Ah, parce quil faut changer le changement ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Ah, parce quil faut changer le changement ?

Ce qui nous plaît : prendre l’œuvre d’un homme qui en a déjà une longue derrière. Et tenter de la pousser, l’améliorer, la booster, lui ouvrir d’inattendues portes. Et alors ? A partir de liens et de leurs agencements nous montrerons Comment il est parvenu à élargir  ainsi :  le succès d’un.e doit (aussi) devenir le succès de toutes et tous. Réussir tout seul (sans les autres) ne sert pas à grand chose et, etc.. Et le gagnant du pas gnangnan c’est Raoul et Raoul c’est Vaneigem :

 

>>> ***En cet été où d’indignes dirigeants, payés par les impôts des contribuants (dont les traîtres fiscaux de trop riches ne font pas partie) – les contribuables vrais sont celles/ceux…à qui la Constitution accorde un droit de regard sur tout ce dont découle leurs contributions donc attestées – Ils/elles ne vont pas permettre à ces faussaires de nous…fausser compagnie. Pas de répit, pas de repos pour les escrocs ! Et ? Comme dans tous les haubans de la vraie culture, il s’agit, pour nous, d’y galoper avec toutes les agilités…disponibles !

Histoire désinvolte du surréalisme.
Raoul Vaneigem [ le nom sous lequel il édita : Jules-François Dupuis]

L’Histoire désinvolte du surréalisme a été rédigée en 1970, alors que Raoul Vaneigem participait à l’Internationale situationniste (IS), à la demande d’une maison d’édition qui projetait de la publier dans une collection destinée aux lycéens. La collection ayant été abandonnée, le manuscrit fut restitué et resta confiné dans un tiroir pendant quelque temps, jusqu’au jour où Jean-Claude Hache, à la recherche de textes à éditer, en prit connaissance et obtint l’accord pour une publication. Le livre parut un an plus tard chez Paul Vermont (John Gelders) sans avoir été relu. En 1988, Pierre Drachline confia aux éditions L’instant le soin de le republier. Non relu, le texte a les mérites et les inconvénients de la spontanéité. Le pseudonyme choisi pour les premières publications, Jules-François Dupuis, concierge de l’immeuble où mourut Lautréamont et signataire de son acte de décès, dit assez que l’ouvrage participe essentiellement de ces divertissements érudits où l’on prend plaisir à se dissiper [[ où la dissipation étant distraction (nous divertir pour diversion), inattention et étourderie, ou bien la turbulence et l’indiscipline – il n’est pas sûr que ce soit le mot le plus parlant…]]. En six chapitres et quelque 200 000 signes, Raoul Vaneigem pointe les forces et les faiblesses du mouvement surréaliste, tout en rendant hommage à Crevel, Artaud et Péret. Le texte est à la fois mordant et polémique, instructif et passionnant, une fois passées les premières pages assez hermétiques, peut-être destinées à faire fuir le lecteur insuffisamment attentif. Comme l’explique Raoul Vaneigem dans son avant-propos : « Le livre n’est pas dénué d’agressivité, de partialité, voire de mauvaise foi […]. Je revendique en revanche sa partialité. Je continue à penser qu’à la différence de l’hypocrite objectivité, exposer carte sur table de très contestables opinions autorise le lecteur à intervenir dans le jeu, en connaissance de cause. Amender des outrances convainc aussi de pousser plus loin l’analyse et permet, au passage, d’incendier quelques préjugés [[abattre le préJugé demeure toujours une œuvre d’urgence d’autant plus qu’il se reconstitue trop vite. Et laisse les sensations de grandes injustices comme seconde nature de la société, qui doit redevenir l’associé-té où chacune et chacun reste des associée.e.s partie prenante !]]. Bien que les situationnistes n’aient pu empêcher l’idéologie situationniste – le situationnisme – de se répandre en remugles de mondanité, la radicalité de leur pensée demeure intacte et poursuit son chemin. De même, le noyau qui rayonna de l’expérience vécue par les dadaïstes et les surréalistes n’a rien perdu de son caractère infrangible [[ la comparaison est succulente et très appropriée, l’infracassable noyau de nuit demeure intact et ces deux lieux de subversions restent toujours aussi intouchés !]] . Il continue à frapper de dérision les foires mercantiles de la récupération, il dévaste de son rire inextinguible les champs d’opium culturel où broutent ceux qui n’ont d’existence que par l’esprit, et dont tirent profit les gens de pouvoir et les prédateurs en tous genres. »…Les volées de bois vert vieillissent qui les méritent et rajeunissent qui les déclenchent. Le vrai surréalisme surgit dans le choix même des mots !

