Les trajets qui nous sortent de nous-mêmes…

Publié le par imagiter.over-blog.com

Les trajets qui nous sortent de nous-mêmes…

Nous aimons les regards qui nous ouvrent les regards. Oui ? Voici ce qui est arrivé. Ayant reçu le courrier d’un regard qui interroge carrément l’Europe, celui de Gaspard-Hubert, le chemin de la curiosité a apporté des réponses et des éclaircissements. A ? Comment peut-on inciter l’Europe à se voir autrement ? Puisque si elle se voit autrement, peuvent changer ses comportements envers l’Afrique. Affaire cruciale s’il en est…En fait, le regard de Gaspard-Hubert porte la vision de tant d’africains à la fois, de sa terre qui lui colle au corps comme des traditions qui lui semblent apporter le souffle sain des siècles. Comment changer au mieux, alors, ce qui fait obstacle à l’unification de l’humanité, serait le but global ? Découvrons ensemble d’où part un tel élan et où il nous… amène ?  À la suite de la sortie de son dernier ouvrage intitulé « Le regard africain sur l’Europe », l’essayiste et acteur politique congolais Gaspard-Hubert Lonsi Koko a répondu aux questions du blog « Imagiter ».

1) Gaspard-Hubert Lonsi Koko, d’où partez-vous afin d’affronter le regard africain sur l’Europe ?

Je suis un natif de Léopoldville, actuellement Kinshasa, des parents Bakongo. Vivant en France depuis août 1983 et partageant désormais mon existence entre Paris, Kinshasa et les secteurs de Luila et Ngufu dans le territoire de Madimba dans la province du Kongo central en République Démocratique du Congo, mon corps, lequel est pourtant prisonnier, s’est expatrié tandis que mon esprit, lequel est en principe libre, est resté dans la terre de mes ancêtres.

Mon regard n’est que l’une des visions de tant d’Africains, et aussi de beaucoup d’Africanistes, sur le tumultueux rapport entre les continents africain et européen. Il n’est nullement question de l’ironie du peintre, ni d’ailleurs de la culture du savant, mais du devenir de l’Humanité et de l’avenir de milliards d’êtres humains.

2) Quelles sont vos qualités personnelles qui vous arment pour tous ces questionnements constructifs ?

« L’arbre ne s’élève qu’en enfonçant ses racines dans la terre nourricière », dit un vieux proverbe touareg. Au-delà de mes qualités personnelles, lesquelles s’ancrent profondément dans des convictions et des valeurs bantoues, on n’oublie pas d’où on vient lorsqu’on ne sait plus où on va. Ma conception du socialisme jaurésien me pousse à avoir le courage « d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ».

3) Avez-vous une opinion toute personnelle concernant le franc CFA et son futur ou son dépassement ?

Il est très important de rappeler que le contrôle de la monnaie d’un pays par un autre État induit une sorte de servitude. C’est le cas notamment du franc CFA, dont le taux d’échange est subordonné à l’euro via la Banque de France. Cela encourage de facto la double tutelle – française et européenne – de l’économie et de la politique d’une quinzaine de pays africains pour des sommes annuelles d’à peu près 20,6 milliards d’euros.

Le développement du continent africain, à savoir sa véritable indépendance, est fonction de l’indexation des monnaies des pays qui le composent. Je reste convaincu que l’indexation des monnaies africaines, ou tout simplement de la monnaie africaine, sur les richesses nationales ou régionales, pourquoi pas continentales, contribuera indéniablement à la bonne gouvernance, à la paix sociale et au développement économique de l’Afrique.

4) Plus spécifiquement, à partir de l’Alliance de base pour l’action commune (ABACO), dont vous êtes le Premier vice-président, comment pensez-vous installer la démocratie quotidienne en République Démocratique du Congo ?

Dans l’absolu, l’ABACO axe ses propositions sur des valeurs susceptibles d’asseoir une politique humaniste en vue de la Liberté, de l’Égalité, de la Sécurité et de la Paix.

La Liberté, parce que l’ABACO souhaite la plénitude de la vie dont doit jouir le citoyen congolais. C’est la souveraineté dont doit bénéficier le peuple pour choisir ses représentants ou ses dirigeants. C’est l’indépendance de la Nation dans la détermination de son avenir politique.

L’Égalité, parce que l’ABACO milite davantage pour que les Congolais vivent dans une société qui doit donner à ses enfants les chances similaires, les opportunités identiques pour bâtir la collectivité nationale et défendre la Nation. Cette dignité doit être apportée par les pouvoirs publics dans la vie quotidienne de chaque citoyen, pour que ce dernier puisse s’épanouir.

