Nous sommes des mystères

Publié le par imagiter.over-blog.com

Nous sommes des mystères

Et des mystères qui peuvent devenir fantastiques ou sombrer dans la chute. Tout dépend de l’ambition de vie, donc de tête que nous embrassons concrètement. L’univers est si immense qu’aucune imagination n’a pu se le représenter sérieusement. Et tout le réel est tellement gigantesque que toute petitesse, mesquinerie, bref bourgeoisisme, sont toujours plus …hors sujet, à côté des plaques, anachronique soit sans chronique possible... Aussi - l’importance, malheureusement, que prennent les politiciens dans ces possibilités cruciales contraint à les prendre en compte…et à surtout ne pas les ménager pour cela…trop d’usurpations vous comprenez. Oui nous devons tout reconsidérer et se faire une tête neuve qui réorganise au mieux tous ces désordres absurdes et immatures qui nous pleuvent du haut. C’est que ces incapables nous ont foutu le bordel et le chaos partout…Et le alors des solutions souligne que tout est dans les angles d’approches, les neuves manières de voir et d’analyser avec cohérences qui ne lâchent plus le morceau. Un peu comme ceci…Nous ne sommes que les dernières lignes d’un livre de 1 000 pages – et nous le refermerions comme ça, sans même le lire ? Allons donc un peu de sérieux. Médias et têtes qui voudraient penser à notre place ne sont plus à la hauteur du tout. Qu’elle se rembardent ailleurs…Ce qui nous précède demeure infini et gigantesque –ce qui se passe hors humanité continue sa vastitude et le futur doit,précisément, maintenir sa démesure !

 

--*** Tout d’abord retrouvons le ressenti des grandeurs, oui sachons marcher les proportions, ce qui est proportionné et ce qui ne l’est pas. Soit ? «L’évolution du genre homo sapiens ne représente que 0,004 % de l’histoire de la terre [[ ne parlons pas de l’histoire de l’univers ]]. Si homo sapiens se distingue, ce sera peut-être par la brièveté de son existence, à peine deux centaines de milliers d’années, contre plusieurs millions d’années pour beaucoup d’autres espèces. En effet, depuis que sapiens a commencé à coloniser les continents, il n’a cessé de faire croître son emprise sur l’environnement, avec une accélération marquée depuis que les hydrocarbures sont devenus sa principale source d’énergie [[or le « carbonifère » de par son appellation tirait l’attention sur le mot carbone qui, d’élément de vie, peut devenir poison. Les espèces qui ne veulent pas s’adapter à leur environnement mais qui veulent que celui-ci s’adapte à elles, commettent une grave erreur de méthode…pour durer il faut se rendre durable, non ?]].»

 

Si-petits-et-si-insignifiants-sommes-nous-uniques-?

De l’infiniment grand à l’infiniment petit, par une série d’animations, nous observons l’humanité à la loupe et replaçons l’Homme dans un univers dont il n’a jamais été le centre [[ c’est cela la grandeur même…ne pas se croire sommet d’une pyramide, ne pas se hausser comme but final de tout l’univers (0,004 % ne le permet pas !), ne pas se prendre pour le centre…mais, malgré ce dispositif, s’amplifier en obéissant aux lois de ces mystères que demeurent la Nature et l’univers. En tout cas, ils ne peuvent exister juste comme des entrepôts que des êtres trop sommaires et trop frustres (les si irresponsables capitalistes) viennent tout casser et tout détruire pour des…illusions de profits (mais combien coûtent vos profits au final ? Ah tellement plus que la somme brandie. Et vous ne changez pas de point de vue ?]]. De l’univers aux gènes, des écosystèmes au corps humain, chaque épisode nous permet d’appréhender des grandeurs et concepts difficilement imaginables par notre cerveau. Prenez quelques minutes pour contempler l’univers de l’extérieur de notre nombril ! C'est un coup de poing, un choc, un miroir absolu. Il commence d'une façon presque anodine en resituant la planète au milieu de l'univers « Il y a autant d'étoiles dans l'univers observable que de gouttes d'eau dans tous les océans de la Terre, que de grains de sable sur nos plages et dans nos déserts, et ce n'est que ce que nos télescopes peuvent voir, car l'univers est bien plus grand encore », et on commence à sentir monter la pression, nous petit organisme, qui sommes-nous, sommes-nous prévalents ? [[tout ce que nous pouvons observer, examiner même est trop minime pour nous permettre d’englober la réalité de l’univers sans limites…ce qui devrait limiter nos délires dès le départ…Et nous ouvrir aux émerveillements où la sagesse…veille…émerveille ça veille !]]…

