seconde toute admiration envers ces…cochonneries !]]. Il y a un côté extrêmement liquide dans le fonctionnement du capitalisme qu’a bien montré Deleuze, ce côté déterritorialisé [[ sauf pour qui a le cœur le plus évidement à… l’extérieur de soi. Oui ? Le cancre capitaliste fuit de partout devant qui prouve que le sentiments foutent toujours K.O. les affaires qui ne sont pas …à faire !]] , dans lequel on patauge, dans lequel on se noie tous à moitié. Il faut plonger, fendre un peu la croûte terrestre pour faire remonter le magma, pour faire émerger un îlot [[il suffit juste d’être soi-même, soit une fusée indomptable qui perce d’insistance toute les carapaces (celle de ton cœur peureux aussi…hého depuis que tu es né tu ne l’as jamais sorti pour aller visiter le monde et tu te fais croire révolutionnaire, oui des allumettes utilisées pas plus !). Pendant ce temps toutes les prisons n’ont de murs  constitués que d’idéologies...Fais pas chier,  c’est pas dur à foutre en l’air…alors qu’est-ce que tu fous, parmi les… fous ?]]. C’est un processus qui nécessite beaucoup d’efforts [[ eh oui – c’est le seul …secret : si tu fais pas d’efforts, t’es « leur » prisonnier pris aux zoniers !]], et tout d’un coup tu fais sortir une énergie, une chaleur et ça remonte à la surface [[ rester au-dessus de leur merde vraiment miteuse juste pour un…. Petit effort, non nul-le n’a aucune d’excuse de ne pas s’auto-libérer. Vivre en toutes…initiatives n’a pas de prix. Cela tombe bien puisque tout ce qui est grandiosement gratuit dans nos vies (donc authentique donc spontané) est le premier acte de résistance tranquille : ce système de minableries (dont les gardiens se vautrent dans des nullités absurdes) n’a vraiment aucun…attrait lorsque tu t’es chargé jusqu’à la gueule de toute la beauté du monde (par exemple – mais il y a tant d’autres possibilités…vacantes comme les vacances (de… être et rester vacant.e ! même lorsque (soi*-disant) elles seraient finies)…]] … Il y aura un îlot, puis un autre îlot, puis un archipel, et peut-être un pays [[ nous commençons à nous y faire oui à quoi ? A ce que l’histoire de l’émancipation actuelle ne peut que surpasser leurs pitoyables images de ridicules matons …]]. C’était un peu ça, la ZAD. Il y avait tellement peu de choses avant l’émergence de la ZAD que nous sommes tous allés là-bas et c’est devenu une plateforme.

Il faut surtout garder cette idée de pluralité, parce qu’il n’y aura pas une révolution unique [[ disons déjà que si chacun.e fais Sa révolution et ne cherche plus le modèle de La révolution-évolution, nous sommes de plein pied dans la pluralité, dans le savoir des…diversités ! Qui aiment les diversités chez les autres…]]. On ne va pas réinventer une pensée unique qui va structurer le monde. Chaque fois qu’on a voulu le faire, cela a abouti à une catastrophe… L’homme est pluriel, il faut permettre à tous ces archipels d’exister. C’est la seule manière de retourner progressivement le capitalisme et d’amener autre chose [[ Principe de la vraie culture, tu retournes la terre, le plus bas remis à la surface, et le champ se voit semé…autrement. Et la culture (soit tous les savoirs Manuels réunis) le fait dans Tous les domaines – ce que ce blog généraliste admet : chaque jour nous affrontons (avec une conclusion toujours victorieuse) un autre aspect de l’oppression générale prétendument Insurpassable – t’as qu'à croire !...Pas une oppression vécue par nous mais par …d’autres humains puisque pour nous il n’y a….nul.le étranger.e sur Terre que des humains non encore rencontrés ni abordés (tout le monde nous est donc connu et reconnu !) – ça simplifie vachement la vie. Autant dire que 90 % du poids de l’oPression vient de te quitter, ducon !). Et de ce fourmillement permanent (chaque jour nous vivons qu’un seul nouveau…pas va changer…la face du monde. Donc la manière collective de la voir. Un système ne s’abolit pas comme un cours scolaire, une liste d’infos, un plan géographique, etc. mais par l‘acte simple de le laisser…tomber, de l’évanouir, de le disparaître en nous. Hier, il nous faisait encore chier, aujourd’hui, il a… disparu de nos préoccupations. Ce pourquoi il n’y pas de premiers de la casse, mais juste des pionniers, dans avant-gardeurs, des acharnés à tout essayer afin d‘ouvrir les portes. Toutes les portes. Tout le monde peut être celle /celui qui, étant incidemment le plus proche, va… nous ouvrir la porte de la Fête insurpassable de la Libération collective, oui ce 14 Juillet – ou toute autre date - de l’immense joie d’ensembliers d’un peuple dégagé de ses chaînes…de routines, d’acceptations irréfléchies, de béances d’absences de désirs…ardents, etc. Le tout transcendé par laisser…tomber ce qui tombe de soi-même (les faux dirigeants ) ! Plus le dégagisme mais le …dégageons-nous de tout ça…plus bref et plus efficace…]]. Et le capitalisme finira par s’effondrer, c’est un système extrêmement récent, très absurde même s’il a beaucoup de capacités de résilience [[ qui n’existe que parce que trop peu vivent SANS LUI…oui dans le coeur, le corps sensuel, les émotions plus libres que la liberté et les têtes qui ont tellement plus de tête que ce fond des conneries ! Sans le système…à jamais et pour toujours…sans !]].

