Doubler les salaires

Publié le par imagiter.over-blog.com

3604738012_b974722448.jpg

Ce sont les salaires trop bas qui tirent et prolongent la crise, provoquent la petitesse des retraites et maintiennent en récession : tous les esprits intelligents le savent qu’il faut doubler les salaires….alors : trouver des formulations simples et des raisonnements rigoureux afin d’entrainer la population dans cette voie qu’il faut énormément augmenter les bas salaires …immédiatement… Bernard Friot, sociologue, parlant de son livre «L'enjeu des retraites » paru en mars 2013, y parvient…voyez !!! Il pulvérise l’idéologie irréaliste de la « modération salariale » oui sauf pour la spéculation boursière cause principale de la crise financière et des trop hauts salaires si…immodérés… et ceci en se raccordant à la progression salariale…que du concret pas de blablas…

 

Tant qu’il y aura modération salariale nous resterons en crise.

 « La cause de la crise, c'est la modération salariale. Nous avons une baisse de 10 points des salaires dans le PIB qui s'opère dans la décennie dramatique des années 80 et qui est restée. Nous sommes toujours à 10 points en-dessous de ce que nous avions aux débuts des années 80. Ces 10 points qui représentent tout de même de 200 milliards d'euros par an, sur un PIB qui est de 2000 milliards, ils manquent et il faut les retrouver, parce que c'est cette insuffisante progression des salaires qui fait qu'il y a crise. C'est ça l'origine fondamentale de la crise.

 

La question du chômage est absolument liée à celle des salaires. C'est celle de la place accordée aux salaires dans le PIB. Si on accorde plus de place, tout à la fois on augmentera le nombre d'emplois, le volume des cotisations y compris pour les retraites, et on améliorera les salaires. Donc les deux choses sont absolument liées. »

 

Et Bernard Friot de poursuivre en montrant et démontrant que toutes les fausses solutions actuelles sont biaisées «( …) en en aucun cas, il ne s'agit que nous travaillions davantage ou plus longtemps. Depuis 1993 où les mesures d'augmentation des durées de cotisations sont censées pousser les gens à travailler plus longtemps, nous avons 17 ans de statistiques: il n'y a pas de prolongement de la durée d'activité. La cessation d'activité se fait toujours actuellement à moins de 59 ans: elle est à 58 ans et 9 mois. En revanche, quel est le résultat de la réforme? C'est que la liquidation de la pension est retardée. Actuellement, il est à 61 ans et demi. Il y a déjà en moyenne près de 3 ans de no man's land où on est ni sur un salaire normal dans un emploi normal, ni retraité. Pour les femmes, c'est bien pire, puisque les femmes n'ayant pas une carrière complète, beaucoup moins que les hommes, elles sont particulièrement victimes de la décote qui est un truc monstrueux, si bien qu'elles attendent pour le tiers d'entre elles 65 ans pour avoir le taux plein - 67 ans si jamais la réforme actuelle passait... C'est absolument scandaleux, Pendant ainsi actuellement 7 ans - 9 ans si jamais cette foutue réforme passait-, nous aurons des femmes qui seront dans un no man's land, c'est-à-dire qu'elles vont redevenir les femmes de leur mari selon un magnifique progrès social. Elles vont être vulnérables tout simplement. Déjà actuellement 36 % des femmes sont inactives lorsqu'elles liquident leur pension. N'étant ni en retraite ni dans un emploi normal, qu'est-ce qui va se passer pour elles ? »

 

Pourquoi l’info qui triche dissimule la notion de progression salariale ?

La progression salariale c’est la part des salaires dans le PIB qui augmente. Il s'agit de l'interrompre, cette affaire. Et ça va être le cas, puisqu'aujourd'hui nous sommes à 10 % de moins. Nous sommes passés de 70 à 60 % des salaires dans le PIB. Comment faire ? Il y a une pratique ancienne qui est une pratique de hausse constante du salaire d'embauche. Le salaire d'embauche, le salaire à 20 ans à 25 ans, augmente régulièrement pour entériner en quelque sorte l'amélioration de la scolarisation, de la certification et donc la reconnaissance d'une qualification supérieure aux jeunes. Vous voyez bien que cette hausse constante du salaire d'embauche a en aval un effet de hausse constante de tous les salaires. Si on veut interrompre la hausse des salaires, il faut casser ce levier. Il faut casser ce salaire d'embauche. Et pour cela, qu'est ce qu'on fait ? Eh bien on invente un bobard démographique, comme aujourd'hui nous avons inventé un bobard démographique sur 2 actifs pour 1 retraité, etc. etc. Ce bobard démographique, c'est qu'il y a des jeunes qui sont des pauvres jeunes, qui ont bien du mal... 1 jeune sur 4 est au chômage et il vaut mieux un petit boulot que rien du tout. C'est un mensonge. Un jeune sur quatre est au chômage... C'est absolument faux ! C'est un mensonge d'État qui a été martelé pendant des années. Nous avons un taux de chômage chez les 18 - 25 ans qui est de 25 %, un taux de chômage c'est au numérateur les chômeurs et aux dénominateurs les actifs. Un taux de chômage de 25 % cela veut dire le quart des actifs est chômeur chez les jeunes.