Devant tant d’immensités inatteignables, un style de vie à la hauteur semble bien désirable. Cela nous dépasse tant et le cosmos hors de nous et les origines de la vie dans l’infiniment petit et l’organisation si…régulée de la nature (ce pourquoi vouloir des…dérégulations c’est entrer, par le côté puéril, de plein pied dans la folie de ce refus du réel tel qu’il est, pour de fausses règles qui…dérèglent, c’est écrit dedans, qui casse, saccage, grippe et empêche tout bon fonctionnement «régulier» selon les bonnes règles) de l’ensemble…

 

Mais encore ? Nous somme dans la période cruciale celle qui va nous éloigner (enfin,) de la grave glaciation des cœurs des bourgeois (ou ce refus permanent de savoir, de connaître, d’apprendre, d’utiliser l’honnêteté intellectuelle - qui s’achève, au sens s’assèche dans les cruautés si extrémistes des pitoyables…néolibéraux – les vrais humains se lèvent et ils n’ont plus que de fausses fondations d’argile qui fondent littéralement – oui, encore plus précis ? C’est une tempête des concepts. Quelle ? L’étoile du privé baisse énormément, s’éteint même : en aucune façon il ne sait ni ne peut diriger l’Humanité…c’est le mauvais cheval, mon vieux ! Tu te rends compte il reste incapable de penser aux autres (adulescent immature à vie !), tout ce qu’il sait faire c’est ne penser qu’à lui…soit croupir à la portée de toutes les...médiocrités ! Ainsi un usage raisonné des forêts, des coupes aux services des arbres et des besoins des humains…sont Impossibles avec le privé brouillon et cupide. Seule l’ONF peut y parvenir. Lui, le privé, il fonce il casse il piétine il se sert sans réflexion et tant pis pour le déluge après lui. Et de nous avoir présenté cela comme de… l’efficacité, non mais ses impostures béent de partout : tant de dommages…évitables à réparer (par le public bien évidemment !). Tant de gaspillages inexcusables lorsque gaspillages avouent pillages. Médiocres pillages…Non le privé ne peut s’occuper de la Nature. Surtout pas : et tout le monde le sait et tout le monde le sent…Et c’est pile à ce moment (si mal choisi…) que des politiciens technocrates deviennent abusivement autoritaristes (vu leurs pitoyables résultats c’est vraiment…disproportionné !) et tirent dans les foules si légitimes…ce qui disqualifie définitivement les politiciens professionnels (le monde ira tellement mieux sans eux)…Tout leur langage est inadéquat, efficace = détruire, prédations et irresponsabilités. Le privé ne quittera jamais ses enfantillages d’archi dépendant du public (pour rattraper toutes ses conneries, entre autres…)…Et donc ? La beauté de l’humanité mérite infiniment mieux que ces incapables…d’humanité et d’intelligence du cœur. Oui ces mauvais politiques de se voir coincés à ne plus pouvoir le…cacher. Qu’ils ne sont plus à leur place. Nous restons des mystères qu’ils ne savent plus élucider ! Et chacun.e, enfin, de retrouver ses incompressibles grandeurs…pile au bon moment !