La Sécurité, parce que l’ABACO tient à la protection des droits de l’individu et de la collectivité nationale, à l’harmonisation des droits individuels et des libertés publiques en vue de garantir la paix, à la concorde et à l’unité politique de la Nation. La justice doit en principe protéger les plus faibles contre le pouvoir de l’État et de l’administration publique.

La Prospérité, parce que l’ABACO compte sur la meilleure gestion des ressources abondantes de la collectivité publique, celles-ci devant être mises à la disposition des citoyens pour assurer le succès et le rayonnement, la puissance matérielle et la souveraineté politique, le confort social et l’épanouissement économique des populations.

5) Enfin, quels sont vos souhaits, s’agissant des idéaux, pour notre futur commun ?

Que l’Ubuntu – cette sagesse bantoue, donc africaine, à dimension universelle et à base de gentillesse humaine – puisse incarner plus largement les idées de connexion, de communauté planétaire et d’entraide en vue des échanges sociaux, culturels, éducatifs et économiques justes, pérennes, solidaires, à jamais respectueux. L’Afrique étant encore le continent de l’utopie par excellence, à en croire Oscar Wilde, sa carte ne pourrait qu’être digne d’un regard. « Une Afrique digne du monde nouveau qui sera demain », aurait dit Léopold Sédar Senghor. Soyons donc confiants, et non diplomates ou panglossiens, ni jésuites d’ailleurs, s’agissant des relations à venir entre l’Afrique et l’Europe.

…………………….............********************************

...........................................******************************

>> Nouveautés <<– telle une nouvelle forme qui accueille tout ce qui inForme  et nous ouvre à son inFormation ? – de nouvelles connaissances avec les connaissances (ces chers amis) ? beaucoup d’inédits ?, etc. : à coup sûr, du jamais trop tenté encore. Or, les qualités ne s’usent jamais même si nous nous en servons jusqu’à plus soif. En un mot ? Principalement, nous introduisons des questionnements transversaux sur les réponses de Gaspard-Hubert Lonsi Koko. Pour en extraire, en plus (nous espérons du moins), le meilleur du meilleur

1) Gaspard-Hubert, d’où partez-vous afin d’affronter le regard africain sur l’Europe ?

Je suis un natif de Léopoldville, actuellement Kinshasa, des parents Bakongo. Vivant en France depuis août 1983 et partageant désormais mon existence entre Paris, Kinshasa et les secteurs de Luila et Ngufu dans le territoire de Madimba dans la province du Kongo central en République Démocratique du Congo, mon corps, lequel est pourtant prisonnier, s’est expatrié tandis que mon esprit, lequel est en principe libre, est resté dans la terre de mes ancêtres. Mon regard n’est que l’une des visions de tant d’Africains, et aussi de beaucoup d’Africanistes, sur le tumultueux rapport entre les continents africain et européen. Il n’est nullement question de l’ironie du peintre, ni d’ailleurs de la culture du savant, mais du devenir de l’Humanité et de l’avenir de milliards d’êtres humains.

>>> ** - Qui a le don des «trajectoires» peut le déployer en, 2 grandes directions : « voir » tout le chemin intérieur et existentiel qu’il a…fallu parcourir afin de parvenir à… dire telle phrase ou incarner tel comportement. Et, à partir des mêmes éléments, chez un jeune humain, «voir» tout son potentiel, toute la pelote qu’il va dévider, tout l’arc «en» ciel de sa vie et les flèches qui vont en partir. Ceci se sait par un approfondissement permanent des sensibilités (ce qui se nommait, avant, dans le temps où le temps existait, un être «expérimenté» - tout simplement qui, face à n’importe quelle confidence, (se) rend compte avoir déjà «ressenti» et «vécu» (d’une toute autre façon, d’accord, oui mais cependant très proche) ce qui est confié. Et ? L’anticulture actuelle (produite par les pouvoirs pervers afin d’empêcher toute progression concrète de l’humanité) n’est faite que de tintamarres et de conneries « anti-existentielles » (arriver avant d’être parti – obtenir les résultats avant que ne naissent les œuvres et les services – avoir les réponses avant les questions – et autres fumisteries dont se gavent les pervers narcissiques qui encombrent, depuis quelques années, tous les lieux publics). Et alors ? Notre expertise (tellement plus difficile qu’une expertise sur une « tête d’épingle » disciplinaire) dit : voici le trajet d’un être qui a «bien» franchi et vraiment tout éprouvé le long du chemin.

………….Qui veut s’enrichir à coup certain peut parcourir un périple similaire.

2) Quelles sont vos qualités personnelles qui vous arment pour tous ces questionnements constructifs ?

« L’arbre ne s’élève qu’en enfonçant ses racines dans la terre nourricière », dit un vieux proverbe touareg. Au-delà de mes qualités personnelles, lesquelles s’ancrent profondément dans des convictions et des valeurs bantoues, on n’oublie pas d’où on vient lorsqu’on ne sait plus où on va. Ma conception du socialisme jaurésien** me pousse à avoir le courage « d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ».

