2012 – AAAAAAAAAAAAAAAAA

Publié le par imagiter.over-blog.com

3242519210_8fcaecd9ec.jpg

A pour ouvrir la bouche et ce que bouche la bouche A

en être bouche bée de voir à ce grelot qu’A a déjà cet acte le plus simple;

avoir. Savoir étant tout aussi bien, s’avoir. Ce qu’A a. Et de savoir que s’avoir reste encore à voir, A se les a toutes prises les pro-visions des visions. Et se les a A, pas à pas, prises les apprises orientations des câbles du vocable. Dans TOUTES les directions. Dans TOUS les temps. Et juste à temps, mais à cent mille lieues : le pivot voilé…

Le pivot voilé

A, n’étant point issu d’une lettre le précédant, selon la figure de l’univers même, irradie donc toutes ses lumineuses trajectoires DANS (c’est-à-dire DANSE) tout l’alphabet. A tire sur TOUS les câbles qui tressent physiquement le vocable ; il pétrit et brasse l’espace espacé de toute la langue, lorsque le temps, depuis longtemps, est bien plus, un temps, un rythme, une cadence, qu’une vague et creuse substance à dénotation  magique. A semble créer, ainsi, à lui seul, seul à lui, toute la langue, il est le gouvernail même du navire. Par conséquent, de mettre lettre à lettre dans A éprouve que la première lettre (celle du non à priori), la plus ouverte, le son palatial le plus énergétique, est bien cette voyelle -entravée ou libre, avec un vélaire libre ou atone après une consonne palatale qui offre le plus de possibilités à la langue. A est l’exact pivot qui exhume le sens des mots (je veux dire que l’image se tient claire : A surgit et la langue s’y love déjà toute entière) ; et j’ai humé tous les mots, goûté à leurs charmes, dégustés, parlé la bouche vraiment pleine, caressés tous leurs sucs internes, écouté aux écoutilles de ce vaisseau de lumière.

Prépositionné

A géant ouvre déjà la dimension de toute la langue. Une pré-position ? Alors de quoi parlez-vous en fait ? De rien c’est sur. Pas comme le si méconnu Jean Pierre Brisset dans la «grammaire logique» qui concise «la préposition lie les compléments entre eux et au régime du verbe. On la reconnaît à ce qu’elle permet toujours l’inversion, c’est à dire qu’elle peut se présenter après son propre complément ou régime.On appelle complément ou régime de la préposition, le nom ou pronom qui se trouve sous sa dépendance directe   il vient de la ville = il amène soi de la ville --je lis la lettre à ma mère. Ma mère à qui je lis la lettre". C’est près, auprès de la position, la pré-position. Pour la faire connaître ? La préposition qui a alterné ainsi ses POSITIONS, dans les relations les plus diverses et générales qui soit, entre tous les membres d’une phrase, accompagne alors, le sens des verbes, adverbes, adjectifs, autres prépositions, élocutions que vous atteindrez la saveur de la conception…

 

(Diversités) Depuis le lieu même d’une action, ou la position d’un être ou objet dans l’espace et dans le temps jusqu’à l’aboutissement, la destination même et le résultat de l’acte - A sonne comme le gong de la diversité, comme le kaléidoscope de toutes les créations. Le centre et la périphérie. Illuminant la direction puis le terme précis d’un mouvement, toutes les trajectoires déroulées et nos corps enroulés à ces lianes de sève, jusqu’au lieu d’où provient, est extrait quelque chose ; les détails les plus subtils ne sont même pas oubliés, les moindres possibilités exposées comme l’espace compris entre deux points déterminés, le laps de temps entre deux moments considérés…etc

 

