Qui dit non à dînons ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Qui dit non à dînons ?

Sur l’argent public, l’argent des autres, le respect républicain sur lequel d’aucuns s’assoient dessus ? Oui qui disent non et non à dînons ? Il y en a : l’Histoire future sera la leur. Car ? La question devient les idéologies peuvent-elles provoquer des formes de répulsions physiques ? A l’évidence oui. Celle du néolibéralisme qui repose sur les pires dénis du réel (si tout va bien  pour 1 % tout va bien  pour…tout le monde) en fait répulsivement partie. C’est que sa pédagogie de racismes par le haut devient une véritable plaie sociale, tentant de dissimulant, si maladroitement, toutes les conséquences dramatiques de ce système le plus infantile qui soit.

Et ? Les mécanismes (de l’intelligence collective) de son rejet salubre sont bien en place et…plus rien ne pourra arrêter leurs effets libérateurs…Qu’est-ce à dire et comment peut-il être avancée cette conclusion ?

Les-craintes-des-classes-dominantes

« Un nouveau signe de la polarisation sociale, qui rend le mode de vie et les privilèges des classes dominantes chaque jour plus insupportables à tous ceux à qui l’on impose l’austérité [[ pire : qui s’enrichissent fortement d’une austérité à laquelle ils contraignent sans raison et à laquelle ils ne participent certainement pas. Ce qui ôte bien tout fondement rationnel à cette austérité reconduite sans cesse !]]. Les privilèges des classes dominantes en question [[ en vraie République, les privilèges – tout d’Ancien Régime – ne peuvent seulement exister. Ce qui pose tous ces passes-droits, ces anomalies insistantes dans l’illégalité même !]]. Au cœur de la crise des Gilets jaunes et des multiples polémiques qui ont émaillé le début du quinquennat de Macron, la colère face aux privilèges des classes dominantes semble toujours plus explosive, au point d’effrayer ceux qui en bénéficient [[ et en bénéficient  sans absolument aucun argument qui convainquent à la clé. Dont celui…d’améliorer la vie…après….oui après la période d’austérité qui n’en finit jamais…Leurs immérités privilèges appauvrissent la majorité des humains, ces illégaux privilèges n’ont plus à durer…]].

C’est ainsi que la semaine dernière, les révélations sur le mode de vie luxueux de De Rugy ont donné lieu à des réactions exagérées [[ dans le sens , il n’y a rien à en dire : l’Ancien Régime de la royauté qui écrase serait acceptée par tout le monde !]] de la part de nombreux journalistes, relevées notamment par Arrêts sur Images. Pointant qui le danger d’une «scandinavisation», en référence aux pays scandinaves où les affaires de corruption et les scandales concernant les politiques sont traités de façon particulièrement drastique, différents journalistes ont ainsi pu dénoncer une dérive «anti-élite» [[ c’est à peu près du n’importe quoi – seuls les comportements de cette non élite se montrent et démontrent…anti élites. En effet, ils empêchent qui n’est pas aussi corrompu qu’eux d’accèder aux fonctions publiques. Ce qui se nomme la «médiocratie », l’impératif de se conduire toujours en plus minables, Ce qui, à l’évidence, n’a rien à voir avec les vraies élites. Soit qui s’occupent en tout premier lieu des besoins des autres avant les leurs !]], tandis que d’autres comme Ruth Elkrief ou la députée LREM Cendra Motin défendaient le Ministre de la Transition Ecologique au nom du «prestige» et de la «gastronomie» française [[ eh oui…argument genre forcené…]]. Du côté du gouvernement, les bruissements semblent s’inscrire aussi dans une inquiétude globale concernant la pression populaire contre la classe politique. Loin du triomphalisme du fameux «qu’ils viennent me chercher», les classes dominantes ont renoué avec la peur à l’occasion de la crise des Gilets jaunes, et constatent avec crainte que cette séquence de contestation est loin d’être refermée [[et pour cause, toutes les raisons qui l’allumèrent sont amplifiées, encore plus abusées, tellement plus répréhensibles !]].

Cette tendance est repérée à l’international, qui scrute avec inquiétude l’évolution de la lutte des classes dans un pays aussi central que la France. En Italie, le Corriere della Serra note ainsi à propos de la démission de De Rugy que : «Même si les manifestations du samedi sont quasiment finies, l’ère d’un syndrome post-gilet jaune pourrait bien avoir commencé. »[[ C’est encore et toujours parler à la place du peuple, ce qui ne se fait pas. Ceci ressemble à un monologue qui ne repose sur aucun fait…Rien ne se désimplante, seulement l’énergie placée dans des manifestations qui semblent amuser les bourgeois est placée tout ailleurs]]. Une crise de légitimité impossible à résorber ?]]. Symboliques des privilèges des dominants, les révélations sur des trains de vie semblent inquiéter d’autant plus que les faits pointés semblent relativement banals [[ mais toujours aussi peu convainquants !]] : dîners luxueux, achats personnels sur le budget politique, accès à des logements sociaux. « Il n’était pas, loin de là, le ministre le plus bling-bling de la République » note ainsi un député macroniste. Un autre parlementaire, François-Michel Lambert, note quant à lui : « N’importe quel symbole fera tomber le prochain homme politique. Hier, c’était les emplois familiaux, aujourd’hui des dîners… Demain, ce sera une voiture à 50 000 euros alors qu’il y en a à 20 000.»…Juste observation : les abus vraiment abusifs sont de quel côté déjà ?

