Gemmes de femmes !

Publié le par imagiter.over-blog.com

Gemmes de femmes !

Les féministes dans l’œil de la violence ? Elles ont été amplement diffamées – et, à l’autre bout du spectre, nous trouvons des éloges lyriques. De quoi brouiller tout ce qui s‘est passé (et qui se passe) réellement. Le tout flouté de trop d’exagérations. Sûr que ce n’est pas un texte qui va ôter ces opacités, ces transparences barbouillées et autres assombrissements – mais si cela va dans le bon sens ? Allons-y !!

Mexique-féministes-prensa-amarillista-la-presse-à-scandale

 

«La presse à scandale, c'est la triste réalité d'un pays; celle d'une société devenue si violente qu'elle s'est accommodée du sang qui coule des unes de journaux que des pinces à linge trop vieilles servent à suspendre aux kiosques métalliques de la capitale aztèque [[ ne jamais accepter la moindre habitude surtout si c’est contre le respect dû aux humain.e.s !]]. Le Mexique est le pays le plus meurtrier – après ceux qui sont en guerre comme l'Afghanistan ou la Syrie [[ une telle «culture de la violence » se combat fermement à la racine!]]. On y dénombre plus de 35.000 assassinats en 2019. Un chiffre à peine plus élevé que ceux des années précédentes. En plus de l'insécurité, c'est surtout le conflit entre les cartels et le gouvernement, lui-même peu aidé par une police corrompue par les groupes criminels, qui alourdit le bilan à plus de 250.000 morts depuis 2006 [[le bilan est excessivement lourd et les dysfonctionnements viennent tous du haut…]]. Au Mexique, près de dix femmes sont assassinées quotidiennement [[ leur révolte se comprend alors entièrement…]]. À titre de comparaison, en France une femme est tuée tous les deux jours par son conjoint ou ex compagnon [[ soit 20 fois moins…Cependant à comparer aux 67 millions de français.e.s, en 2019 le Mexique c’est 127 318 112 habitants – 2 fois plus en gros !]]. Le meurtre d'Ingrid est une goutte d'eau dans un océan de violence et serait passé dans l'oubli sans ces publications. Maria Salguero, géophysicienne, a créé une carte sur son site feminicidios.mx. Elle a recensé 3.825 meurtres de femmes en 2019. Un chiffre en contradiction avec celui du gouvernement, qui en dénombre 1.006. «La nota roja est précieuse. Elle donne des informations que la justice ne possède pas. Les reporters sont les premiers sur les lieux. C'est une mine d'or pour ma carte: l'âge de la victime, le mobile, le lien entre l'assassin et la fille…» [[ c’est ainsi qu’il faut procéder : lorsque l’argent (qui ne veut rien savoir en délirant que, par essence, il sait tout – s’empare des médias tout n’est plus que…désinformation. Il faut alors se détourner de ces médiocres et de leurs méfaits sordides et agir très autrement…]].

Le Paseo de la Reforma, avenue principale où défilent différentes manifestations dans la capitale, s'est transformé en allégorie de cette nouvelle façon de protester. Le long de cette artère clouée de gratte-ciel se dresse aussi un anti-monument [[ voir la photo jointe !]] en souvenir des quarante-trois étudiant·es d'Ayotzinapa raflé·es par la police en 2014; plus loin, un autre a été érigé en hommage aux quarante-neuf enfants morts lors de l'incendie de leur garderie en 2009 [[ ce sont les enfants et les femmes qui pâtissent le plus de la violence des cupides néolibéraux qui ne « communiquent » que par énormes abus de pouvoirs !…]]. Il est interdit aux hommes d'intégrer le cortège féministe. C'est leur moment à elles. «Ni una mas!», clament-elles. Pas une de plus. Dans leurs mains, elles brandissent les portraits de ces femmes tuées juste parce qu'elles sont des… femmes; elles ont couvert leur visage de foulards vert ou violet; la rage se lit dans leurs yeux. L'une d'entre elles escalade un muret et se dresse sur un rebord de fenêtre. Elle tient un exemplaire de La Prensa: «La publication de ces photos est irrespectueuse. Et l'impact est purement négatif!» [[ photo jointe ]] On ne voit pas ses lèvres bouger, cachées qu'elles sont par le bandana vert qu'elle a enfilé; mais le son de sa voix est à peine étouffé. «Ces photos victimisent une nouvelle fois Ingrid [[ c’est son corps massacré qui est exhibé en 1ère page !]]! Nous exigeons que La Prensa et Pásala formulent des excuses publiques à la défunte et à sa famille...– ainsi qu'à nous toutes!», coupe une manifestante masquée.