(Causalités) Mais aussi la cause quant à la vue, de la langue la foule recule, le moyen, j’écris à la main, ou l’instrument et son but vraiment reconnu, c’est bien sûr du papier à lettre que je hume ou exhume la première lettre, jusqu’à la manière, l’allure, le comportement même, parler à voix haute ou à jeun c’est du pareil au même pour moi. Toutes ces caractérisations et attributions étant égrenées en A, axe à rotation et dotation. Voici donc que se glissent entre ce vaste espace déployé, et non plus ployé, rythmé par le temps précis du temps, les oppositions, résister à la richesse, l’union, s’allier à  plusieurs pour cela, les tendances tendues, sa représentation touche à sa fin, l’aptitude à telle action et sa claquante position, après la préposition, le vouloir à la folie, l’évaluation, l’approximation, le prix des choses et des êtres, tous les livres à cinquante francs, la participation à une tâche ou la communauté de situations, ils sont déjà des milliers à vivre sur mes livres, ou la possession elle même, les exemplaires exemples à plaire (et autres propos moins fertiles que vous savez déjà).

Destin avec destination

Le A privatif grec (variation an devant une voyelle) surgit le plus privé dans l’Universel, la position subjective y prend sa place validé mais se prive de tout le reste. Soit en le niant (exclusion) soit en se niant (aliénation). A préfixe issu du latin ad désigne la DESTINATION. La destinée, le but du début, la direction vers - avec le pouvoir de le dire (variation ac, af, al, ap, ar, as, at). L’idée de mouvement de tendre à, va avec la qualité charnue du mot, incluant l’objection la pensée d’action (transitif indirect), exemplairement. A demeurera bien la position de langue qui explique ET implique le mode de répartition et succession, par rapport à l’espace et au temps des actions et des êtres. Aussi l’étrangeté surgit bien plus de ce que le premier mot bondisse comme celui qui ordonne, construit la souplesse transparente de toute la langue. L’Aire de tout le dictionnaire : surface unie qui, seule, pouvait permettre la FORCE DU SENS. C’est alors une affaire visuelle que ce sens qui est son, il ne fallait pas s’y tromper : juste lever le lièvre dans vos yeux…

 

Voici de quoi vous contraindre à savoir (pour s’avoir soi-même) que toute la langue, désormais la langue entière, tourne autour de racines radicales (et pour cause !) voilées, cachées, et que les préfixes et suffixes - pré-fixé, près, auprès du fixe comme suf-fixe, fixer sous, dessous - sont là pour dévoiler les mouvements, les trajectoires et les modes de répartitions et résonances de l’action de la racine même dans tout l’espace et le temps sensibles aux êtres des lettres eux-mêmes que les mots soient « concrets » ou « abstraits ». Les préfixes et suffixes découvrent, révèlent, en un mot apocalypsent. En clair, ils sont le tribut d’attribution (manières, temps du temps, espacements de l’espace, repos ou mouvements, lieux d’extraction des choses, toutes les modalités et possibilités des actions… etc) qui par réverbérations du verbe même, par reflets du préfixe ou suffixe DANS la racine même, est l’action de l’action, celle qui contribue à placer le mot en sa zone de plus grande activité DANS (danse) la langue toute entière.

 

Et, fait plus extraordinaire encore, relie ce mot à sa constellation propre qui, par ricochets ou réverbérations infinies, n’est souvent pas  celle que l’on veut bien croire, les liens exacts et honnêtes entre les mots n’ayant jamais daigné être illuminés. Pourquoi donc ? Un son vibré, mêlé au travail de la respiration, touche, sélectivement, un endroit précis du corps et aide, ainsi, à son sens. A qui ouvre la bouche par le fond du palais, fait forme de stabilité. A qui joint. A qui sert, alors, de  tremplin vers autre chose, semble définir les règles une fois pour toute, et les règles valables pour tous. A, la bonne origine. A qui introduit la téléologie. A le savant. Le s’avant très réfléchi qui ressemble tant au Big Bang : avant le Big Bang qui avait-il ? avant l’univers qui avait-il ? et avant A qui avait-il ? S’avant le savant. Mais avant c’était avoir. Le savoir s’avoir soi-même. La synthèse devient : la savant du savoir, de la saveur sapience. S’avoir soi-même : il faut maintenant ETRE savant, l’être totalement - c’est à dire physiquement. A implique ou explique l’univers. Il dé-voile tout. Le réel n’était voilé que de ne pas AIMER les mots. Tout ceci n’oublie guère qu’une pré-position qu’un pré-fixe, qu’un auxiliaire de secours absolument indispensable (essayez de compter les a depuis l’aube du texte), ayant voyagé, elle, la voyelle - ce qui, d’âge où d’elle, illumine que toute voyelle voit et voyage toute la langue. Et obtient donc que nous voyions et convoyions le Verbe avoir qui, de toujours voir, à A à jamais. La première lettre de l’alphabet étant très exactement celle qui A un des deux seuls verbes - souches de la langue. Ceux des DEUX humanités. Pas mal pour un début ! Et pour donc ce que présage la fin…