La-propagande-du-capitalisme-se-retourne-contre-lui-!

« Selon des données actualisées des Nations Unies, il y a 7,545 milliards de personnes sur cette planète, dont plus de 20 millions souffrent de malnutrition chronique, 2 milliards n’ont pas accès aux médicaments, près de 900 millions n’ont pas d’eau potable, plus de 900 millions sont sans logement ou vivent dans des logements précaires, 1,6 milliard n’ont pas d’électricité ; 2,5 milliards d’enfants et d’adolescents âgés de 5 à 17 ans travaillent dans des conditions proches de l’esclavage comme soldats, prostitués, domestiques ou dans d’autres tâches dangereuses ou humiliantes, et 18 millions meurent chaque année de la pauvreté (dont la majorité sont des enfants de moins de 5 ans) [[ pour un capitalisme qui se vante depuis toujours d’être « le seul système » qui va éliminer la pauvreté…les résultats se font tellement attendre, qu’ils deviennent sûrs de ne plus arriver. Plus aucune crédibilité ne s’attache à ses dires d’ivrognes !]]. Si le néolibéralisme pouvait montrer un monde de progrès, de liberté et de justice, il serait facile de vendre le système dans le monde entier et de l’accompagner dans cette crise, mais avec tant d’horreur dans ses actions, chaque jour augmente le coût pour vendre le capitalisme comme le système dont le monde a… besoin, basé uniquement sur le mensonge et la menace des armes, tous deux nourris par des ressources financières énormes, au détriment des intérêts réels de l’humanité, pour préserver l’hégémonie du petit nombre [[ les actes se séparent entièrement des paroles dites comme sans y penser, sans paraître le moindrement convaincus de leurs contenus ]].

Voyez comment, pour exercer une domination militaire, au milieu de la crise mondiale du capitalisme, Washington conserve tout autour du globe près de mille bases militaires et mène des guerres sanglantes pour maintenir son occupation des pays du tiers monde au nom de ses [[ indéfendables ]] objectifs géopolitiques et des intérêts stratégiques des grands groupes pétroliers [[ surtout c’est toutes ces énormes sommes détournées (et donc gaspillées) pour maintenir des privilèges injustifiées et immérités qui…pourraient tellement soulager par de très concrètes aides aux pauvres et démunis. Ce qui reste un des Devoirs des puissants en régime démocratique…Toutes ces fortunes jetées par les fenêtres…]]. Mais il devient de plus en plus difficile pour les gens de comprendre qu’un système qui génère tant d’injustice parmi les êtres humains et qui est incapable de gérer leurs relations avec la nature est encore viable [[ on ne le voit accumuler qu’échecs pour 90 % des humains…disparitions des classes moyennes. Polarisation alarmante de la société entre Trop riches vraiment trop riches et appauvris, soit des pauvres qui n’arrêtent plus de rester pauvres…]]. On ne sait pas si l’humanité a le temps de réparer, pour sa survie, le désastre provoqué dans l’environnement par la voracité qu’entraîne le capitalisme, un système qui ne peut être humanisé, car sa nature intrinsèque est inhumaine [[ le moindre de ses actes le prouve !]]. Mettre le social et la solidarité… avant l’avidité qu’impose le capitalisme – parce qu’il en a besoin pour exister – est le seul moyen dont dispose l’humanité pour se sauver sur la base de sa plus précieuse aptitude, l’intelligence, appliquée à son instinct de survie [[l’intelligence terre à terre a quitté le service de ces trop médiocres pour durer…elle s’installe donc à créer une nouvelle civilisation qui va quitter toutes les irrationalités de ce système incapable de s’expliquer sur quoi que ce soit !]]. Il est déjà annoncé que la prochaine crise américaine sera causée par l’écart de santé entre les riches et les pauvres qui s’est élargi au cours des deux dernières décennies, selon une étude de l’Université de Californie à Los Angeles qui montre un manque «dramatiquement alarmant» de progrès dans l’équité en termes de santé au cours des 25 dernières années dans la nation. L’inégalité des revenus est la cause profonde de l’inégalité en matière de santé [[ lorsque les faits parlent d’eux-mêmes, c’est que les changements sont mûrs. Et que nous ne pourrons plus y couper…]]. La cause profonde de l’inégalité des revenus est le résultat des politiques monétaires extrêmes des banques centrales [[ donc non imputables aux pauvres. S’ils subissent, ils n’en sont pas à l’origine. C’est ailleurs qu’il s’agit de sourcer les claires causalités !]] , qui ont alimenté des bulles de prix d’actifs qui ne font qu’enrichir ceux qui les possèdent [[ donc d’appauvrir celles et ceux qui ne méritent pas d’être appauvris !]]. Avec l’accession à la propriété dans les années 1960 et plus de 50 % des citoyens ne possédant pas d’actions, cette étude suggère que les politiques qui ont échoué ont conduit à l’implosion de la classe moyenne »… Il est difficile de gober qu’elles ont pu agir d’elle-mêmes pour disparaître ! Le capitalisme assure donc, lui-même, la pire des…. critiques de ses propres résultats…en les…empirant !