«La presse a dépassé les limites, c'est sûr. Il n'y avait aucun intérêt journalistique à exhiber le corps d'Ingrid [[ les sales habitudes et les mentalités détraquées stoppent dès qu’il leur est fait barrage !]]», avoue Arturo Ortiz. Dans ce pays, le ministère de l'Intérieur est doté d'un organe de vigilance de la presse, qui peut convoquer les directeurs des médias afin de leur tirer les oreilles. «Mais avec parcimonie, pour ne pas tomber dans la censure, ce qui serait le pire. Il existe bien l'article 19 pour la protection des journalistes», mais il concerne leur sécurité, le Mexique étant l'endroit le plus dangereux au monde pour exercer ce métier. Et il n'existe pas de syndicat qui garantisse un code d'éthique du journalisme [[ c’est de l’autorégulation qui a assez prouvé qu’elle doit toujours être…aidée ! Par la pression de la rue, par exemple…]]. Dans ses conférences de presse matinales quotidiennes surnommées «mañaneras», le président du Mexique Andrés Manuel López Obrador (AMLO) a été questionné sur l'affaire Ingrid. Cela ne rentre pas dans les priorités d'«El Peje», élu en 2018 [[ à gauche modérée, comme Président le mieux élu du Mexique, il multiplie les programmes sociaux pour les personnes âgées et les jeunes démunis. Le salaire minimum est augmenté de 16,2 %. Et, enfin, il affirme faire de la lutte contre la corruption au Mexique son combat principal – ce qui le placerai en bonne position pour éradiquer ces violences de genres. Sauf que sa coalition ne s’en donne  pas les moyens…Ce qui nous fait comprendre les pourquoi des déferlements des femmes au Mexique !]].

www.diputados.gob.mx/LeyesBiblio/pdf

Un texte existe déjà, la Loi générale d'accès aux femmes à une vie sans violence. Beaucoup de mots pour peu d'action

>>>> ----- L'affaire Ingrid Escamilla a enfin mis les projecteurs sur la corruption des polices locales [[ héritée d’avant l’élection de 2018 !]], qui vendent au média le plus…offrant les photos de ces atrocités [[ sans aucune limite, dont le respect dû à l’être humain et sa famille…]]. Une enquête interne a été ouverte, à l'encontre de six agents de police. La procureure générale de Mexico, Ernestina Godoy, a même qualifié cet acte de «délit à l'encontre de la société». Une proposition de loi pour punir la diffusion d'images de crimes par des fonctionnaires est en préparation [[ la pression de la rue incite toujours aux élans législatifs…]].Un texte existe déjà, la Loi générale d'accès aux femmes à une vie sans violence. Beaucoup de mots pour peu d'action. Pour sa part, le ministère de l'Intérieur a promis de punir les tabloïds concernés [[ c’est la distance entre les promesses et leurs concrétisations qui crit le plus !]]. Si Ingrid reste dans les mémoires, un nouveau féminicide est venu glacer le sang des Mexicain·es, ce lundi matin. Fatima, 7 ans, dont la mère est arrivée en retard à la sortie de l'école, a été retrouvée dans un sac en plastique, près d'une route en sortie de ville [[le comble de l’horreur !]]. Frappée, violée, assassinée. Heureusement, aucune photo n'a circulé dans la presse. Mais la pression sociale autour de ces féminicides est plus grande que jamais. »…Ce qui est carrément compréhensible. Et doit se voir très relayé…

…………………………..****************************************************

La-non-République-française-une-démocratie-trop-privatisée-!!