L'essentiel-et-indispensable-de-Raoul-Vaneigem-pour-r71-depuis-2012-comme-pour-mézigue-publication-de-mai-2019.pdf

Présentation du PDF de 50 pages, par ordre chronologique de publication sur Résistance 71 ; [[ pavé très consistant…un trésor de bien général ! ]]

P. 4 Présentation de l’Auteur + Extraits de “Pour l’abolition de la société marchande, pour une société vivante” (2002)

P. 7 Par-delà l’impossible, 04/2012

P. 10 La gratuité est l’arme absolue de la vie contre l’économie, 11/2011

P. 16 Vive la Commune ! 12/2007

P. 20 La Vie a tous les droits, la prédation n’en a aucun, 10/2008

P. 25 Interview du situationniste historique par un de ses vieux potes, 2011

P. 30 Solidarité avec Notre Dame Des Landes, 04/2018

P. 32 Les raisons de la colère, 12/2018

P. 35 Tout est possible… 25/12/2018

P. 39
L’Abécédaire de Raoul Vaneigem, 04/2019

P. 45 L’État n’est plus rien… Soyons TOUT !... 2 mai 2019

P. 50 Rien n’est fini ; Tout commence !...

Lectures complémentaires proposées par
R71

Et le petit bonus à mézigue  [[ et voilà : enlevé c’est peser les légèretés réoffertes !]]

 

………………..…*****************************************

article11.info/-Raoul-Vaneigem-Ici-les-citoyens

>>> ** -  Avec un entre tien et tiens un entretien et une mise au point : La vie a tous les droits, la prédation n’en a aucun. « La pensée situationniste n’est pas un défi mais un pari, elle qui a proclamé : c’en est fini de l’exploitation de la nature, c’est est fini du travail, de l’échange, de l’appropriation, de la séparation d’avec soi, du sacrifice, de la culpabilité, du renoncement au bonheur, du fétichisme de l’argent, du pouvoir, de l’autorité hiérarchique, du mépris et de la peur de la femme, de la subornation de l’enfant, de l’ascendance intellectuelle, du despotisme militaire et policier, des religions, des idéologies, du refoulement et de ses défoulements mortifères ! »…Et comme c’est fini, il ne faut plus jamais y retourner, rebrousser chemin. Bien au contraire, de ses pas, il faut creuser la nouvelle civilisation. Et de cette démarche seule, faire virevolter les obstacles qui demeurent afin de tous les  chaque un et chaque une puissent trouver ce chemin tellement plus fécond que toute la vacarmeuse offre rance et morte du système !

Résistance-politique-contre-la-societe-marchande-pour-une-société-vivante-avec-Raoul-Vaneigem-compilation-pdf/

[[ Le PDF a été offert en Mai de cette année, le temps d’en prendre connaissance et l’actu qui brûle…ont retardé la mise en ligne du texte !]]… «Comme je l'ai déjà exprimée en présentant le roman de Zénon, «Fin de Règne», je ne crois pas qu'une seule lecture soit capable de changer le monde [[ par chacun.e oui c’est tout à fait lucide d’admettre que son monde soit changé…Pour le monde c’est lui qui nous change alors pourquoi s’acharner à le changer...C’est là que bondit le présomptueux non ?]]. Par contre chaque nouvelle lecture peut transformer notre regard lui-même pour nous permettre à notre tour de modifier le cours des choses [[ donc la 1ère lecture n’est jamais la bonne, les secondes oui ?]]. Et si les mots sont une arme, pouvant blesser et même tuer, ils sont aussi capables de nous faire élargir notre perception des choses et de nous permettre, in fine, de changer le cours de l’Histoire [[ donc lire correspond aux traditions qui osent que la société se plante sur les yeux et le regard. Pour eux, le regard ce n’est pas une taupe planquée dans ses galeries qui veut tout savoir par voir mais…bien une force dirigée vers l’extérieur, la vie et toutes ses formes, les paysages et leurs revers, etc.…En gros, le regard est une sorte de laser qui peut influer à distance, ou à proximité sur les choses. Lire n’aurait pas perdu ces vertus que les faux dirigeants indignes ne veulent pas que nous recouvrions !]]  , .

