Court comme courtisan (2/2)

Publié le par imagiter.over-blog.com

 

 

6340063396_bbb49846e5.jpg

-  III  -- Se démettre d'un maître ?

 

Cher mêtre,

 

Je vous remercie trop d'indiquer là où ça fait mal (économie fraudée et incapacité à aimer) ce qui me permet de me remettre dans la position de la joie la plus debout.

Aussi vous dis si merci de trembler sur ce qui vous fait le plus peur : que de plus en plus comprennent les deux emma tomes…

Vous avez, ainsi si si, utilisé les moyens les plus déloyaux - ce qui claironne que vous êtes en position de plus en plus défensive. Nous pas. Pas moi chamois ça mallow. Pas la peine de blanchir ou verdir, non non. Merci encore de vous La Mettrie, cet homme- machine que vous devenez trop et trop vite…prévisibles.

Des collectifs arrondis en rondes reprennent, évidemment, ces infos afin de les répandre et étendre à toutes situations hors site.

La position de lâcheté la plus absolue (l'achetez- vous encore cette lâcheté ?) de surplombement qui use du monologue-diktat pour décréter de ce qui s'ap-précie (le précieux) et donc ne s'apprécie plus du tout (procédure hautement démocrate, de ce fait, hors tout monologue cata ) de ce qui serait trop long trop court, trop haut trop bas, trop profil cousu de fils blancs, pas dans la ligne et point pas à ta ligne…

Qui ne fonctionne, d'ailleurs et d'ici, que si "l'autre" relaie (à l'intérieur de lui) ce char à bia, abiotique …et puisque tel n'est pas le cas – ne restera que la surection de la position illégitime de surplomb – vous vous montrez "tout abstraits de la société, tout suspendus en l'air comme des jambons" (Blaise Pascal)…

 

Le maître trop nomme !!!

 

Pour vous, effectivement, reste incompréhensible que soient si complètement comprises toutes vos manipulations inappropriées... Incompréhensible que vous échappe la chape que vous placiez sur autrui…Oui votre peur, de plus en plus frissonnante, que de plus en plus comprennent tout. Et qui fait que vous provoquiez vous seuls tout l'enchaînement de votre fin. Il n'y a donc plus rien d'incompréhensible et le plus beau est de ne pouvoir le cacher, ouvrait le bal notre cher Lautréamont, la montagne. Oh thank you thank u so much, de si bien afficher que nous ayons si bien "compris" cet incompréhensible (!) de la fin de "votre" trop possessif monde. Les meilleurs vous soufflaient "laisser passer, laisser faire" des espaces de libertés où les cassures ne seraient plus brusques, où l'Evolution pourrait évoluer dans son archi connue douceur. Trop fermés aux têtus totaux, vous ne déviez pas d'un mètre, le maître ne va plus savoir où se mettre… plus savoir où se mettre, le maître, déjà décimètre, millimètre…millionièmes de millimétries qui tissent ce qui le rapetisse l Il ferme toutes solutions sinon celle qui va le décimale décimer…maso schismes…

 

Comme tous les futurs déconfits, maîtres au trop métro, vous avez trop vos nerfs (chochottes qui ne supportez pas le millième du mal que vous faites si galamment à autrui!). Tout maître est prévu pour admettre, admettre l'admis -nistré, admettre de permettre, admettre d'accepter et de recevoir: des leçons :) J J …Et tout ce qui émeut trop les mines qui ruminent – va, de voir son maître sentimètre bien paître son salpêtre, devoir s'excuser, se justifier, se justifiable, se justiciable même…

 

Chacun son rôle: le mien regarder au fond des yeux des puissants, observer le fond des cerveaux des dominants, scruter le cœur des dirigeants…Mission accomplie, mission accompliment : succès amplement dépassé. Grâce aux passions tristes et aux pestes émotionnelles (dites, aussi, sentiments négatifs), où se calfeutrent ces pro-éminents – ils se niquent tout seuls. Personne ne les bouscule, nul ne les pousse et ils tombent tout seuls…suffit qu'un être "neutre" les fasse sur interpréter…Géométrie axiale et nuages de statistiques donnent forme au fond de leurs dits et non –dits, n'est-ce pas simple ? Et en 3 D ? en 3D, itou tout !!!

Les mêtres n'ont fait que chuter dans l'exercice méthodique de la pensée depuis plus de 20 ans. Bilan : rôles des autres à eux inaccessibles, drôle que les rôles vous vouliez les enrôler – c'est qu'un rôle ne peut être que moins vrai que l'être véritable. Vous avez tout lâché pour des ombres sur le mur de votre caverne…vous ne pouvez plus "évoluer"…vous venez de vous faire refiler un faux jeton: ah! c'est vous qui l'êtes…

 

Comme d'hab, vos niveaux d'informations, depuis 30 ans, déraillent tous et toutes: une sous–estimation permanente, une méconnaissance des qualités, une perte colossale des flux du réel, un manque total de connaissances des préoccupations réelles des dénigré(e)s, etc. Avec cela comment voulez- vous les influencer, etc ? Hého, ça marche à vide, trop avides…Ca nous apprend juste le postural pour le close machin…

 

Vous n'êtes plus que sur la défensive et ne savez où vous mettre, vous commettre, vous démettre…Vous situer, vous positionner, vous placer, vous tenir, vous déplacer – total ligotés par vous-mêmes…Tout ceci parce que nous nous sommes mis, admis, remis, permis, démis à nous démettre des faux maîtres dépenseurs…

 

Rien ne vous empêche, non plus, de vous démettre, aussi, de vous omettre de tels maîtres !!! Oussskkkon va (se) les mettre ????

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 (à suivre)

            tous ces blogs sont bien reliés à une pensée globale

 

la course de fond nous tient en grande forme  ça émousse de trop plier  le funeste sort du trop court et sa tisanière  des gesticulations exorbitées qui en disent trop long  le courtage des courts n'a plus cours

 

   

Publié dans Victoires**

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

o5d7a8aev6 10/12/2019 06:03

please do tel me the correct usage.

lejournaldepersonne 23/02/2013 09:26


bonjour


trè aqgréable de se réveiler et d'avoir plein les sens de vos mots qui enchantent toutes choses...vraiment de le dire rend meilleur...