Et en France ?...« Quelques capitaines d’industrie et financiers milliardaires [[ toujours moins et toujours plus de concentration malsaine !]] ont pris le contrôle des principaux médias français, grâce auxquels ils inondent l’opinion publique d’une information orientée dans le sens de leurs choix et de leurs intérêts [[ ce qui, comme le RT russe, doit être sous-titrée « cette information n’est pas objective» !]] . Privilégiant en particulier cette Fake mondialisation heureuse conduite par des anywhere hors sol [[ ces non-résidents qui font 10 000 fois plus de mal et créent plus d’énormes dommages financiers à la France que les migrants résidents – mais, faute de le Nommer, aucune mesure n’est prise…alors que ces « hors sol » sont la cause de grandes tragédies de mœurs, dont ces médias inobjectifs filtrent par trop les faits ! D’où des ressemblances sous-jacentes avec le Mexique…]] dont les ambitions dépassent leur propre pays qu’ils n’hésitent plus à… livrer aux multinationales pour s’y faire un nom [[ ce qui paraît terriblement exagéré ! En même temps qu’indéfendable…]]. Leur pouvoir est tel qu’ils peuvent aujourd’hui sortir un inconnu de l’anonymat, et le pousser jusqu’à la Présidence de la République [[on se disait aussi…]]. Ceux-là n’ont même pas besoin d’exercer des pressions sur les rédactions pour les mobiliser au service trop désinformateur de leurs idées, la compétition néolibérale et l’instinct de conservation suffit à maintenir la plupart des ré(d)acteurs dans la ligne de leur propriétaire. »…Et comme le disait le CNR, la Résistance, il faut retirer toute l’information des mains de l’argent. Vous avez des exemples de ce que ceci donnerait ?

l'abécédaire-de-Madeleine-Pelletier

« Née en 1874, Madeleine Pelletier fait, en France, figure de pion­nière du fémi­nisme. Mais une figure encore mécon­nue [[ son action concrète doit être dissimulée c’est cela ?]]. Celle qui, issue d’une famille modeste, s’est ins­truite par ses propres moyens a conquis, en dépit des obs­tacles, un métier alors émi­nem­ment mas­cu­lin : méde­cin [[parcours récurrent et si lassant à force de voir les forces liguées des injustices proférer qu’elles font tout l’inverse. Or, les faits sont là et ils sont accusateurs d’un désordre si…mal établi !]]. Première femme interne en psy­chia­trie et fémi­niste « inté­grale », selon son propre mot, Pelletier a ain­si reven­di­qué la pleine et entière éman­ci­pa­tion des femmes [[ là où les souffrances sont intenses ]]. Tour à tour res­pon­sable socia­liste, membre du Parti com­mu­niste et sym­pa­thi­sante anar­chiste, elle n’en eut pas moins à faire face au sexisme des dif­fé­rentes orga­ni­sa­tions qu’elle fré­quen­ta [[ les pieds dans le plat…]]. Auteure de plu­sieurs ouvrages — sur l’a­vor­te­ment, l’é­du­ca­tion ou encore la Russie sovié­tique —, Pelletier, abu­si­ve­ment inter­née à la fin de sa vie, est éga­le­ment l’une des pre­mières à avoir éla­bo­ré ce qui devien­dra le concept de «genre», fai­sant valoir que le «sexe psy­cho­lo­gique» est une construc­tion sociale et non bio­lo­gique [[ parcours sans faute qui démontre que, en grande majorité, ses réflexions sur tous les thèmes brûlants n’ont pas vieillies !]].