Grâce à
Résistance 71 qui a publié régulièrement depuis 2011-12 des textes de Raoul Vaneigem, ancien pilier de l’Internationale Situationniste qu’il quitta en 1970. Moins laconique, plus vivant que son comparse Guy Debord, Vaneigem a toujours eu nos faveurs pour son style plus enjoué à écorner l’establishment de la société du spectacle marchand et surtout offrir une solution alternative [[ c’est là que nous bifurquons quelque peu…voir plus loin!]]. Une fois de plus, nous trouvons une grande complémentarité dans leur travail et leur pensée respective et ce n’est pas un hasard si les circonstances historiques les ont fait se rencontrer et coopérer entre le début des années 60 et 1970. Une fois de plus nous assistons à la force régénératrice de la complémentarité, se plaçant décidément au cœur de toute solution à apporter au marasme en phase terminale de notre société humaine [[ il est vrai que s’unir c’est diminuer chaque…fardeau individuel et, de ce fait, amplifier visiblement les impacts collectufs. Chacun dans son coin ça fait coin coin, ensembles cela sonne et résonne plus formidablement ! Cela décoincoin-ce même tout ! Complémentaires ce n’est pas (comme pour la grammaire) auxiliaires mais autonomes ensembles !]]. Nous avons compilé une série de textes au fil des années tous plus pertinent les uns que les autres pour ce que nous vivons aujourd’hui dans notre société inique et criminelle de la dictature marchande et que devrait s’approprier le Mouvement des Gilets Jaunes [[ donc le complémentaire fécond, et autres compléments de compliments, auront abouti à ces 50 pages utiles au mouvement mondial montant, dont les Gilets jaunes demeurent un signal fort. Il s’agit donc de devenir encore mieux…mouvementé.e.s !]]. Cette nouvelle et essentielle lecture nous donne donc toute l'énergie et l'impulsion nécessaires pour agir et faire se lever la société des sociétés par et pour nous-mêmes sans plus attendre un(e) hypothétique libérateur ou libératrice tout en nous démontrant, au passage, combien voter dans ce Système-là, c'est comme pisser dans une violon…[[ autre Pdf, eh oui…c’est qu’il faut prendre, sur le môme du moment, du temps pour ne plus avoir à se fatiguer ensuite…Qui savent vraiment user de la caresse de la paresse savent très bien…mesurer leurs efforts. Ce n’est certainement pas à un avachissement effondré mais le monde entier qui nous masse…Nos cavalcades qui bouillonnent dans la sérénité qui n’a rien à prouver, qui n’attend rien, ne ressent nulle avidité à vide…mais jaillit comme les sources vives lorsqu’il s’agit de faire…Les fauves sont aussi des fauvettes - regardons les rêver’ !]].

Manifeste-pour-la-sociéte-des-sociétés-par-r71-modifié-le-19-mai-2018.pdf

Finalement lancés à la découverte de nous-mêmes et au-delà de nos égos, Raoul Vaneigem nous fait le récit d’un éveil qui accompagne et alimente le nôtre...L’Éveil de nos consciences, constamment nourries par toutes ces lectures combinées, rendra désormais impossible tout retour en arrière et toute nouvelle tentative, de la part de l’oligarchie, de nous replonger dans le noir [[ semble qu’il n’y ait plus rien à craindre de ce côté-là…ils/elles croyaient ne jamais perdre…aussi sont-ils en perdition !]]…Pour achever de vous en convaincre, je vous livre la conclusion de cet essentiel et indispensable PDF de Raoul Vaneigem (pages 49 & 50) :  La gratuité est une arme qui ne tue pas. C’est en toute légitimité que nous avons le droit de refuser de payer les taxes, les impôts, les péages en tous genres que nous imposent l’État et les mafias financières qui le gèrent. Car jadis affecté (en partie [[ et de par la Constitution ne l’oublions pas ]]) au bien public, cet argent sert désormais à renflouer les malversations bancaires.