.......……………………..******************************************

Toulon-résilience-après-des-années-de-blessée-par-l'extrême-droite

La résilience s'applique t-elle aux êtres humains comme aux villes? Selon Boris Cyrulnik, développeur du concept et directeur d'enseignement à l'Université de Toulon: «Oui, comme en agriculture. Un sol est dit résilient lorsque après une inondation ou un incendie la vie reprend en créant sur le même sol une autre flore et une autre faune que la précédente. Après que le Front national a quitté la mairie de Toulon, c'est bien une culture nouvelle qui est advenue en ville avec de nombreuses pièces de théâtre, des programmations libres et l'organisation de nombreux débats en ville dignes d'une vraie démocratie.»[[ il y a un avant et un après. Vérifiable dans les moindres petits faits quotidiens…l’extrême droite c’est l’intolérance dans tous les domaines. Ce n’est donc pas une civilisation de l’intolérance qui va succéder au système capitaliste qui a tellement menti et triché qu’il en est usé jusqu’à la corde…mais bien tout son contraire…Lutter contre des privilèges qui n’ont pas lieu d’être lorsque l’égal traitement de la loi est…pour tous – c’est précisément installer une civilisation d’accueil et de bienveillance !]]. Toulon revient de loin. Le 18-juin-ça-ne-s'invente-pas-1995, pour la première fois de son histoire par le menu détail, le Front national emportait la mairie d'une ville de quelque 160.000 habitants avec, au cœur salé du programme: «Redonner une âme au centre-ville, envahi par les étrangers.» Jean-Marie Le Chevallier venait d'être élu au suffrage universel. On allait voir ce qu'on allait voir. Au nom de la «préférence nationale», Toulon reviendrait à son identité véritable [[ illusions qui ne veulent rien connaître des données mondiales – base pourtant incontournable pour enraciner une identité qui ne soit pas que …virtuelle !]].

Façon odyssée de l'échec pourtant, le Front national accusait en 2001 un lourd bilan: endettement de la ville, absence d'investissements, chômage à environ 20%, un centre-ville qui s'étiole par le vide, différents soucis judiciaires et des subventions coupées dans le sang de l'agneau à certaines associations [[ ce régime, anti-motivant au possible, ne semble pas du tout convaincre les forces vives de la ville qui n’entrent pas du tout dans les analyses biaisées…et qui sont ?...]]. Il s'agit de toutes celles supposées favoriser l'immigration ou jugées trop proches de l'ancienne majorité: le Secours populaire, considéré comme trop proche du PCF, la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE) censément trop à gauche ou encore Aides, décrite comme «une association d'homosexuels présentée comme organisme de lutte contre le sida» [[ les causalités négatives ne semblent pas provenir de ces pôles de la société. Il faudrait aller chercher ailleurs. Diffamer ce n’est pas gouverner !]].  .

À LIRE AUSSI Chômage, diplômes, immigration: le portrait-robot des 12 villes FN

Puisez dans la haine, il en restera toujours quelque chose: l'écrivain Marek Halter est interdit de la Fête du livre de Toulon en 1996 pour «vision du monde plus internationaliste, mondialiste qu'un attachement à une nation, une terre nationale [[ce qui, tout comme pour les éditeurs incultes, semble rétrécir les oeuvres universelles (qui parlent pour le monde entier ) à une mouture vraiment tellement étroite (convenir à un Conseil municipal) que plus aucun livre de valeur ne pourrait exister :!]]». Autre singularité de l'écrivain politiquement indicible: Marek Halter est une personne juive d'origine polonaise. Le maire de Toulon lui préfère Brigitte Bardot. [[ Action- réaction…]]…En quinze jours, un contre-salon du livre s'organise en marge de la ville où de nombreux toulonnais se rendront ainsi que quelques people inspirés, dont Jean-Claude Izzo et Guy Bedos. La tension monte alors d'un cran et Gérard Paquet, directeur de Châteauvallon, le théâtre de la danse et de l'image d'Ollioules, ville voisine de Toulon, refuse… la subvention de la mairie FN après avoir fait de son théâtre un «lieu de résistance culturelle»[[ comme quoi tout commence toujours par des actes individuels…c’est ce que ce système, bien fini, semble maladroitement tenter d’empêcher !]]. On revient au mieux d'un traumatisme urbain [[ oui et en 2019 ?]]…

Pour autant, le Rassemblement national (RN) n'est pas mort et sa proverbiale intolérance lui sert encore d'étendard politique. Ainsi la conférence organisée au Théâtre Liberté le 21 mai 2019 intitulée «Le crépuscule des genres: vers la fin du modèle féminin/masculin?» [[et le genre …humain dans tout ça ?]] a t-elle déclenché les foudres de la conseillère municipale RN, Laure Lavalette, déclarant dans l'édition de Var-Matin du 30 mai: «C'est de la propagande LGBTQI avec de l'argent du contribuable [[ encore, oui un argument qui ne paraît devoir être utilisé qu’à bon escient…]]La direction du Théâtre dégainait illico dans l'édition du lendemain: «Ces ateliers et ces débats sur notre Théma masculin/féminin ont permis de révéler de vraies situations de souffrance et ont soulevé de nombreuses réflexions, liées aux questions d'homophobie ou de genres. Les débats organisés sont, du reste, ouverts à tous et gratuits. Il eut été opportun que les représentants du Rassemblement national viennent exprimer leur point de vue à cette occasion. Ce théâtre est aussi le leur.»….en effet, l’intolérance qui ne vient pas se montrer elle-même, telle quelle, mais reporte toutes les causalités ailleurs…ne survit qu’en accusant sans cesse les autres de ses propres…résultats…ne peut plus passer. En par universalisation des implications, tout ce qui est fascisant est concerné par ce type d’analyses. Être au pouvoir n’a jamais permis d’en abuser. Notamment en osant que ce seraient les autres qui abusent que…vous abusiez (et autres perversions désormais fermement formulées !)… Les rejets envers l’enfer néolibéral commencent à devenir complets…