Anarchistes : « Le gou­ver­ne­ment, disent les anar­chistes, ne sert qu’à pro­té­ger la pro­prié­té contre les sans pro­prié­té ? Cela est vrai, en thèse géné­rale ; mais en socio­lo­gie, il y a, à côte du grand fait géné­ral, quan­ti­té de petits faits qui ont aus­si leur impor­tance et qu’on ne sau­rait négli­ger sous peine de tom­ber dans l’utopie. Le gou­ver­ne­ment, avec son appa­reil légis­la­tif et poli­cier, pro­tège non seule­ment les pro­prié­taires, mais aus­si cha­cun contre tout le monde [[étrange formulation tout de même …]]. » (« Communisme et anar­chie », L’Ouvrière, 24 avril 1924)

Bourgeoisie : « La bour­geoi­sie détient le pou­voir, c’est elle qui a acca­pa­ré la science et se l’est réser­vée à elle seule ; rien d’étonnant à ce que la science, deve­nue la chose d’une classe, gran­disse puis décline avec cette classe. [[ l’héritage direct des bourgeois c’est bien la…crétinisation généralisée du haut de la société…et, par symétrie, l’actuelle concentration des intelligences sensibles en bas de la société….ou ce qui, idéologiquement est décrit ainsi !]] » (« La Bourgeoisie et la science », La Suffragiste, sep­tembre – octobre 1919)

Communiste : « La révo­lu­tion com­mu­niste, loin d’affaiblir l’appareil gou­ver­ne­men­tal, ne fera que le ren­for­cer, car elle devra lut­ter à l’intérieur et à l’extérieur contre un monde d’ennemis qui ne désar­me­ront pas du jour au len­de­main. Il est dési­rable qu’un jour advienne où la simple admi­nis­tra­tion des choses rem­place le gou­ver­ne­ment des hommes [[ ce qui est la raison même : la libre circulation des idées doit précéder et de loin l’unique circulation des marchandises…]] ; mais aupa­ra­vant, il fau­dra pas­ser par une longue période de dic­ta­ture du pro­lé­ta­riat [[ formule qui a tant vieillie qu’elle semble devenue extraterrestre !]]. » (« Communisme et anar­chie », L’Ouvrière, 24 avril 1924)

Différences : « Si les femmes sont, au point de vue intel­lec­tuel, dif­fé­rentes des hommes, c’est sur­tout parce qu’on les éduque de manière dif­fé­rente. Si on ne don­nait pas de tam­bours et de fusils de bois au petit gar­çon, il ne pen­se­rait pas à être sol­dat [[ il y a de cela…]]. Si on ne don­nait pas de pou­pées à la petite fille, elle ne son­ge­rait pas à être mère de famille. Les enfants imitent les sol­dats et ne trouvent rien de plus enviable que de les conti­nuer ; le fils veut être le père et la fille, la mère. Lorsqu’on a ouvert aux femmes les portes des Facultés, on a bien vu qu’elles n’étaient pas du tout inaptes à rece­voir l’enseignement supé­rieur [[ ce qui dépare en effet dans ce simplisme si anti sociétal. Toujours la chienlit de « la foule c’est le bordel »…alors que c’est tout l’inverse – c’est là où il n’y a pas foule que les pouvoirs incapables ne sèment que leurs …immenses désordres !]]. Les étu­diantes éga­laient les étu­diants, par­fois, elles les sur­pas­saient, parce que leur escla­vage social, qui conti­nuait encore, les obli­geait à se pri­ver de dis­trac­tions. Devant toutes ces bache­lières, ces licen­ciées, ces doc­to­resses, l’argument de l’infériorité de la femme aurait dû tom­ber. Mais les objec­tions à la liber­té du sexe fémi­nin ne tombent pas si faci­le­ment, parce qu’au fond de l’anti-féminisme, il n’y a pas la logique, mais l’intérêt des hommes, ou plu­tôt ce que les hommes croient être leur inté­rêt [[ il y a des aliénations qui perdurent au-delà du délai raisonnable. Faut dire que les médias corrompus par l’argent font tout afin de faire durer cet état…contre nature !]]. » (« L’argument de l’infériorité », La Fronde, 21 juillet 1926)