 

« Chaque nouvelle information nous renvoie à nous-mêmes, à ce que nous sommes et à ce que nous avons fait, en si peu de temps. »…tout aussi à ce que nous n’avons pas fait…plus exactement que quasiment personne n’a fait sinon les exemplaires anticonformistes…qui ont continué à transmettre l’essentiel en haute Fidélité…oui « avec » vents et marées…

………………………***********************************************

La-colonisation-du-monde-par-les-fleurs-une-histoire-si-mystérieuse

 

« Il y a 150 millions d’années, les plantes à fleurs firent leur apparition à la surface du globe. Elles représentent aujourd’hui plus de 90 % de la végétation [[ ce qui signifie qu’avant cette période historique la nature vivait sans les fleurs, comme organes reproducteurs si exhibitionnistes – Ce qui donne un aspect si mystérieux à la compréhension du phénomène où, à partir de rien, les fleurs ont tout pris en main ! Jusqu’à nos mots qui sont si végétaux  qui parlent de nos corps…de la fleur de peau à la plante des pieds, l’écorce cérébrale et le tronc pulmonaire, les branches des bronches etc. ]]…. Dans une lettre à l’un de ses collègues, vers la fin du XIXe siècle, le père de l’évolution, Charles Darwin, écrivait avec dépit qu’il butait sur un «abominable mystère» : il ne parvenait pas à comprendre l’apparition des plantes à fleur à la surface de la terre. Il y a 150 millions d’années, voire davantage, alors que la végétation terrestre était exclusivement composée de conifères, de ginkgos [[intéressants non les ginkgos ? Voir la vidéo de François Parcy…]] et probablement de milliers d’autres espèces aujourd’hui disparues (la famille des gymnospermes), ont surgit les angiospermes, autrement dit les plantes à fleurs. En très peu de temps à l’échelle biologique [[ l’immensité est aussi dans le temps – l’histoire humaine qui occupe tant nos cerveaux n’est qu’un infime grain de poussière au bout d’un long chemin d’un mètre de long sur le papier. Univers de 13,8 milliards d’années lumière et son «début» est toujours là – bien présent – à une distance de 13, 8 milliards lorsque le temps c’est de la mesure spatiale...et la Terre 4,5 milliards d’années d’apparition, et nous ? Que savons-nous de l’éternité ? L’éternité peut devenir une saveur du savoir, elle peut éclore dans la bouche…qui la dit…]], celles-ci ont colonisé la surface du globe et éclipsé les séquoias et autres conifères jusqu’à représenter aujourd’hui plus de 90 % de la végétation et des centaines de milliers d’espèces différentes. Comment se sont-elles formées ? Quel est le lien entre les plantes à fleurs et les premiers arrivés, les gymnospermes ? Comment est-on passé de l’un à l’autre ? Ni l’examen des fossiles ni l’étude des plantes vivantes n’apportaient un début de réponse à Charles Darwin et à ses successeurs. Les botanistes piétinaient [[ tant de gigantisme ne peut être résolu si vite…Un peu plus d’un siècle ce n’est pas beaucoup !]].

Un peu plus d’un siècle plus tard, en grande partie grâce à la génétique et à la biologie moléculaire, on y voit plus clair et c’est tout l’intérêt du livre de François Parcy, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), de raconter sans pédantisme la saga des plantes à fleurs. Jeune patron d’un laboratoire de physiologie végétale, il raconte une aventure dont il est, avec son équipe de chercheurs, partie prenante [[ et le fait, qu’à leur si mauvaises habitudes, les médias mainstream se montrent Incapables d’en parler…prouve à quel point ils restent…hors sujet, toujours en dehors de l’essentiel et si inaptes à aider à vivre en grand les humains qui méritent tellement mieux que ces médias fossiles….