Première lettre du dictionnaire (à qui l'envoie-t-il ?) Est-ce donc simple ? Que d’ainsi naître A à la langue, pour qu’il se décoche du coche de sa destination même, n’est, à tout atout, que d’en savoir à la lettre le lieu au lieu de refuser à tout dictionnaire l’aire de sa diction même… Et que de cet ordre - alphabétique - le premier verbe, la première action soit Abaisser, n’en semble que plus utile pour cette nouvelle, Constitution - pas moins - par la justifiée diction juste de tous les mots du dictionnaire.

Voici pourquoi toutes nos pensées qui veulent ‘2012 s’offrent surtout aux irréductibles

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

 

Tel que vous pouvez le prolonger, aussi, sur le blog du 9 juin 2011 nommé Comment le développement personnel tourne au savoir- faire révolutionnaire ?, Toute l’histoire du rire en 5 textes. Ou encore, le blog du 16 septembre 2010 « Simuler votre cerveau vous offre toute la réalité » ou comment notre cerveau peut être magicien, etc…

Nous avons amassé un ensemble de techniques triomphales qui remplacent trop mieux le plaisir- loisir si arriéré…quelques unes des plus récentes sur ce blog ?: "Sourire vos digestions", "Comment l'œil vous respire l'univers ?", "Reposer le repos d'une question", "Piller les roupillons", "S'organiser autour des organes", « Butiner le but », "La pensée qui redevient fluide et prouve toute sa fertilité ?"; "Le dirigeant, celui qui sait dire le sens", " Le corps enthousiaste ? (1)", " Plus de noël du "ouiël", « La queste des questions », "Ne mets pas d’eau dans mon nectar", "Qu'est ce qui nous "touche" donc?", "Que savent-ils qu'ils vivent aussi?", "Unité enchantée", "Soulagement", "Sous la chair des mots – la sensualité d’immensités…", "Les livres restent à jamais démocratiques", "Equanimités pour singularité "valant" mieux qu'une identité",  "Nous pouvons encore toujours plus connaître le réel: qui vous a fait croire le contraire ?", "Et tout à coup nous nous sentons bien", toute la rubrique des "Promesses tenues ?", oui oui "Le bonheur, un jeu où tout le monde peut gagner", "Présent-e-s ?" « Efface le face à face que reste- t-il ? » ou bien  "l'histoire du rire" en 5 textes, "La communication qui n'a jamais appris la communication réelle" ? ou dans la série " la série "Lorsque ne plus savoir admirer tourne à la maladie" (1) un blog a obtenu un titre à part " A votre égard tout sera égards". Grâce à qui ? certainement pas au capitalisme punitif qui nous cache que l'on puisse devenir tellement plus joyeux APRES son abolition…

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 1  "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre",  onglet 2 "La star des stars", "L'ardeur sociale" et "Présent !", onglet 3"La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et  "Rien de plus solide que le solidaire", sinon,  onglet 4  "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou, encore "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 1 600 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

Publié dans corps des langages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article