Éducation : « La réelle infé­rio­ri­té de la moyenne des femmes n’est pas une infé­rio­ri­té essen­tielle, mais un manque d’information cau­sé par une édu­ca­tion qui réprime au lieu de sus­ci­ter [[et voilà le nœud de la problématique : le féminisme nait de son hyper répression !]]. La preuve en est que, dès qu’en une forme quel­conque de l’activité intel­lec­tuelle la pro­hi­bi­tion cesse pour lui, l’esprit fémi­nin s’y déve­loppe. » (« La ques­tion du vote des femmes », La Revue socia­liste, sep­tembre – octobre 1908)

Libre : « Nous reven­di­quons le droit de nous pro­me­ner sans être embê­tées et inju­riées par les vieux et jeunes mar­cheurs, le droit de prendre un bock à la ter­rasse d’un café si nous avons soif, le droit d’aller au théâtre, au concert, sans être obli­gées, sous peine de nous expo­ser à toutes sortes d’avanies, de nous faire accom­pa­gner par un exem­plaire de l’autre sexe, le droit d’aimer et d’enfanter sans maire et sans curé, si cela nous fait envie, le droit de nous inté­res­ser aux affaires de la nation qui sont nos affaires et de por­ter aux pla­teaux de la balance poli­tique, le poids de notre volon­té [[et dire que ceci a été écrit il y a…110 ans. On le dirait formulé d’aujourd’hui non ?]]. En sommes, nous vou­lons une vie libre […]. » (« Une seule morale pour les deux sexes », La Suffragiste, sep­tembre 1910)

Servitude : « La ser­vi­tude morale du sexe fémi­nin est plus pro­fonde encore que celle des classes infé­rieures. Le serf, une fois sa besogne accom­plie, vivait en dehors de son sei­gneur, l’ouvrier vit en dehors du patron. […] Entre la femme et l’homme, rien de pareil. L’institution de la famille rend leur vie com­mune : le maître cloître l’esclave dans sa mai­son. […] Les mau­vais trai­te­ments et les humi­lia­tions lui appa­raissent comme le côté désa­gréable d’une situa­tion qui lui est natu­relle. Malheureuse en ménage, oppri­mée d’une manière exces­sive, la femme va bien confier à ses sœurs la révolte de son cœur [[ l’aliénation est tellement prenante qu’elle perdure malgré tous les raisonnements …]] ; mais, dès que l’orage est pas­sé, elle retourne à l’homme qu’elle admire au fond à l’égal d’un être supé­rieur. » (« La ques­tion du vote des femmes », La Revue socia­liste, sep­tembre – octobre 1908 )

Yeux : « Dans l’âme de son fils, le père s’efforce de sus­ci­ter l’énergie et le res­sort moral. Pleure-t-il parce qu’il est tom­bé ou s’est fait une égra­ti­gnure, on lui reproche la honte de sa fai­blesse : Tu n’es donc pas un homme ?, Tu pleures comme une petite fille. La fillette, elle, n’est jamais répri­man­dée pour des choses de cet ordre : la peur et la fai­blesse sont, pensent les parents, natu­relles à son sexe, et, loin de les réfré­ner, ils les encou­ragent plu­tôt. Aussi, com­prend-elle très vite que la pusil­la­ni­mi­té, qui fait la honte des hommes, fait au contraire le charme des femmes, et loin donc de s’en cor­ri­ger, elle va jusqu’à la simu­ler pour se rendre inté­res­sante aux yeux des assis­tants [[ les perversions des regards ont cela de désastreux que perversion = une seule version, la pervertie, les autres ont été occultées ou chassées – c’est dans le mot même !]]. » (« Les fac­teurs socio­lo­giques de la psy­cho­lo­gie fémi­nine », La Revue socia­liste, mai 1907)

Zèle : « La plou­to­cra­tie [[ pouvoir du seul argent ]] qui nous régit cor­rompt les plus belles choses [[en effet, il faut le répéter à foison…c’est l’argent qu’il faut réguler et surtout jamais…déréguler, soit lui permettre de tout…dérègler et le pousser à ne jamais rester réglo (déréglo…)!]]. Ces places d’inspectrices, au lieu de les don­ner à des ins­ti­tu­trices, d’en faire le grade supé­rieur venant cou­ron­ner une intel­li­gence remar­quable, de longues années de zèle don­nées à l’enseignement, on pré­fère en doter soit des femmes hau­te­ment appa­ren­tées, soit celles qui, joi­gnant à un joli visage des scru­pules peu encom­brants, ont su se créer des ami­tiés utiles. » (« Pour les ins­ti­tu­trices », La Suffragiste, novembre 1911) »…D’autre lettres de l’alphabet sont sollicitées (elles se trouvent dans le lien) pour qui veut étendre.