……………………………….*****************************

Gilets-jaunes-c'est-en-comparution-immédiate-que-l'on-est-le-plus-mal-jugé-

C’est la procédure de comparution immédiate (CI) qui leur est spécifiquement appliquée ? --- Antoine Moizan: C’est un fait. Plusieurs milliers de gilets jaunes ont été jugés en comparution immédiate depuis le début du mouvement. Il faut rappeler que la comparution immédiate est violente et expéditive. Le prévenu est jugé en très peu de temps, après 48 heures de garde à vue et sans possibilité de préparer convenablement sa défense [[ ces lois d’exceptions ne doivent pas se banaliser mais demeurer…l’exception !]]. La comparution immédiate ne s’impose pas, elle est un choix du ministère public, souvent réservé a des personnes en état de récidive [[ ce qui n’a jamais quasiment été le cas …vu que tous ces braves gens qui manifestent là n’ont aucun casier judiciaire…]]. Ce n’est pas le cas des gilets jaunes que j’ai défendus. S’ils avaient commis les mêmes faits dans un autre contexte ou une autre manifestation, je suis convaincu qu’ils auraient été sanctionnés d’un simple rappel à la loi, ou à tout le moins remis en liberté en vue de leur procès. La rédaction : Les droits de la défense ne sont-ils pas respectés en comparution immédiate ? ---A. M. : La majorité des prévenus jugés en comparution immédiate n’ont pas d’avocat. Ce sont donc les avocats de permanence qui les assistent. Nous devons étudier jusqu’à cinq ou six dossiers dans la matinée, relever les éventuelles irrégularités de procédure, rencontrer ceux que nous allons défendre et préparer avec eux le procès qui se déroulera l’après-midi même. Assurer une défense effective dans ces conditions est illusoire [[ et c’est bien pourquoi cette malhonnêteté déloyale est abondée ]]. Les avocats ne sont pas les seuls à rencontrer ces difficultés. Le ministère public ne dispose pas non plus du temps suffisant [[ il ne sait même pas de quoi il parle, n’ayant pas pu s’imbiber du fond du dossier ]] et se borne souvent à s’assurer que l’infraction est constituée, sans considération pour les éléments à décharge ou la personnalité du prévenu [[ dans un état de Droit nul ne peut…se contenter de si peu !]]. Quant au tribunal, il doit rendre la justice dans une vingtaine de dossiers au cours d’audiences qui se poursuivent souvent tard dans la soirée… Disons-le franchement, c’est en comparution immédiate qu’on est le plus mal jugé [[donc que l’on perd toutes les garanties d’une justice sereine et posée !]].

Pourtant, l’enquête de personnalité permet de cerner le prévenu et d’adapter la peine…---A. M. : Seulement lorsque l’Association de politique criminelle appliquée et de réinsertion sociale (APCARS) a pu effectuer cette enquête [[ si c’est immédiat aucune enquête …préalable ne peut exister ! Donc aucunes des précautions ne sont prises…]] et que son compte rendu a été transmis à l’avocat avant l’audience, ce qui n’est pas souvent le cas… Ces services travaillent dans des conditions difficiles et avec les mêmes contraintes de temps. Il est certain que si l’APCARS a pu réunir et vérifier les informations sur la personnalité du prévenu (logement, famille, emploi, etc.), c’est un atout majeur pour l’avocat qui n’a pas à rapporter la preuve de ces informations. La rédaction : Sont-elles bâclées en CI, comme on le dit parfois ? Antoine Moizan : L’APCARS ne peut pas toujours tout vérifier. Dans ce cas, c’est à l’avocat d’« enquêter » et d’apporter des justificatifs au tribunal. Matériellement vous voyez que c’est très compliqué. On en vient parfois à montrer au tribunal sur notre téléphone portable des justificatifs obtenus in extremis…[[ c’est du flux tendu, propre aux commerces à profits, qui n’a rien à voir avec la justice et son éthique exigeante…]]…En même temps, privilégier les CI semble aller de soi. Le contexte actuel de tensions peut laisser penser qu’il faut aller vite, non ? Antoine Moizan : Au contraire, cela devrait inviter à la prudence et non à la précipitation. Les « gilets jaunes » ont le plus souvent des «garanties de représentation » : ils ont toutes leurs attaches en France, un domicile ou un emploi et il n’y a pas de risque qu’ils se soustraient à la justice [[ se voit ainsi écarté, effacé, flouté, sous-estimé tout ce qui est en leur faveur – tout doit demeurer à…charges maximales !]]. Ils pourraient être remis en liberté, éventuellement interdits de manifestation dans l’attente de leur procès, qui se tiendrait plus sereinement. Ils pourraient également être poursuivis en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) lorsque les faits sont reconnus. En CRPC, les peines encourues sont moins lourdes et suffisent généralement à prévenir toute réitération [[pourquoi systématiquement ne pas choisir les solutions les plus…proportionnées ?]].