Nous [[ correction …certain..e.s]] vivons une sorte de servitude volontaire à la technologie ? Le philosophe Byung-Chul Han l’explique très bien : le stade avancé du pouvoir libéral actuel, c’est de permettre aux gens de maximiser leur auto-aliénation [[ donc il y toujours les futés qui ne s’auto-aliénent plus du tout. Qui sautent direct dans la joie de n’être qu’elles/qu’eux-mêmes. Qui n’imitent jamais rien, évitent tous leurs objets sordides, ne croient à aucune de leur image (si hideuses de n’être que de… plastiques) oui qui vivent en jouissant de la…souveraineté indétrônable de rester…Simples, simplement simples. Soit inaccessibles à leurs corruptions (les faux dirigeants veulent juste ceci : nous faire tomber dans ces complicités à …leurs dépravations…parce que nous avons un côté qu’on peut acheter (vous voyez bien vous êtes comme nous, postillonnent-ils) – sauf que si pour toi c’est de la merde sans valeur, il n’y a plus rien en eux qui t’attire, mais tout qui te …répugne. Donc t’éloigne comme un vrai hors…bord ! De tous ces laissés au bord de la route du vrai progrès qui est…Social ! Archi perdants partout, ce sont eux…]]. L’aérodynamique du pouvoir est géniale juste perverse : les gens viennent eux-mêmes prendre dans l’armurerie proposée par les GAFA. Ils reprennent leurs outils, les applications, sans qu’on leur mette un flingue sur la tempe ou qu’on les y oblige. Parce que cela obéit à des lois du moindre effort, à un outillage de la paresse, à une forme de dévitalisation assez glaciale, à plein de choses consubstantielles à l’être humain [[ seul.e qui n’a aucune exigence peut devenir prisonnier…si, à chaque seconde, tu n’admets pas que ce système te foute ses pattes si sales dessus, c’est garanti qu’il te les foutra pas. Ensuite ? Avec le plus de la bienveillance, tu vas te bouger pour faire changer les autres autour de toi. Et ton ilôt va vite devenir…un continent entier ! Non ils n’ont vraiment aucune prise…sérieuse sur nous. En tout nous sommes comme de l’eau, fluide et libre : ils croient refermer leur main ils n’ont que notre absence à la place…absence de ce qui constitue leurs grotesques manipulations. Si t’es jamais là où c’est…prévu comment pourraient-ils te manipuler ? En commençant par Où ? Le libre est partout et son centre n’est nulle part.  Plus insaisissable ? Tu vois bien que c’est toi qui les manipules…en vrai !]]. Tu te sens globalement bien dans ce techno-cocon, cette matrice attentive. C’est l’endroit où tu vas te sentir un peu dorloté, choyé. Chez les ados, au moment où ils se confrontent aux difficultés de l’âge adulte et aux autres, c’est particulièrement marquant : là, ils peuvent filtrer leur communauté, regarder ce qu’ils ont envie, se distraire et se détendre… Alors pourquoi ne pas y aller ? C’est très difficile de leur expliquer qu’un désir, ça se construit. Et que la vitalité vient aussi de l’extérieur et de l’altérité [[ qui se vautre dans le non- effort ramasse le max de toutes les pollutions – avoir un cœur propre comme un sous neuf non ça n’a pas de prix. Cela vaut donc le coup ! Juste un petit…effort et le monde entier va t’appartenir…allons allons, y’a pas photo…]].