Elles existent « parce qu’elles existent » : Il y a 450 millions d’années donc, les premières plantes, des sortes d’algues, parviennent à s’extraire de l’eau (probablement douce) et à… transformer la terre ferme — avec des allers-retours dans les deux sens. Ce fut le triomphe des mousses et des fougères [[ dont Jean-Marie Pelt a si bien traduit les amours et les survenues des diverses civilisations de plantes qui se sont...succédées. Alors que la majorité des humains (faute d’être informés de ces mystères grandioses) ne savent pas cette vraie histoire de l’histoire !]], qui ont ensuite été supplantées par les gymnospermes, baptisés ainsi parce que l’organe de reproduction femelle, l’ovule, est nu, sans protection, dans un cône [[ qu’il se montre , qu’ils s’exhibe même ]]. Les organes masculins y sont dans des cônes distincts et le vent sert de pollinisateur (d’où un gaspillage inouï de pollen).

 

Avec les angiospermes, c’est une toute autre histoire. Plus de cônes et plus de vent ! Les organes reproducteurs sont réunis, enfermés dans une fleur, et l’ovule est protégé, car inséré dans une enveloppe. Autre différence de taille, la pollinisation ne repose plus sur le vent mais pour l’essentiel sur les insectes (au premier rang desquels les abeilles) attirés au cœur de la fleur par des stratégies parfois très sophistiquées qui font appel à l’odeur ou à la vue [[ et le mystère des abeilles qui semblent ne choisir que les pollens à formes…hexagonales, celles des stabilités et des transformations dans les stabilités ! Comprendre le pourquoi doit toucher à la structure même de la vie…]]. Pourquoi les fleurs sont-elles apparues [[ la question dans les questions…]] ? François Parcy écarte l’hypothèse divine et balaie les explications utilitaristes. « La fleur n’existe pas pour nourrir les insectes, pour embellir le monde ou pour aider les plantes à se reproduire », écrit-il. Elles existent « parce qu’elles existent. Tout simplement. Elles existent car elles sont apparues au cours de l’évolution et qu’elles ont conféré un tel avantage aux plantes qui les possédaient qu’elles sont restées, que les plantes à fleurs ont proliféré, se sont diversifiées et ont conquis la planète ». Affaire de temps autant que de hasard donc [[ l’évolution de Darwin malgré ses imperfections, dont les aveuglements qu’idéologiques que la société a si bêtement mis dessus...maintient un sens directionnel...dont l’explication demeure dans une globalité toujours plus vaste. La vastitude inclut de telles elles existent parce qu’elles existent mais va évidemment dépasser ces incertains botter en touche, oui ces refus de répondre en face des trous…Ce n’est pas parce que nous ne savons pas encore…la formuler que la gigantesque réponse n’existe pas !]].

 

Mais, à quoi ressemblait la fleur originelle, celle apparue entre 150 et 200 millions d’années et dont toutes les autres plantes à fleurs (elles sont des centaines de milliers d’espèces) descendent ? À partir des ressemblances entre les premières fleurs qui ont divergé de l’arbre généalogique (les nénuphars, les lys, l’anis étoilé, et quelques autres), au terme d’un travail de fourmi, des chercheurs ont réussi à remonter à la plante des origines, celle que l’on ne verra jamais [[ dont un de nos textes a déjà parlé…cette fleur d’origine a le nom d’Amborella ]]. Telle qu’on la représente aujourd’hui (avec des couleurs totalement arbitraires), elle n’est pas sans rappeler la fleur de magnolia mais avec une disposition des organes floraux qui « n’existe chez aucune fleur fossile ou vivante, même si chacun des caractères individuels peut être retrouvé chez des fleurs connues », écrit l’auteur…alors que le mystère est loin d’être résolu ! En effet qui apparu en premier les papillons ou les fleurs

…………………………..***************************************

Nous avons apporté notre possible réponse dans les papillons…savent pour nous. Avec moisson de documents

Les-papillons-savent-pour-nous.

« Les fossiles ont permis d'estimer cette apparition massive des fleurs à environ 145 millions d'années  [[ les papillons seraient originés à 201 millions d’années…]]. » On avait juste supposé que la trompe du papillon avait « évolué » afin de «s'adapter» (utilitarisme ) à cette profusion neuve. Et ce n’est pas cela. Aurait changé de système alimentaire ? Or ce n’est pas ceci. Que s’est-il passé alors ?