 

Or il y a aucune spécificité du chômage des jeunes. On nous a inventé une génération -toujours ce vocabulaire générationnel, qu'il faut combattre avec la plus grande fermeté- une génération qui serait une « génération sans emploi » dont il faudrait sauver l'emploi, et pour sauver l'emploi, qu'est-ce qu'on fait ? On casse les salaires. C'est ce qui s'est fait. Moi j'ai enseigné en IUT pendant une trentaine d'années. A la fin de ma carrière, en IUT, nous sortions des jeunes à un salaire deux fois moindre que celui qu'ils avaient au début de ma carrière. Pour que l'on retrouve aujourd'hui à 25 ans le salaire de 1975 toutes choses égales par ailleurs, il faudrait le doubler.

 

Imaginez l'effet sur l'ensemble des salaires, si le salaire à 25 ans était de 2 000 et non pas de 1 000 € comme aujourd'hui! »

 

La démonstration est implacable et impeccable nous poursuivrons les avancées claires et évidentes que la démarche pas à pas de Bernard Friot avec…

*** §§§ comment le fait d'inventer des « générations » fictives sont une façon d'exercer une pression violente sur les exigences salariales…d’où légitimation théorique des jeunes, au point qu'on est arrivé quand même à ce truc monstrueux, quand on y réfléchit, mais 30 secondes, « des emplois jeunes »... Imaginez qu'on ait crée des «emplois femmes ». C'est dire à quel point on avait naturalisé une génération. Et on est en train de nous refaire le coup en inventant des vieux. Donc il s'agit d'inventer en permanence, si on veut faire une pression à la baisse sur les salaires, ce qui est central dans le capitalisme. L’oublier c’est NE RIEN COMPRENDRE !!!

puisque…en parallèle…

« Il y a une dynamique du capitalisme qui est quand même la valeur pour l'actionnaire, qui suppose que la partie qui va aux salaires soit le minimum possible. Donc ensuite dans cette logique là qui est permanente, et bien ça dépend des opportunités. On croit le bobard démographique, on a cru au coup des jeunes qui étaient au chômage.... Si ça marche, pourquoi la classe dirigeante n'utiliserait pas cette crédulité ? On est en train de faire croire qu'il n'aura pas assez de travail en l'an 2050 pour payer les pensions. » Clarifie Bernard Friot… Or c’est faux il n’y AUCUN PROBLEME sinon celui de l’excès des prélèvements des actionnaires sur les…salaires Bernard Friot précise aussi : « si on veut améliorer, pour passer à 60 ans à 100 % du meilleur salaire pour tous et porter au SMIC, s'il est inférieur au SMIC, il nous faudra 20% du PIB. Passer de 13 à 20 %. 20 % d'un PIB de 4000, 800 milliards d'euros à comparer aux 260 milliards actuels, ça laisse 3 200 milliards pour le reste. Il n'y a aucun problème. » 

 

En effet la part inchangée des retraites sur la richesse collective n’est pas un poids pour les pays mais uniquement

LA SPECULATION BOURSIERE

et

LA DERAISON DES ACTIONNAIRES…

 

é

que font les pays contre ces clairs parasites antisociaux ?

 

dans ce tableau d’une économie remise à plat remettre l’économie sur pied c’est bien doubler les salaires

 

qui dit l’inverse est donc l’ennemi sournois et malhonnête du plus grand nombre d’entre nous !!!

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

            tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

 

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org,   onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L'Economie, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement      Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

La façon d’écrire se nomme infini respect

 

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on trouve plus que prévu

 

 

 

Publié dans economie et politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article