La rédaction : Mais justement, est-ce que les gilets jaunes reconnaissent les faits ? --- A. M. : On ne peut pas faire de généralités. Mais c’est souvent le cas de jeunes manifestants qui expliquent s’être laissés emportés dans un attroupement ou avoir réagi à un assaut jugé disproportionné des forces de l’ordre. Pour autant, même lorsqu’ils assument leurs responsabilités, ces jeunes sont souvent catalogués comme casseurs dès le début de l’audience [[ la conclusion précède la démonstration, il n’y a, là, que culpabilité performative (il est juste dit donc…c’est !) pas de présomption d’innocence…]]. Je me souviens d’une remarque péremptoire d’un président à l’attention d’un manifestant : « Vous ne portiez pas de gilet jaune, vous n’êtes donc pas un gilet jaune. Vous étiez là pour casser, agresser les forces de l’ordre ». L’argument n’est pas sérieux : les manifestants pacifiques ne revêtent pas toujours un gilet jaune, tandis que des casseurs chevronnés en arborent parfois un pour tenter de passer inaperçus [[ en effet, c’est spécieux en l’espèce, comme l’on s’emmêlerait dans un argumentaire non fiable…]]. Et sur les peines prononcées ?--- Antoine Moizan : Le choix de la comparution immédiate est en soi sévère et les peines prononcées sont lourdes. Il n’est pas rare que le tribunal décerne un mandat de dépôt. Le condamné est alors immédiatement incarcéré, ce qui l’empêche d’aménager automatiquement sa peine. Là encore c’est un choix, qui vient généralement punir le multirécidiviste et non le primo-délinquant [[ ces choix sont donc dictés par la politique non par le respect du droit…Nul ne peut affirmer l’inverse…]]. Et encore moins en cas de poursuites pour des violences qui n’ont …blessé personne. Les sanctions sont très dures alors que dans d’autres cas, des prévenus pour violences volontaires aggravées et en récidive échappent à la comparution immédiate et sont condamnés à un sursis avec mise à l’épreuve. Il y a actuellement un contraste saisissant entre le traitement des dossiers dits « gilets jaunes » et les autres [[ l’évidence est même devenue évidente !]]. La rédaction : Comment expliquez-vous cette différence de traitement ?— A. M. : Je pense qu’il s’explique par le fait que les pouvoirs publics n’arrivent pas à endiguer le phénomène des gilets jaunes. Les comparutions immédiates ont ceci d’instructif qu’elles reflètent l’état de notre société, en l’occurrence le climat social actuel. Rappelons-nous que le mouvement a débuté le 17 novembre 2018. L’option choisie est manifestement celle du durcissement de la répression, afin peut être de dissuader les manifestants de poursuivre leur mouvement. C’est…contre-productif puisque tous les samedis depuis plusieurs mois, des milliers de manifestants continuent de descendre dans la rue. »….C’est ainsi que – faute de parvenir à une vision objective d’ensemble, les causalités effectives se perdent. L’idéologie écrase toutes les perceptions efficaces de ne pas vouloir quitter l’ensemble des faits. Et le chaos est installé par le haut…faute d’avoir seulement cherché à comprendre la situation telle qu’elle est. Et pas telle que nous voudrions qu’elle soit !

…………………………………*****************************

L'-effet-psychologique-de-la-sanction-immédiate

« Je procédais à des exécutions capitales. Je les faisais publiques, précisément pour obtenir le maximum de rentabilité de la mort d’un homme, contrairement à beaucoup de mes camarades. Si vous voulez, un homme exécuté publiquement chez les Arabes a autant d’efficacité que dix hommes exécutés dans la clandestinité ou derrière les murs d’une prison. Non content de les exécuter publiquement, je laissais leurs cadavres exposés sur la place publique. » [[ témoignage lors de la guerre d’Algérie du colonel Argoud ]]. Sa réflexion sur la justice est donc significative pour comprendre les effets psychologiques escomptés [[…en 2019]]. Pour un pouvoir chancelant, la justice doit avoir une fonction avant tout «exemplaire», si bien que le système judiciaire doit abandonner sa «lenteur désespérante» et sa «complexité byzantine», afin que l’«action sur la population» soit efficace [[ et l’action efficace c’est l’autre nom de la propagande ! Cette nette injustice…]]. Ce qui est valable pour l’armée française durant la guerre d’Algérie l’est aussi, dans une autre mesure, pour le gouvernement actuel [[ le fil argumentaire sera clair dès le  final des conclusions !]]. Avec Argoud, nous sommes dans la même logique pédagogique –ou psychologique- que les législateurs et juristes français du droit de l’indigénat de la fin du XIXe et début du XXe siècle, mais aussi de celle qui frappe actuellement les Gilets Jaunes [[ en effet, leur non-violence basique ne doit pas être remise en cause…ce qui n’empêche pas d’être énergiques et de pouvoir offrir des analyses qui ne s’embarrassent pas des apparences !]]. Dans les trois cas, il s’agit toujours de justifier une justice expéditive au nom du rétablissement de l’ordre [[ en semant encore plus de désordres ? En occultant la moitié de la photo, soit en refusant toute objectivité aux descriptifs trop…orientés des faits qui ne sont donc plus respectés ?]].