Agir individuellement tomberait aussitôt sous le matraquage des lois édictées par le profit [[ son hyper répression inhumaine n’est plus à démonter !]]. Agir ensemble en revanche assure l’impunité. « Ne payons plus » est une réponse appropriée à ceux qui nous paupérisent pour s’enrichir. Ne payons plus les trains, les transports en commun. Ne payons plus l’État, ne payons plus ses taxes et ses impôts. Décrétons l’autonomie de lieux de vie où coopératives et inventivité solidaire jettent les bases d’une société d’abondance et de gratuité. Les zapatistes du Chiapas ont montré que de petites collectivités autonomes et fédérées pouvaient cultiver la terre par et pour tous et toutes, assurer des soins médicaux, produire une énergie naturelle, renouvelable et gratuite (une option parfaitement ignorée par les mafias écologiques). Il est primordial que la gratuité pénètre, à l’instar de la vie, dans nos mœurs et dans nos mentalités, dont elle a été bannie, exclue, interdite pendant des millénaires. Pas d’illusions cependant : le combat contre les chaînes dont nous nous sommes entravés sciemment risque d’être très long. Ce qui est une bonne raison pour s’y vouer immédiatement [[ la gratuité est tellement méconnue que la plupart ne se tourne pas vers elle lorsque quelques difficultés ou obstacles surviennent…Il est, pourtant, tellement plus léger de vivre lorsque l’on ressent, tout le temps, que tout de la vie et de la nature restent gratuit, que l’essentiel demeure invisible à nos…sens et que d’user de ces sens pour écouter, goûter, respirer, humer cet invisible, donc cet inconnu… temporaire, peut nous ouvrir tellement plus de portes que nos bons sens...faussés ne semblent plus capables d’opter optimum. C’est qu’il faut vraiment ne Rien avoir à voir avec leur monde de folies, de bassesses et de cruels enfantillages de ces inadaptés à l’Humanité. Rien c’est rien…gratuités et invisibles sont de sacrés bons profs !]].

Parce que rien n'est fini et que tout commence !...

ORGANISONS- NOUS, TOUS ENSEMBLE, sans plus attendre, sur nos lieux de travail, dans les campagnes, afin de préparer le relai auto-gestionnaire ! Et afin d’exister au-delà des dirigeants, pour exister SANS EUX ! Pour ce faire nous (les peuples, avec ou sans Gilet Jaunes) devons lâcher-prise et abolir l’État le capitalisme privé ayant pris l’état en otage afin d’embrasser l’auto-gestion totale ! [[ dont les services publics et le programme du Conseil national de la résistance demeurent de précieuses esquisses !]]

Quand un pouvoir n’a plus aucun soutien des votards, que la population est en cessation de paiement de l’impôt… Il ne va plus bien loin, lorsque le fruit est trop mûr, sans compromis. On le cueille et on le jette sans ambage car la solution de remplacement fonctionne déjà [[ soit c’est le être Pour qui fonctionne tellement plus que le être contre…et que cela fait gagner infiniment de temps et d’énergie d’avoir une civilisation entière de remplacement, à activer à la seconde, à la place de l’existante. Il s’agit de ne parler que des solutions pas des problèmes. Ce serait con et béat de dire cela ? Au contraire. Puisque le capitalisme ne… survit qu’en fabriquant sans cesse de faux problèmes mais qui finissent pas s’incruster vrais…à force que tout le monde piétine  autour ! Ce changement entier de postures reste toujours le moins perçu – pourtant c’est le plus subversif…il n’y a pas à obéir ou désobéir puisque nous sommes déjà ailleurs. Et bien mieux ailleurs…]]. Ce n’est pas sur les barricades qu’on pense à l’avenir, c’est bien avant et si c’est bien pensé et effectué, les barricades elles-mêmes deviennent obsolètes »…

