Augmentation des dépenses publiques ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

5959911587_2da7b15fc0.jpg

Qu'est- ce donc ? Mais non pas ces extravagantes subventions aux trop riches, ni les "nationalisations de leurs pertes" ce n'est pas, là, de…la dépense publique…juste de l'argent public "privatisé"…les dépense publiques ce sont juste les maigres brindilles qui appartiennent au droit de tous de vivre (les droits de l'homme vous vous souvenez - un toit, à manger, des soins et de la culture – qui n'applique pas ces quatre droits incontournables se prouve…antirépublicain et doit être démis de ses …fonctions…toutes supposées républicaines…

 

Tout aussi faux que les impôts à 85 % !!! 85 % de quoi ? Veuillez préciser si vous avez tant raison… Si c'est éviter les gigantesques patrimoines si peu transparents, les avoirs financiers…le total taxé demeure, tragiquement, bien au-dessous de 35 % tandis que les pauvres peuvent, parfois, continuer à payer entre 50 % et 60 % de leurs revenus (TVA oblige) …surtout à chaque incessant "changement de condition" (on a même vu des pauvres taxés à 100 %) …

 

Alors lorsque c'est l'antirépublicaine BCE (banque centrale européenne) qui ose "baisse des dépenses publiques" alors que ce sont nos impôts qui "financent" la BCE (baisse de ces dépenses, alors ?). Et qu'elle n'a rien de plus pressé que privatiser l'argent public (des impôts) enle donnant (à 1 % c'est du don) aux banques privées…ce qui est une nette augmentation, et de son seul fait à la BCE, des "vraies" dépenses publiques…au point où tous les budgets "publics" connaissent la prospérité…oui, dès que la Bourse parasite est absente de la société…

 

La solution est, bien évidemment, plus du tout de nationalisations des pertes si pas de nationalisations des bénéfices…dépenses sociales considérées comme dépenses "obligatoires" et…

 

Fin des subventions au privé…qui ne sont plus considérées comme des non dépenses publiques mais bien comme des excès de dépenses publiques sur le dos du contribuable…

 

Enfin…abolition du dispositif antirépublicain  :

"une société, institutionnellement, organisée pour voler les pauvres" - blog du 23 septembre 2011,

couplée avec "Tout l'argent gratuit pour les seuls capitalistes" - blog du 25 septembre 2011

le "devoir" de tout législateur devenant…"Empêcher les riches de nuire aux pauvres", blog du 19 octobre 2011…

 

Augmentation des dépenses publiques ?

                                                           Surtout celles qui ont été, illégalement, oubliées

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

            tous ces blogs sont effectivement reliés à une pensée globale ***

 

trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L'Economie, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce blog a su retenir votre attention dans les 2 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

Publié dans economie et politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

MargoZ 14/11/2013 14:24


Ce que tu dis sur ton blog concernant le nombre de fonctionnaires par rapport à la population n'est pas tout à fait juste. Les entreprises ont beaucoup évolué depuis 15 ans, mais la fonction
publique traine les pieds. Ainsi, lorsque l'on traite jusqu'à 5 fois plus de dossiers grace à l'informatique, les entreprises ont du réduire leurs effectifs. L'état n'applique pas les mêmes
tendances, et les salaires restent en hausse, les personnes qui ont mis en place les montages de retraite par répartition bénéficient d'une retraite juteuse qu'il ne sera plus possible de
financer d'ici 15 ans! L'écart entre le public et le privé augmente et il faudrait appliquer le même droit social partout en France (un fonctionnaire doit pouvoir être licencié si son poste
change ou s'il fait une faute grave ou s'il est averti plusieurs fois). Pourquoi ne proposons-nous pas de réduire le salaire en % des hauts fonctionnaires qui ont souvent un métier de planqué à
vie et un logement de fonction, question naïve, mais pas sans fondement. On pourrait faire appel aux chômeurs (contre rémunération) pour travailler pour la fonction publique ce qui permettrait de
resociabiliser les individus et remplacer des fonctionnaires qui coûteraint trop chers dans plein de domaines. Arrêtons les emplois à vie, car la société ne peut plus payer ce luxe.

lejournaldepersonne 06/01/2013 09:05


en effet il faut inverser les choses - ASSEZ D'ASSISTANAT AUX RICHES - ces désatreux mendiants !!!