La procédure actuelle de la «comparution immédiate» (instaurée en 1983) trouve sa justification dans une autre sorte d’argument, non pas pédagogique mais managériale : pourquoi engorger le système judiciaire avec des délits mineurs et quotidiens ? Il s’agit donc surtout d’une logique de gestion des flux judiciaires quitte à fragiliser considérablement (au point de les remettre en cause) les garanties censées protéger les droits des accusés [[ si les accusés ne sont plus garantis, les accusateurs en perdent tout droit d’accuser. C’est aussi impératif que cela…La justice n’est pas une marchandise, le temps passé à peser les pour et contre ne sont pas des temps perdus…mais bien gagné…Les managers, profondément incultes, n’ont rien à faire, là : la justice de se «gère» pas elle s’applique à rester appliquée…donc à maintenir toutes les précautions !]]...Cette justification, en soi discutable –ou du moins assez incohérente avec les principes généraux affichés-, vole totalement en éclats lorsque le délit en question relève du crime social ou politique qui, par nature ou tautologiquement, implique un désaccord fondamental (et, donc, une interprétation antinomique des faits jugés) [[ les délits de droit commun  et les délits dits politiques ont toujours été bien séparés…même au niveau des cellules. Pourquoi pas là ?]]. Or, une fois que le caractère consensuel du délit a été retiré (par la pratique généralisée du chantage à la détention provisoire exercé par les policiers et/ou le parquet), il ne reste que l’effet psychologique de l’immédiateté. C’est donc dans une logique de guerre que s’inscrit l’usage actuel de la comparution immédiate [[ c’est ce désastreux gouvernement de…managers millionnaires qui ne voulant pas admettre que le management n’est pas un…savoir et certainement pas un humanisme…surestime irrationnellement leurs si peu…expertises. Et ose prétendre gérer la justice comme gérer la haine maintenant. Par d’inadéquats critères quantitatifs…avec la stupidité en impasse de : analyser la haine afin qu’elle …ne devienne pas pandémie c’est donc être haineux ? Alors que c’est surtout ne pas l’être… Le n’importe quoi se nomme aussi « pensée magique », ce comble de l’irrationnel…donc trop irresponsable ! Se trompant lourdement sur tout : leur expérience de la vraie vie et de la société réelle étant par trop inexistante !]]. Ainsi, il convient de comprendre l’acharnement judiciaire sur les Gilets Jaunes comme un aspect de la guerre psychologique menée par le gouvernement contre la population. Tout le monde aura compris que l’efficacité de cette contre-offensive, progressivement mise en œuvre à partir de la mi-décembre, tient dans sa capacité à combiner ses différentes armes (la manipulation médiatique, la terreur policière et le bâton judiciaire [[ les 3 seules armes qu’ils ont, selon la majorité des analyses - ce qui démontre le peu d’assise rationnelle…de leurs analyses, trop biaisées d’idéologie !]] qui se renforcent l’une l’autre.

Nous le disions en introduction de cet article, la seconde caractéristique de la justice coloniale est sa propension à infliger des peines…collectives [[ Soit le contraire de la gestion des…grèves où il faut tout individualiser…Ici, c’est à discriminer ensemble. A stigmatiser des groupes comme s’ils étaient une unité, une volonté unique et une seule voix…. même si tout démontre une telle diversité que ce sont…de plusieurs groupes différents dont il s’agit et qu’ils doivent être traités séparément…de tout amalgamer c’est ce qui se nomme fermer toutes les portes du futur, etc.]]  Actuellement, si magistrats et avocats ont largement abandonné une partie de leur raison d’être à la logique l’illogique du management [[ source de tous les problèmes et pas des…solutions ! Le management est incapable de rendre la justice : c’est un constat qui devrait devenir officiel…]] portée par la comparution immédiate, ils sont en revanche plus rétifs à renoncer à l’individualisation des peines garantes, à leurs yeux, de la légitimité du tribunal. Cela explique cette étrange scène, sans cesse répétée dans le théâtre judiciaire, durant laquelle les parties (juge, procureur et avocat) jaugent la qualité des chaînes sociales du prévenu (travail, famille, logement). Et gare à l’accusé(e) qui aurait des attaches estimées trop friables pour bien l’assujettir [[ plus nous sommes « intégrés » à un système qui crée autant de catastrophes collectives et plus nous serions innocentés…alors que tout démontre que ce sont les plus intégrés qui sont les plus coupables…qui sont à l’origine de la majorité des drames antisociaux actuels. Serait-ce que les vrais coupables passent à travers les mailles du filet ?]]. Dans ce jeu de rôle, le procureur dira que l’accusé n’a pas de travail, l’avocat qu’il est auto-entrepreneur (rappelons tout de même que l’un devrait dire qu’il a attaqué la société, l’autre répondre qu’il s’est défendu des dirigeants de celle-ci). La marge de manœuvre de cette gent judiciaire en est ainsi réduite à estimer la dangerosité potentielle du prévenu à l’aune de ce qu’il aurait à perdre -–c’est-à-dire le prix de ses chaînes [[ bien analysé : ce qui dérive vers le maquignonnage…sans respect pour la morale humaniste, est soupesé l’animal humain livré…sans défense à ceux qui sont payés (par l’argent public encore) pour les…défendre !]]. Le système judiciaire dispense une justice de classe, et les tribunaux correctionnels s’échinent, chaque semaine depuis six mois, à ce que nul n’ignore ce principe [[ en effet…le pire devient le racisme de classe…que nous devrons aussi affronter – tellement il se démontre répugnant lorsque nous allons voir dans ses moindres détails]].