…………………………..*************************************
Conclure c’est étendre  au maximum: Le moindre débat de fond serait nuisible aux pouvoirs politiques et économiques : aussi, ne faut-il surtout pas se tromper sur 2 choses essentielles :

 

** 1) …Maintenir les critiques mais très argumentées avec des raisonnements exigeants et la permanence des faits. Ce pourquoi les structures d’argumentations demeurent importantes.

 

**** 2) – critiquer en profondeur les fausses évidences des pouvoirs. Et sans dévier puisqu’ils ne méritent absolument pas d’avoir autant de pouvoirs si mal utilisés. Nous sommes plus égaux qu’eux. Et très légitimes pour agir ainsi. Par exemple, leur fact-checking au lieu de la «vérification par les faits», n’est pas fiable. Ni confiable. Car ce n’est pas une liste (checking) de faux contrôle technique (une vérification qu’extérieure des faits est fournie – jamais il n’est pénétré dans le moteur intérieur qui fait agir le tout et qui peut…être trafiqué !) – mais bien tout le processus qui relie tous les faits entre eux dont nous avons tous besoin. Avec le but de pouvoir produire une théorie explicative qui englobe tous les faits. Tout en demeurant congruente en elle et cohérente avec chacun des faits relevés !

 

Ces 2 exigences remplies (plus d’autres mais moins stratégiques) nous pouvons mener toute la réflexion globale. Avec des réactions à la hauteur des drames et problématiques – au lieu de toujours botter en touche avec des paroles creuses, comme eux/elles. Qui ne fondent jamais leur crédibilité sur l’usage d’arguments, examinant ceci car cela puis ceci-cela et encore cela sans oublier ceci (pour faire court). La prise de décision qui devrait suivre cette garantie est escamotée. Or qui veut CHANGER LES CHOSES, et pas que leurs seules apparences – sait toujours prendre des décisions…décisives.[[ que soit fini l’infini servage des femmes !]]. Pas des faux semblants qui ne peuvent jamais aboutir à aucune transformation concrète. Ces fuites en avant qui croient avoir enterré tout débat de fond, ont donc des failles très béantes ! A nous d’avoir la détermination pour les utiliser !

>> Déterminations qui ne correspondent pas du tout à ces « sachants en sachets », rétrécis à des formules simplistes mises en poudre. Et à diluer dans la société avant irresponsable diffusion. Le manque flagrant de respect pour chacun-e de nous ne peut que nous amener à tout faire afin que les savoirs ne soient plus jamais entre des mains aussi peu fiables.

 

………..En tout il s’agit de Démoyenniser la société – de la sortir de ses avachissements immoraux.

 

………………….et de trouver les forces de l’élever dans toujours plus d’exigences existentielles

 

…………………………soit le respect CONCRET pour chacun.e d’entre nous !

 

 

……….........(à suivre)

……………………………...........%%%%%%%%%%%%%%

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre" ; onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou bien, encore, "Présent !" ; onglet 3 ; "La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" et "Rien de plus solide que le solidaire" ; sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie ? C’est ce que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose !

 Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le futur n’appartient qu’à qui ne prend l’initiative

Le spectacle est une misère pas une conspiration, ce qui est tellement pire.

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Arrêter de sous-traiter nos besoins et nos savoirs

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

Nous n’avons pas besoin de ce système pour le supplanter !

 

Nous sommes la santé de la société

 

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

Trouver ce que nous ne cherchons pas ?