Face à cette situation, vous défendez le « vivant » : qu’est-ce que cela veut dire, concrètement ? C’est renouer avec la nature, les arbres, les plantes… Cela ne veut pas dire embrasser des arbres, mais simplement comprendre comment le vivant s’interconnecte et comment nous sommes en symbiose avec lui. C’est aussi renouer avec les «ancestralités animales» [[ instincts, vrais envols chamaniques et tutti quanti…]], qui sont consubstantielles à ce que nous sommes, et communes à plein d’espèces. L’humain est habité par des affects, des percepts et des concepts. Les affects, c’est tout ce qui vient nous toucher, les émotions, la sensibilité – le pouvoir d’être affecté, comme dirait Spinoza [[ mais plus simplement les mots…les affections sont ces chances exquises d’être affecté.e.s…. En effectif affectif. Il n’est que de voir la gueule du paysage lorsque c’est…désaffecté. Donc sans affection, sans effectif affectif, sans présences d’attentions attentionnées…non le langage tout simple reste un milliard de fois plus…subversif que quiconque. Avec lui c’est autoémancipation grand braquet (il a vaincu pour toujours toute novlangue, ducon !). Nous le savons dans toutes nos fibres : nous vivons en compagnonnage/concubinage et amour libre avec lui (le simple langage) depuis tant de temps …le temps d’y avoir plus que goûté. Le trésor des trésors, il a toutes les clefs de tous les coffres faibles… ]]. Les percepts, c’est comment on voit les choses, ce à quoi nous sommes attentifs [[ attentionnés…]]. Pour moi, politiquement, c’est la clé : on ne changera pas la société si on n’agit pas sur le mode de perception des gens [[ déjà fait pour nous – et nous transmettons, jour après jour, que de la bonne qualité : émancipations hautes fidélités !]]. Par exemple, il m’a fallu beaucoup de temps pour me rendre compte que je n’étais pas attentif aux enjeux de genre, notamment dans la prise de parole publique. J’étais du bon côté de la barrière [[arrière !]] : un mâle blanc qui n’en n’avait pas souffert. Mon mode de perception [[c’est qui le percepteur déjà ?]] n’était pas assez éduqué. Et c’est parce qu’il a changé que mon comportement a changé : quand ta perception change, tout change. Pareil pour l’écologie. Il y a plein de situations où je ne percevais pas le problème : balancer quinze litres d’eau potable pour évacuer un pipi qui ne gêne personne, et le faire dix fois par jour, je m’en foutais. J’ai appris à percevoir mon pipi autrement : constitué à 99% d’eau, qui ne pollue rien. L’écologie n’arrivera à rien tant qu’elle n’aura pas changé les modes de perception. »…Bien dit, mais le faire en GRAND ? (tous les docs existent déjà…suffit de les diffuser plein pot…)

…………..................*****************************************************

 

De quoi se punissent-ils donc ?

 

……….et pas nous, qui avons déjà vécu tout ce qui est anté dans ce document !

 

Oui c’est frustrant : notre tout pionnier (pionnier pas premier !) livre c’était Comment changer toutes les perceptions et le monde change et ils en seraient… encore… ?

Et toujours à la porte, tout dehors, et même pas entré.e.s ? Faut se décider

………………………………..Pour devenir enfin…décisifs !

 

……….    …(à suivre)

……………………**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

                      Que la vaste gratitude nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 5 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Couverture : Holidogtimes.com….Ici : Street Art 13…photo de : cyberdilou.canalblog.com

Couverture : Holidogtimes.com….Ici : Street Art 13…photo de : cyberdilou.canalblog.com

il n”y a rien de plus beau que qui a eu le Coeur brisé et qui croit toujours dans la beauté de l’amour…(anonyme)

il n”y a rien de plus beau que qui a eu le Coeur brisé et qui croit toujours dans la beauté de l’amour…(anonyme)

De toutes beautés… 3/8
Durant l’été ; quelques chapitres d’un livre vont surgir. Il n’y pas de titre car trop en fait. Ceci fera humble mais lumineuse variation des styles habituels.

Durant l’été ; quelques chapitres d’un livre vont surgir. Il n’y pas de titre car trop en fait. Ceci fera humble mais lumineuse variation des styles habituels.

de King fisher

de King fisher

boulevardparis13.com

boulevardparis13.com

Hisakata Hiroyuki….Les Japonais ont d’ailleurs 3 différents mots pour décrire « l’essence du Shiba » : Kan-i, en référence à leur vigilance et leur bravoure; Ryosei, en rapport à leur loyauté et leur obéissance; et Soboku, qui décrit leur belle apparence naturelle.

Hisakata Hiroyuki….Les Japonais ont d’ailleurs 3 différents mots pour décrire « l’essence du Shiba » : Kan-i, en référence à leur vigilance et leur bravoure; Ryosei, en rapport à leur loyauté et leur obéissance; et Soboku, qui décrit leur belle apparence naturelle.

Street Art 13 de storage. canalblog

Street Art 13 de storage. canalblog

La P'tite Fumée ft. Les Ramoneurs de Menhirs - Thunderbreizh

Mélanie Safka…secondes guitares...ardentes...

2 guitares de l'est à l'ou est...le monde enfin unifié...par le bas...

baba c'est le papa montagne en...turc...

s'envoler...sur la puissance de l'énergie...

et surtout n’oublier personne…n’oublier jamais personne…même si c’est si beau : Yemen blues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article