Si ces juges, avocats et procureurs s’attachent tant à dresser un portrait social du Gilet Jaune pris dans le dispositif judiciaire, c’est qu’ils ont bien compris qu’il s’agissait là de la dernière trace d’individualisation du procès à laquelle leur formation juridique est théoriquement attachée. Ils s’y raccrochent comme à une branche sans laquelle ils devraient bien admettre qu’ils ne sont là que pour ratifier une «fiction» politico-policière [[ on fait semblant mais c’est…jugé d’avance !]], pour reprendre l’expression du célèbre attendu qui a –exceptionnellement- contesté la frustre imagination policière dans l’affaire dite « de Tarnac ». Le profil social vite brossé du prévenu par les acteurs judiciaires permet, aux yeux du tribunal –et à ses yeux seuls-, de ne pas sombrer dans la simple chambre d’enregistrement des fictions politico-policières, c’est-à-dire de se voiler la face sur le procès politique de masse qu’ils exécutent –collectivement [[ ils dépendent d’une justice dont la pratique ne peut qu’individualiser au maximum chaque procès et les voilà embringués à collectiviser des fictions qui ne tiennent pas …à l’analyse individuelle. Ainsi ? Eh bien, le management aura supprimé toute justice…puisque les juges ne peuvent plus juger (le qualitatif) comme ils ont appris (surtout que le quantitatif n’entre pas dans le tribunal !). Ils convergent toutes les raisons de refuser que le management – cette inculture inadmissible – vienne les éjecter de leur fonction…cruciale ! Et la réduise même à…l’ombre d’elle-même ! Sa caricature…]].

…………………......******************************************************

Il va de soi qu’une loi « anti-casseur » renforce l’aspect collectif des peines, puisqu’elle transforme des délits traditionnellement individuels en délits participatifs et donc collectifs. Mais elle ne fera là que ratifier la criminalisation collective, déjà en œuvre sous les différentes figures juridiques de la «complicité». Encore un petit effort, donc, et les aspects les plus saillants du monstre juridique colonial du XIXe seront bien appliqués dans la métropole du XXIe siècle [[ ce qui est la conclusion qui donne tout le droit à cette démonstration]]. En attendant, le parquet peut faire valoir un bilan, en tant qu’arme psychologique, qui n’aurait pas déplut à un colonel Argoud. »…

….et pour l’ensemble du texte la démonstration que la haine cela ne se «gère» pas du tout. Que les pistes de solutions sont les contraires du quantitatif et du matérialisme. Mais s’affrontent (sans haine, ce qui n’est pas le cas de l’oligarchie) en oeuvrant à découvrir l’ensemble des causes qui auront abouti…à la situation sociale globale actuelle…

Et avec le désir (l’indignation reste un bon carburant)…

….….que nous fassions ne plus voir cours toutes ces conditions ! Toutes !

 

 

..…..……..……………(à suivre)

 

………………….……….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

         Que l’immense détermination collective nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

       tous ces textes quotidiens sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 3  "Nul n'est  nul",  "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?»  et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ;  et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (Qui a démuni les démunis ? Qui a déshérité les déshérités ? Qui s'est emparés des désemparés ? Qui a détressé les détresses ? Qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs ? S’il y a endettés, ils sont toujours précédés des endetteurs. Pas de travailleur clandestin qui n’ait été créé par l’argent clandestin. Et sans capital au noir pas de travail au noir,  etc. Tout se tient et les causes ne pourront plus échapper à l’implacabilité de la logique. Le règne moral des trop riches vient de s’effondrer), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savaient plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration, ce qui est tellement pire.

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 5 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

couverture de sleek design…

couverture de sleek design…

oui mais pas sur l’argent public…pas sur ceux qui contribuent vraiment – les contribuables…pendant que les traîtres fiscaux se la font (en plus) piques-assiettes : …de DHgate

oui mais pas sur l’argent public…pas sur ceux qui contribuent vraiment – les contribuables…pendant que les traîtres fiscaux se la font (en plus) piques-assiettes : …de DHgate

de vice.com

de vice.com

Et Ninon demeure ni non tout aussi bien…

Et Ninon demeure ni non tout aussi bien…

Certains ont pourtant pu observer aux premières loges la fréquence très importante des dîners organisés par le macronisme en herbe. "Dans la dernière ligne droite, il y avait beaucoup de passages", confie à franceinfo son ancien voisin de palier à Bercy Michel Sapin, ex-ministre des Finances et des comptes publics. Son secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, est encore plus prolixe. Auteur d'Un ministre ne devrait pas dire ça (2018), ce dernier y racontait que c'est dans l'appartement de fonction du ministre de l'Economie – "300 mètres carrés high-tech et rutilants (...) digne d'une revue d'architecture" – que "matin, midi et soir, le couple a reçu beaucoup de monde pour préparer le décollage d'En marche !". Le socialiste poursuivait : "Tous les espaces du septième étage de Bercy (...) étaient mis à contribution simultanément. Une stratégie qui permettait aux macroniens de prendre l'apéritif dans une réception du ministère, de débuter un premier dîner plus officiel avec d'autres convives au septième étage puis d'en poursuivre un second à l'appartement ! Un double dîner en somme". Interrogé par franceinfo, Christian Eckert dresse la même comparaison que Frédéric Says…que c’est du même que de Rugy…mais à la puissance 1 00 ou plus. »…Ce qui devient un argumentaire, pour une fois tout apporté. Et que nous n’avons pas à développer !