** Chanson-Démocratie-radicale-  (2 ans après cette chanson nous avons découvert que le 1er article du journaliste Jean Jaurès se nommait… «Démocratie radicale» (ça ne s’invente pas)…Pour nous, Jaurès est le dernier des grands socialistes français…depuis il n’y en plus eu…Ceci est juste notre opinion)…

>>> -- *** Renforcements des certitudes ? En tout (et le faire devenir comme une seconde nature) c’est si fastoche – vérifier autant par la théorie que par la sensitivité. Parlons, là, des…crétins émotionnels (il y a le QI connu et le moins connu QE Quotient émotionnel – soit un brillant intellectuel dans les mots sans actes et sans vécus, peut donc parfaitement être un… arriéré émotionnel notable (Qe très faible). De graves inadaptés sociaux oui que ces crétins émotionnels… (ce qui importe tant dans notre époque de confusions de ne pas en être. Oui tel super prof n’entend rien, tel politique ne voir rien, etc. etc.).

Bien évidemment -  Gaspard-Hubert Lonsi Koko n’en est aucun de ceux-ci. Tout est incarné chez lui. Ce qu’il dit il l’a vécu…

………………..C’est donc une joie que de le rencontrer en vrai !

3) Avez-vous une opinion toute personnelle concernant le franc CFA et son futur ou son dépassement ?

Il est très important de rappeler que le contrôle de la monnaie d’un pays par un autre État induit une sorte de servitude. C’est le cas notamment du franc CFA, dont le taux d’échange est subordonné à l’euro via la Banque de France. Cela encourage de facto la double tutelle – française et européenne – de l’économie et de la politique d’une quinzaine de pays africains pour des sommes annuelles d’à peu près 20,6 milliards d’euros. Le développement du continent africain, à savoir sa véritable indépendance, est fonction de l’indexation des monnaies des pays qui le composent. Je reste convaincu que l’indexation des monnaies africaines, ou tout simplement de la monnaie africaine, sur les richesses nationales ou régionales, pourquoi pas continentales, contribuera indéniablement à la bonne gouvernance, à la paix sociale et au développement économique de l’Afrique.

>>> -- *** Il ne peut qu’avoir du changement, une évolution, un basculement, à envisager la fin du franc CFA. Vu qu’il n’y aucun statu quo et que les gouvernements français successifs conservent une position de rentiers trop avantageuse. Et si injuste. Sans rendre les services symétriques qui coûtent, alors, si cher pour bien peu. Complétons avec le lien récent :

Quitter-le-franc-cfa-est-ce-si-périlleux-?

4) Plus spécifiquement, à partir de l’Alliance de base pour l’action commune (ABACO), dont vous êtes le Premier vice-président, comment pensez-vous installer la démocratie quotidienne en République Démocratique du Congo ?

Dans l’absolu, l’ABACO axe ses propositions sur des valeurs susceptibles d’asseoir une politique humaniste en vue de la Liberté, de l’Égalité, de la Sécurité et de la Paix.

La Liberté, parce que l’ABACO souhaite la plénitude de la vie dont doit jouir le citoyen congolais. C’est la souveraineté dont doit bénéficier le peuple pour choisir ses représentants ou ses dirigeants. C’est l’indépendance de la Nation dans la détermination de son avenir politique.

L’Égalité, parce que l’ABACO milite davantage pour que les Congolais vivent dans une société qui doit donner à ses enfants les chances similaires, les opportunités identiques pour bâtir la collectivité nationale et défendre la Nation. Cette dignité doit être apportée par les pouvoirs publics dans la vie quotidienne de chaque citoyen, pour que ce dernier puisse s’épanouir.

La Sécurité, parce que l’ABACO tient à la protection des droits de l’individu et de la collectivité nationale, à l’harmonisation des droits individuels et des libertés publiques en vue de garantir la paix, à la concorde et à l’unité politique de la Nation. La justice doit en principe protéger les plus faibles contre le pouvoir de l’État et de l’administration publique.

La Prospérité, parce que l’ABACO compte sur la meilleure gestion des ressources abondantes de la collectivité publique, celles-ci devant être mises à la disposition des citoyens pour assurer le succès et le rayonnement, la puissance matérielle et la souveraineté politique, le confort social et l’épanouissement économique des populations.