………………le mystère demeure quasi entier…

………………nous arriverons bien à évoluer de concert avec lui…

>>>< - C’est un état de conscience collectif qui ouvre la possibilité…

……..………………………………………. d’une plus immense réponse…

Ce qui veut dire que certain.e.s savent à l’avance butiner le butin (savoir le but)…

……….C’est le fond qui manque le moins

……………………………………….(la forme que pour les gogos bourgeois ?).

 

 ……….……..……(à suivre)

……………..………………**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

                Que la vaste gratitude émerveillée nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui en prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 5 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Couverture de Vibrations Culturelles…Ici : Mystère – Cirque du soleil…

Couverture de Vibrations Culturelles…Ici : Mystère – Cirque du soleil…

Nous sommes des mystères
L’évolution du genre homo sapiens ne représente que… 0,004 % de l’histoire de la terre. Si homo sapiens se distingue, ce sera peut-être par la brièveté de son existence, à peine deux centaines de milliers d’années, contre plusieurs millions d’années pour beaucoup d’autres espèces.

L’évolution du genre homo sapiens ne représente que… 0,004 % de l’histoire de la terre. Si homo sapiens se distingue, ce sera peut-être par la brièveté de son existence, à peine deux centaines de milliers d’années, contre plusieurs millions d’années pour beaucoup d’autres espèces.

« Si l'histoire de la Terre était un livre de 1000 pages, la présence de l'Homme ne serait que quelques lignes de la dernière page. » Les dinosaures arrivent à la page 960… Et c'est nous qui allons faire refermer ce livre ?

« Si l'histoire de la Terre était un livre de 1000 pages, la présence de l'Homme ne serait que quelques lignes de la dernière page. » Les dinosaures arrivent à la page 960… Et c'est nous qui allons faire refermer ce livre ?

Il y a 150 millions d’années, les plantes à fleurs firent leur apparition à la surface du globe. Elles représentent aujourd’hui plus de 90 % de la végétation. Longtemps mystérieuse, l’histoire de leur apparition est de mieux en mieux connue, comme le raconte François Parcy dans « L’histoire secrète des plantes ».

Il y a 150 millions d’années, les plantes à fleurs firent leur apparition à la surface du globe. Elles représentent aujourd’hui plus de 90 % de la végétation. Longtemps mystérieuse, l’histoire de leur apparition est de mieux en mieux connue, comme le raconte François Parcy dans « L’histoire secrète des plantes ».

De tarakini.centerblog…

De tarakini.centerblog…

De Maj majest…

De Maj majest…

la mère première de toutes les fleurs : l’Amborella

la mère première de toutes les fleurs : l’Amborella

De MyFeelBlack - Le mystère résolu ? C’est d’arrêter d’être client et devenir – et à part entière – un être humain…

De MyFeelBlack - Le mystère résolu ? C’est d’arrêter d’être client et devenir – et à part entière – un être humain…

De Olgafg

De Olgafg

26 mn Quoi de neuf sur l’évolution des plantes ? par François PARCY

essentiel ici aussi – la vie n’est pas une pyramide avec l’humain tout en haut...mais bien un buisson sphérique où l’humain n’est qu’un participant à la vie (qu’il peut tuer)…ce qui change TOUT…Déjà savoir…L.U.C.A…- l’entité commune qui nous a tous précédé…Oui, le buisson du vivant c’est la vie en tout. Et surtout plus l’homme niais au sommet d’une pyramide – cette idiotie bourgeoise est désormais couverte de ridicule. De plus que de se monter balourde et pataude sans la moindre de cette élégance… qui se trouve dans toutes les intelligences…11 mn…

Les mystères de l’infini – soit qui ne finit pas et qui n’a pas de mesure totale…

Découverte : le mystère des fleurs...3 regards!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

u92tnjxxr8 16/12/2019 02:45