………………………...................*********************************

C’est même le choix qui va le plus loin…mais tout repose sur ce « qu’il s’agit de mettre à la place »…et c’est là que nous bifurquons (comme dit plus haut)…Car ? L’attention attentionnée et l’énergie doivent se concentrer vers ce tout pour ces solutions (puisque d’être « résolus »(soit plus un problème) c’est- aussi – avoir une détermination et une résolution inébranlables en soi !)…et, pour nous, la pensée Vaneigem reste trop esquissée en ce domaine. Ce pourquoi, jour après jour, nous prenons les problèmes (presque toujours fabriqués et donc facilement solvables et résolvables…si l’on fait juste un pas de côté !) et les inversons en solutions…pratiques. Le pratique c’est très pratique, ça fout en l‘air tous les arguments des faussaires des pouvoirs. Sauf que c’est un travail de titans. Puisque – à la fois – faut analyser à fond, trouver les solutions adaptées ET sculpter les formules qui foutent K.O (sachant que de formuler les formules qui offrent les solutions c’est essais-erreurs et faut expérimenter dru) …etc. Ce qui fait que l’imperfection (apparente) semble demeurer - nous ne parvenons pas (en trop eu de mots) à tout faire en même temps (quoique !)…

Mais l’incomplétude temporaire d’une œuvre n’est pas la preuve de son inefficacité. La preuve, sur ce point du concret et du pratique, il y a manque de Vaneigem…mais ses analyses (la manière de les amener vers des changements complets de…comportements effectifs !) demeurent irremplaçables…son incomplétude n’en est donc pas une : elle est complémentaire de plus grand (bref de mouvements qui incluent tout le monde et personne n’inclut tout le mouvement !)

……. Seuls des regards inachevés voient ainsi…

Et nous avons achevé de porter attention aux regards inachevés…oui (en vrai) c’est complet – rien ne…manque !

Chacun.e a tracé sa route et cet ensemble de traces ne dessine pas moins que l’ensemble des solutions ! (disons que le trésor de nos apports, donc peu remplaçables,

.......................................n’est vraiment pas assez pris d’assaut !)…

 

………………………...............****************************

Cette-oasis-si-humaine-bordée-de-nuit-

Et moi qui me pensais Normal.

Je remercie Théodore Monod qui dans son ouvrage Reverance à la vie a aussi conduit ma pensée à partir de 1999.

"La Terre est un jardin bordé de nuit. Tels des aveugles nous avançons, mais sûrs de nous, fiers, cruels, consommateurs, assoiffés de profit. Modernes ?
Que restera-t-il à nos enfants de cette oasis si peu humaine ? 
Seront-ils seulement là pour contempler nos méfaits ? "

 

…………………Pourrons-nous sortir de cette nuit qui enveloppe nos cerveaux.

 

…..…..…..........……(à suivre)

…………………………….%%%%%%%%%%%%%%

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

          Que la vaste gratitude nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savaient plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

 Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui ne prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration, ce qui est tellement pire.

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 5 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Ah, parce quil faut changer le changement ?
Ah, parce quil faut changer le changement ?
Théodore de Banville

Théodore de Banville

détail des tailles…

détail des tailles…

Ah, parce quil faut changer le changement ?
Ah, parce quil faut changer le changement ?
Ah, parce quil faut changer le changement ?
Ah, parce quil faut changer le changement ?
Ah, parce quil faut changer le changement ?
Ah, parce quil faut changer le changement ?
Ah, parce quil faut changer le changement ?
Ah, parce quil faut changer le changement ?

Entrée par l'histoire...

Le verger du roi Louis

vers les solutions...

Rien à déclarer, rien à négocier, tout à recommencer Tous À Vos Droits - Clan D'Instinct Terre Libre - paroles Raoul Vaneigem / Mus. Μιχάλης Σογιούλ / interprète Fanchon Daemers 2

CKRL : Les Matins Éphémères — Rien n'est fini, tout commence — Gérard Berréby & Raoul Vaneigem

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Michel Belloni 09/08/2019 10:21

Ayant pris la position du volte face envers l'idéologie marchande et de fait ayant jeté le mercantile merci, cette demande de grâce qui nous tiens à merci, aux oubliettes de l'histoire, je te dirais tout bonnement pour cette parution du jour sur Raoul : fort aimable à toi Gilbert ! A...

imagiter.over-blog.com 09/08/2019 11:33

A bonne continuation , continuons...disons qu'il y a des chaque unes et des chaque uns qui ont bien plus a changer que d'autres A++++++++++

Roussel finance 09/08/2019 09:18

Financements et investissements sont les points fort de Roussel Finance afin d'apporter a la population française une aide dont elle a besoin pour surmonter ses problèmes financière.
notre adresse mail: francois.roussel11@outlook.fr