-à>> * Question aux réponses un peu trop… abstraites (c’est notre avis). La vie quotidienne (qui possède la subtilité de venir de «quota», quantité, ce qui offre l’évident… quoter le quotidien ( y recevoir une dose de respect et d’attention). Et ? Les militants ne sont pas responsables des grands pontes des partis. Souvent ils sont bien mieux qu’eux. Et – autant les dits socialistes ont fait un mal d’enfer à ce pays et plus personne ne veut les voir en dirigeants jamais – autant cela vaut encore le coup de croiser les militants de base. A condition, petite, qu’ils ne se planquent pas tout le temps dans …l’abstrait de retrait. Oui en 4 = il peut nous mieux faire !

5) Enfin, quels sont vos souhaits, s’agissant des idéaux, pour notre futur commun ?

Que l’Ubuntu – cette sagesse bantoue, donc africaine, à dimension universelle et à base de gentillesse humaine – puisse incarner plus largement les idées de connexion, de communauté planétaire et d’entraide en vue des échanges sociaux, culturels, éducatifs et économiques justes, pérennes, solidaires, à jamais respectueux. L’Afrique étant encore le continent de l’utopie par excellence, à en croire Oscar Wilde, sa carte ne pourrait qu’être digne d’un regard. « Une Afrique digne du monde nouveau qui sera demain », aurait dit Léopold Sédar Senghor. Soyons donc confiants, et non diplomates ou panglossiens, ni jésuites d’ailleurs, s’agissant des relations à venir entre l’Afrique et l’Europe.

>>> --- ** L’art de poser des questions c’est celui d’entrer dans la discrétion (quasi invisible). Soit ? Offrir les meilleurs angles qui «peuvent» faire tant briller les réponses (oui, mine de rien !). En tout cas, qui font vraiment décoller tous les possibles. En plus, une batterie de plusieurs questions peut faire éclore judicieusement d’autres facettes inaperçues d’un personnage. Et le faire aimer. Et, en 5, une question avec multiples pointages (l’avenir de l’humanité). Où chaque mot compte. Où l’angle de l’altruisme et de la bonté peut être maximum (entrer dans le futur…commun – soit de tous). Ou bien se rétrécir douloureusement à une petite ambition personnelle. L’Humanité entière est plus que n’importe quel peuple. La clé de la plus grande liberté ? Chaque peuple n’en a qu’une partie. Et donc ? Vivre le cercle magique de tous les…points de vue (l’intelligence vertueuse) c’est ressentir et expérimenter tous les éléments de la clef entière. Donc de «ressentir» toute la Terre et tous les pays à la fois. Là le piège non-piège est de réussir… notre avenir commun existentiel (devenir l’humanité Une !).

Trajet donc qui CONTINUE de demeurer très… intéressant. Toutes les préventions disparaissent et les grilles se lèvent dans un bel ensemble…

…ce trajet mérite que beaucoup le suivent. Vraiment…Bravo à Gaspard-Hubert !!

 

…(voilà notre tribut à la tribu qui va faire naître l’Humanité à elle-même)…

 

…………..…(à suivre)

…………………………….%%%%%%%%%%%%%%

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

……………Que la profonde Unité de l’humanité nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savaient plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

 Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui ne prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration, ce qui est tellement pire.

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 5 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Gaspard-Hubert Lonsi Koko

Gaspard-Hubert Lonsi Koko

Les trajets qui nous sortent de nous-mêmes…
Culture Bakongo

Culture Bakongo

Luba et Linguala

Luba et Linguala

Luila et Ngufu dans le territoire de Madimba

Luila et Ngufu dans le territoire de Madimba

Oscar Wilde, la carte de l’Afrique est vraiment digne d’un regard

Oscar Wilde, la carte de l’Afrique est vraiment digne d’un regard

Le 12e sommet extraordinaire de l’Union Africaine qui s’est tenu du 4 au 8 Juillet 2019 à Niamey (Niger) s’est achevé sur la décision de créer une zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC).

Le 12e sommet extraordinaire de l’Union Africaine qui s’est tenu du 4 au 8 Juillet 2019 à Niamey (Niger) s’est achevé sur la décision de créer une zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC).

Les trajets qui nous sortent de nous-mêmes…
Ubuntu ou la gentillesse attentionnée ménera le monde...

Ubuntu ou la gentillesse attentionnée ménera le monde...

…je suis parce que nous sommes…

…je suis parce que nous sommes…

Au bout de leurs rêves de Gaspard Lonsi Koko…

Sur la philosophie bantoue : - Regards sur l'univers : pourquoi s'intéresser à la "philosophie bantoue" de Tempels ?

Comprendre pourquoi peut être désirée la fin du franc CFA

« Utilisez les mots pour comprendre d'où vous venez. Les mots sont la réalité des Bantu. Si vous devez chercher, cherchez dans les mots, car les structures de phrases sont dues à une culture."

découvrir notre Gaspard-Hubert

Moralisation de la vie politique en RDC: invité, Lonsi Koko Gaspard Hubert(ABACO)… 21 : 33

Publié dans trajets de vies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article