Certains ont pourtant pu observer aux premières loges la fréquence très importante des dîners organisés par le macronisme en herbe. "Dans la dernière ligne droite, il y avait beaucoup de passages", confie à franceinfo son ancien voisin de palier à Bercy Michel Sapin, ex-ministre des Finances et des comptes publics. Son secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, est encore plus prolixe. Auteur d'Un ministre ne devrait pas dire ça (2018), ce dernier y racontait que c'est dans l'appartement de fonction du ministre de l'Economie – "300 mètres carrés high-tech et rutilants (...) digne d'une revue d'architecture" – que "matin, midi et soir, le couple a reçu beaucoup de monde pour préparer le décollage d'En marche !". Le socialiste poursuivait : "Tous les espaces du septième étage de Bercy (...) étaient mis à contribution simultanément. Une stratégie qui permettait aux macroniens de prendre l'apéritif dans une réception du ministère, de débuter un premier dîner plus officiel avec d'autres convives au septième étage puis d'en poursuivre un second à l'appartement ! Un double dîner en somme". Interrogé par franceinfo, Christian Eckert dresse la même comparaison que Frédéric Says…que c’est du même que de Rugy…mais à la puissance 1 00 ou plus. »…Ce qui devient un argumentaire, pour une fois tout apporté. Et que nous n’avons pas à développer !

CETA....la réalité des opinions...

CETA....la réalité des opinions...

Qui dit non à dînons ?
De l’artiste Hiroyuki Hamada : « Ce qui est exaspérant dans les manipulations du complexe industriel à but non lucratif, c’est qu’ils récoltent la bonne volonté des gens, surtout des jeunes. Ils s’adressent à ceux qui n’ont pas reçu les compétences et les connaissances nécessaires pour penser par eux-mêmes dans le but de servir des institutions conçues pour servir la classe dirigeante [[ autant dire que ce ne sont plus des institutions…]]. Le capitalisme fonctionne systématiquement et structurellement comme une cage pour animaux domestiques [[ le sauvage est donc celui qui se…sauve de cette fumisterie …]]. Ces organisations et leurs projets, qui opèrent sous de faux slogans humanistes [[ vu les résultats d’une cruauté inhumaine évidente…sûr que ce ne sont pas des ami.e.s du genre gumain !]] afin de soutenir la hiérarchie de l’argent et de la violence [[ il n’y en pas…l’argent qui ne sait rien viole tout et la violence se croit riche de sa fausse impunité qui finit toiujours par…disparaïtre…c’est le cas Désormais…les riches trop violents ne sont plus …couverts. C’est trop mal vu de dîner avec eux !]] deviennent rapidement certains des éléments les plus cruciaux de la cage invisible des grandes entreprises, du colonialisme et du militarisme [[ judicieuses observations sur ces triples proximités…]] . »

De l’artiste Hiroyuki Hamada : « Ce qui est exaspérant dans les manipulations du complexe industriel à but non lucratif, c’est qu’ils récoltent la bonne volonté des gens, surtout des jeunes. Ils s’adressent à ceux qui n’ont pas reçu les compétences et les connaissances nécessaires pour penser par eux-mêmes dans le but de servir des institutions conçues pour servir la classe dirigeante [[ autant dire que ce ne sont plus des institutions…]]. Le capitalisme fonctionne systématiquement et structurellement comme une cage pour animaux domestiques [[ le sauvage est donc celui qui se…sauve de cette fumisterie …]]. Ces organisations et leurs projets, qui opèrent sous de faux slogans humanistes [[ vu les résultats d’une cruauté inhumaine évidente…sûr que ce ne sont pas des ami.e.s du genre gumain !]] afin de soutenir la hiérarchie de l’argent et de la violence [[ il n’y en pas…l’argent qui ne sait rien viole tout et la violence se croit riche de sa fausse impunité qui finit toiujours par…disparaïtre…c’est le cas Désormais…les riches trop violents ne sont plus …couverts. C’est trop mal vu de dîner avec eux !]] deviennent rapidement certains des éléments les plus cruciaux de la cage invisible des grandes entreprises, du colonialisme et du militarisme [[ judicieuses observations sur ces triples proximités…]] . »

Qui dit non à dînons ?

Les auteurs critiques de la presse mainstream peinent à être publiés : peinent c’est trop peu de le dire ! C’est double, triple, centuple peine…

Le vrai JT de l'éco. Que deviennent mes crédits en cas de faillite de ma banque?

Alstom : «C'est très étrange que le parquet n'ait donné aucune suite à notre première plainte»… Eric Alt est, lui-même, magistrat : la plainte sur les agissements, entres autres, des cadres dirigeants d'Alstom dans le dossier du rachat par General Electric du géant français. Pauyé avec l’argen,t public : Alstom appartientà toutes et tous et n’a pas à être bradé…à des non résidents bien trop riches. Et qui ne vont donc prendre aucun soin du bien…national ! Mais encore plus nuire…

Gilets jaunes : Policiers et manifestants sont-ils jugés d'égal à égal ?

Frédéric Says. auteur avec Marion L'Hour du livre « Dans l'enfer de Bercy » : ils disent, avec preuves, que le parti en Marche a été fondé par utilisation de l’argent public. De Bercy en l’occurrence…

(Dé)penser l’argent 1 : 05…par la ville deToulon…si blessée par la gestion managériale du RN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

dkbjrlo7md 13/12/2019 08:07

It was all very romantic but had nothing to do with chocolate chip cookies and poached salmon.