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 5 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Couverture de Sylvie Dessert…ici aiLeaiMe : Faire tomber les murs…

Couverture de Sylvie Dessert…ici aiLeaiMe : Faire tomber les murs…

Une meneuse brandit un exemplaire de la Prensa à scandale. | Diego Calmard

Une meneuse brandit un exemplaire de la Prensa à scandale. | Diego Calmard

Les militantes se sont retrouvées devant l’anti-monument aux féminicides. | Diego Calmard

Les militantes se sont retrouvées devant l’anti-monument aux féminicides. | Diego Calmard

de famille tdah.files.wordpress.com

de famille tdah.files.wordpress.com

Madeleine Pelletier pion¬nière du fémi¬nisme encore mécon¬nue

Madeleine Pelletier pion¬nière du fémi¬nisme encore mécon¬nue

Gemmes de femmes !
Gemmes de femmes !
Gemmes de femmes !
Revue Ballast…

Revue Ballast…

Gemmes de femmes !
8 mars

8 mars

de Yarda

de Yarda

Santé en Luttes (avec un grand Elles): Ep.4 Madeleine Pelletier

10 mn - Figures du féminisme: Madeleine Pelletier, première interne en psychiatrie et féministe intégrale

Osez, prenez des risques et développez vos humaines compétences | Clervie Achino

Liberté, chemins de traverse et combativités | Antoine de Maximy | TEDxMarseille 16 mn…

Au Mexique, les féministes dans la rue après un féminicide très brutal...

10 mn …7 grands discours féministes

Une performance féministe chilienne devient un hymne mondial contre les violences faites aux femmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Voyance et Retour Affectif Rapide


GRAND MAITRE DU RETOUR AFFECTIF

Bonjour Mme, Mr
Moi je me nomme Grand voyant marabout said ce qui signifie la solution a vos problème dans 7 jour, Je suis grand maître said du retour affectif , héréditaire de mon père très puissant donc pas de soucis à ce faire, voici un peux ce que je fais comme travaille de rituels:


Retour Affectif Rapide dans 7 jours
Rituel pour devenir attirant(e)
Rituel pour reprendre avec son ex
Rituel pour en finir avec l'infidélité
Rituel pour stopper la jalousie
Rituel pour éloigner les rivales (ou rivaux)
Rituel contre la jalousie matérielle
Rituel pour stopper la malchance
Rituel pour attirer l'argent
Rituel pour réussir son avenir amoureux

Si vous, voulez vous faire aimer ou si votre ami vous a quitté je peux le ou la faire revenir dans 7 jours. Il, elle va courir derrière vous comme un chien derrière son maître. Amour durable. chance aux jeux, dés envoûtement, fidélité,
Impuissance sexuelle, maladie inconnue, même cas désespérés. , travail
Efficace et rapide.

100% de réussite garanti. Ne restez pas dans l'angoisse, il n'y a pas de
Problème sans solution. je suis le seule a par dieu a trouver une solution à tous vos problèmes car si je commence ce travaille je pense bien que votre marie vous reviendra et vous serez unis pour le reste de votre vie si vous le désirez bien
Mme ne vous faite plus de soucis car vous venez de trouvez la solution a ce problème alors n’hésiter pas a me contacter
Pour ses rituels je dispose plusieurs sortes de vaudou et plusieurs maniérés de procéder

Si vous utilisez une de mes Rituel vous trouverez la satisfaction dans 7 jours au plus.

PS/ les résultats sont garantie à 100% avec une durée de 7 jours ni plus ni moin .

NB/ Quelques soit la durée dont votre amour ou l'homme de votre vie vous a quitté il reviendra à coup sûr dans 7 jours ou votre femme . Quelques soit la personne concerné dans moin de 7 jours il ou elle s'inclinera sous votre charme et vous aurez le parfait contrôle sur lui .

Donc pour le moment je ne veux rien prends d'abord pour le travaille, car c'est après la satisfactions que vous aurez a me donnez ce que votre cœur désire comme récompense.

Voici mes coordonnées.

mail: marabout.said@hotmail.fr

MERCI
Répondre